AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 What the fuck ? + Andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: What the fuck ? + Andréas   Sam 14 Juin - 22:03


" Rock the party "
Tu me fais rire à chaque fois que je te croise.

Depuis mon arrivée dans cette ville, je ne peux le cacher, je suis quelque peu perdue. Malgré tout, je reste heureuse de mon choix et surtout totalement moi-même. Je n'ai plus cette épée de Damoclès au-dessus de ma tête, ce poids sur les épaules, bref, je suis totalement libérée. Je n'ai plus à réfléchir à mes actes, à me laisser dicter ma conduite parce que l'étiquette veut telle ou telle chose ou que mon tyran de père en a décidé ainsi. Cette fugue, ce renouveau est tout simplement une bouffée d'air frais pour moi et je reste persuadée que mon fils le ressent et qu'il est bien mieux dans ce contexte. Nous n'avions pas mis longtemps à nous trouver un toit et quelque chose de classe et de raffiné. Après tout, je restais tout de même une fille de bonne famille et surtout avec les moyens d'avoir des choses qui me font envie. Ce loft m'avait énormément plu et à Jérémyah aussi. Du coup, je n'avais pas hésité et j'avais fait un bon gros chèque. Ce qui était bien, c'était que mon père n'avait même pas jugé bon de clôturer mon compte. Peut-être c'était-il dit que ça ne servait tout bonnement à rien et que ça ne me ferait pas revenir.

Je n'avais rencontré que peu de personnes et pourtant l'une d'entre elle m'avait séduite et surtout avait réussi à me faire rire. Et comme on dit femme qui rit à moitié dans ton lit. Pour ma part, c'est femme qui rit à moitié séduite voir complètement. Cette rencontre avait été drôle et surtout surprenante surtout dans ce genre de circonstances. Un cocktail d'affaire, une soirée guindée, encore une de ces soirées que j'aurais voulu éviter. Mais que voulez-vous, je viens d'entrer dans mes fonctions de substitut du procureur et forcément, je suis un visage à connaître, à découvrir et ça se passe lors de soirée totalement chiante et guindée. Andréas avait été là et sans lui je n'aurais pu m'échapper de ce guet-apens. Je ne le remercierais jamais assez. Il était le même que moi, il détestait les codes et aimait les briser. J'étais encore une novice dans ce domaine mais en tout cas, je me voyais en lui.

Un petit jeu de séduction s'était établi et j'aimais nos petites entrevues, je n'avais jamais la certitude de comment ça allait se finir, c'était ça le plus drôle. Aujourd'hui était une journée busy comme j'aime le dire, un emploi du temps plus que chargé et je savais très bien que je n'aurais le temps de rien. Je devais d'ailleurs courir au quatre coins de la ville pour des rendez-vous avec des potentiels clients. J'étais tranquillement en train de marcher dans l'avenue principal quand j'entendis des bruits de sirènes et des cris. Que se passait-il donc... Je m'étais rapidement approchée pour voir et je reconnu de suite Andréas qui faisait encore des siennes en étant tout simplement en moto sur une rue piétonne. Je ne pus m'empêcher de rire. Il me fallait trouver quelque chose pour le sortir de cette mouise et le faire de façon un peu plus drôle et puis, je jouerais de mon charme s'il le faut. Je vins à casser mes deux talons puis je les enlèves courant pieds nus en criant.

« - Ah chéri ! T'es venu ! Tu me sauves la vie mon amour ! Messieurs l'agent excusez-le je suis tout bonnement plus apte à marcher. S'il vous plaît laisser le repartir avec moi. »

Je fis mes plus beaux yeux de biches pour qu'ils nous laissent partir, en tout cas cette situation me fit bien rire. Il était de ces rebelles qui se foutaient des codes et ça me plaisait vraiment chez lui. J'étais d'ailleurs venu l'embrasser tendrement pour faire plus vrai. Je ne vais pas le cacher, j'en ai profité, mais c'est pas si grave non ? J'attendais une réponse, un signe de ces policiers... Si ça ne marchait pas on finirait tous les deux en garde à vue... Espérons que mon charme agisse...


