AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don’t want to let you down (ft. Lucàs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Mer 4 Juin - 20:17

don’t want to let you down

Belen se trouvait dans la cuisine, à rassembler les ingrédients nécessaires pour le repas de ce soir en attendant que les hommes de la maison rentrent lorsque le téléphone sonna. La belle fronça doucement les sourcils lorsqu’elle entendit James à l’autre bout du combiné lui annoncer que son père avait oublié son entraînement et que personne ne pouvait le ramener à la maison. Un long soupire lui échappa une fois qu’elle eut raccroché et elle ne tarda pas à abandonner ce qu’elle était sur le point de préparer pour attraper son sac, ses clés de voiture et filer en direction de là où s’entraînait généralement l’équipe dans laquelle le petit garçon s’entraînait. Lucàs, son patron et accessoirement le père du petit dont elle s’occupait était entraîneur pour l’équipe de baseball de son fils, mais visiblement il avait oublié qu’il y avait entraînement ce soir. En y repensant, la jolie brune ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. Il était loin d’être un père modèle et exemplaire, mais il avait décidé de coacher cette équipe pour pouvoir se rapprocher de son fils… Au final, il arrivait quand même à oublier ces entraînements et à faire passer le travail ou ses petits plaisirs personnels avant son fils. Belen se dépêcha et récupéra le petit garçon dont elle s’occupait. Ils échangèrent quelques mots, de simples banalités et elle lisait parfaitement la déception dans le regard du petit Bannerman, ce qui avait parfaitement le don de l’agacer.

Ils regagnèrent rapidement la villa et la nourrice envoya le garçon à la douche pendant qu’elle s’occupait du repas du soir. Au programme ; des lasagnes, plat préféré de James. Elle espérait au moins lui redonner un peu le sourire grâce à sa cuisine. Et elle avait même eu le cœur à faire une part supplémentaire au cas où son patron aurait un creux en rentrant de sa soirée. Et au pire des cas, elle mangerait les restes demain midi. Le repas se passa sans encombres, mais sans l’ombre du père de famille non plus, ce qui démontrait bien qu’il n’avait pas seulement oublié l’entraînement de baseball à cause du travail, mais bel et bien parce qu’il avait d’autres choses de prévues pour la soirée. Enfin, rien ne le confirmait bien entendu, peut-être avait-il seulement beaucoup de boulot et que par conséquent il n’avait pas vu le temps passé, mais en trois ans… Elle commençait à bien connaître les habitudes de son employeur. Malheureusement, elle n’avait pas son mot à dire dans tout ça, son rôle à elle, c’était de s’occuper de James et c’est ce à quoi elle s’attelait. Une fois le repas terminé, ils débarrassèrent la table ensemble avant de passer au salon pour regarder un film. Après tout, il était vendredi soir et James avait bien le droit de veiller un peu plus tard qu’à l’habitude. Belen leur prépara même deux chocolats chauds qu’il dégustèrent tranquillement devant la télé tout en discutant un peu de la journée et de ce qu’ils prévoyaient de faire pour le week-end.

Le film se termina et la jeune femme finit par accompagner James jusqu’à sa chambre. Il n’en dit rien, mais elle savait pertinemment qu’il était déçu que son père ait oublié l’entraînement, déçu de ne pas l’avoir vu de la soirée… Et de son côté, Belen était fermement remonté contre son patron. Ce n’était pas la première fois que ça arrivait, et elle en avait plus que marre qu’il préfère passer la soirée à faire la fête alors qu’un fils adorable l’attendait à la maison. Il aurait pu au moins ne pas oublier l’entraînement, quitte à sortir par la suite pour trouver autant de damoiselles en quête d’un peu de compagnie entre les cuisses pour la soirée qu’il le voulait. Ce ne lui semblait pour autant pas inhumain quand même, un petit moment pour son fils. Un vrai moment, pas juste quand lui en aurait envie.

