AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Lun 4 Aoû - 19:35

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Louise avait été hospitalisé d'urgence la veille, une insuffisance rénale qu'elle m'avait bien caché jusqu'à hier, elle n'avait pas d'autres choix que de me le dire... Et vu ce qu'elle buvait, elle n'avait pas arrangé son cas. Louise avait insisté auprès de son médecin pour que je sois son psychiatre, que je m'occupe d'elle, d'ailleurs elle s'en était totalement déchargée sur moi. Ce qui me mettait un peu mal à l'aise... Au départ, il était prévu que cette première séance se fasse dans sa chambre, puis en fin de compte, on avait décidé que ça se ferait ici, une manière de me rappeler qu'il fallait que je me comporte en médecin car je me trouvais dans mon lieu de travail. J'essayais de réfléchir à ce que l'on allait aborder lors de la séance, étant donné que je connaissais la patiente, même très bien, j'arrivais mieux à cerner les questions... J'avais du mal à rester concentré, mon esprit divaguait sans cesse vers Louise. L'heure tournait... Je voulais me retrouver encore quelques instants auprès de Louise, en tant que petit ami. Alors j'avais à mon tour insisté pour aller la chercher moi-même, lorsque je franchis la porte de la chambre de Louise, elle était déjà assisse sur une chaise roulante, toute pâle. Je me pencha vers elle, je n'avais pas eu l'occasion de la voir depuis la veille... Je l'embrassa sur la joue, avant de lui demander:
Comment te sens-tu? Tu n'as pas passé une trop mauvaise nuit?
J'attendais qu'elle me réponde, avant de me mettre à pousser la chaise roulante en direction de l'ascenseur. J'avais du mal à me comporter normalement, je tournais sans cesse ma tête vers Louise, m'inquiétant pour elle. Lorsque nous finissions par franchir dans un silence de plomb la porte blanche menant à mon cabinet, je commençais à me sentir mieux. J'avais envie de la serrer contre moi, mais je devais me retenir.
Tu veux rester sur ta chaise roulante ou tu as envie de t'asseoir sur un de ses sièges? La séance ne devrait pas durer longtemps, le temps de voir par où commencer, de t'expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Lun 4 Aoû - 20:05

La veille, j’avais été hospitalisée d’urgence. L’alcool, la fatigue, mon oubli de médicaments et de dialyse avait fait que j’étais tombée bien bas. Il était malheureusement trop tard pour moi pour rattraper tout cela. Je ne pouvais que l’accepter. Les effets de manque s’étaient fait sentir la veille. Et j’avais demandé à Aymeric de bien vouloir être mon médecin, mon psychiatre. Je lui avais confié ma santé mentale. Je ne me sentais pas capable de la gérer toute seule voire de la gérer tout court. Il avait, difficilement, accepté. Mais j’y étais arrivée. Il allait s’occuper de moi. Cela allait être dur autant pour moi que pour lui. Il allait falloir qu’il soit professionnel. Quant à moi, j’allais devoir le voir comme un médecin. J’avais refusé à ce que ce soit un autre qui prenne ce rôle. Je n’avais confiance en personne d’autre que lui. Notre première séance devait avoir lieu dans son cabinet. Cela allait lui permettre de se sentir dans son élément, de jouer son rôle à fond. Je n’avais pas pu lui refuser. Je lui en avais déjà tellement demandé. Il avait, cependant, insisté pour venir me chercher dans ma chambre. Avec l’aide des infirmières, je m’étais mise dans un fauteuil roulant. Et je détestais cela. Ils m’avaient débranché de certaines machines. Cependant, je trainais avec moi ma perfusion. Le petit tube pour la dialyse était resté en place. Je n’étais juste pas branchée à cette machine – là. Je voulais marcher pour y aller. Mais les infirmières ne l’avaient pas voulu. Et, malheureusement pour moi, elles étaient trois et j’étais toute seule. Je n’avais donc pas pu résister. J’étais de ses patientes pas facile. Lorsque l’une d’entre elle devait me prodiguer des soins, elle ne venait que très rarement seule. Les infirmières venaient de sortir de la chambre qu’Aymeric arrivait. Il me déposait un rapide baiser sur la joue. Moi, j’avais envie de l’embrasser. Mais je devais me retenir. Pas maintenant. Plus tard dans la journée quand il viendrait me voir en tant que petit ami peut – être. « Ca va un peu mieux qu’hier. La nuit a été horrible. Vraiment trop longue. ». Dormir sans lui, j’en étais incapable. Mais je n’allais pas avoir le choix…
Il ne nous fallut que quelques minutes pour se retrouver dans son cabinet. Mon cœur battait la chamade. Heureusement, je n’étais plus branchée à l’électro-cardiogramme. Il ne pouvait donc pas le voir. « Si cela ne te dérange pas, je préfère m’asseoir sur un des sièges. ». Je tenais à le faire seule. Je n’avais pas besoin d’aide. Je devais en être capable. Je pris donc une grande inspiration avant de me lever doucement pour me mettre dans le siège. Il se trouvait vraiment fort proche de moi. Cependant, le moindre effort physique me fatiguait. Je repris donc, doucement, mon souffle. « Je t’écoute. ». Je lui souris doucement. J’étais concentrée sur ce qu’il me disait. J’essayais de faire la part des choses, de le voir comme un médecin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Lun 4 Aoû - 21:07

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


La première nuit est la plus difficile... Si tu veux, je resterais plus longtemps qu'hier?
J'essayais vraiment de me concentrer sur ce que je devais faire, mais ça n'allait pas être simple. Louise ne nous avait pas facilité la tâche en me désignant comme son médecin. Au départ, personne n'était d'accord, pour les mêmes raisons: nous étions trop proches. Mais Louise avait tellement insisté, qu'ils ont accepté de faire un test, ils auraient certainement pas le choix même si ça ne fonctionne pas, vu la détermination de Louise.
Bien sur que non, je ne te le proposerais pas sinon...
J'étais près d'elle, prêt à l'aider si elle en avait besoin mais elle voulait se débrouiller seule apparemment, je n'insistais pas... Lorsqu'elle fut assisse, je m'asseya sur le coin du bureau, disons que je n'aimais pas être assis sur le siège, qui me semblait trop loin des patients. J'aimais avoir une certaine proximité, et encore plus là.
Habituellement, j'essaie de connaître la personne, ses peurs, et la source de ses problèmes... Mais à moins que tu n'y vois un inconvénient, ou que tu aies omis des détails, on peut passer ce moment, et passer directement à la façon dont nous allons procéder.
J'attendais son consentement ou alors qu'elle m'avoue peut être d'autres choses? Mais je pense en savoir déjà beaucoup. Je passa une main dans mes cheveux, et observa Louise.
On essayera de se voir le plus possible, il faut que tu me parles de tous tes ressentis, ce que tu vis mal ou ce que tu vis mieux... Je t'ai déjà prévenu plusieurs fois, sur le fait que ça ne sera pas facile, j'ai besoin de te comprendre, de comprendre comment tu le vis, et c'est important que tu me parles de ce que tu ressens. Tout ce qui te semble important, il faut que tu en parles... Plus aucun secret. Ça te semble possible?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Lun 4 Aoû - 21:30

