AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 17:08

ydriss dahmer
i like the way it's hurts

Nom : dahmer, le seul héritage de son père. Sans réelle signification mais doux à ses oreilles. C'est exactement le nom qui figure sur les papiers d'ydriss. On pourrait également y rajouter d'artolem, mais il a préféré épargner cette peine aux agents administratifs. ✏ Prénom : ydriss, c'est la douce mère qui a choisit. Elle trouvait que cela avait une sonorité angélique. De même, Ezechiel (le deuxième prénom d'ydriss) fut le mauvais prophète de la Bible, celui qui annonça les malheurs qui s'abattraient sur la Terre. ✏ Âge : dix-sept malicieuses années. ✏ date et lieu de naissance : Il est né il y a aujourd'hui dix-sept ans durant le Samedi de Lazare. Sa mère avait souffert tout au long du carême mais l'avait tout de même respecté. Il est par ailleurs né dans une petite ville éloignée de la civilisation, en France. Un pur français.  ✏ vos origines : la france, ce beau pays que beaucoup qualifient de romantique. ✏ Métier : il n'en a pas vraiment, il aide parfois son oncle à la librairie, mais cela ne va pas plus loin. ✏ Orientation sexuelle : Dieu, son seul et unique amour. C'est pour lui seul qu'il se donne corps et âme, un brin masochiste. Il a fait voeu de chasteté alors ce n'est pas réellement un problème. Il fuit les hommes pour échapper à la tentation et méprise les femmes, symbole d'impureté. ✏ Statut matrimonial : voué à Dieu, corps et âme. ✏ côté financier : de classe moyenne, il ne roule pas sur l'or mais n'a jamais manqué de pain. Il remercie d'ailleurs Dieu pour ça, chaque jour. Caractère : C'est un être effacé, perturbé, silencieux, innocent, pur, chaste, généreux, patient, souriant, adorable, joyeux, parfois légèrement névrosé, souffre un trouble du sommeil (narcoleptique), optimiste.  ✏ Groupe : futuriste.

un peu plus sur vous.
   Ydriss, il est instable. Inconstant et éternellement perturbé. Le monde est noir, non, le monde est blanc. Oui, ou alors non. Peut-être. Le mal, est-il bon ? Il penche sitôt d’un côté que l’autre l’attire. Il est attiré vers le bas, un poids accroché à son mollet atrocement molesté. Il trouve le mal plutôt pas mal. Il remonte à la surface en battant frénétiquement des bras pour ne pas sombrer. Il se rend compte que si, c'est mal. Alors il replonge. Cette scène se répète inlassablement. Tantôt bon, tantôt mauvais. Tantôt heureux, tantôt maussade. Lunatique. Bipolaire. Son cœur balance, la mort ou une simple punition ? La violence ou le pardon ? Le pardon, il n'y a pas eu droit. Il est tombé bas, mais il creuse encore.
Sans cesse, il cherche. Il recherche la médiocrité et les déjections de Satan. Il recherche ce qui pourrait l'empêcher d'être lui-même. Il se met à genoux face à Dieu et l'implore de l'aider, il le menace. Il lui crache dessus en lui jurant de se tourner vers Satan si c'est là la seule manière d'attirer son attention. Parce que dans le fond, il n'attend que ça. Un signe.

Il vit selon les préceptes de la Bible. Cette bible avec laquelle il a grandit, avec laquelle il a appris à lire, à ressentir. La Bible, son simple espoir. Les prières, sa manière de s'exprimer, le bonheur lorsque sa langue se délit.
Il s’inflige parfois des douleurs insupportables pour chasser les tentations et le mal qui le ronge à l’intérieur et qui lui patine parfois la gueule et les mains. Cela allant de la simple flagellation qui lui laisse le dos en sang, rongé par les cicatrices du temps qui laisse des marques indélébile, jusqu’à serrer sa cuisse avec une croix. Celle qu'il a depuis toujours, celle qui ne le quitte que rarement. Il sera toujours ainsi, à jamais dans la démesure. Pas entièrement, simplement la moitié. La moitié d'un homme pur mais aux pensées parfois étranges. Son caractère est ainsi. Soit il vous paraît sympathique, soit effrayant. C'est un grand catholique, il lui arrivait dans le temps de faire la charité. Accueillir des sans abris chez lui, les nourrir et leur offrir des vêtements, un toit au dessus de leur tête pour la nuit. Il est fasciné par le mal, mais se tourne vers le bien. Ou bien est-ce le contraire. Il oublie parfois.
Il parle plusieurs langue, le français, le latin, le grec ancien, l'hébreu et il n'a que quelques notions d'arabe. Grâce à sa mère. Elle lui a toujours dis que la parole était une arme que peu pouvait égaler. Alors il a beaucoup appris, pour devenir fort. Un esprit saint, dans un corps saint. Il ne fume pas. Il ne boit pas. Il ne se drogue pas. Il mange saint. Il n'a fait qu'une erreur dans sa vie, et cela le hantera jusqu'à la fin de ses jours. Condamné à jamais.