C’est plutôt remontée qu’elle retourna au salon pour débarrasser les tasses et le paquet de biscuit qu’ils avaient entamé. Elle rejoignit ensuite ses quartiers pour aller enfiler sa tenue de nuit puis finit par redescendre au salon, bien décidée à attendre que son patron daigne enfin se montrer dans sa demeure. Elle n’aurait pu dire exactement quand il rentra, une chose était sûre c’est que la nuit était bien entamée et qu’elle avait fini par s’assoupir dans le canapé lorsque Lucàs pointa le bout de son nez. Belen fut réveillée par le bruit qu’il fit en rentrant et elle sauta immédiatement sur ses pieds, prête à lui faire face. Lorsqu’il arriva au salon, les yeux clairs de la belle s’étaient assombri et lançaient des éclairs en direction du jeune homme. « Vous n’êtes pas sérieux ?! » Sa voix était sèche, mais elle ne criait pas pour autant. Il était plus qu’éméché, probablement comme il l’était à chaque fois qu’il rentrait à des heures pareilles, mais généralement, Belen était déjà couchée à ce moment-là. « Vous n’avez pas l’impression d’avoir oublié quelque chose ? » La jeune femme avait les bras croisés, gardant un regard froid de posé sur le beau brun.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Jeu 5 Juin - 12:19


don’t want to let you down

Encore une journée compliquée au travail pour Lucàs qui commence à être dépassé par les évènements. Tout semblait tellement plus simple quand sa femme était là pour tout gérer à sa place, quand il n'avait qu'à s'occuper du travail. Elle s'occupait des courses, des réunions avec les professeurs, elle gérait même l'emploi du temps de son idiot de mari. La femme parfaite et Lucàs n'a jamais su le voir à l'époque. Il regrette tellement de l'avoir traité comme il l'a fait. Maintenant qu'il est seul il sait qu'il n'est rien sans elle. C'est aussi pour cela qu'il a embauché Belen il y a trois ans, pour qu'elle puisse s'occuper de James. C'est déjà un poids en moins pour Lucàs qui sait que son fils est entre de bonnes mains. Cela ne l'empêche pas d'essayer de s'investir dans la vie de son fils mais ce n'est pas encore ça à vrai dire. Il a accepté d'entrainer l'équipe de baseball du garçon mais quand ce dernier ne lui rappelle pas quand sont les entrainements, Lucàs a tendance à les oublier. Et malgré les apparences ce n'est pas ce qu'il s'est passé aujourd'hui. Le bel homme d'affaire s'était levé aux aurores pour aller travailler, bien déterminé à commencer tôt pour finir tôt et aller entrainer son fils. Il avait tout prévu. Pause déjeuner d'une demie heure seulement, pas de pause café avec les collègues et aucun rendez-vous d'affaire aujourd'hui. Il est resté dans cette optique toute la journée, jusqu'à ce que sa secrétaire fasse irruption dans le bureau, toute affolée. Un des actionnaires de l'entreprise voulait s'entretenir avec Lucàs. Aïe. Il était quinze heure quand l'homme entra dans le bureau de Bannerman. L'entretien dura plus d'une heure mais se termina bien. Tellement bien que l'actionnaire décida d'inviter Lucàs à boire un verre dans le café d'à côté. Le père de famille refusa une première fois mais face à l'insistance de son collègue il accepta. Dans le pire des cas cela durera une demie heure et il sera à l'heure pour l'entrainement de dix sept heures. C'était trop beau vous vous en doutez. D'autres collègues vinrent se joindre à eux et la joyeuse bande entraina Luke dans un bar, puis un autre puis encore un autre. Le temps passa tellement vite qu'il ne se rendit compte de rien. L'alcool et les femmes ont généralement le don de lui faire perdre la notion du temps. Quand il regarda sa montre il était environ deux heures du matin. Environ car dans l'état où il se trouvait c'était assez difficile de lire l'heure sur un si petit cadran. C'est fou ce que la Terre peut tourner vite ce soir. Pas fou pour autant le bel anglais commanda un taxi et laissa sa voiture sur le parking du travail. Au moins elle était surveillée et protégée. Lorsqu'il rentra chez lui il ne vit aucune lumière. Ouff. Il allait pouvoir rentrer discrètement et aller se coucher sans que personne ne le voit.