La veille, Aymeric était parti alors qu’il n’était que 19 heures. Il avait encore quelques trucs à faire. Il devait mettre en place le fait que ce soit lui qui me prenne en charge. Il devait parler à son chef. Et puis, il y avait quelques trucs à prendre à la maison pour moi. Je l’avais donc laissé partir non sans mal. La soirée n’avait pas été très longue. J’avais rapidement trouvé le sommeil. J’étais morte crevée. Mais je m’étais réveillée plusieurs fois pendant la nuit. Entre les effets de manque, les cauchemars et le tensiomètre. Je n’avais pas énormément dormi. « Tu peux peut – être demander à te faire venir mettre un lit ? Tu dormirais près de moi comme cela même si tu travailles, je t’aurai toute la soirée. ». J’avais de la chance d’avoir une chambre particulière et de faire partie du personnel. Ils allaient très certainement accepter.
Apparemment, il commençait toujours de la même façon avec ses patients. Il me demanda alors s’il y avait quelque chose qu’il ne connaissait pas. Je ne le voyais pas comme ça. Mais c’est pas pour autant que je n’avais pas envie d’en parler. L’épisode Xavier m’avait marquée très fortement. Et puis, il ne savait pas pourquoi j’avais commencé à boire. Mais je ne savais que lui répondre. « Non, tu sais tout ce qu’il faut savoir. ». Et c’était vrai. Il y avait des détails dont il n’était pas au courant. Mais cela restait des détails.
« Le plus possible ? Cela veut dire quelle fréquence ? ». Je devais lui faire part de mes craintes, mes questions. Je me demandais réellement combien de fois j’allais le voir dans son bureau. « Ce ne sera pas facile au début. Mais je pense en être capable. ». Le voir là, face à moi. Je ne pouvais que craquer. Je prenais alors sur moi. J’essayais de le voir comme mon médecin. Mais il était tellement bien foutu. Et il semblait sûr de lui quand il était dans son domaine. Il n’y avait pas de doute, il était fait pour ce métier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Lun 4 Aoû - 22:05

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je n'avais pas pu rester très longtemps, j'avais pas mal de choses à régler, des affaires à récupérer pour Louise, que j'avais d'ailleurs dans un coin de mon bureau et que je lui apporterais après. Je n'avais pas beaucoup dormi cette nuit, rien que le fait de savoir qu'elle dormait ici, dans un état des plus inquiétants, m'avait fait faire des cauchemars, j'avais passé la nuit à fixer le plafond, n'attendant qu'une chose: que mon réveil sonne pour me lever. Elle demanda tout haut ce que je pensais tout bas... Je hochais la tête, murmurant.
Oui, je vais essayer de négocier ça...
On avait tous notre manière de faire, parce que chaque personne réagissait plus ou moins différemment, certains préféraient la manière forte et d'autres la manière plus douce. Je savais faire les deux, même si j'étais plus doué pour analyser calmement les choses. C'était assez étrange pour moi de me retrouver là, je sentais le regard de Louise sur moi. Je me doutais qu'elle me dirait ça, c'était rare que dès le départ, on révèle tout. Ça devait venir d'elle-même, je savais tout ce qu'elle avait bien voulu me dire... Je hochais la tête, fixant le carnet que je tenais. Il fallait d'abord poser quelques clous, j'insistais sur le fait de ne pas avoir de secrets pour moi.
Peut être tous les jours au départ, en plus vu que tu es à l'hôpital, ça sera certainement le cas et au fil des efforts que tu auras fais, on espacera un peu plus les séances.
J'espérais de garder un ton sérieux, et professionnel. Je relevais très peu la tête et le regard, de peur d'être déstabilisé. Mais je ne pouvais pas passer la séance comme ça, je me risquais à jeter un rapide regard envers Louise.
Je... Louise, c'est important d'accord? Il ne faut pas que tu me regardes comme ton petit-ami là, même les sujets sensibles, tu dois l'aborder, tout ce qui a pu jouer dans tes addictions. C'est important dans le processus. Tu ne vas plus pouvoir toucher à l'alcool ou à la drogue, c'est terminé, il faut que tu apprennes à te contrôler, et je suis là pour ça. On va commencer par étape: l'alcool. On va organiser quelques petites séances avec d'autres personnes qui ont le même problème, en parler c'est une première étape. On avancera à ton rythme. Tout dépendra de toi, et de ta volonté, tu m'as exprimé ton désir d'arrêter de te détruire la santé, donc on a déjà bien avancé. Tu as des questions? Des remarques?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 11:34

Aymeric tenait un carnet dans ses mains. J’étais intriguée. Qu’est – ce qu’il pouvait bien y noter ? A quoi cela lui servait – il ? Je me souviens d’avoir vu, dans un film, un psychiatre dessiner. Mais je savais qu’Aymeric n’était pas comme cela. Il écoutait clairement ses patients et s’inquiétait pour eux. Je savais qu’il était le meilleur dans son domaine. Et ça, personne ne pourrait me faire croire le contraire. Je l’écoutais alors attentivement. Nous allions nous voir dans ce contexte tous les jours. Je me demandais donc ce que j’allais bien pouvoir lui raconter. Mais après tout, il devait sûrement bien si prendre. Il allait peut – être me poser des questions pour me mettre sur la piste. Je n’avais jamais consulté. Et cela me stressait un petit peu. « D’accord. C’est comme tu le sens. ». Je m’étais déchargée de ce poids sur lui. Je lui faisais entièrement confiance. C’était à lui de gérer.
Aymeric ne me regardait pas vraiment. Etait – ce par peur de se rendre compte de qui se trouvait devant lui ? Il ne savait pas comment réagir ? Jusque – là, il semblait très bien se débrouiller. « Aymeric, je ne suis pas addictive. J’aime bien boire un verre de temps en temps, comme tout le monde. ». Je l’avais écouté attentivement. C’était maintenant à mon tour de lui parler. Il n’était pas question de jouer sur les sentiments. Je devais prendre mes distances. Me dire que je parlais à un médecin, à mon psychiatre. « Et si je ne me sens pas capable d’arrêter l’alcool comme ça, directement ? Je veux dire, et mon verre de 11h35 ? Celui de 17h45 ? Ou encore celui de 19h03 ? Ce n’est pas possible. Pas du jour au lendemain. Je n’en suis pas capable. Et puis, que veux – tu que je dise à ces autres personnes ? Enfin, je ne suis pas malade. Je ne suis pas comme eux ! ». Je ne m’énervais pas. Je parlais vraiment d’un ton calme. J’étais trop faible pour m’énerver ou pour monter la voix. Je lui faisais, simplement, part de mon ressenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 12:28