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: What the fuck ? + Andréas   Mar 24 Juin - 21:05


" Rock the party "
Tu me fais rire à chaque fois que je te croise.

Depuis quelque temps, j'avais pris une liberté totale. J'avais coupé quelques attaches, surtout familiales. Depuis que ma mère avait décidé de s'amouracher, d'un type beaucoup trop superficiel et casse-pied à souhait. En contre partie, il n'était assez facile de déserter le domicile, même pour des visites hebdomadaires. Ce qui au fond, m'arrangeait bien, c'était plus un fardeau qu'autre chose. Je ne savais pas vraiment ce que ma mère pouvait trouver avec un homme comme lui. Cette envie de tout gérer, les affaires bien plus important que la famille. Encore s'il s'occupait de ces affaires au lieu des miennes, je ne le chercherais pas sans cesse. En m'amusant à le faire sortir de ces gonds... Non, cette dernière perceptive n'était pas envisageable. Faire subir un affront face à mon insistance, limite subordination, voir ce rouge pourpre lui montait au visage. Dans un sens me plaisait grandement. Un sale gosse, c'était ces propres mots et il y avait pleins d'autres pour me qualifier.

Le monde d'où je venais, m'insupporter. Bien se tenir, tout passer par la gestuelle, le comportement. Tout devait être parfait. Alors que justement... Les choses n'étaient jamais parfaites. Rien que le mot en lui-même, perfection, avait quelque chose qui sonnait faux. Un peu comme ces personnes qui ne voient que par cet acte en elle-même. L'irritation se propageait sur ma peau, à chaque moment passé parmi eux. On pouvait dire que j'affrontais avec plaisir ces préjugés qu'ils avaient tant de mal à instaurer. Contre carrément leurs petites règles, en leur faisant croire qu'ils pouvaient se les carrer... Bien où je pense. Un pied de nez dans leurs petites vies, si bien ranger. Pourtant, une seule personne, avait dénier attirer mon attention. Avec ces mêmes idées. La seule différence, c'est qu'elle faisait partie de la jante féminine et qu'elle avait plus à perdre que moi. Bien qu'elle fût un tant soit peu plus sage. Un point où je prenais un malin plaisir à rectifier, d'ici peu de temps.

Aujourd'hui, comme à peu près tous les jours, en ce moment. Je devais rendre visite à un client. Les livraisons à domicile n'étaient pas du tout dans mes habitudes. Pourtant pour certains clients, je faisais quelques... Exception. Ces derniers temps, beaucoup trop à mon goût. Est-ce que je devais beaucoup trop tendre ? Certainement, si c'était le cas, il fallait que je remédie sur ce point assez vite, avant d'avoir des problèmes de comportement. Ce qui m'échappa pourtant, c'était la zone piétonne, en plein centre ville. En même temps, je n'avais que quelques minutes a passé en moto. Ce n'était pas l'avis de flics, cependant. Et avec ce que j'avais sur moi, il n'était vraiment indiqué de m'arrêter et encore moins fouiller. Pourtant, le risque m'appelait et je n'étais pas du genre à me taire ou même rester tranquille à me faire réprimander par un petit flic, avec une motivation aussi peu convaincante pour se trouver à faire la circulation. L'affrontement était mon crédo. Sirène hurlante, les hurlements se fient vite entendre. Avant qu'une présence fasse son apparition à mes côtés. Alana. Sur le coup, je n'avais pas vraiment compris ces paroles. Tu mes sauves la vie, mon amour ... De quoi se posait des questions, avant de comprendre son petit jeu. Un sourire se dessina sur mes lèvres instantanément, le plus naturellement du monde. Quand ma main encercla sa hanche, la serrant soudain contre lui.

« Oui amor ! Je serais bien venu plutôt, mais ... »

Mais je n'avais pas eu le temps de finir ma phrase, que ces lèvres s'écrasaient déjà sur les miennes. À bien y réfléchir, je me mettrais bien dans ce genre de situation, juste pour qu'on m'embrasse. Mon pouce au coin des lèvres, pour caper encore le reste de ce baiser. Mon regard vers l'agent, à cet instant, était un peu plus amuser.