Il ouvrit alors la porte d'entrée mais par maladresse il la referma un peu trop fort, ce qui eut pour effet de faire trembler les murs de la villa. Il lança un regard noir à la porte, posa un doigt sur sa bouche et s'adressa à la porte incriminée "Chuuuuuuuuuuuuuuuuut tout le monde dort, faut pas faire de bruit !". Il commença alors à avancer vers le salon, un pas en avant et deux en arrière. A ce rythme là demain il ne sera toujours pas dans sa chambre. Enfin c'était sans compter sur Belen qui d'un seul coup se dressa face à lui, le regard noir. Lucàs sentit comme des éclairs le transpercer, elle ferait presque peur comme ça. Pourtant il se mit à rire, c'est bien la première fois qu'il la voit dans cette tenue. Il avait l'impression de revenir des années en arrière quand sa femme faisait la même chose. Mais la nounou sembla bien moins compréhensive et lui lança une phrase tellement sèche que l'anglais arrêta immédiatement de rire. Elle enchaina, lui demandant s'il n'avait rien oublié. Oula ! Quelle idée de lui poser ce genre de question dans son état. Il oublie déjà tellement de chose quand il est sobre alors là ... Il fit mine de réfléchir, se gratta la tête avant d'avoir une illumination. Il leva le bras en l'air, victorieux. "Ah siiiiii ..." Il chuchotait pour ne pas réveiller son fils. Lucàs fouilla ensuite dans ses poches, attrapa maladroitement ses clefs et pris la direction de la porte d'entrée. Il lui fallut au moins cinq bonnes minutes avant de réussir à viser le trou de la serrure. Lorsque ce fut enfin fait, il se retourna vers la jeune femme, un sourire fier sur le visage. "Voilà c'est fait, je peux aller me coucher maintenant ? J'ai un de ces mal de crâne ... " Vu la quantité d'alcool qu'il a ingurgité ce soir c'est bien plus qu'une migraine qu'il devrait avoir. Il avança lentement vers le salon, s'agrippant à tous les meubles sur son passage pour éviter de s'écrouler au sol. Il tenait à peine sur ses jambes et il s'arrêta un moment devant le porte manteau où il posa sa veste. "Vous pourrez dire à Belen de ne pas me réveiller demain s'il vous plait m'dame ? " Oui oui il parlait bien au porte-manteau. Et après tout pourquoi pas ? Avec le chapeau à son sommet, le manteau qui y était accroché et l parapluie posé à côté on aurait pu croire à une vraie personne. Enfin du moins dans l'état de Lucàs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Lun 9 Juin - 14:42

don’t want to let you down

C’était une mauvaise idée de rester là à attendre le retour de son patron, Belen le savait très bien. Et pourtant elle était là, elle avait pris la peine de regagner ses quartiers pour enfiler sa tenue de nuit tout en pesant le pour et le contre de ce qu’elle était sur le point de faire, mais elle avait fini par retourner au salon. Ce n’était pourtant pas son rôle, non, son rôle à elle, c’était de s’occuper de James et c’est ce qu’elle avait fait aujourd’hui alors qu’il aurait dû passer un bon moment avec son père. Et dans le fond, veiller ainsi pour remonter les bretelles de Lucàs, c’était une façon comme une autre de s’occuper du petit. Elle avait bien lu la tristesse dans le regard du garçon qui avait espéré durant toute la soirée de voir son père passer la porte d’entrée suivit de la déception lorsqu’elle l’avait accompagné jusqu’à sa chambre. Donc non, ce n’était pas une bonne idée de veiller le retour de Lucàs, mais c’était une façon comme une autre de prendre soin de James.

Belen somnolait doucement dans le canapé lorsque la porte d’entrée claqua, elle bondit alors sur ses pieds pour faire face à son patron lorsqu’il entra dans la pièce. Et comme elle l’avait prévu, il était complètement ivre, si bien qu’il éclata de rire à sa vue. Il est vrai qu’elle n’était pas particulièrement à son avantage dans ce débardeur et son pantalon de jogging un peu trop large, mais elle ne se démonta pas pour autant et lui lança un regard noir avant de prendre la parole. La première réplique calme son hilarité et la deuxième le fit entrer dans une réflexion intense. De son côté, la jolie brune ne bougeait pas d’un cil, bras toujours croisés et elle arqua un sourcil lorsqu’elle vit Lucàs levé le bras en signe de victoire avant de se diriger tant bien que mal vers la porte d’entrée pour la verrouiller à clefs. Désespérée, la jeune femme baissa un instant la tête pour venir frotter doucement ses yeux. Elle s’était assoupie et était en train de rêver là, ou plutôt de cauchemarder, non ? Il ne pouvait pas être réellement dans cet état… Et pourtant. Belen redressa la tête lorsque le jeune homme reprit la parole, lui demandant cette fois s’il pouvait aller se coucher, soulignant au passage qu’il avait mal au crâne. « Vous avez mal au crâne ? Attendez qu’on en ait terminé avec cette conversation, vous pourrez dire que vous avez mal au crâne ! » La jolie brune commençait à doucement perdre patience, mais crier ne servirait à rien, si ce n’est qu’à réveiller James si ça n’était pas déjà fait, et il était plus que préférable qu’il n’assiste pas à la scène. Un soupire échappa à la belle lorsqu’elle le vit tituber et progresser dans la maison tout en se tenant aux meubles pour éviter de tomber et s’arrêter devant le porte-manteau pour y déposer sa veste et se mettre à lui adresser la parole. L’espace d’un instant, elle se demanda si elle n’allait pas abandonner tout de suite pour aller se coucher et profiter d’une bonne nuit de sommeil, de toute façon, la conversation ne mènerait probablement à rien vu l’état dans lequel Lucàs se trouvait, mais elle ne trouverait probablement pas le sommeil. D’une voix lasse, elle lança finalement ; « Vous vous adressez au porte-manteau… »

