AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 touche me, don't be shy ft. Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neal Warren
avatar
les présents
vos messages : 219
Date d'inscription : 08/07/2014

MessageSujet: touche me, don't be shy ft. Sarah   Sam 12 Juil - 20:03

touch me don't be shy
SAREAL


Ca avait encore été une nuit de folie pour Neal. Mais bon, cela, il n’en n’avait sûrement plus que quelques vagues souvenirs. Ce qui lui rappelle plus ou moins ce qu’il s’est passé dans sa villa hier soir, c’est tout le désordre. Enfin, ce n’est plus un désordre c’est… encore pire. Il n’y a pas un mot pour décrire le nombre de verres qui trainent, les quelques survivants qui dorment dans diverses positions compromettantes. Puis, bien sûr, comme une fois n’est pas coutume, il s’est réveillé à moitié nu à coté d’une jolie blonde, du même âge. Il imagine le taux d’alcool qu’il devait y avoir dans son sang ou encore le nombre de personne qui a fait la fête ici, à ses cotés… tout ça, le journaliste y pensait alors qu’il virait les quelques personnes qui restaient chez lui – celle qui a dormi (ou peut-être plus) dans son lit y comprise. Il allait ensuite appeler une femme de ménage. Il l’appelle lorsqu’il a besoin, pour le peu qu’elle lui coûte. Il s’empressait de faire tout cela puisque ce matin (enfin, ce midi à en voir le soleil qui est déjà haut dans le ciel), il n’était pas d’humeur à ça. Il voulait juste un peu de tranquillité. De paix. Plus surprenant encore, il avait accepté un reportage demandé par la chaîne locale. Surprenant, oui, puisque depuis quelques temps son travail était passé au second plan, dans sa vie. Peut-être qu’il lui manque, finalement.[

Devant le miroir de sa salle de bain ultrasophistiquée, il se coiffe rapidement. A peine avait-il avalé son déjeuner qu’il avait décidé d’aller se documenter à la bibliothèque de la ville. Ca aussi, c’est étonnant de sa part. Lui qui préfère les lieux attractifs, bruyants et pleins de vie… ce n’est pas la vieille bibliothécaire qui va le combler. Sa barbe de trois jours naissantes, des lunettes de soleil hors de prix au bout du nez et une tenue chic – comme d’habitude –, il part. Il quitte son quartier « friqué » dans sa cabriolet Porsche et en une vingtaine de minutes à peine, il arrive au centre-ville. Un peu décoiffé par le vent, il n’hésite pas à mater les femmes dont on voit le plus de chères dans les rues. Il n’hésite pas non plus à dévisager les, visiblement, plus jaloux qui n’ose pas enlever leur regard de son bolide. Il aime qu’on le regarde. Il aime être envié. Enfin, il se gare, à quelques pas de la bibliothèque le plus souvent déserte. Un sac en cuir à la main, il pénètre dans le bâtiment tout poussiéreux. Ce sac contient un ordinateur portable sur lequel il pensait travailler un peu, le temps de cette après-midi. Enfin, cela c’était avant de remarquer quelqu’un. Une certaine Sarah qui avait partagé une nuit à ses cotés. Une nuit que le reporter ne risque pas d’oublier. Et elle non plus. Enfin, c’est ce qu’il croyait. Il avait été époustouflé par sa performance, et elle aussi, sûrement.

C’est donc le sourire aux lèvres qu’il progresse dans l’allée pleine de bouquins aux reliures vieillies par le temps. Au fond de cette allée, sur une table en bois est assise la petite femme. Visiblement concentrée sur un livre. Alors qu’elle est dos à lui, il avance le plus discrètement possible, d’une démarche pleine de vivacité. Loin de lui l’idée de bosser sur son reportage, maintenant. Ca lui est complètement sorti de la tête. Il a envie de la surprendre, encore. Ca fait pas mal de temps qu’il ne l’a pas vu, et il regrette. Il regrette de ne plus pouvoir la taquiner comme il le faisait. Elle n’était pas extraordinaire à ses yeux mais sa gêne le faisait rire. Les deux mains sur la chaise sur laquelle la vétérinaire est assise, il se penche jusqu’à ses lèvres viennent presque toucher son oreille. Un chuchotement, une voix sensuelle et provocatrice, voilà ce qu’il lui dit : « Ne joue pas à la gentille fille dans une bibliothèque… quand on est si vilaine que ça au lit, on ne peut pas. » Il se mord la lèvre inférieure. Il se rappelle de chacune des secondes qu’il a passé nu contre elle. « C’est d’ailleurs dommage que l’on ne se soit pas revu, depuis tout ce temps. J’aurais bien aimé m’amuser avec toi, encore. » Puis doucement, il se dirige juste en face d’elle, sur la même table il s’assoit. Un sourire coquin aux lèvres, un regard provocateur, il vient rapprocher son pied droit des siens dans le but de le caresser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Bennett
avatar
les conditionnels
vos messages : 251
Date d'inscription : 26/06/2014

