AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We're up all night to get lucky ? » Andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Mer 14 Mai - 16:08

We're up all night to get lucky ?

Je n’arrête pas de m’activer ce matin. Ma dernière visite à l’hôpital remonte à presque un mois et depuis je me sens bien. Je sais que je ne peux toujours pas courir mon marathon, mais je dois dire que je commence à en avoir marre de toujours faire attention. J’ai envie de vivre ma vie comme je l’entends. J’ai vingt-trois ans, je ne vais pas passer mes journées sur mon canapé, parce que j’ai le cœur fatigué et malade quand même. Alors depuis que je me suis levé, je n’ai pas arrêté une minute. J’ai déjà fait un peu de ménage parce qu’il faut avouer que mon appartement ne ressemblait plus à rien. J’ai retrouvé des paquets de chips qui datait de je ne sais quand alors il était vraiment temps que je m’y mette. J’ai tout aérer, j’ai changé mes draps, laver la douche et tout le reste. Je ne me suis pas poser pendant plus de deux heures. Puis j’ai décidé de faire une petite vidéo pour ma chaîne YouTube. J’ai dû recommencer plusieurs fois car comme très souvent je ne suis jamais vraiment satisfait de ce que je fais. Après cela j’avais encore assez d’énergie pour finalement déménager un peu les meubles dans mon salon. Je pensais donc rester tranquille chez moi cet après-midi. Surtout que dehors il pleut alors je ne pourrais même pas sortir histoire de me balader. Je me prépare un bon petit repas pour midi et finis par m’installer devant ma télé et ma série préférée. Je crois que j’ai vu tous les épisodes de F.R.I.E.N.D.S au moins dix fois mais je ne m’en lasse pas et je rigole toujours aux mêmes blagues. Bref un bon programme pour l’après-midi. J’étais en train de somnoler dans mon canapé quand mon téléphone ce mis à sonner. Un message de mon meilleur ami, il me propose une après-midi à glander chez lui. J’avoue avoir la flemme de bouger, mais après cinq bonnes minutes je lui envoi un message pour lui dire que j’arrive. J’enfile un sweat, mon bonnet et je prends mes clés direction l’appartement d’Andréas.

Arriver chez lui, je remarque que l’ascenseur est tout en haut et comme souvent je n’ai pas envie d’attendre. Alors malgré tout ce que mon médecin a pu me dire, je prends les escaliers. Je prends tout de même mon temps, mais en arrivant en haut je commence à me sentir un peu plus faible que tout à l’heure. Je soupire et me dit que cela va bien finir par passer. Je frappe et Andréas finis par m’ouvrir la porte. « Salut vieux ! » Je lui offre un petit sourire et entre dans son appartement sans même attendre son avis. Je connais bien les lieux. Il est le colocataire de Jennalynn. Alors autant dire que j’ai déjà passé pas mal de soirée et nuit ici. Heureusement la jeune femme n’est pas là cet après-midi. Andréas me rejoins dans le salon et je lui tends un sac que j’avais ramené de chez moi : « Je t’ai ramené les jeux que tu m’avais filé. » Parfois on retombe un peu en enfance tous les deux et on passe notre soirée à jouer à la console. La dernière fois je suis repartie avec la moitié de ses jeux parce que je m’ennui souvent chez moi. Enfin. Pas le temps de penser à cela. Je sens une douleur me prendre dans la poitrine et je faiblis un peu. Andréas me pose constamment des questions en ce moment et je ne voudrais pas qu’il me voit tomber. Alors je prends place sur le canapé. Je soupire un bon coup et me tourne vers mon meilleur ami. « T’aurais pas un verre d’eau ? Je crois que je suis trop vieux pour les escaliers. » dis-je alors en riant un peu. Faites qu’il ne me pose pas trop de questions.

Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Mer 21 Mai - 16:52

We're up all night to get lucky ?