Dans un nouveau soupire, la brune s’avança dans le salon pour rejoindre son patron sans le quitter du regard. « Et croyez-moi, je vais me faire un malin plaisir de venir vous réveiller demain matin ! » Oh pour ça oui, même si elle ne dormirait pas forcément beaucoup, elle se ferait un plaisir de mettre son réveil aux petites heures du matin pour venir réveiller son patron. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais là, elle comptait lui faire gentiment payer d’avoir oublié son fils pour la énième fois. Il fallut à peine quelques secondes à Belen pour arriver à la hauteur de son patron et pendant ce court laps de temps, son regard s’était quelque peu adouci. Oh, elle était toujours furieuse, n’allez pas croire, mais au fur et à mesure qu’elle s’était approchée, un tout autre sentiment s’était fait ressentir en elle. Un sentiment beaucoup plus doux. Pas de la pitié non, plutôt de la compassion. Lucàs pouvait être un bon père lorsqu’il s’en donnait la peine, elle l’avait déjà vu à l’œuvre, mais il se laissait bien vitre rattraper par ses démons. Elle ne connaissait bien sûr pas toute l’histoire des Bannerman, juste l’essentiel, mais ça lui suffisait pour se radoucir un peu. Belen observa le jeune homme en silence pendant un instant puis secoua légèrement la tête avant de passer un bras autour de la taille de ce dernier pour lui servir d’appui. « Aller, venez, je vous emmène jusqu’au canapé. » L’ombre d’un sourire passa même sur le visage de la belle avant qu’ils ne se mettent en marche pour arriver jusque-là. La route en sens inverse fut néanmoins beaucoup plus longue, mais arrivé à destination, elle se détacha du jeune homme et le laissa lourdement tombé sur le canapé, se plaçant ensuite face à lui, mains sur les hanches. « Vous avez oublié l’entraînement de baseball aujourd’hui… J’ai dû aller récupérer James. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Ven 13 Juin - 21:33