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   Jeu 17 Juil - 11:29

Neal Warren & Sarah Bennett
Touche me, don't be shy


Cela faisait deux semaines, deux semaines que j'étais sortie de ce comas, que j'essayais de reconstruire ma vie. Les gens ne s'imaginent pas l'épreuve que cela représente, avoir la sensation d'avoir perdue vint-six ans de sa vie, aucun souvenir, aucun flash, rien. Tous les moyens étaient bons pour tenter de retrouver la mémoire, néanmoins j'essayais de sortir pour voir du monde. J'avais beaucoup de mal à supporter la solitude depuis mon accident.
Après avoir pris un bon chocolat chaud sur ma terrasse, en profitant des premiers rayons de soleil, je décidais de me préparer pour aller faire un tour à la bibliothèque. J'avais pris l'habitude de m'y rendre régulièrement ces derniers temps, c'était un endroit tranquille et apaisant, sans que je sois seule pour autant.
Une fois prête, vêtue d'une petite robe plutôt charmante qui mettait assez bien mon corps en valeur, j'attrapais mon sac et y glissa mes clefs. J'avais décidé de m'y rendre à pieds, je n'étais qu'à quelques minutes du centre et puis cela me ferais prendre l'air tout en profitant de cette belle journée. De toute manière, depuis mon accident, il n'était pas question que je reprenne la voiture de si tôt.

Je parcourais les étagères à la recherche d'un bon roman à me mettre sous la dent. Il y avait peu de monde en ce début d'après midi, je ne tardais donc pas à trouver une table de libre pour m'y installer tranquillement. Je me plongeais dans ce bouquin jusqu'à ce que je sente une présence derrière moi, me faisant presque sursauter. Le souffle chaud dans mon cou. Un homme murmurais à mon oreille, d'une voix sensuelle mais qui se voulait très provocante. La situation aurait pu être très excitante si seulement je savais qui était cet homme.
En revanche, ce qu'il me dit me déstabilisa complètement. Tellement surprise, j'ouvris la bouche mais aucun son n'en sorti. Il me fit face, c'est alors que je découvris un jeune homme plutôt séduisant je ne pouvais pas le cacher, mais ça ne lui permettait pas pour autant de me dire de telles choses. « Je vous demande pardon ? », finis-je par lui demander, perplexe. C'était certainement une mauvaise blague. Mais très rapidement cela pris un tournant bien plus sérieux. Il enchaîna, tout en s'installant en face de moi lorsque je sentis son pieds venir caresser le miens.
Je n'en revenais pas, personne ne m'avait dit que j'étais le genre de fille à avoir des relations d'un soirs et j'avais du mal à le croire. Je ne trompais pas Mylow tout de même, je ne menais pas une double vie quand même. Ça paraissait complètement aberrant par rapport à tout ce que j'avais pu découvrir sur moi. Ce n'était pas possible il devait forcément faire erreur. Et puis, comment osait-il se montrer si provoquant et si sûr de lui. « Je suis navrée mais vous devez faire erreur. » lui répondis-je en retirant mon pied de son emprise. J'étais troublée certes, mais je ne voulais pas lui montrer. Je commençais à me lever de ma chaise pour aller me trouver un autre coin, certaine qu'il ne me lâcherait pas si je restais face à lui. Je n'avais aucune preuve de ce qu'il m'annonçait était véridique, il se peut qu'il ne connaisse même pas mon prénom. C'était peut-être même une pauvre technique de drague. Prête à faire demi-tour, c'est alors qu'il me saisit le poignet pour me retenir et me faire asseoir. Sa poigne était ferme sans se montrer toutefois violente. C'est comme s'il ne voulait pas me forcer mais qu'il tenait à ce que je reste en sa compagnie. Je lui lançais un regard interrogateur.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neal Warren
avatar
les présents
vos messages : 219
Date d'inscription : 08/07/2014