La journée était bien entamée quand enfin mes yeux s'ouvrirent sur ma chambre déjà bien éclairée par la lumière du jour. Je pouvais déjà dire que dehors ce n'était pas les beaux jours du printemps, qui se profilait, rien qu'à voir la luminosité qui s'infiltrer doucement dans la pièce. Ce qui en soit n'était pas vraiment grâce, puisque je n'avais pas envie ou plutôt je ne sortais avant la tombée de la nuit, comme la nuit dernière pour errer dans les rues sombres de la ville. Pour fournir ma plus fidèle clientèle, ou allait faire la fête. Entre excès et la gente féminine. J'avais toujours quelque chose à faire, on pouvait dire que je vivais ma vie à cent à l'heure. Et que j'adorais ça. Pas sûr que j'arriverais à clamer un jeu. Dans un élan de motivation certaine, je m'afférais à me lever, pour me diriger la douche, qui dissipait les restes d'une soirée agitée. Après quelques minutes a dénoué mes muscles encore endoloris par le sommeil. Je m'activais à m'habiller, bien que la nudité ne me fît pas peur, seulement, c'était l'un des désavantages d'habiter une colocation. On avait un minimum de règle de vie à respecter. Cependant, le loyer était moins cher, enfin ça non plus ce n'était pas vraiment dérangeant pour moi. Étrangement, je tournais assez vite en rond dans cet appartement, ma colocataire absente, l'appartement rangeait ... L'ennui me gâtait assez vite, j'attrapais au passa mon portable, m'affalent sur le canapé, pour parcourir mon répertoire. Avant de stopper sur Nathéan. Depuis quelques semaines, le comportement de mon ami, m'intriguait beaucoup. Quelque chose clochait et je dois que ça m'énervait assez de ne pas pouvoir mettre le doigt sur ce qui me déranger. C'est avec que les mots défilaient devant mes yeux, pour l'inviter à venir. En espérant qu'il était aussi désespéré que moi par l'ennui pour venir ici.

La réponse ne se fit pas attendre, un sourire se dessina sur mon visage, à sa réponse positive. Maintenant, je devais me trouver une occupation en attendant son arrivé. Après quelques minutes d'attente, on frappa à la porte. Sans surprise, je me dirigeais vers la porte pour lui ouvrir. « Salut mec ! » Un sourire aux lèvres, je laissais entrer Nathéan, me tendant un sac plastique juste devant moi. Je l'attrapais sans jeter un regard, le jetant presque que sur le canapé, de vieux jeux que j'avais déjà finis. D'ailleurs quand son ami lui avait pris, j'avais pensé qu'il les garderait. J'en avais un nombre incalculable et j'en avais vraiment besoin, je savais où il était... « Tu sais que tu pouvais les garder ! » On pouvait passer des journées, devant une télé sans bouger, à seulement jouer à ces jeux. Style le premier qui battait l'autre, parfois complice, ou même en réseau. On trouvait toujours quelque chose à faire, pour s'amuser. « Vieux, le mec qui a 23 ans se sent vieux ? Si tu te sens vieux, moi, j'ai déjà un pied dans la tombe alors ... Dis-moi, tu es sûr que ça va ? » Je le trouvais assez étrange, c'est vrai que ce genre de situation, éveillait tout de suite ma curiosité. Il était un peu blanc, et je savais pertinemment qu'il allait dévier ma question. C'était toujours comme ça. Je m'afférai un instant à la cuisine pour revenir dans le salon vers un verre d'eau que je tendis vers Nath, un sourire malicieux se profilait à l'horizon « Monsieur est servi »


_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Mer 28 Mai - 21:29

We're up all night to get lucky ?