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


C'était une des séances les plus bizarres que j'avais faite, d'habitude je prenais les rennes directement pour bien faire comprendre que le patient devait me faire confiance et qu'il n'avait pas d'autres choix. Mais dans la vie de tous les jours, Louise aimait beaucoup me contredire, et aller contre ce que je disais. J'allais devoir être ferme, mais ce n'était pas simple... Je me sentais vraiment pas à l'aise. Je faisais tourner le crayon entre mes doigts, l'écoutant, je m'attendais à des contestations de toute manière.
Il faudra ajouter ça aussi, prendre conscience que tu es malade, tu es accro, même si tu ne veux pas en parler. Tout le monde ne boit pas un verre tous les jours, surtout que toi c'est plus qu'un verre. Ce qui est bien plus grave... Ta santé ne se serait pas détériorée aussi vite.
J'adoptais toujours ce ton calme, posé, je ne voulais pas élevé la voix, ce n'était pas encore la peine de le faire. Je levais durant quelques secondes la tête, écoutant les paroles de Louise, prenant quelques notes, elle se dévoilait un peu.
On ne peut pas encore prévoir, tu réagiras mal, je n'en doute pas, mais on ne peut plus faire ça progressivement, on ne peut plus prendre le risque que tu bois une goutte d'alcool de plus. Ta santé est en jeu désormais. Bien sur que c'est possible, tu vas suivre un traitement pour te réduire tes envies d'alcool, tout est possible lorsqu'on le veut. Tu te trompes, ces autres personnes te comprendront mieux que moi, ils vivent ou ont vécu la même chose que toi. Tu m'as dis de gérer non? Eh bien, je te conseille vraiment d'y aller.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 13:38

Finalement, il aurait peut – être dû commencer comme s’il me rencontrait pour la première fois. Faire de même qu’avec ses patients. C’était la première fois que nous nous voyons dans ce contexte. Mais il n’avait pas jugé bon de le faire. C’était son boulot, pas le mien. Il devait très certainement savoir comment gérer le genre de cas qu’était le mien. Je l’écoutais alors, à nouveau, attentivement. Il ne levait toujours pas son visage vers moi. Il me semblait être plus à l’aise que lui. Mon stress diminuait au fur et à mesure que les minutes passaient. « Je suppose que je serai obligée d’en parler… Même si pour moi, c'est un problème. Oui, c’est plus qu’un verre. ». Je n’osais pas réellement lui dire le nombre de verre dont j’avais besoin pour tenir le coup. Pour moi, c’était un sujet tabou. D’ailleurs, à chaque fois que nous abordions le sujet, cela se terminait en dispute. Mais là, je n’avais pas le choix. J’allais devoir l’assumer. Je ne pouvais quitter cette pièce aussi facilement que chez moi. Ici, je n’étais pas en face de mon petit ami mais de mon psychiatre. C’était vraiment tout autre chose. J’allais devoir parler, parler et encore parler…
Mes verres avaient une heure bien précise. J’étais à la limite de sauter de joie quand ces fameuses heures arrivaient. Je ne les loupais pas d’une minute sauf lorsque je travaillais. Oh, il m’arrivait de boire un verre ou deux pendant une garde. Mais ça, je me chargeais bien de le cacher à Aymeric. « Mes reins supporteront bien encore un verre ou deux. Au point où j’en suis de toute façon. Ca ne peut pas être pire. ». Rester alitée me rendait malade. Je tournais en rond, le temps me paraissait terriblement long. « Suivre un traitement ? Tu veux dire que je vais devoir prendre des médicaments ? ». Curieusement, même si j’étais médecin, c’était quelque chose contre lequel j’étais totalement contre. Pas de médicament ! « Oui, je t’ai dit de gérer… Mais je vais devoir y aller seule ? ». Je ne me sentais pas capable d’affronter mes démons toute seule. J’avais vraiment besoin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 18:00

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je me contentais de hocher la tête, c'était aussi difficile que je l'avais pensé au départ... Je n'étais plus aussi sûr de vouloir me charger de tout ça, et si ça ne fonctionnait pas? Je sais que je me sentirais affreusement coupable. Je n'arrivais pas à penser clairement, je fis les cent pas avant d'aller m'asseoir sur la chaise libre à côté d'elle. Ce n'était pas à Louise de me rassurer dans cette histoire, c'était à moi de l'aider, je devais me reprendre. Il fallait que je m'y habitue... Ce sujet on avait plutôt l'habitude de l'aborder, et à chaque fois, on se mettait à élever le ton. Même si là maintenant je ne faisais que mon boulot, j'avais l'impression de me retrouver dans une de ces fameuses conversations, craignant que Louise me contredise. Malgré un peu de résistance, elle semblait être plus compréhensive, elle devait sûrement voir qu'elle n'avait pas d'autres choix.
Ça ne pouvait pas être pire? C'était une plaisanterie non? J'essayais de me contrôler, j'avais envie de lui dire que si, ça pouvait être bien pire, elle risquait la mort, ne comprenait-elle pas? Je répondis alors brièvement, voyant rouge.
Non, plus aucune goutte d'alcool, je serais intransigeant sur ce sujet, tout comme nos collègues.
Si elle voulait espérer être greffé, elle allait devoir arrêter ses bêtises, et pour ça, il fallait agir de manière forte. J'utilisais un ton très sérieux, et ferme. C'était quelque chose sur laquelle je ne reviendrais pas.
Tout dépendra de la façon dont tu réagis, parce qu'il existe des moyens d'atténuer les envies d'alcool, sur le court terme.
Je la voyais déjà faire la tête de patiente difficile, quand on dit que les médecins sont les pires patients, je ne pourrais pas dire le contraire.
Au départ, si tu as besoin que j'y sois avec toi, je viendrais. Je suis là pour t'épauler, je ne te veux pas de mal d'accord? Si tu veux que je vienne, il te suffira de me le demander.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 21:05

Ce qu’il me dit me stupéfia. Le ton qu’il avait utilisé, je ne l’avais jamais entendu. Il était si ferme. Je ne pouvais qu’accepter. Je n’osais répliquer d’ailleurs. Cela ne semblait pas négociable. « Mais… ». C’est tout ce qui était sorti de ma bouche. J’avais parlé assez bas mais il l’avait entendu. J’étais incapable de lui dire plus là – dessus. Il venait de me faire comprendre que je ne le pouvais pas. Pendant quelques longues secondes, je pris le temps de réfléchir à ce que je pouvais lui répondre. « Et si je ne le respecte pas ? ». Il pourrait croire que e le mettais au défi. Mais je voulais savoir à quoi m’attendre si je craquais, si je ne me sentais pas assez forte pour. J’espérais qu’il ne le prenne pas comme une provocation. Là, de suite, cela ne m’intéressait pas.
Les médicaments, j’étais complètement contre. Je le regardais alors. « Pas de médicament. Si tu dois m’administrer des calmants, pas de soucis. Je te fais entièrement confiance là – dessus. Tu ne dois pas me demander mon avis. Mais il est hors de question que je prenne des pilules. J’en ai déjà bien assez à prendre. ». Je ne supportais pas cela. Et j’allais me battre bec et ongle pour qu’il le comprenne bien. Il devait se douter que cela n’allait pas être facile avec moi. Je n’allais pas être de ses patientes qui dit oui à tout. Ce n’était, tout simplement, pas dans mon caractère. Même si je m’étais complètement déchargée sur lui, je préférais avoir l’impression d’avoir le contrôle même si pas du tout. Enfin soit. J’étais assez contente qu’il n’aie parlé que de l’alcool pour le moment. Nous n’avions presque jamais parlé de la drogue. Il n’en savait pas grand chose finalement. Et ça, il ne m’avait pas strictement interdit d’en prendre. Mais chut, on ne dit rien !
« Et si je ne veux pas y aller dès maintenant ? Si je ne me sens pas prête ? ». Je savais qu’Aymeric ne me voulait pas de mal. Il veillait non stop à ce que je sois bien. Je ne pris donc pas la peine de lui répondre à cette partie de phrase. Je m’étais contentée de lui sourire doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 21:33