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   Dim 20 Juil - 21:13

touch me don't be shy
SAREAL


Il pouvait presque sentir la surprise de la jeune femme. Neal adorait cela. Ce sentiment d’être inattendu, surprenant lui plaisait au plus haut point. Puis, c’est une agréable surprise qu’il fait là à sa très chère Sarah. Assis en face d’elle, il enleva enfin ses lunettes dans lesquelles se reflétait auparavant le visage de son « amie ».  Puis son regard se posa une seconde sur la bouche de la brune. Elle était presque bouche-bée, comme si elle n’en croyait pas ses yeux. Voyons Sarah, tu devrais pourtant savoir que je suis un homme plein de surprises et de ressources… se disait-il. Il regarda d’ailleurs ces lèvres magnifiquement bien dessinées avec envie. Sans s’en cacher, loin de là. Voilà qu’une de ses simples méthodes pour attirer son attention et lui faire comprendre… ce pourquoi il est allé vers elle. Ce n’était pourtant pas son but en sortant de chez lui, pour une fois qu’il avait décidé d’accepter un reportage et qu’il allait bosser. On dirait cependant que ses plans ont bien changés depuis qu’il a remarqué qu’il n’était pas le seul dans cette vieille bibliothèque poussiéreuse. Non, maintenant, loin de lui l’idée de faire des recherches et de se documenter comme il s’était apprêté à le faire. Non, maintenant il va s’amuser. Comme il l’avait si bien fait avec la jeune vétérinaire.

Son audace, ses paroles, ses petits regards, tout cela semblait la choquait. Pourtant, elle devait avoir l’habitude de cela. De Neal. Depuis qu’ils avaient partagé leur lit le temps d’un soir (après une soirée bien arrosée), la gêne de la jeune femme qui s’en voulait tellement le poussait à adopter un tel comportement dès qu’il en avait l’occasion. Enfin, ce comportement était familier pour la plupart de ses proches. Alors à quoi jouait-elle ? Elle connaissait bien, pourquoi jouer la parfaite inconnue qui ignore qui il est ? C’est ce qu’il pouvait se demander, entre autre, lorsqu’il n’était pas trop concentré sur ses lèvres roses, encore. Il laissa même échapper un petit ricanement en entendant la façon dont laquelle elle le vouvoyer. Encore plus lorsqu’elle lui dit qu’il devait faire erreur puis qu’elle se mit à partir. Dans l’immense salle silencieuse, seul le rire cristallin du journaliste brise cette ambiance lourde et pesante. Il attrapa son bras. Il n’exerçait pas une pression qui avait pour but de la retenir, de l’empêcher de partir – ou plutôt de fuir – sans pour autant la séquestrer. Juste ce qu’il faut pour qu’elle comprenne qu’il veut qu’elle reste. Soudain, il prit un air des plus sérieux. Peut-être qu’elle comprendra qu’il est sérieux ? Que ce n’est pas une façon puérile de l’accoster comme cela mais juste une envie de renouveler ce qu’il s’était passé dans le passé.

Pour lui qui a l’habitude de manipuler, de charmer pour parvenir à ses fins, ce ne fut pas bien compliqué d’afficher son plus beau sourire et son air le plus convainquant possible en s’apprêtant à lui parler. Neal avait lâché son bras après avoir vu un semblant de ok-tu-as-trois-secondes-avant-que-je-parte dans les yeux de la belle brune. « Voyons, Sarah, nous sommes des adultes maintenant. Tu comptes me fuir comme cela encore longtemps ? » Son ton était académique, calme. Il avait pesé chacun de ses mots. Bon, bien sûr, c’était beaucoup moins informatif que lors de ses reportages télévisés, mais tout de même très convainquant. Soudain, ça fit déclic dans sa tête. Cette idée le fit sourire de plus belle. Il pensait enfin avoir compris son petit manège. Une lueur étrange brillait dans ses yeux. Il était fier. Il était sûr d’avoir vu juste et n’allait pas hésiter à le lui faire comprendre. « Oh, j’ai compris ton petit jeu ma belle… Je ne savais pourtant pas que tu inventais de tels scénarios pour pimenter ta vie sexuelle. M’enfin, si ça te plait, alors faisons comme tu le souhaites. » Il était persuadé qu’elle mettait en scène cela. Qu’elle faisait l’ignorante pour rendre encore plus intéressant sa relation avec son partenaire… vous savez, comme ces couples qui décident le temps d’un soir de jouer à l’infirmière sexy ou encore à l’hôtesse de l’air. Des fantasmes, en fait. Alors il avait fini par conclure qu’elle serait la jeune fille prude et lui… et lui ? Il se le demandait. « Mais… toi, tu es la fille innocente, d’accord. Mais moi, quelle est mon rôle ? » Toujours une pointe de provocation dans sa voix, de sensualité naturelle. Et bien sûr cette voix coquine à souhait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Bennett
avatar
les conditionnels
vos messages : 251
Date d'inscription : 26/06/2014