« Désolé monsieur l'agent pour cet excès de sentiments, mais que voulez-vous... L'amour, ça ne se contrôle pas ! Elle a du mal à se passer de moi »

Sur ces mots, je frappais légèrement son postérieur. Le geste était trop tentant. Et on va dire, que c'était elle qui avait commencé le jeu, en l'embrassant. Autant sire qu'il fallait éviter de jouer avec moi.  


© Belzébuth

_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: What the fuck ? + Andréas   Sam 12 Juil - 17:10


" Rock the party "
Tu me fais rire à chaque fois que je te croise.

Alana se retrouvait énormément en Andréas, c'était peut-être pour cette raison que le feeling était si rapidement passé et qu'ils s'entendaient si bien. La rébellion était nouvelle pour la jeune femme mais il n'en restait pas moins qu'elle faisait à présent tout son possible pour se détacher des mondanités et surtout, elle voulait oublier toutes les contraintes de la haute société, ne pas être obligé de dire telle ou telle chose ou bien fréquenter telle ou telle personne. En tout cas, en le voyant dans cette situation, elle n'avait pu s'empêcher de rire légèrement, le reconnaissant bien. Il détestait les règles qu'on lui imposait et donc venir à faire de la moto sur le trottoir n'était que chose normale pour lui. Pour l'agent qui l'avait arrêté, c'était loin d'être le cas. Alana avait eu envie de s'amuser, de casser la routine de cette journée en voulant lui venir en aide et lui prêter main forte. Du coup, elle avait eu l'idée de casser un de ses talons pour ensuite venir lui sauter au cou pour le remercier d'avoir bravé les autorités pour venir la chercher et qu'elle n'ai pas à devoir marcher pieds nus sur les pavés de la rue marchande.

Aimant ce genre de situation cocasse, elle avait même été jusqu'à l'embrasser amoureusement, enfin amoureusement était un bien grand mot, mais c'était tout de même pour faire illusion devant l'agent de police. Il fallait tout de même montrer qu'ils étaient un vrai couple et que ce n'était pas une supercherie. Et puis bon, c'était une bonne excuse pour profiter des lèvres de son complice. Alana ne pouvait le nier, elle était attirée par ce beau jeune homme et il le savait aussi d'ailleurs. Quand un homme lui plaisait, c'était gros comme une maison, on le voyait de suite. Même le flic qui n'était pas content le verrait. En attendant, Andréas avait eu du mal à comprendre au départ mais finalement c'était vite rattrapé en prenant part au baiser et en se collant un peu plus contre elle. Cette situation était loufoque, drôle et la jeune substitut du procureur s'en foutait royalement. Elle n'avait vraiment pas peur d'entacher sa réputation. Après tout, si monsieur l'agent décidait de l'embarquer, elle serait son avocate exceptionnellement.

Finalement, ce baiser s'était terminé et Andréas s'était excusé auprès du policier pour cette effusion de sentiments tout en venant mettre une petite claque sur le cul d'Alana. Elle avait légèrement sursauté tout en s'accrochant à son bras. Elle avait rigolé légèrement avant de reprendre la parole pour convaincre l'agent de police. « - S'il vous plait monsieur l'agent, après tout, il n'a pas fait de mal. J'aurais dû lui dire de m'attendre sur le trottoir je sais, mais vous savez, il est fou de moi, à un tel point qu'il vient de me demander en mariage. » Par chance, Alana avait encore sa bague de fiançailles du coup, elle pouvait la montrer à ce flic qui avait l'air d'être de plus en plus amusé par cette situation. Alana le sentait, il allait craquer. En attendant, elle continuait de jouer ce rôle de composition en était proche d'Andréas, venant caresser son torse. « - Tu aurais pu faire attention quand même chéri, même si tu te sens l'âme d'un prince charmant, tu ne peux pas agir comme tu veux le faire... » La jeune femme se met à rire pour détendre l'atmosphère. Elle regardait l'agent de police avec un regard de biche espérant entendre qu'ils pouvaient enfin partir...