don’t want to let you down

Lucàs est un habitué des bars il faut bien l'avouer. Il connait tout ceux qui se trouvent ici à Caerphilly et il connait presque tout ceux de Londres également. Vous pourriez le lâcher n'importe où là bas vous seriez sûr de le retrouver assis sur un tabouret, un verre de whisky à la main. Ce n'est en aucun cas quelque chose dont il est fier mais c'est certainement dans ses gènes. Son père était comme ça et Luke ne déroge pas à la règle. Il espère seulement que James ne deviendra pas comme cela dans le futur. C'est bien l'une des raisons qui l'a poussé à le confier à une nourrice qui semble digne de confiance. Montrer le bon exemple est une chose primordiale pour tout bons parents, une chose dont Lucàs n'est pas capable. Il le sait et fait au mieux pour ne rien laisser paraitre aux yeux de son garçon. Malheureusement ses efforts sont vain et quoi qu'il fasse il le fait toujours de travers. Ce soir en est encore la preuve. Alors qu'il avait tout prévu pour être un bon père l'espace d'une journée il a toujours fichu en l'air pour faire la fête avec ses collègues, boire plus que de raison et draguer toutes les filles présentes dans le bar. Du grand Lucàs. Ce qu'il n'avait pas prévu c'était l'attitude de Belen. Pourquoi avait-elle décidé de lui faire son discours moralisateur aujourd'hui ? En plein milieu de la nuit en plus ? Comme si Luke était en état de tout comprendre. Face à son bourreau il se vit obligé de réfléchir et pensa en toute logique qu'elle lui reprochait de ne pas avoir verrouillé la porte d'entrée. Lorsque ce fut fait il se tourna vers elle, l'air victorieux mais il vit rapidement l'air désespéré de la jeune femme. Il grimaça mais ne se démonta pas, jusqu'à ce que la jolie brune se rebelle une fois de plus. Elle le menaça de lui donner encore plus mal au crâne avec la discussion qu'elle comptait avoir avec lui. Aïe. Lucàs baissa les yeux sur le sol tel un enfant qui vient de se faire disputer par sa mère. Une grimace magistrale sur le visage il n'osa pas regarder la jeune femme en face. " Quand une femme veut discuter ce n'est jamais bon ... On ne peut pas attendre demain ? Pitié maman ... " Mauvaise idée de la provoquer de la sorte. Mais les mots étaient sortis plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Une autre raison de ne pas lui faire face immédiatement. Comparer une femme à sa mère est une grosse erreur, même quand la femme en question n'est pas votre petite amie. Lucàs risque fort d'en faire les frais. Finalement il tenta tant bien que mal d'avancer vers le salon, s'arrêtant pour discuter avec une autre femme. A en juger par la voix dépressive de Belen il avait fait une erreur d'interlocuteur. Luke se frotta les yeux avant de regarder de nouveau devant lui. En effet c'est un porte-manteau. Il souffla de désespoir, il en tient une bonne couche ce soir. Le bel anglais se tourna alors vers Belen, ne sachant comment s'expliquer. "Je sais, c'était pour voir si vous suiviez ... " Mauvaise idée numéro deux, décidément ce soir il les enchaine.

La brunette soupira une fois de plus avant de s'approcher de son patron. Elle enchaina sur de nouvelles menaces, cette fois elle voulait le réveiller aux aurores demain matin. Un peu sadique la nanny non ? Il faut dire qu'il le mérite bien après tout. Mais si les paroles de Belen semble menaçantes c'est un tout autre scénario que Lucàs est en train de se faire dans sa tête. Depuis le décès de sa femme il ne s'est plus réveillé auprès d'une personne de la gente féminine, préférant partir avant le petit déjeuner. Être réveillé par une magnifique brune comme elle ne serait donc pas une torture insupportable. Alors que des pensées peu orthodoxes lui traversaient l'esprit, il secoua la tête de gauche à droite pour les ranger dans un coin de son esprit. C'est fou ce que l'alcool peut faire comme dégâts. " Techniquement on est déjà demain et je suis déjà réveillé donc ... pas besoin de vous donner cette peine très chère ... " Jouer le malin était la meilleure solution pour ne pas trahir sa gêne quand aux images qu'il avait en tête. Puis, en un dixième de seconde, Lucàs se retrouvait soutenu par la nourrice, le bras de cette dernière sur sa taille. Ok, mauvaise idée après ce qu'il avait en tête. Il se laissa faire tout de même, un peu d'aide est toujours bienvenue. Elle se proposa de l'emmener jusqu'au canapé et Lucàs ne manqua pas le semblant de sourire qui s'était affiché sur ses lèvres l'espace d'un instant. Il se contenta d'un signe de tête pour acquiescer. Il s'écroula ensuite sur le sofa, espérant un peu de répits. Trop demandé visiblement car Belen repassa à l'attaque. Les mains sur les hanches ne laissent rien présager de bon, en plein dans le mille. « Vous avez oublié l’entraînement de baseball aujourd’hui… J’ai dû aller récupérer James. » Oups ! Lucàs ouvrit de grands yeux, c'est vrai que c'était aujourd'hui. Il baissa les yeux, honteux avant de se frapper le front avec la paume de sa main "Imbécile ! " se dit-il à lui même, à haute voix. Il ne savait pas comment se justifier, à vrai dire il n'avait pas à le faire auprès de la jeune femme, c'est lui le patron et il fait ce qu'il veut. Pourtant il se sentit le besoin de répondre, de s'expliquer, de s'excuser même. " Je ... je suis désolé Belen j'ai eu un rendez-vous de dernière minute avec un actionnaire, on a bu un verre, un autre et ... " Il s'arrêta au milieu de sa phrase, c'est fou ce que cela peut sonner faux bien que ce soit la vérité. Il lui a déjà sorti tellement de fois cette excuse, pourra le croirait-elle ce soir ? Lucàs releva les yeux pour les poser sur elle, ses idées étaient encore confuses mais assez claires pour qu'il voit la vérité en face. "Je n'ai aucune excuse ... " Un soupire s'échappa de ses lèvres. Comment avait-il pu se laisser avoir une fois de plus, lui qui avait pourtant tout préparé. Le jeune homme se passa une main sur la nuque pour se détendre, ou plutôt pour encaisser le coup. Ce n'est pas la première fois qu'il oublie l'entrainement mais c'est bien la première fois que Belen le lui fait constater. "Je suppose que si vous m'en parlez c'est que James ne l'a pas bien pris ... " il soupira de nouveau. "En même temps quel gamin le prendrait bien ..." Luke posa une main sur sa jambe et sentit quelque chose dans sa poche. Il en tira deux billets de cinéma qu'il avait acheté la veille. Il regarda la billet, soupira à nouveau, laissant un sourire se poser sur ses lèvres. Un sourire plein de malaise car non il n'était pas heureux d'avoir oublié son fils. Il se sentait con et se moquait finalement de lui même. "Je voulais l'emmener au cinéma ... quel crétin !" Il lança les places sur la table basse et se frotta les yeux. Il ne regarda pas la belle brune en face de lui, c'était trop dur de voir les reproches dans ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Jeu 19 Juin - 20:42