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Apparemment, ça avait fait un bon effet, je ne rigolais pas du tout avec sa santé, elle devrait le savoir. Cette fois, je la fixais droit dans les yeux, la méthode douce n'avait pas fait ses preuves sur Louise, alors je devais fonctionner comme ça. Même si je sais qu'elle n'acceptera pas tout... Je fronçais les sourcils, sentant qu'elle voulait ajouter quelque chose. Mais elle ne dit rien de plus qu'un petit "mais" à voix basse. Je rebaissa ma tête vers mon carnet, où j'y avais noté quelques penses-bêtes, des questions qui m'étaient venues en tête. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me demande ce qu'il se passerait si elle ne respectait pas mes conseils.
Soit j'essaie de te recadrer, et tout roule ou alors on va être obligé d'arrêter, j'ai un collègue qui est bien pire que moi...
Je replongeais ma tête dans mon carnet, comme ci rien n'était. Je voulais essayer de lui faire peur, parce que oui si elle flanche, on risquait de l'envoyer à un autre psy, vu la difficulté avec laquelle on m'avait accordé le dossier de Louise, ça me serait encore plus difficile une fois que j'aurais montré que je n'en étais pas capable. On m'attendait au tournant pour le coup...
Je hochais la tête.
D'accord, pas de médicaments. Mais si jamais tu changes d'avis, pas de soucis.
C'était son choix, les médicaments pouvaient l'aider c'est tout. Tant qu'elle ne boit plus une goutte d'alcool, tout m'allait très bien. Je relevais de nouveau la tête, me souvenant d'un détail, un détail plutôt important.
Ce n'est pas parce que l'on n'aborde pas tout de suite le sujet de la drogue, que tu as le droit d'en consommer, ça vaut aussi pour ça. On ne peut faire qu'une chose à la fois...
Nous revenions au sujet des fameuses séances collectives, qui semblait plutôt l'effrayer.
Et pourquoi tu ne veux pas y aller dès maintenant? Au moins une première séance, juste pour voir comment ça se passe, et essayer de te présenter aux autres. Qu'en penses-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 22:14

Le regard qui avait accompagné sa recommandation me dit un peu peur. J’avais compris que je ne pouvais pas rigoler avec ça. Je n’avais même pas intérêt à essayer. J’avais donc à peine répliqué. Je m’étais donc contentée de lui demander les implications. Ce dont j’aurai droit si jamais je craquais. « Qu’on s’entende bien. Je ne veux personne d’autre que toi. Si on m’adresse à un autre, je n’ouvrirai pas la bouche. Tu es le seul que je veux. C’est tout ! ». A mon tour, j’imposais ma règle. J’étais prête à faire énormément d’efforts mais uniquement si lui me supervisait. « Tu trouves pas que c’est un peu radical ? Enfin, plus du tout ? Vraiment ? ». Je le regardais alors. Je n’essayais pas de le charmer ou quoi que ce soit. Je voulais juste qu’il accepte deux voire trois verres par jour. Passer de six à zéro, je n’osais l’imaginer.
Il avait très facilement accepté ma décision sur les médicaments. Il ne l’avait d’ailleurs pas remise en cause. J’étais donc rassurée. Je me doutais qu’il aurait sur lui les pilules me convenant. Mais cela ne serait qu’en dernier recours. Je ne voulais pas. Si je devais y arriver, c’était seule. Enfin, pas à l’aide de choses chimiques. « Merci. ».
« Donc, je peux en consommer tant que tu ne le sais pas ? ». J’avais une once d’espoir dans ma phrase. Il ne m’en enlevait qu’un sur deux. J’allais pouvoir contacter mon dealer rapidement pour qu’il puisse passer m’en donner. Il fallait que je compense d’une façon ou d’une autre. Et là, c’était plutôt une bonne idée. Enfin, il me semblait.
« Je ne veux pas y aller parce que je ne suis pas comme eux. Je ne suis pas malade, je ne suis pas accro. ». Je le regardais alors, sûre de moi. « Je ne suis pas prête. Pas maintenant. Je ne veux pas. ». Je voulais bien faire des efforts. Mais déjà rien que le fait de m’imposer de ne plus boire une goutte d’alcool allait me demander beaucoup. Les séances de groupe, je ne pouvais pas. Pas maintenant. Je ne m’en sentais pas capable. Pas capable d’en parler devant tout le monde. Je l’avais gardé pour moi des années durant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mar 5 Aoû - 23:15

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Elle s'amusait vraiment à me faire tourner en bourrique, elle était douée, je devais l'avouer. Mais j'essayais de ne pas oublier où j'étais et quel rôle je devais jouer, ce n'était pas le moment de perdre patience. Pour le moment, je m'en sortais pas trop mal... Mais pour combien de temps encore? Nous n’avancions pas durant cette séance, restant sur les limites qui embêtaient encore Louise, malgré ce que je lui avais dis.
On ne nous laissera pas le choix... Alors fais en sorte que ça se passe bien. Je ferais tout mon possible pour que ce soit le cas, je t'en fais la promesse.
Cette fameuse question concernant l'arrêt total de l'alcool, semblait la travailler plus que je ne le pensais.
Réfléchis un petit instant... Imaginons que je te laisse boire, sauras-tu t'en tenir à au nombre de verre que je t'impose? Je ne veux que la vérité, ne me dis pas oui, et puis ça ne reste qu'une hypothèse, soyons bien clair.
Je voyais bien que ça l'effrayait de s'imaginer ne plus toucher à rien du tout, l'effet de manque se fera ressentir tout le temps, mais au moins ça sera radical. Il n'y avait pas de raison que je remette en question le sujet des médicaments, c'était Louise qui avait le choix. Les médicaments étaient là pour l'aider, mais ça ne la rendait que plus courageuse de faire ça.
Quand est-ce que j'ai dis ça? Non, non, n'y penses même pas. On abordera le sujet des drogues bien assez tôt, ne t'inquiètes pas. C'est le même système que l'alcool.
Elle avait vraiment eu l'air de croire qu'on allait accepter qu'elle consomme de la drogue, ça serait tout nouveau ça. Elle était incroyable quand même... Elle était bornée, et elle restait fixée sur une seule idée.
Je peux t'assurer que oui, sinon tu ne serais pas là à me demander de t'accorder quelques verres avant l'arrêt. Certaines personnes ne sont plus malades, tu sais, c'est bien de voir comment ils l'ont vécu. Tu es certaine? Même si je venais avec toi? De toute manière, il faudra que tu y ailles...
Je sais que j'insistais, mais c'était enrichissant ce genre de groupes, elle était toujours aussi persuadée de ne pas être accro, c'était le gros soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 7:04