Il s'approche de la potence peu à peu, sans le savoir, sans le vouloir. Cette maladie le ronge, il aura du mal à en réchapper, la même que celle qui a emporté sa mère. Pourtant, rien de méchant en soit, il n'y pense pas lorsqu'il dort. Parfois pendant des jours, parce qu'il n'a pas le choix, parce qu'il est malade. Malade de vivre.
   
   des questions sur vous.
   depuis combien de temps êtes-vous en ville? votre réponse ici en cinq lignes. comment considérez vous votre vie actuellement? votre réponse ici en cinq lignes. est-ce qu'il y a une chose que vous voudriez changer? votre réponse ici en cinq lignes.

   derrière l'écran.
   votre pseudo : abcdextasy ✏ votre âge : 18 ans ✏ votre pays : france ✏ scénario ou inventé : inventé ✏ votre fréquence de connexion : tous les jours normalement ✏ comment êtes-vous arrivé ici? : je ne sais plus, le forum était dans mes favoris ✏ vos commentaires/impressions : je suis absolument folle de ce design, le forum a l'air sublime j'accepte que le pnj intervienne dans mes rps sans me poser de question : oui, pourquoi pas ✏ je désire avoir un parrain ou une marraine : non merci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 17:08

story of my life
i like the way it's hurts

C'était à la tombée d'un soir d'automne, en ces dernières années en Angleterre. Vers le sombre faubourg, des voitures, allumées, roulaient, attardées après l'heure préconisée. L'une d'elles s'arrêta devant le portail d'un vaste hôtel, entouré de jardins séculaires. Les lourds battants s'écartèrent. Un homme de trente à trente-cinq ans, en deuil, au visage mortellement pâle, descendit. Sur le perron, de taciturnes serviteurs élevaient des flambeaux. Sans les voir, il gravit les marches et entra. C'était le père d'Ydriss. Il était à côté, sa petite main tremblante dans la sienne. Un silence de plomb planait au dessus d'eux alors qu'ils essayaient tout deux d'oublier, de se remettre du mal qui les habitait alors. La mort d'un proche. Celle de la mère. Aujourd'hui, Ydriss a vu sa génitrice s'éteindre. L'enterrement a duré quatre heures et le malheureux a pleuré durant tout ce laps de temps. Il ne lui reste plus de larme dans son corps, il est épuisé. Vide de toute émotion à présent. Il sentit alors les bras de son père le porter. Chancelant, celui-ci monta les escaliers blancs qui conduisaient à cette chambre où le matin même, la maîtresse de maison avait couché dans un cercueil de velours. En haut, la douce porte tourna sur le tapis; il souleva la tenture.