don’t want to let you down

Elle aurait probablement pu attendre demain, attendre que Lucàs ait décuvé un peu pour l’assommer de reproche, mais même si cet assaut en pleine nuit ne présageait rien de bon et laissait entendre qu’il ne se souviendrait de rien demain matin, Belen osait espérer laisser malgré tout une certaine trace dans l’esprit de son patron. La jeune femme était complètement désespérée de le voir dans cet état et son regard s’assombrit considérablement lorsqu’il laissa entendre que quand une femme veut discuter, ça ne présage rien de bon, demandant au passage s’il ne pouvait pas attendre demain. « Maman ? Je serai votre mère, vous en auriez déjà reçu une pour vous aider à vous remettre les idées en place ! » Non pas que Belen soit de nature violente, non, bien du contraire, jamais il ne lui viendrait à l’idée de lever la main sur un enfant ou sur qui que ce soit, mais pour la peine, le jeune homme méritait bien une paire de claque. Elle était fatiguée et exaspérée et le comportement de son patron ne faisait que l’exaspérer un peu plus. Comment ne pas l’être en le voyant évoluer dans la pièce tout en se tenant à tous meubles se trouvant à portée de main pour éviter de finir à terre et finalement s’arrêter devant le porte-manteau pour lui parler comme s’il s’agissait d’une personne bien réelle ? Elle arqua un sourcil, toujours aussi sceptique à sa réflexion puis se dirigea vers lui non sans le prévenir qu’elle prendrait un malin plaisir à venir le réveiller demain matin. Des menaces en l’air dans le fond, la jeune femme ne se permettrait probablement jamais d’entrer dans la chambre de son patron, ça n’était assurément pas sa place et bien qu’elle y ait déjà songé à quelques reprises, il fallait qu’elle reste à sa place. Elle était la nourrice, l’employée et il était le patron, elle n’avait qu’à faire son boulot, point. Ce que lui faisait ne la regardait nullement et elle n’avait certainement pas son mot à dire là-dedans.