Contrairement à d’habitude, notre conversation était calme et posée. Je ne m’étais pas énervée. Lui un peu plus peut – être. Mais nous ne nous disputions pas. Et waouh, que ça faisait du bien ! Aymeric avait beaucoup de patience. Je ne savais pas ce que j’aurai fait dans l’autre sens. Il ne m’aurait pas fallut beaucoup de temps pour démissionner.
Il me demanda alors si j’étais capable de me contenter de quelques verres par jour. Enfin, s’il me donnait un nombre bien précis. Je pris quelques secondes pour y réfléchir. « Je dois te répondre franchement ? ». C’était bien ça le soucis. Je ne pouvais lui mentir ici. Je ne voulais pas mettre en péril sa place. Apparemment, il s’était battu pour pouvoir s’occuper de mon cas. Son chef l’avait à l’œil. Je ne pouvais donc pas jouer avec le feu. Je relevais alors la tête pour le regarder. « Ce sera difficile. Mais je pense en être capable. Beaucoup plus que si je devais arrêter nettement du jour au lendemain. ». Je pris une grande inspiration. « Enfin, l’alcool c’est une manière pour moi de me détendre. J’aime boire un verre de temps en temps. Et puis le goût que ça a. C’est une bénédiction. Finalement, c’est comme si tu interdisais un gosse de boire du soda. Il ne comprendrait pas, si ? ». Je comparais aux enfants parce que c’était mon domaine, celui que je comprenais le mieux. Au fond de moi, je savais qu’il était inutile de négocier. Aymeric m’avait bien fait comprendre que je n’y toucherai plus une goutte. Il tenait trop à ma santé que pour me laisser continuer. Il tenait trop à moi.
« Tu ne l’as pas dit… ». Mais ils étaient sérieux là ? Les deux en même temps ? Mes prochaines semaines de vie allaient être un enfer. Je ne savais pas comment j’allais faire. Je m’énervais intérieurement. Une larme de colère finit par couler sur ma joue. C’était de trop, beaucoup trop en même temps. Je me rendais compte du long chemin fastidieux qui m’attendait. Je ne m’en sentais pas capable. J’avais envie de baisser les bras dès maintenant. Je ne m’attendais pas à des décisions aussi radicale.
« Je suis certaine, je ne veux pas y aller. Je refuse de parler à des inconnus de choses privées. ». De toute façon, personne ne pouvait m’y emmener de force. Et si jamais ils y arrivaient, je n’étais pas pour autant obligée de parler. Il y a des choses qui doivent restées entre lui et moi. Point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 10:25

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je hochais la tête, oui c'est ce que j'attendais de sa part, qu'elle soit franche durant ces quelques séances. Pas qu'elle réponde oui, alors que ce ne fonctionnera pas. J'attendais sa réponse, sachant que même si elle se disait capable de se limiter, je ne pense pas que ça pourra se faire.
Le fait d'y re-goûter ne te fera rien du tout alors? Parce que souvent arrêter c'est un chose, se contrôler de ne pas vouloir vider la bouteille en est une autre.
J’écoutais ce qu'elle me disait, une façon de se détendre, c'était souvent le cas, on chercher à oublier ses problèmes en se réfugiant dans ce genre de choses qui apporte du réconfort. Je la regardais, voyant que ça l'embêtait vraiment que je ne puisse pas lui accorder quelques verres, mais je ne devais pas craquer.
Te détendre? Pourquoi ressens-tu cela? Je veux dire... Quel a été l'élément déclencheur?  Tu m'as avoué boire plus d'un verre de temps en temps non? Pour les sodas, ce n'est pas pareil, un enfant ne réagit pas comme un adulte... Mais je suis certain que si tu lui achetais une autre sorte de boisson, il s'y ferait très bien.
Ce n'était pas facile de la convaincre, je parlais toujours sur un ton très calme et posé, l'heure tournait et j'essayais de glisser des petites questions.
Voyant sa réaction, c'était difficile de ne pas réagir. Je m'accroupis près d'elle, saisissant son menton pour la forcer à me regarder.
Louise, tu savais dès le départ que ça serait difficile, plusieurs fois on en avait parlé déjà, tu savais ce qu'il t'attendait. Tu n'es pas seule...
Je ne pouvais pas la forcer à y aller, peut être qu'à force de venir, elle finira par changer d'avis.
Pour le moment, je t'accorde un sursis, mais tu devras y aller, lorsque tu te sentiras prête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 13:38

Je lui avais alors répondu franchement. Je n’avais pas le choix de toute manière. Et une partie de moi n’avait plus envie de lui mentir. Je voulais pouvoir lui dire tout ce que je ressentais comme je le voulais. Je savais que pour aller mieux, je devrais être capable de me dévoiler un peu plus. Je l’écoutais alors attentivement. J’étais pleine de bonne volonté. « Comment ça, rien du tout ? Ca fait 24 heures que je n’ai pas touché à un seul verre. ». Je restais calme même si intérieurement, je m’énervais. J’essayais de contenir ma colère de peur que cela ne parte en cacahuète comme dans la salle de bain. « Tu te rends compte de l’effort que je fournis ? Je suis à deux doigts de péter un câble. J’essaye de me canaliser. Mais quand ce sera trop, ce sera trop. A un moment donné, je peux avoir toutes les bonnes intentions du monde, c’est humain. ». J’essayais de parler calmement. Il fallait que je me gère.
Vint alors le temps des questions. Je pense d’ailleurs que c’est à partir de là que la séance a commencé. Fixer les règles, c’est bien. C’est même normal. Mais il fallait que l’on parle maintenant, que je me pose les bonnes questions. Je les écoutais attentivement d’ailleurs. « L’élément déclencheur de tout cela ? ». Je ne sais pas ce que je désignais par tout cela. Mais j’attendais sa réponse avant de poursuivre. « J’ai commencé à boire assez jeune lors de ma crise d’adolescence. J’avais 15 ans et je sortais en boîte. C’est quand tu as commencé à me connaître. Je voulais simplement faire comme les autres. Je n’ai bu que les week-ends. Ensuite, je suis rentrée à l’université. Là, je participais à bon nombre de soirées. Elles étaient tout le temps le même jour : le jeudi. J’avais donc abandonné de boire le week-end pour boire le jeudi lors de soirées. Oh, je finissais toujours bien. J’ai dû me retrouver dans le lit de bons nombres de garçons d’ailleurs. ». Je me rappelais alors qu’il était mon petit ami. Il y a des choses que je devais peut – être garder pour moi… « Je devais peut – être éviter ce détail ? ».
Il essayait de me rassurer. Mais ici, il était mon médecin. Il ne pouvait donc pas me prendre dans ses bras. Nous devions garder une certaine distance. Et franchement ? Juste maintenant, c’était compliqué. J’aurai tant voulu mettre ma tête dans son cou. Me reposer quelques instants. « Oui. Mais je ne m’attendais pas à ça. Pas à autant. C’est trop, beaucoup trop. ».
J’allais devoir y aller quoi qu’il en soit. Cela ne me plaisait pas. Mais nous en reparlerions plus tard. Là n’était pas le moment. « Lorsque je me sentirai prête. ». J’avais donc simplement répété ce qu’il venait de me dire. La réflexion allait être une bonne chose pour la prochaine nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 19:32