J’ai bien l’intention de passer une bonne après-midi avec mon meilleur ami. Cela fait un petit moment que l’on avait pas prit le temps de se poser un peu tous les deux. Il faut aussi dire que ces derniers temps j’évite quelque peu son appartement puisqu’il vit avec Jennalyn et que je n’ai pas spécialement envie de la voir en dehors de nos petits rendez-vous. Enfin c’est un peu compliquer comme situation. Toujours est-il que je m’ennuyais et que j’ai donc décidé de passer l’après-midi avec Andréas. Vu le temps qu’il fait dehors, je pense que l’on va rester affaler dans son canapé et je dois dire que c’est un programme qui me séduit d’avance. Une fois dans le hall de son immeuble, je décide de ne pas attendre l’ascenseur et prends alors les escaliers. Je vous vois déjà dire que je suis dingue. Il paraît oui. Je suis cardiaque et je décide de monter par les escaliers et je ne vais pas spécialement doucement. Je n’aime pas jouer au diminuer. Je peux le faire après tout non ? J’ai vingt-trois ans je dois être capable de monter une centaine d’étage sans m’essouffler normalement. Mais non. Arriver à bon port je commence déjà à me sentir mal. Pourtant je reprends mon souffle et sonne. Andréas vient rapidement m’ouvrir et je lui offre un grand sourire. Ca me fait plaisir de le voir, vraiment. Je lui rends les jeux qu’il avait pu me prêter et sa remarque me fait sourire. « Je te rappel que je vis dans un tout petit appartement. Ca prend trop de place. » Je déconne bien entendu, mais j’ai déjà assez de raison comme cela pour glander chez moi alors on va pas en rajouter avec des jeux vidéos. J’éloigne la tentation ou tout du moins je la déplace un peu. J’allais ajouter quelque chose, mais rapidement je sens comme une douleur me prendre dans la poitrine. Oh non. Ce n’est vraiment pas le moment. Je sais que j’ai un peu déconné avec les escaliers, mais quand même. Pour essayer de faire passer le truc je demande un verre d’eau à Andréas. Il ne lui en faudra pas plus pour commencer à me questionner. « Oui ça va, je profite juste de ta gentillesse parce que j’ai soif. » Je lui offre un beau sourire ironique tout en repensant à sa réflexion. Si lui il a un pied dans la tombe, moi j’ai déjà les deux dedans. Non il vaut mieux ne pas y penser pour le moment. Andréas reviens avec le verre : « Merci mon petit ! » J’avale une longue gorgée avant de tapoter le canapé a côté de moi pour qu’il vienne s’asseoir. « Bon alors. On glande toute l’aprem ? Tu me parle de tes amours ? Qu’est-ce qu’on fait ?! » Il faut que je détourne mon esprit de la douleur même si celle-ci commence sérieusement à s’intensifier. Je le taquine un peu et me relève pour poser le verre sur la table basse. Je crois que c’était le geste à ne pas faire. « En fait… Je crois que ça va pas du tout Andréas… » J’ai vraiment mal au cœur et soudainement j’ai peur de m’écrouler sous les yeux de mon meilleur ami. Il ne manquerait plus que ça…

Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Dim 1 Juin - 17:15

We're up all night to get lucky ?