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: What the fuck ? + Andréas   Mer 16 Juil - 17:29


" Rock the party "
Tu me fais rire à chaque fois que je te croise.

Andréas n'a jamais été d'une nature à suivre les autres. Il lui faisait ce que bon lui semble, quand il voulait ou il voulait. Les règles, ils les contre-carré pratiquement tout le temps. Comme si en soit, c'était un défi en lui-même. Alana avait quelque chose, avait ce petit truc attractif, qui attirait le jeune homme. Ils faisaient touts les deux parties, de ces familles riches, bourré d'argent, et qui étaient dirigés, que par orgueil et leurs envies de pouvoir. La voir arrivait dans cette situation cocasse où il se trouvait, était à la fois un soulagement, comme un amusement. Surtout à la manière qu'elle avait employée. Casser son talon, fallait y penser ! Qui plus est pour se faire passer pour sa fiancée. Qui entre nous, si on le connaissait assez bien. Était à classer dans le domaine de l'improbable. Mais la personne qui incarnait l'autorité, avait l'air crédule. Un avantage pour eux. C'est naturellement, qu'Andréas employa la comédie, prenant par la taille Alana, pour jouer le petit jeu qui c'était installé entre eux, d'une main de maitre.

Toutefois, Andréas avait soupçonné la jeune femme, de profiter de la situation. Surtout, quand elle l'embrassa. Même si c'était dans l'intention, de ne pas éveillait les soupçons de l'autorité. Peut-être qu'il devrait avoir une petite discussion, à ce sujet avec la jeune femme, n'ignorant pas qu'elle était attirée par lui. Il ne sentait pas ... Prêt à s'engager dans une relation des plus... Suivi. Pourtant, c'était bien la seule avec qui, même si c'était un parfait mensonge, jouait les couples. Pour l'instant, il allait se concentrer à l'instant présent, et se sortir, de cette embrouille.Il inventa une excuse, savamment monté avec ce petit sourire aux lèvres. Comme il avait l'habitude d'avoir. Sans pour autant lâcher l'emprise de la taille Alana. Tout pour faire croire le pseudo couple qu'il formait avec la jeune femme.

Il avoue la petite claque sur son postérieur était sur jouer. Mais le geste était beaucoup trop tentant. Et voir sa réaction, avait quelque chose, d'amusement. Une satisfaction personnelle. Ce qui l'avait plus choqué, c'était son explication face à l'agent, qu'il avait du mal à contenir, pourtant, il arborait toujours un splendide sourire. Fou d'elle ? Demander en mariage ? Non mais il rêvait, elle allait un peu loin tout de même-là. Andréas se racla doucement la gorge, une main devant la bouche. Non mais il rêvait, elle allait un peu loin tout de même-là. «L'amour donne ... Des ailes. Je ne voulais pas qu'elle abîme ces jolis pieds... » Il jeta un coup d'œil sur la bague... De fiançailles qu'elle portait au doigt. Il ne l'avait jamais remarqué en part avant. Est-ce que cela le gêner. Non, pas vraiment. « Oui, mon amour, tu sais bien que les princes charmants n'hésitent pas, je te l'ai déjà dit. Mais je ne pouvais pas te laisser comme ça, tu m'aurais signifié que j'étais un goujat, si je n'avais rien fait ». En réponse à la main qu'elle laissait traîner sur son torse. Une lueur certainement vengeresse dans le regard. Comme une réponse, il encadra de ces mains le visage Alana, et l'embrassa avec une certaine fougue. Avant de lâcher son étreinte, la laissant sur sa fin et d'affronter le regard de l'agent. « Les femmes, elles savent nous faire des reproches, quand on n' est pas exactement comme elle rêve. Je tiens à dire pour ma défense, que si vous étiez à ma place, que vous agiriez certainement de la même façon. Je ne recommencerais plus si ça peut vous rassurer. C'est fini ? » Le jeu avait trop duré et Andréas commençait à perdre patience, pourtant, il gardait toujours le sourire et l'amabilité, pour ne pas tout gâcher.