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   Lun 21 Juil - 18:18

Neal Warren & Sarah Bennett
Touche me, don't be shy


Plongé dans la lecture de ce thriller palpitant, je ne m'attendais absolument pas à ce que qui que ce soit ne m'aborde, et encore moins de cette manière. Je n'avais eu que quelques contacts avec des proches depuis ma sortie de l'hôpital, étant anciennement une acharnée au boulot, je ne trouvais guerre beaucoup de temps à accorder à mes amis. Ce qui paraissait encore plus surprenant, c'est que je trouve le temps pour une relation de ce genre, or j'avais été en couple jusqu'au six mois qui avaient précédé mon accident. Dans un premier temps, je n'étais d'ailleurs pas convaincue et était presque persuadé qu'il devait se tromper de personne, ça ne ressemblait tellement pas à ce que l'on m'avait décrit de l'ancienne Sarah. Tout le monde avait le droit à des coups de folie d'accord, mais là ça paraissait tout de même un peu gros. En revanche, une simple petite chose ne tardait pas à semer le doute.

Il saisit mon bras, mais surtout il prononça mon prénom. Mauvais signe. Cela voulais donc dire que quelque soit notre relation, il ne faisait pas erreur, nous nous connaissions apparemment bel et bien.
J'avais vraiment envie qu'il m'explique précisément ce qui s'était passé entre nous mais je ne lui posais pas de question, vu son ton et son caractère, il ne m'aurait absolument pas cru et m'aurait rie au nez. Puis de toute manière, je n'aime pas raconter à tout le monde ce qu'il m'est arrivé, moins je le dis et mieux je me porte. Alors je décidais d'opter pour une autre tactique, rentrer dans son petit jeu pour essayer d'en savoir plus.

Je sentais qu'il appréciait on ne peut plus la situation. Ça l'amusait. Il ne parvenait pas à le cacher, je crois même qu'il n'essayais pas, je pouvais le lire dans son regard ainsi qu'à travers ses ricanements. J'étais certaine qu'il était le genre de mec qui aimait que les femmes soient à sa merci. Je sentais son regard posé sur mes lèvres, un regard intense comme s'il cherchait presque à me caresser de ses yeux. Je lui faisais envie et il ne s'en cacher pas. Légèrement flattée et troublée, je parvenais tout de même à ne pas lâcher prise, c'était la seule chose qu'il attendait et je ne voulais pas lui donner cette chance, encore moins si rapidement.


Je croyais presque halluciner en entendant son interprétation. Toutefois, je me ressaisie rapidement en lui répondant quasiment du tac au tac. « La bibliothèque est pourtant déjà un endroit excitant par son côté insolite, pas besoin d'y rajouter de jeux de rôles, enfin puisque tu y tiens... », continuais-je en m'approchant de lui, venant mettre ma bouche à hauteur de son oreille. Je regrettais aussi tôt ce que je venais de dire. Qu'est ce qu'il me prenait, je ne voulais pas qu'il soit persuadé que c'était gagner. Au contraire je voulais le faire marcher, lui faire croire puis finalement lui prouver que toutes les femmes ne sont pas à ses pieds. « Toi tu es le mec un peu trop audacieux, un peu trop sûr de lui, c'est marrant parce qu'au premier abord ça te correspond plutôt bien », lui rétorquais-je fièrement mais de manière sensuelle. Il voulait de la provocation, sans problème, mais il risquerait d'être déçue voyant que son pouvoir de séduction ne marcherait pas sur moi. Je me redressais, me tenant droite à ses côtés, tandis que j'avais la forte impression qu'il me matait dans ma petite robe assez moulante. Je le regardais droit dans les yeux, s'en était presque troublant, je devais reconnaître qu'il était séduisant et avait un regard intense. « Rappelle moi la date de notre dernière rencontre déjà ? », j'étais certaine qu'avec cette question j'allais le vexer et ça m'amusait, bien sur je doute qu'il le dise, non, je m'attendais plutôt à une petite réflexion faisant mine d'être outré que je ne me souvienne pas de lui. Ce qui était vrai mais il en ignorait la raison, je ne savais même pas son prénom ! En même temps, j'essayais d'en savoir un peu plus sur notre relation, comme si de rien n'était.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neal Warren
avatar
les présents
vos messages : 219
Date d'inscription : 08/07/2014