Vivre avec une fille s'était plutôt pas mal, mais parfois c'était un peu contraignant. Elles occupaient un peu trop la salle de bain, il fallait ranger comme elles le voulaient. Et invitaient des potes étaient... Limite, alors que ces copines, c'était open. Quoique les copine de Jennalyn étaient sublime, et faut dire qu'il ne s'était pas privé à passer un ou deux nuits avec l'une d'entre elle. En même temps, elle ne lui avait jamais dit qu'il ne devait pas y toucher. Alors que son pote Nathéan allait venir, était toujours une bonne nouvelle, quand il voyait sans cesse des filles durant la journée. Une pointe de masculinité, ne faisait pas de mal. Surtout que depuis quelque temps, il n'était pas venu. Sans savoir pourquoi ? Ou du moins, il avait un petit doute. C'était l'occasion, sa colocataire avait déserté l'appartement. Il lui avait ouvert, avec un certain empressement, pour ne pas dire joie de le voir. Le débarrassant du sac de jeu qu'il venait juste de lui tendre. Un sourire amusé sur les lèvres à sa remarque. « C'est bien connu, ça prend beaucoup de places. Et vaut mieux se débarrasser chez moi. En tout cas, merci de les avoir ramenés » Son teint blanc l'avait d'une certaine façon interpellée. Beaucoup de choses n'allaient pas ces derniers temps chez son ami. Au fond, il le savait, mais il n'arrivait pas à savoir la vérité. Il trouvait toujours un moyen de contourner la conversation. En tout cas, c'était mal le connaitre, il arrivait toujours à avoir ce qu'il voulait et là ... c'était la vérité. Son teint, le manque de souffle qui avait pu noter parfois, n'était pas anodin. Il n'était pas idiot. Il s'installait à côte de lui, son regard de travers posait sur lui. « De rien le vieux... » Si parfois Nathéan le taquinait un peu, Andréas n'était jamais le dernier pour le suivre dans cette démarche. « Les amours ? C'est quoi, ce mot ? Tu sais bien qu'avec moi amour n'existe pas. Ce n'était pas pour moi, par contre, j'ai quelques connaissances ... Qu'on peut qualifier d'intéressantes. Je ne sais pas ... Avant que tu ne m'appelles je comptais profiter de l'absence de Jennalyn pour faire du skate dans cette immense appart, mais puisque tu es là et que tu te juges trop vieux, une partie de console serait plus adapté pour toi » Andréas a eu juste le temps de dévier son regard sur son skate et l'appartement, que la voie de son ami l'interpella, incertain, limite faiblarde. Il s'empressa de se lever à son tour, inquiet, posté juste à ces côtés, s'il avait à tomber. Parce qu'il avait vraiment ce sentiment. En regardant, son corps perdre sa force sous ces yeux. Sa peau passant du blanc au légèrement verdâtre. Andréas l'entraina doucement à se rasseoir. Pour ouvrir, les fenêtres du salon, offrant de l'air renouveler dans la pièce. Et après, Nathéan lui affirmait que tout allait bien pourtant aujourd'hui, ça lui prouvait le contraire. Le brun attrapa son tel, dans geste sûr et rapide. « J'appelle un médecin, tu ne me laisses pas le choix ». Et il était sérieux, frénétiquement, il pianotait déjà sur les touches. Il avait appris à agir vite, sans perdre la maitrise de soi.


_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Ven 6 Juin - 21:28

We're up all night to get lucky ?