© Belzébuth

_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: What the fuck ? + Andréas   Mer 6 Aoû - 10:30


" Rock the party "
Tu me fais rire à chaque fois que je te croise.

Ce petit jeu était venu comme ça comme un éclair de génie. Après tout, sans ça, l'agent de police aurait peut être déjà passé les menottes à Andréas. Le coup du couple aimant et fusionnel fonctionnerait forcément. D'ailleurs, dès que la jolie blonde était venue s'incruster dans la conversation, l'agent des forces de l'ordre c'était radouci. Peut-être était il tombé sous le charme de la plastique d'Alana ou bien peut-être était il lui aussi romantique. En attendant, tout ce goupillait bien, Andréas avait joué le rôle à la perfection et la petite claque sur les fesses de l'avocate avait été un geste plutôt coquin mais qui restait tout de même un geste de couple. Et puis, il s'était rapidement pris au jeu aussi pour la coller contre lui. La jolie blonde donnait également de la personne, venant caresser son torse et inventer cette idée de fiançailles. Finalement la bague de son premier mariage allait les sauver. Le policier était plus calme et écoutait le jeune couple avec amusement. Il fallait l'avouer, Alana s'amusait de cette situation et en profitait. Andréas était très beau et elle aimait se retrouver dans ce genre de situation avec lui. Elle sentit rapidement les lèvres de son amant contre les siennes pour un baiser des plus fougueux. Elle en fut amusée mais surtout elle trouva ce baiser agréable. En entendant son faux fiancé parler, elle ne put que sourire amusée.

« - C'est vrai mon ange, je pense que je t'aurais mis des coups de sac à main si tu n'étais pas venu me chercher. »

L'avocate était toujours collée à lui et l'écoutait donc parler au membre des forces de l'ordre. Elle espérait qu'il n'allait pas communiquer encore longtemps comme ça, c'était rigolo mais ça commençait à faire long. Finalement, après quelques minutes à discuter, le policier avait fini par partir en ne faisant qu'un rappel à l'ordre. C'était une bonne chose, bien qu'Andréas aurait pu payer l'amende mais c'était une bien belle victoire. Lorsque l'agent de police fut parti, la blondinette sauta au cou de ce beau brun pour venir l'embrasser furtivement avant de se détacher un peu de lui.

« - Et bien je crois que tu peux me remercier, je t'ai sorti d'une situation bien délicate. En tout cas, j'ai bien rigolé grâce à toi... J'aime tellement quand on fait des trucs de ce genre. Mais tu me dois une fière chandelle, va falloir me remercier mon chéri. »

La blondinette avait déjà une idée derrière la tête mais elle n'en fit rien, en attendant, elle était ravie de l'avoir trouvé dans cette rue parce qu'elle pensait à lui et qu'elle pensait le contacter pour s'organiser une petite virée à deux. Du coup, pas besoin de passer par là, non ils étaient tout les deux maintenant. Pour combien de temps, elle n'en savait rien, mais elle ne comptait pas le laisser partir après l'avoir aidé. Non, elle avait envie de rester avec lui pour passer la fin de journée ainsi que la soirée en sa compagnie. Pourquoi pas un bon restaurant ou autre ? Mais encore fallait-il que le jeune homme soit d'accord. Elle attendait donc sa réponse, en attendant, elle vint caresser à nouveau son torse tout en se mordillant la lèvre inférieure.

« - En tout cas, tu as été parfait dans le rôle du petit-ami. Avoue le, tu en as bien profité, la main aux fesses, le baiser torride... Bon je ne vais pas m'en plaindre, j'aime quand tu es comme ça avec moi... Mais chut, il ne faut pas le dire. »

Elle se mit à rire légèrement avant de déposer un léger baiser sur sa joue.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: What the fuck ? + Andréas   

Revenir en haut Aller en bas
 

What the fuck ? + Andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» André Chénier - Bastille - Décembre 2009
» André Messager: Opéras
» Marc-André Hamelin
» André CAMPRA (1666-1744)
» André-Joseph EXAUDET (1710-1762)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-