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   Dim 31 Aoû - 22:15

touch me don't be shy
SAREAL


Cette aisance qu’il avait à lui faire perdre ses moyens à Sarah, il adorait ça. Il avait comme l’impression qu’en quelques secondes, que deux ou trois mots, il pouvait heurtait sa sensibilité au point que la – d’ordinaire – sage Sarah en reste bouche bée. Il avait beau n’avoir aucuns sentiments amoureux à son égard, il la trouvait tellement mignonne. Elle était innocente. Quand on la voyait, avec son visage angélique et ses habits toujours parfaits, on avait l’impression qu’elle était inaccessible. Elle avait cet air de petite fille qui ne se laisserait jamais atteindre par les garçons. Et pourtant, ça n’avait pas dérangé Neal, la première fois qu’il l’a vu pour la faire boire un peu plus qu’elle ne devait le faire d’habitude de façon à l’attirer dans son lit. Peut-être avait-il déjà bu assez de ses champagnes hors de prix favoris pour ne pas lui trouver cette beauté pure comme colombe trop respectable pour la manipuler aussi lâchement. Oui, l’alcool, c’est lâche quand c’est dans les veines des jolies jeunes filles qui ne se laissent d’habitude pas avoir si facilement.

Visiblement, depuis la dernière fois qu’ils se sont vus, la belle brune à bien changé. alors qu’elle avait à l’instant perdu toute son assurance, en apparence, en l’espace d’une fraction de seconde, Sarah semble avoir repris du poil de la bête. Et c’est loin d’être au profit de Neal, puisque s’il croit d’abord à une proposition de sa part quand elle lui dit que l’insolite de la bibliothèque est excitante, il se met le doigt dans l’œil puisqu’elle ne tarde pas tout son venin. Ce genre de discours, le reporter l’a déjà entendu une dizaine de fois. La plupart du temps, c’était surtout de la part de femmes en détresse qui réalisaient qu’elles n’étaient pas les seules amies de Neal ayant des bénéfices… sous la couette. Ça aussi, ça lui plaisait. Rendre les filles jalouses. Avec Sarah, il n’y avait jamais réussi. Et jamais essayé, d’ailleurs, c’était peine perdue puisqu’après une nuit seulement, elle avait fuie. Puis, avec cette toute nouvelle Sarah provocatrice à souhait, ça s’annonçait d’autant plus impossible. Et c’était son dernier projet. Visiblement, la première chose qu’il devrait faire, c’était de lui ramener la mémoire sur la « date de leur dernière rencontre ». Encore de la provocation. Même s’il a d’abord eu du mal à cacher sa perplexité face à ce nouveau comportement, en entendant tout ça, il a finalement tenté de reprendre de la confiance, lui aussi. Après tout, c’est un challenger, les défis comme celui-ci, ça le divertit.

Toujours assis sur sa chaise, il avait levé les yeux comme un élève regardant un professeur lui faisant un sermon. Il s’était montré attentif bien qu’un peu choqué. Une fille qui ne se rappelle pas d’une nuit avec lui, ça, c’était inhabituelle pour lui. Mais visiblement, c’était que Sarah chercher. Le déstabiliser. Et, aussi joueur est-il, il ne la laisserait jamais avoir ce petit plaisir que de le voir déstabilisé. Malheureusement, c’est peut-être déjà fait, durant cette période de trouble qu’il a eut en entendant les piques de sa vétérinaire préférée. « Joue pas à ça… toi et moi on sait très bien comment ça s’est passé ce soir là. Tu m’as même dit que l’on ne t’avait jamais fait crier aussi fort. Alors, entre nous, je suis sûr que tu bluff. Tu te rappelles aussi bien de cette nuit de folie que moi… » A voix basse, prononcer des paroles aussi crues dans un lien si silencieux et calme lui arrachait un sourire malsain. Il avait envie de la surprendre. Encore. Et même s’il avait menti (un peu, seulement…) sur ses dernières paroles, ce n’était que l’échauffement. Neal était loin d’en avoir fini avec Sarah.  « Et toi, dis-moi tu sais ce que tu es ? Une femme qui a étrangement pris de l’assurance, d'un coup. Peut-être un peu trop pour mentir sur son meilleur coup, justement. » Audacieux, arrogant, ça lui correspondait définitivement bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Bennett
avatar
les conditionnels
vos messages : 251
Date d'inscription : 26/06/2014