Je taquine un peu Andréas alors qu’il se plaint parce que je lui ai ramené ses jeux vidéo. En fait, on ne sait faire que cela tous les deux. Ce taquiné. Je crois que c’est non-stop chez nous. Et c’est ça qui me fait rire. Il n’est pas mon meilleur ami pour rien après tout. Il a toujours été présent pour moi et surtout quand j’étais dans la galère. Je lui dois beaucoup dans le fond et parfois je m’en veux de lui mentir constamment en ce qui concerne ma santé. Enfin. Je ne me sens pas très bien, mais j’espère que la sensation va disparaître. J’essaye de me concentrer sur la conversation plutôt que sur la douleur que je ressens dans ma poitrine. Franchement ce n’est pas le moment de s’écrouler. Je demande tout de même un verre d’eau à Andréas. Cet idiot me traite tout de suite de vieux bien entendu et un rire s’échappe d’entre mes lèvres. Il ne déconne pas et pourtant c’est lui qui est plus vieux que moi. C’est l’hôpital qui ce moque de la charité. Mais comme je le disais tout à l’heure, on aime bien se taquiner tous les deux. Je le remercie et avale une longue gorgée d’eau fraîche. Je dois dire que cela me fait du bien. Je finis par le taquiner sur sa vie sentimentale. Je ne suis pas très doué sur le sujet, mais je crois que c’est pire pour Andréas. La preuve il est en train de me faire tout un discours. Je lève les yeux au ciel et rigole. Quand il me parle de Jennalyn, je sens un petit frisson me parcourir le long de la colonne vertébrale. Elle me manque. Je voudrais la voir, lui parler. Non. Il ne faut pas que je pense à cela. Elle n’est pas là et c’est tout ce qui compte. J’ai de nouveau mal au cœur et essaye de boire une nouvelle gorgée. Sauf que je commence à avoir mal au bras. Pourtant je fais tout pour faire comme si tout allait bien. « Autant s’amuser t’as raison. » dis-je alors par rapport à nos relations amoureuse. On est un peu trop jeune pour se poser après tout non ? Enfin… Moi j’aimerais bien me poser, mais je vais bientôt mourir alors à quoi ça sert ? D’ailleurs c’est en me levant pour poser mon verre que j’ai la sensation que je ne vais pas tenir bien plus longtemps. J’appelle Andréas et il m’aide à m’asseoir avant de m’engueuler en disant qu’il va appeler un médecin. Oh non. Surtout pas ça. Je ne veux pas aller à l’hôpital. Je vais gérer. De toute façon, je sais ce que je dois faire. Avachi sur le canapé je relève les yeux vers Andréas. « C’est pas la peine mec ! » Il continue avec son téléphone et le plaque sur son oreille. « Andréas ! » Elever la voix m’affaibli encore un peu, mais je ne veux pas qu’il appelle un médecin. « Passe-moi mon sac à dos au lieu d’appeler pour rien. » Il me donne mon sac et j’en sors rapidement ma boîte de médicament. J’en avale deux d’un coup et ferme les yeux. J’espère que ça va suffire. Mon médecin m’avait dit de prendre ça quand je me sentais mal alors je l’écoute. Je ne veux pas me retrouver à l’hôpital, je veux rester ici. Même si maintenant j’ai bien conscience qu’il va falloir que je dise la vérité à Andréas. Il est en train de me dévisager du regard et je baisse les yeux. « Ca va passer t’inquiète pas. » J’ai quand même encore bien mal et je n’ose même pas bouger.

Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Dim 15 Juin - 16:55

We're up all night to get lucky ?

Andréas était ravie de voir son meilleur ami. Ils se voyaient assez souvent, mais c'était un véritable plaisir. Ils s'étaient assez bien entendus tout de suite, même si Andréas était le plus vieux des deux. Ils se comportaient comme de véritables gamins. La preuve en était, rien qu'avec les jeux vidéos, et les journées qu'ils passaient à jouer derrière leurs écrans, à celui qui allait faire le meilleur score. Parfois, ils se comportaient comme des idiots, Andréas en était conscient. En même temps, c'était permanent chez lui, il profitait de la vie à fond, sans se fixait aucune limite. Puis Nathéan pose une question sur ces relations, oui ces relations... À vrai dire, il n'y avait pas grand chose à dire, perce que même là, les choses étaient simples pour lui. Il en profitait, additionnait les relations libres, sans jamais se fixer. L'engagement, un mot qu'il ne connaissait pas. Andréas savait que Nathéan éprouvait un petit quelque chose pour Jenna, sa coloc, il n'était pas idiot, il l'avait observé leur petit jeu. L'un comme l'autre devait penser qu'il n'avait rien remarqué. Pourtant, Andréas savait s'occuper aussi de ces oignons. Il s'empêcha d'argumenter sur le sujet, des relations amoureuses de son ami. Et de toute façon, il n'avait pas eu le temps de lui poser des questions, parce qu'il vit son ami, changer littéralement de couleurs, la douleur s'installant sur son visage. Andréas n'avait pas perdu de temps, pour faire le nécessaire, sans perdre pour autant son sang-froid, bien que l'inquiétude s'emparât de lui. Le téléphone en main, il était près à appeler des secours s'il le fallait. Enfin, avec que Nath l'en empêche, pourtant un dilemme s'installait. Devait-il l'écouter et raccrocher ou passait outre ? Qu'il hausse la voix ne changeait rien, ça ne le dissuada pas pour autant. Andréas coupa l'appel, puis rangea son téléphone dans sa poche arrière, le regard interrogateur. La première urgence était de lui donner son sac. Il passa à l'action assez vite, il lui tendit son sac juste devant le nez. Nathéan était assez bien équiper, boite de médicament, Andréas pensait tout de suite, que ce genre d'événement, lui était déjà arriver. Que ce n'était pas la première fois, comme il avait penser au départ. Il croisa les bras, son regard cherchant celui de Nath. Les explications s'imposaient, et de préférences, tout de suite, serait le mieux. Peut-être ... Mais maintenant, tu me dois la vérité, tu ne crois pas ?Il s'assoit à côté de lui, sur le canapé sans perdre son regard sur lui. S'il n'avait pas d'explication, il n'hésiterait certainement pas à le harceler, et autre dire, qu'il va être un véritable cauchemar. Quand il s'agissait de ces amis, Andréas était assez protecteur quitte à devenir chiant.  Tu sais que j'attends ta version