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je veux dire par là, que tu arriveras facilement à t'arrêter lorsque je te le demanderais? Oui, et c'est déjà un bon début, à part hier, tu n'as pas ressenti de nouveaux signes de manque?
J'étais content de voir qu'elle répondait à mes questions, qu'elle faisait un gros effort et j'en étais plus que conscient. Même si je le voulais, impossible de faire passer de l'alcool dans un hôpital, et encore moins sous une excuse médicale. Elle allait devoir faire avec... J'avais envie de la réconforter, de la serrer dans mes bras, mais je me contentais de serrer mon crayon entre mes doigts, nous n'avions pas le choix. La séance n'était pas encore terminée...
Bien sur que je m'en rends compte, je ne peux rien faire pour ça... Ton état est bien trop préoccupant pour que l'on te cède ça. Peut être que c'est une bonne idée ça, te canaliser. Pourquoi ne pas pratiquer un sport quand tu te sentiras mieux? Ça te fera certainement du bien.
L'heure continuait de tourner, et il fallait avancer, j'en profitais en creusant un peu plus ce qu'elle me disait. Il fallait bien en venir quelque part.
Oui la raison de pourquoi tu as commencé à boire, de plus en plus. Tu as ressenti un manque? Une envie? Ou autre chose. Oui, je m'en souviens très bien... Mais ça ne restait qu'occasionnel, qu'est ce qui a fait justement que tu t'es mise à boire tous les jours? Il y a dû se passer un événement?
Je gardais toujours la tête baissée, continuant de prendre quelques petites notes, j'essayais de ne pas retenir ce qu'elle venait de dire, je n'avais pas le droit de dire quoique ce soit, c'était du passé, et j'avais eu aussi des aventures. Je me contentais de hocher la tête, bêtement. Certes, ce n'était pas plaisant de l'entendre de sa bouche, mais bon, je ne pouvais pas lui reprocher ça...
Non, c'est bon. Je suis le médecin là.
J'étais toujours près d'elle, accroupi, essayant de la rassurer au mieux. Enfin, si on veut, elle savait depuis le départ que ça serait difficile, ce n'était que le début. Elle n'irait pas de mieux en mieux au départ.
Pour être honnête avec toi, pendant quelques temps, ton état ne s'améliorera pas, il faut être patient... Penses à la vie que tu auras, une fois que tu seras greffée.
Je ne préférais pas revenir sur ce sujet, je n'étais pas là pour la forcer à faire ce genre de choses. C'est elle qui me préviendra quand elle se sentira prête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 20:32

Si j’allais réussir à m’arrêter ? Déjà rien que de diminuer mes doses aller relever du miracle. Mais il ne pouvait pas s’en douter. Il ne savait pas à quel point j’étais atteinte. Lors des heures piles, j’étais incapable de m’en passer. « Peut – être pas facilement mais j’y arriverai. On peut aller pas à pas ? Tu peux me les supprimer un par un ? ». Et dire qu’il ne connaissait déjà pas le nombre de verres à la base. Je savais que s’il me le demandait, je ne pouvais lui mentir. Mais cela le rendrait malade, il serait hors de lui. J’avais l’impression de savoir prédire sa réaction. « Si, cette nuit… ». J’avais repoussé les couvertures plusieurs fois. Une infirmière venait souvent vérifier que je ne faisais rien de mal. Mais elle n’avait rien voulu m’administrer. Mon médecin n’étant pas présent. J’étais un cas particulier. Je ne pouvais pas recevoir n’importe quel médicament. Tout devait être réfléchi un minimum. Et je n’avais pas été en état de l’aider. Elle s’était donc contentée de rester à mes côtés. Pourquoi je ne l’avais pas dit à Aymeric plus tôt quand il m’avait demandé comment s’était passée ma nuit ? Parce que je ne voulais pas qu’il se sente coupable de me laisser comme ça, toute seule.
« Je te dis qu’à un moment, je n’y arriverai plus. Je ne pourrais plus me canaliser… ». Faire du sport ? Sérieusement ? « Je tiens pas debout toute seule, je suis incapable de faire un pas. Comment veux – tu que je me mette au sport ? Et puis, je n’ai pas le temps. Quand veux – tu que je le fasse ? ». Entre mes gardes et mes études, j’étais plutôt tout le temps occupée. Et je n’avais pas envie d’arrêter tout cela. Oh, Aymeric allait très certainement veiller à ce que je diminue mon temps de travail. Et ce pas que dans un premier temps. Il n’allait pas pouvoir s’arrêter de s’inquiéter pour moi. Je mettrais ma main à couper qu’il veillerait à ce que je ne travaille pas trop jusque la fin de ma vie.
La raison pour laquelle j’ai commencé à boire ? Elle était évidente et pas du tout en même temps. « J’en avais envie. Cela rendait ma vie meilleure. Mais je ne sais pas ce qui a déclenché cela. Peut – être un mixte de plusieurs choses en même temps. Et puis, je ne bois pas assez pour que l’on dise de moi que je suis une malade. Je ne contrôle peut – être pas totalement le nombre de verres que je bois. Mais ils sont limités. ». Je me voilais la face encore et encore. Oh, ce n’était pas prêt de s’arrêter. Je ne savais pas comment Aymeric devait s’y prendre pour me le faire comprendre. Mais j’étais sûre qu’il trouverait bien.
« Pas mieux du tout ? Enfin, comment tu veux que je me motive ? C’est comme quand une fille est au régime. Si elle ne voit pas de résultat au bout de peu de temps, elle s’arrête. C’est normal ! ». J’étais une anti – régime. Il n’y avait rien de mieux que manger. J’adorais ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Mer 6 Aoû - 23:18

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Elle ne voulait pas en démordre, la décision ne tenait pas uniquement à moi. Je ne m'occupais que du côté psychologique, son médecin, et d'autres plus spécialisés, ne m'avaient pas laissé le choix. Dans un sens, je préférais aussi qu'elle arrête totalement, je serais prêt à accuser les coups de gueule même dans la vie privée, j'avais déjà réussi à gérer jusqu'à aujourd'hui, plus ou moins.
Ça ne dépend pas uniquement de moi, Louise...
Quand je lui avais demandé comment s'était passé sa nuit tout à l'heure, elle ne m'avait pas parlé d'une rechute. Je fronçais les sourcils.
Tu comptais m'en parler quand? Quand je t'ai dis que tu devais rien me cacher, j'étais plus que sérieux...
Ça n'allait pas être simple, elle gardait beaucoup de choses pour elle, ce n'est pas comme ça que ça allait fonctionner. Je passais une autre main nerveux dans mes cheveux, réfléchissant. Je n'avais pas l'impression de nous voir avancer, on tournait un peu en rond, même si je faisais quelques découvertes, tout doucement.
On trouvera une solution à ce moment là, une chose après l'autre. Je vais justement t'apprendre à te contrôler, quand je te sentirais prête, tu pourras essayer de nouveau de boire, mais ça sera un chemin long et laborieux. Quand tu seras remise sur pied, bien sur, ça me parait évident que là ce n'est pas possible. On te trouvera du temps, ne t'inquiètes pas.
Le sport était bon pour justement se détendre, une petite parenthèse dans sa vie où on a la tête vidée. Ça ne pouvait que lui faire du bien, même rien qu'un petit jogging de temps en temps. Elle était contre toutes mes idées, c'en était désespérant, encore une fois, je ne devais rien montrer. J'essayais d'en savoir plus, et elle semblait accepté de se dévoiler. Même si cet éternel problème revenait sans cesse: elle ne se voyait pas comme malade. Je secouais la tête. Elle finira bien un jour par en prendre conscience.
Tu sais ce que l'on dit? Un alcoolique, c'est quelqu'un qui a ses petites habitudes, même pour un verre à telle heure, tu peux être considéré comme un alcoolique, à mon avis. Même si un verre ce n'est pas si grave... Tu es toujours persuadée de ne pas être addict, et pourtant j'ai énormément de preuves qui peuvent te prouver le contraire.
Il allait falloir sérieusement travailler ça... J'essayais de la rassurer, mais elle me prenait un peu plus en grippe.
Il faut que tu trouves une autre motivation, certains s’appuient sur leurs proches, leur raison de vivre... Il n'y a pas de solution miracle, ça met du temps, c'est comme pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Jeu 7 Aoû - 8:10