Tous les objets étaient à la place où la défunte les avait laissés la veille. La Mort, subite, l'avait foudroyé. Elle avait succombé à ce piège fatal qu'était la vie. Et ce matin là, ses lèvres s'étaient brusquement mouillées d'une pourpre mortelle. A peine avait-elle eu le temps de donner à son époux un baiser d'adieu, en souriant, sans une parole, que ses cils s'étaient rabattu sur son regard. Comme un voile de deuil. Et maintenant que la journée sans nom s'était écoulée, l'enfant allait enfin pouvoir trouver du repos. Les bras de son père le portèrent jusqu'à son lit et l'y déposèrent avec soin. Doucement, monsieur Dahmer confia un baiser sur le front de son fils et remonta la couverte sur son corps mince et frêle. « Il faut que tu dormes maintenant. Nous avons eu une dure journée. » Il avait raison. Une bonne nuit de sommeil ne pouvait être que bénéfique à son organisme. Et pourtant, comment trouver le sommeil dans des moments pareils ? L'enfant enroula alors ses bras autour du cou de son père en enfouissant sa tête dans ce creux réconfortant. Une larme roula sur sa joue anormalement pâle. Et c'est dans les bras de cette homme chaleureux qu'il se réfugia pour trouver un minimum de réconfort. Ils en avaient tous deux besoin. Caressant son visage enfantin, le quinquagénaire essuya ses larmes à l'aide de son pouce en lui murmurant quelques mots. « On surmontera ça ensemble ma princesse, je t'en donne ma parole. » Il se releva ensuite et quitta la pièce. La nuit s'annonçait longue et maussade, Ydriss se retrouvait alors seul avec ses démons. L'homme allait certainement rejoindre son autre enfant, Jules, un garçon sourd et muet, jugé trop fragile pour assister à l'enterrement de sa pauvre mère.

___________________________

Il était là. Le naïf petit humain. Les genoux à terre, les mains posées à plat sur son lit parfaitement fait. Il commençait à avoir mal à ses articulations, ses mouvements étaient douloureux et ses membres lourds. Il ressentait ce besoin éprouvant, le besoin de bouger. De ne pas se lever le matin simplement pour prier. Il voulait vivre, enfin. Sortir de ces murs et respirer. Il en manquait. Cet air qui était pourtant vital pour sa survie. Pour lui, cela faisait des années qu'il n'avait plus respiré. Ses poumons réclamaient. Un souffle de vie.
Alors il fermait les yeux et imaginait. Un monde où il n'aurait pas ce mal qui le rongeait. Un monde où il pouvait rester auprès de son frère pour s'en occuper. Sans ses murs blancs et froids d'asile qui lui rappelait qu'il n'allait pas bien du tout.

Il avait le cœur au bord des lèvres. Il pestait. Quoi qu'il fasse, il était incapable d'imaginer sa vie en dehors de ces murs aux allures mauvaises. Il n'y avait pas de couleur, pas de vie. Les senteurs n'étaient plus. Les émotions étaient perdues. Ou alors, cela venait de lui, c'était lui. Le problème, l'ultime problème. Et s'il était devenu aveugle. Muet. Sourd. Si tous ces sens étaient restés bloqué à l'entrée de la bâtisse. Comme une protection contre le mal. Tout autour. Le mal qui ronge le papier peint. Le mal qui se fraie un chemin dans le ciment sec pour l'atteindre. Pour les atteindre. Tous. Ils étaient tous visés au final. Les autres. Ceux qu'il n'aimait pas, parce qu'ils étaient différents. Ou était-ce lui. Il était différent. Il ne savait même pas ce qu'il faisait là, entouré par une misère que les parents ne voyaient pas. « c'est temporaire, si tu te tiens bien tu reviendras vite avec nous. » Il l'entendait encore cette vipère, sa belle mère. Il voudrait faire un nœud avec sa langue et lui enfoncer au fond de sa gorge. L'étrangler avec, puis demander pardon. Excuse-moi, mon dieu. Elle m'a forcé. Il se grifferait ensuite, il se flagellerait, il ferait couler son propre sang pour nettoyer celui de sa victime.

Victime, c'est un mot qu'il connait bien. Il en est une, aux yeux de Dieu.
Sa belle-mère n'était pas d'accord. Elle ne l'était jamais.
Garce.
C'était à cause d'elle, tout était de sa faute. Depuis qu'elle était avec son père, rien n'allait plus. Elle se croyait tout permis, elle l'avait enfermé là. Pour son bien, la blague ! Seul son père faisait tout pour son bien, elle, elle se débarrassait de lui. Simplement. Ce centre, c'était le moyen de ne plus le voir. De ne plus entendre chaque seconde que fumer c'était mal. Que boire, c'était mal. Que coucher était un péché. Pour lui en tout cas.