_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Jeu 19 Juin - 20:36

We're up all night to get lucky ?

Je pensais pouvoir passer une après-midi tranquille avec mon meilleur ami. Parce que c’est toujours la même chose avec lui et je sais que je ne rentrerais jamais chez moi en me disant que j’ai perdu mon temps. On déconne tout le temps tous les deux. Je lui parle de sa vie amoureuse et j’ai l’impression qu’il va s’étouffer en m’entendant parler de cela. Je me retiens d’exploser de rire en voyant son regard. Il est comme moi Andreas. Il ne veut surtout pas s’attacher. Bon nous n’avons pas les mêmes raisons, mais je préfère lui faire croire que je pense tout comme lui. C’est plus facile comme cela. On déconne encore un peu et puis je me relève pour poser mon verre d’eau sur la table. Il n’y a rien de plus simple comme geste dans la vie et pourtant en me levant je me sens vraiment très mal. J’ai eu la mauvaise idée de prendre les escaliers en venant. J’allais mieux ses derniers temps et je pensais que je pouvais le faire, mais visiblement non. Tout de suite, je ressens cette douleur atroce dans ma poitrine. Je sais parfaitement ce qui est en train de se passer. Petit à petit mon cœur va se mettre à battre de plus en plus faiblement et si je ne me rassois pas rapidement et que je ne prends pas mes cachets, je vais finir par faire un malaise. Un malaise douloureux comme à chaque fois. Tout de suite, Andreas s’affole et il m’aide à m’asseoir sur le canapé. Il veut appeler un médecin, mais je ne veux pas. J’ai vraiment pas envie de finir la journée à l’hôpital, vraiment pas. Je lui demande de pas le faire et au final je suis pratiquement obliger de hausser le ton pour qu’il m’écoute. Il finit par me passer mon sac à dos et je prends rapidement mon cachet. L’espace d’un instant, je ferme les yeux et respire doucement pour que mon cœur reparte correctement. La douleur est toujours présente quand je rouvre les yeux, mais je me sens tout de même un tout petit peu mieux. Tout de suite je vois le regard interrogateur d’Andreas et je sais que je n’ai plus le choix. Il va falloir que je lui réponde. Il va falloir que je lui dise la vérité. Je me demande comment il va prendre ça. J’ai peur qu’il me fasse la tête parce que je ne lui ai pas tout de suite dit la vérité. « Tu me promets de pas criser ? » demandais-je alors doucement. Je n’aime pas mentir à mes proches, mais je pensais vraiment que c’était la meilleure des idées quand la maladie à été diagnostiquer. « Et tu dira rien à Jennalyn d’accord ? » Je veux pas que la jeune femme soit au courant. Je veux pas qu’elle s’inquiète pour moi. Je me demande déjà comment Andréas va gérer ça alors j’aimerais bien que ce ne soit pas tout le quartier qui apprenne la nouvelle. Le regard de mon meilleur ami ce fait de plus en plus intense et je baisse les yeux. « Je suis malade Andréas… J’ai une malformation cardiaque. En gros j’ai le cœur d’un vieil homme… » Ca me fait mal de dire cela à voix haute. Andréas est le premier à savoir et c’est dur à gérer… « J’ai appris cela y a pas longtemps, mais je ne voulais pas que l’on s’inquiète pour moi. Je peux mourir du jour au lendemain et c’est déjà assez compliquer comme ça à gérer pour moi, alors je voulais pas t’imposer ça… »

Revenir en haut Aller en bas
Andréas Ricci
avatar
les conditionnels
vos messages : 322
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   Lun 30 Juin - 18:08

We're up all night to get lucky ?