Ca ne dépendait pas uniquement de lui… Je devais donc arrêter de me battre. Il était impossible que l’on m’autorise à boire encore. J’allais devoir baisser les bras. Je relevais alors la tête pour le regarder. « Je n’ai donc pas le choix ? ». Aymeric devait très certainement avoir eu une petite réunion sur mon cas avec les médecins qui traitaient de mon cas. Ils avaient du prendre des décisions me concernant. Comme je m’étais totalement déchargée sur Aymeric, c’était à lui de me le faire comprendre. Je ne voulais plus rien gérer. Je lui faisais totalement confiance.
« Je ne sais pas quand je comptais t’en parler. Mais je voulais le dire à mon médecin, pas à mon petit ami. Je ne veux pas que tu t’inquiètes pour moi. ». Ce n’est pas que je voulais lui cacher certaines choses. Je me doutais que l’infirmière lui ferait un rapport. Il y a de grandes communications entre toutes les personnes dans un hôpital surtout quand il s’agit d’un patient. Donc, s’il ne l’avait pas appris de moi, un autre le lui aurait certainement dit.
« Que l’on s’entende bien, je ne suis pas contre de faire du sport. J’aime encore ça. Je disais juste que dans un premier temps, je n’en serai pas capable… ». Je n’allais pas rejeter ses idées une à une. Je ne voulais pas le décourager avant même d’avoir commencé. Je ne pouvais pas en faire qu’à ma tête. Ce n’était pas possible. « Je pourrai de nouveau boire à un moment donné ? ». J’étais à la limite de sauter de joie. Ce n’était donc pas un arrêt définitif ? Ca, c’était une motivation. Je l’avais trouvée !
« Et bien, je t’écoute ! Et je te promets de ne pas te contredire. ». Il fallait que je fasse des efforts. J’allais y arriver. Je croyais en moi. Cela devait être possible. Je le regardais alors avec un petit sourire. Je me sentais de plus en plus à l’aise dans ce cabinet.
« Et bien donc, tu seras ma motivation ! Ca te convient ? ». Cela voulait dire que j’allais mettre tout mon espoir sur lui. Et que si cela ne fonctionnait pas, je risquerai de me fâcher sur lui, de m’énerver…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Jeu 7 Aoû - 22:41

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je hochais la tête, oui elle n'avait pas le choix. Elle avait trop joué avec sa santé pour qu'on la laisse encore profiter des plaisirs de l'alcool ou de la drogue. Sa vie risquait d'être radicalement différente désormais. Elle devait se rendre à l'évidence, malgré que ça ne lui plaise pas, elle allait devoir faire ce qu'on lui dit.
Quoi que tu fasses, je m'inquiéterais tout le temps, ce sont des choses qui ne se contrôlent pas... Même en tant que petit-ami, je préférerais que tu ne me caches rien, tu sais, l'honnêteté est importante dans un couple, même si ça fait souffrir.
Je savais que j'aurais fini par le savoir, mais j'aurais surtout préféré qu'elle me le dise... Même si ça pouvait me mettre en rogne, ou me faire me sentir coupable, je ne voulais plus de secrets entre nous. Lorsqu'elle avait dû dévoiler ses derniers mystères, ça avait été bien plus douloureux. Je lui souris, apparemment elle était d'accord pour faire un peu de sport, ça ne pouvait pas lui faire de mal.
Très bien... Y a t'il un sujet que tu souhaites aborder en particulier ou pas du tout?
J'avais dis ce qu'elle attendait que je dise d'après ce que je voyais. Je ne voulais pas lui donner de faux espoirs, mais au moins elle avait retrouvé le sourire. C'était une petite victoire... Elle était prête à m'entendre cette fois, je souris en coin, content malgré tout.
Tu te souviens de tes réactions quand tu n'as pas bu depuis un petit moment? L'exemple de l'enterrement par exemple, et tu ne te sentirais pas gêner de boire devant moi, ou en secret, ce qui prouve qu'au fond de toi-même, tu le sais... Les effets de manque sont immédiats sur toi, preuve que tu bois beaucoup, avec tes heures bien précises. Si tu suis bien tous mes conseils, sur le long terme, oui, tu pourras peut être envisager de boire à nouveau de l'alcool, en moindre quantité bien sur.
Je n'étais pas contre boire de l'alcool, mais pas au rythme où Louise buvait une bouteille, c'était de trop. Cette séance aurait peut être une note positive...
Ce n'est pas à moi que ça doit convenir, c'est de toi que ça doit venir, on ne peut pas t'imposer une motivation, ça n'aurait pas de sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Ven 8 Aoû - 21:28

J’avais préféré lui cacher que j’avais fait une crise de manque pendant la nuit. Il devait déjà se faire un sang d’encre comme ça. Alors, il ne fallait pas y ajouter le manque. Il serait très certainement venu en urgences jusque l’hôpital pour s’occuper de moi. Et non, j’y étais arrivée toute seule. Enfin, avec l’aide de l’infirmière. Mais tout de même… « Tu vas t’inquiéter tout le temps à cause du fait que tu aies appris ma maladie ? ». Je parlais calmement. J’avais besoin de comprendre. C’était à mon tour de lui poser une question. Oui oui, c’est moi qui suivais une thérapie. « Oui, elle est importante. Mais là, ce n’était rien. Un petit détail. Je ne voulais juste pas te faire de mal, pas t’inquiéter. Te permettre de passer une meilleure nuit. ». Je savais que cela allait lui donner une raison de plus pour dormir dans la même chambre que moi. Cela lui permettrait de me surveiller. Dès ce soir, il serait là. Pour me rassurer mais aussi pour se rassurer. Et puis, les infirmières ne pouvaient pas passer toute leur nuit avec moi. Elles avaient assez bien d’autres patients.
« Je ne sais pas comme ça. Je préfère quand tu me poses des questions. Cela me guide comme cela. Je sais comment partir. ». Il pouvait me donner un sujet. Enfin non, une question précise. Et je pouvais commencer à parler toute seule quelques minutes. J’attendais alors, patiemment, qu’il me pose une question ou qu’il me mette sur la voie. Je n’avais pas l’habitude de faire ce genre de chose. J’avais juste besoin qu’il me guide.
« Je te crois, je te fais confiance. Mais je n’arrive pas à m’en rendre compte. ». Je pense qu’il devrait me le prouver quand je suis en crise de manque par exemple. J’avais sûrement besoin d’être un peu secouée aussi. Là, Aymeric avait toujours été calme, doux, posé et gentil avec moi. Et je l’adorais comme cela. Mais peut – être que pour son rôle de psy, il devrait tenter autre chose ? Enfin, ce n’était pas à moi de lui dicter son métier. Il devait sûrement y aller progressivement. Un pas après l’autre.
« Non, tu as raison. Mais je veux savoir si la mienne te convient. ». Je lui souris alors doucement. Son avis m’était très important aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Ven 8 Aoû - 22:45