Il lui répétait sans cesse « Dieu te punira. »

Elle l'avait fais passer pour fou, elle l'avait emmené dans cet asile sans le consentement de quinconce et maintenant il en était prisonnier. C'est pour cela qu'il était ainsi positionné, il commençait d'ailleurs à avoir mal aux genoux à force de s'y percher. Si ses mains se rejoignaient et que ses paupières retombaient sur son regard, comme un voile de désespoir, ce n'était pas pour rien. C'était pour aller mieux. Pour que Dieu pardonne à sa belle-mère d'être une vulgaire catin. Pour qu'elle puisse avoir une mort paisible, parce qu'après la mort, il y a un nouveau chapitre qui s'entamait. Lorsque la page final se tourne, une autre s'écrit. Lorsqu'une pièce théâtrale s'achève, les comédiens saluent le public, mais reviennent sans cesse à la charge pour de nouveaux dialogues qui font rêver. De la même manière, après une vie bien remplis, une autre nous attend, bien plus palpitante que la précédente. Il le pensait, il le savait. Il en était persuadé. Dieu lui avait dit.
Mais il s'en voulait. Il s'en voulait de ne pas être comme elle. Il s'en voulait d'être aussi pur, d'avoir le corps d'un môme qui n'a jamais servi. Il s'en voulait de ne pas pouvoir faire rentrer sa pauvre belle-mère dans le droit chemin. Il s'en voulait d'avoir tenté de la tuer. Il aurait aimé ne jamais tenir ce couteau, ne jamais tenter en vain de le planter dans la chaire froide de cette femme.
Il s'en voulait d'être en vie parfois. Il repensait à sa mère parfois, il la saluait.

Alors, comme chaque soir. Il priait, dans cette langue qu'il aimait tant, le latin :

Pater noster, qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum
adveniat regnum tuum
fiat voluntas tua
sicut in caelo et in terra.

Panem nostrum quotidianum
da nobis hodie
et dimitte nobis debita nostra
sicut et nos dimittimus
debitoribus nostris
et ne nos inducas in tentationem
sed libera nos a malo.

Amen.


___________________________

UNDERCO
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 18:25

Bienvenue chez nous!

Bonne chance pour ta fiche! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Samuel Blake
avatar
les imparfaits
vos messages : 216
Date d'inscription : 29/04/2014

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 18:48

Tiens le bossu de Notre-Dame Razz
Je te souhaite la bienvenue par ici Wink

_________________
Dont cry for me !
sometimes I feel I've got to. Run away I've got to get away. From the pain you drive into heart of me. The love we share.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 20:07

merci à vous deux ! **
Revenir en haut Aller en bas
Devon Nightingale
avatar
les présents
vos messages : 2106
Date d'inscription : 20/04/2014

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 20:23

Bienvenue parmi nous  I love you 

_________________
set me free. leave me be.
Something always brings me back to you. It never takes too long. No matter what I say or do, I still feel you here 'till the moment I'm gone.@ ALASKA.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellias Cavanaugh
avatar
les imparfaits
vos messages : 1878
Date d'inscription : 18/04/2014

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Dim 3 Aoû - 21:13

Bienvenue à toi et bon courage pour ta fiche   

_________________
I am here still waiting though
With a broken heart that's still beating ✻ I'm falling apart, I'm barely breathing.With a broken heart that's still beating.In the pain is there is healing. So I'm holdin' on, I'm holdin' on, I'm holdin' on
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tobias Lowe
avatar
les conditionnels
vos messages : 276
Date d'inscription : 06/05/2014

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Lun 4 Aoû - 9:48

Bienvenue sur le forum Smile chouette avatar Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Mar 5 Aoû - 8:44

Bienvenue parmis nous ♥
Revenir en haut Aller en bas
Louise Everdeen
avatar
les imparfaits
vos messages : 451
Date d'inscription : 05/05/2014

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Mar 5 Aoû - 11:19

Bienvenue parmi nous!  Twisted Evil I love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Mar 5 Aoû - 15:53

merci à tous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   Sam 16 Aoû - 9:42

Ton délai est dépassé depuis un petit moment déjà  Laughing Est-ce que tu as besoin de plus de temps?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)   

Revenir en haut Aller en bas
 

est-ce ma faute, si notre père, a fait les hommes moins puissants que Lucifer ? (ydriss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Maurice Duruflé (1902-1986)
» Pleyel Rabaud Janacek Strauss Russell Davies 19/12/11
» Faute de Merles on va manger des Grives !
» Blog BF Notre Dame des Paludiers
» Requiem de Mozart à la Basilique Notre-Dame de Montréal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les fiches-