Andréas ne se souvient plus exactement comment les choses se sont dégradées. Le temps s'était ralenti, il avait simplement posait son verre sur la table. Un geste dès plus banale, n'importe quelle personne pouvait faire un geste aussi simple. Alors pourquoi, l'expression de Nathéan avait changé d'un seul coup, son souffle saccadé et roc, faisait place à un manque certain d'air. Andréas avait pris peur sur l'instant, peur par les conséquences, peur pour son ami. Lui qui chassait sans cesse la peur, comme si elle n'existait pas. Pourtant là, elle l'avait rattrapé, lui prouvant qu'elle existait bien. Venir à son aide lui semblait l'action la plus logique, laissant ces questions en suspend, le temps d'un instant. Pourtant, son ami, avait du user de la force. Enfin la force de sa voix. Intérieurement, il s'en voulait un peu, qu'il agisse ainsi. Il vit un cachet disparaitre entre les lèvres de son ami, le silence s'installant dans la pièce, entre eux, pour les entourer dans mal aise palpable et indésirable. Pourtant, son ami, avait du user de la force. Andréas avait décidé de lui laisser du temps, du temps à reprendre ces esprits, à ressembler ces réponses, car Andréas comptait bien avoir enfin des réponses, dévorer par les questions, après l'inquiétude qui le rongeait, car c'était quand même un de ces amis les plus proches. Et le jeune homme était assez protecteur. On pouvait toujours compter sur lui, comme il savait qu'il pouvait compter que sur Nathéan. Ils ne s'entendaient pas pour rien ces deux-là, à part faire des après-midi entiers à jouer. « c'est un peu dur de te promettre quelque chose comme ça, quand tu ne sais pas ce que tu vas apprendre ?» Et le jeune homme était assez protecteur. « Bon, tu vas me le dire ? Quelques instants qui duraient des minutes. Je te le promets si ça te rassure » Il pouvait lui promettre tout ce qu'il voulait, l'inquiétude primait à cet instant, et seulement ça.
Son monde s'effondra autour de lui, à l'annonce de son ami. Malade, non ce n'était pas possible. En dehors du petit accident de tout à l'heure, il ne s'était pas imaginé que ça soit aussi grave. Il avait des soupçons, mais il était loin d'imaginer que c'était aussi grave. Il avait entendu de la mal formation cardiaque, il savait les risques, les conséquences et ce que ça entrainer. Là ... Il n'osait pas imaginer une fin pareille pour son ami. Impossible. « D'où je suis vieux pour les escaliers... » Ces mots s'évanouirent entre ces lèvres, des paroles qui étaient pour lui, à peine audible. Il s'assoit sur le canapé comme sonner par la nouvelle. Le cerveau sans cesse en marche. « M'imposer quoi, p*tain Nath on est ami non. Je suis là si ça ne va pas, c'est ça qu'on appelle des amis !? » Il ne pouvait pas lui cacher ça, comme il ne pouvait être malade, comme mourir. Sa voix haussa un peu, sans toutefois s'élever

_________________


who says you're not beautiful ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: We're up all night to get lucky ? » Andréas   

Revenir en haut Aller en bas
 

We're up all night to get lucky ? » Andréas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vox Lil' night Train (un ampli pour Arnaud)
» LATER THAT NIGHT...
» THE LUCKY STARS
» le nouveau single: "Up All Night"
» Trans-Siberian Orchestra/Beethoven's Last Night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-