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Je m'inquiétais déjà avant de le savoir... C'est sur que ça ne me rassure pas, de te savoir malade en plus de tout ça. Réciproquement, tu ne serais pas inquiète aussi pour moi? C'est normal...
Je ne comprenais pas pourquoi elle me posait cette question, on était entrain de mêler notre vie privée et ma vie professionnelle en même temps, et c'était vraiment une nouveauté pour moi. Les deux étaient étroitement liées dans ce cas là... Oui, j'allais m'arranger pour passer la prochaine nuit, et toutes les autres si c'était possible auprès d'elle. Je préférais largement l'avoir à l’œil, et près de moi.
Je n'ai pas beaucoup fermé l’œil, tu sais... Je pensais à toi, ici, seule dans cette chambre, mal en point, et je te dirais que j'étais content que le réveil sonne... Désormais, je serais là, près de toi.
Je sais au fond que réciproquement elle réagirait comme moi, voire peut être pire que moi, alors pourquoi n'avait-elle pas l'air de comprendre? J'étais posté là à côté d'elle, avec cette envie de la serrer dans mes bras. Je déposa le carnet de notes, et croisa les bras, une façon de me donner un peu de contenance.
C'est comme tu veux, si ça peut t'aider... Comment te contrôles-tu habituellement? Tu m'as avoué ne pas boire pendant tes services, comment ça se passe dans ces cas là?
Elle me laissait le libre-champ de creuser, et c'était ce que j'appréciais. Même si parfois avoir les propres réflexions des patients pouvaient s'avérer très instructifs. Ça viendrait certainement avec l'habitude... Elle commençait à se dévoiler, les pièces du puzzle allaient pouvoir se mettre en place tout doucement.
On en reparlera...
Je ne voulais pas insister plus que ça, insister était inutile dans ces cas là. Il fallait attendre le bon moment. Encore une fois, elle me demandait un avis personnel... Ça allait être difficile de garder une certaine distance, lorsque l'on est aussi proche. Etre professionnel sur le bout des doigts, sera trop me demander je crois. Je me mis à sourire...
Ça peut être une bonne motivation, oui, si toi tu la juges bien pour toi aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Sam 9 Aoû - 7:20

Je pense qu’Aymeric est quelqu’un qui s’inquiète assez vite. Mais encore plus quand c’est une personne à laquelle il tient. Il devait très certainement s’inquiéter pour ses patients. Je me demandais alors comment il faisait au quotidien. L’inquiétude était, pour moi, l’un des pires sentiments possibles. « Si, je serai très inquiète. Je pense même que je t’aurai surveillé toute la nuit. ». Et j’aurai pris congé de mon boulot aussi. Mais j’avais souvent des réactions surdimensionnées. Je n’étais donc pas un exemple. « Mais j’en fais toujours de trop. Donc, ne te base pas sur moi. ». Je ris alors doucement. « Tu n’es pas obligé, tu sais. Tu dormiras certainement mieux dans ton lit, à la maison. ». Tiens, où avait – il dormi cette nuit ? Je ne voulais pas lui imposer de passer sa vie à l’hôpital. Parce qu’entre son boulot, ses visites auprès de moi et les nuits, il n’allait pas beaucoup voir la lumière du jour… Je ne pouvais donc lui imposer quelque chose. Il fallait que cela vienne de lui.
Je lui avais alors demander de me poser quelques questions. Cela m’aiderait à parler, à savoir vers quoi me tourner. « Habituellement, je m’isole. J’écoute une musique calme. Toujours la même. Je ferme les yeux. Et je m’imagine un moment heureux. Oh, ce n’est pas toujours facile, tu sais. Enfin, parfois je veux tellement boire que je n’y arrive pas. J’essaie de me contrôler uniquement quand je prends une garde quelques heures après. Les autres fois, je cède à mon envie. Parce que, finalement, je n’ai pas de raison d’arrêter. Il y a des fois où cette méthode ne fonctionne pas. Je suis obligée de craquer. Alors, je craque. Je reprends du service avec un ou deux verres dans le nez. C’était plus fort que moi. A croire que ma main fait ce que mon cerveau veut sans que je ne puisse l’en empêcher, tu vois ? Mais une fois en service, je ne bois plus. Enfin, j’ai toujours une flasque remplie dans mon casier. Si jamais j’ai un cas plus difficile ou la perte d’un enfant, je sais que j’en ai pour me calmer… ». Oui, je venais de lui avouer qu’il m’arrivait de boire en service. Mais attention, jamais à être saoule. Juste de quoi m’aider un minimum…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymeric Collins
avatar
les conditionnels
vos messages : 289
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   Sam 9 Aoû - 21:34

 
Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être.


Louise passait aussi son temps à s'inquiéter pour ses patients, nous ne faisions pas un métier facile, il faudrait mettre ses sentiments de côté, mais ça ne nous rendrait plus humain. C'est normal que l'on ressente des émotions face à une personne qui a besoin de nous.
Tu peux alors comprendre pourquoi je suis autant inquiet à ton sujet. Surtout si tu dis toi-même en faire de trop. J'espère que je ne serais pas trop envahissant ces prochains mois...
Je savais que j'allais l'être, la surveillant du coin de l’œil. Elle avait besoin qu'on la surveille, que l'on veille sur elle. J'aurais tellement aimé lui accorder plus de temps, j'allais essayer de réduire un peu mes journées pour les passer auprès d'elle. Lorsqu'elle sera sortie de l'hôpital, elle pourra aussi probablement reprendre le travail, ce qui sera plus simple. Je m'approcha un peu plus d'elle, c'était de plus en plus difficile de ne pas devoir être tactile avec elle, j'avais toujours eu des petites attentions envers elle avant même que l'on forme un couple.
Ne dis pas de bêtises, je me sentirais rassuré d'être à côté de toi... A moins que tu attendes toujours ton infirmier?
J'ajoutais cette dernière phrase sur un ton plus bas, avec un grand sourire. J'adorais la charrier, même si ce n'était pas le moment, ni l'endroit.
En parlant de ça, tu me rappelleras de te donner tes livres toute à l'heure, et je t'ai pris quelques affaires. Fin de la parenthèse, sinon on va jamais en finir...
Je lui avais posé une question, parce que oui elle m'avait dis ne rien boire pendant son service, si c'était la vérité, elle avait trouvé un moyen de se contrôler seule, et à vrai dire, ça m'intriguait. Je l'écoutais... Et apparemment, elle ne tenait pas aussi bien que je ne le pensais même en service.
En fin de compte, tu n'arrives pas à avoir assez de contrôle sur ton envie de boire, moi qui pensait que tu ne buvais jamais en service. Ça ne va pas être du gâteau, tu es bien plus touchée que je ne le pensais... Même le fait de risquer de perdre ton boulot ne te motive pas? Tu as de la chance que ça ne s'est pas su... Tu risques très gros, tu pourrais même faire une erreur médicale, des vies sont entre tes mains...
Je ne devais pas en parler, elle risquait la suspension même si elle arrêtait. Elle avait joué avec des vies pendant quelques années à cause de l'alcool, sans que l'on s'en aperçoive, c'était très grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Séance n°1: être professionnel... Essayer de l'être. (Aymeric & Louise) [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» votre parcour scolaire et / ou professionnel
» Empêchement professionnel ... vends mes places 1 euro
» [Vendu] très beau bouzouki professionnel
» Cote des guitares Jackson/Charvel
» MPD 24, PADkontrol, ou TriggerFinger ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-