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   Dim 7 Sep - 22:06

Neal Warren & Sarah Bennett
Touche me, don't be shy


Cette situation devenait frustrante. J'étais troublée face à cet homme dont je ne connaissais même pas le prénom. J'avais à la fois envie de partir en courant pour lui échapper et en même temps j'avais envie d'en savoir tellement plus. Malgré mes efforts pour rester impassible face à ses propos plus que provoquant, j'étais certaine qu'il pouvait ressentir mon malaise. Je tentait de prendre de l'assurance, n'aimant pas bien sa vision des choses de prendre tout pour acquis - y compris moi même. Toutefois, je n'arrivais pas à me sentir à ma place. Venue tranquillement m'installer à la bibliothèque pour autoriser mon esprit à se libérer de ses innombrables questions qui m'envahissaient, je m'attendais à tout sauf à une rencontre de ce genre.

C'était impressionnant, j'avais l'impression que tout m'échappait dans cette ville, même avec toute la volonté du monde les lieux ne m'étaient toujours pas familiers, quant aux personnes de mon entourage n'en parlons pas, je vivais en ce moment même l'expérience avec ce jeune homme. Peut-être étais-je trop impatiente, en même temps, qui ne le serait pas ?

Je cru percevoir une lueur d'espoir dans ses beaux yeux lorsque je lui avouais que la bibliothèque était un lieu qui à mon sens était plutôt excitant, mais elle disparu très vite après que je me sois permise de le remettre à sa place. Certes il était extrêmement attirant mais ce n'était pas une raison pour se croire tout permis. J'étais presque fière d'avoir réussi à le surprendre avec mes propos. J'en venais réellement à me questionner sur la nature de notre « rencontre ». Je n'avais donc pas de meilleure amie, quelqu'un a qui j'aurais pu raconter ce genre d'aventure, à qui me confiais-je dans ces moments là ? En ce moment même j'aurais vraiment eu besoin d'une aide de ce genre pour avoir rapidement des explications face à cet individu si persuasif et arrogant.

C'est pas vrai, pouvait-il cesser ce petit sourire en coin qui devenait insupportable tant il le rendait craquant. Le jeune homme murmurait tout en prononçant des mots si cru que je sentis une vague de chaleur m'empourprer les joues. Il me rendait folle. A ce moment je compris qu'il n'allait pas lâcher l'affaire, le sous-estimer était peut-être une mauvaise chose, la répartie avait l'air d'être son truc. Concentre-toi Sarah et trouve rapidement quelque chose à lui rétorquer avant qu'il ne te trouble davantage. « Oh je t'en pris, ne soit pas si naïf, n'as-tu jamais entendu que les femmes pouvaient être experte en matière de simulation ? ». Je décidais de le remettre encore une fois à sa place, cherchant plus que tout à le déstabiliser de nouveau. Pour autant, ma voix n'était pas froide, elle donnait plutôt l'impression de jouer à une sorte de jeu avec lui.

Bon sang dire que j'avais certainement couché avec cet homme sans en avoir le moindre souvenir ! D'accord, je ne me rappelais pas même de quoi que ce soit me concernant, mais l'avoir en face de moi à me dire des choses pareilles me rendait stupéfaite. Néanmoins, quelque chose me disait qu'il avait certainement dû exagérer certains passages... Les hommes et leur fierté !

« Qui a dit que je manquais d'assurance », répliquais-je, audacieuse. Je ne baissais pas le regard, bien décidée à lui prouver que j'en étais capable. « Oh mais cela ne te plait pas qu'une femme puisse remettre en question tes performances c'est cela ? » poursuivais-je avec un sourire narquois. Toutefois, j'avais l'étrange impression que le fait que je me permette de lui répondre commençait à l'exciter. Quelque chose en lui m'intriguait, me poussant à rester ici au lieu de fuir, dans l'espoir d'en apprendre davantage.

Codes par Wild Hunger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: touche me, don't be shy ft. Sarah   

Revenir en haut Aller en bas
 

touche me, don't be shy ft. Sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une touche d'optimisme
» Bruit de cordes qui claquent sur la touche !!!
» Micro rosace et touche vague
» Sarah JORY
» Capodastre pour National et autre réso à touche plate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: le centre de la ville-