Cependant, elle se retrouvait malgré tout là, face au jeune homme, à détailler le moindre de ses traits. Et le voir jouer au malin lui arracha presque un sourire, mais elle préféra n’en laisser rien paraître. Elle était presque en train de le sermonner, montrer qu’elle commençait à être amusée par cet échange la décrédibiliserait sans le moindre doute. « Oh ça ne sera pas une trop lourde peine vous savez… Ca sera même très amusant, j’en suis sûre. » Amusant ? En quoi un réveil forcé pourrait être amusant ? Oh il y en a certain qui sont amusants, agréables parfois, même très agréables… mais ce n’est définitivement pas ce genre de réveil que Belen réserve au beau brun. Non, pas de réveil agréable sous la couette ! La jeune femme pris une longue inspiration afin de se remettre les idées en place puis se décida à l’amener au salon. Il serait beaucoup plus facile de discuter une fois qu’ils seraient dans le canapé. Elle passa alors un bras autour de la taille de son patron et entreprit de se diriger vers le salon. Le trajet fut bien plus long que si elle avait été seule, mais bien plus rapide que si elle avait laissé Lucàs se débrouiller seul et une fois arrivés à destination, elle le laissa sans ménagement retombé dans le canapé. Elle resta un moment à l’observer une fois de plus avant de finalement lancer la raison pour laquelle elle était restée là à veiller le retour du bel anglais et la réaction de ce dernier ne tarda pas. Belen poussa un profond soupire tout en levant les yeux au ciel lorsqu’il se traita d’imbécile. C’était le cas de le dire, mais il aurait plutôt été malvenu d’en rajouter une couche. Puis il fondit en excuses et elle croisa les bras. Ca, elle imaginait bien qu’il avait bu un verre puis un autre, et encore un jusqu’à ne plus savoir à combien il en était exactement. C’était le cas à chaque fois de toute façon, à force de vivre sous le même toit, la belle connaissait son mode de fonctionnement et puis le rendez-vous de dernière minutes était l’excuse numéro trois dans la liste des excuses les plus sorties alors bon… Un énième soupire franchit ses fines lèvres lorsqu’il conclut qu’il n’avait aucune excuses tout en posant son regard sur elle. Elle s’était quelque peu radoucie. « Ce n’est pas à moi que vous devez présenter des excuses de toute façon… » Oh non, ses excuses, il devait les présenter à son fils. Elle, de son côté, n’avait que son boulot. Après tout, elle était payée pour s’occuper de James, c’est pour ça qu’elle était là, elle n’était pas censée posé la moindre question ou quoi que ce soit, son boulot était de s’occuper du petit Bannerman et elle n’avait aucune explication à demander.

« Effectivement… » souffla-t-elle finalement lorsque Lucàs supposa que son fils avait mal pris le fait qu’il l’ait une fois de plus oublié. Puis la belle se passa une main sur le visage pour tenter de rester éveillée et concentrée. Elle était épuisée et quelque peu mal à l’aise de cette situation. Elle ne savait pas exactement quoi dire ou quoi faire. Après tout, elle n’avait aucune leçon d’éducation à donner à qui que ce soit. Elle le vit ensuite farfouiller dans sa poche pour en ressortir deux tickets de cinéma et elle ne put empêcher un sourire amusé de venir jouer sur ses lèvres lorsqu’elle l’entendit se traiter de crétin. Une fois de plus, elle le regarda longuement mais il ne sembla pas vouloir redresser la tête. A son tour, elle se laissa tomber dans le canapé, avec la fatigue, elle peinait à tenir encore debout. Elle s’installa donc aux côtés de Lucàs sans pour autant le quitter du regard. « Effectivement, vous êtes un crétin. » Elle avait sorti ça avec un léger sourire, espérant ainsi mieux faire passer ses paroles, mais elle s’empressa d’enchaîner, ne laissant pas le temps au jeune homme de réagir. « Je sais que je n’ai pas à vous dire ça, que c’est déplacé et que vous pourriez me virer uniquement parce que je vous ai dit ça, mais j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur… Puis ce n’est pas comme si j’étais à ça près, j’ai déjà plus que dépassé ce que les limites de mon statut de nounou me permet. » confia-t-elle tout en haussant légèrement les épaules. Elle avait effectivement plus que dépasser les limites ce soir, un peu plus ou un peu moins… « Ecoutez, rien ne vous empêche de passer la journée de demain avec lui. Enfin, tout à l’heure… Vous avez un petit garçon fantastique, drôle et courageux. C’est le moment de vous rattraper, c’est maintenant qu’il faut que vous passiez du temps avec lui. Après, il sera trop tard. Après, il vous en voudra de ne pas avoir passé plus de temps avec lui et vous en ferez un gamin arrogant, pourri, gâté parce que vous tenterez de vous racheter en lui offrant tout ce qui est possible et imaginable… » Belen se stoppa dans son discours, consciente que vu l’état dans lequel se trouvait son patron, il ne retiendrait probablement rien de ce qu’elle venait de lui dire, mais au moins elle l’avait fait, elle n’avait rien à se reprocher. Elle soupira doucement tout en gardant le regard rivé sur le jeune homme. « Vous voulez que j’aille vous chercher un verre d’eau, un café ou quoi que ce soit qui vous aiderez à dessaouler un peu ? » Tant qu’à faire… Elle pourrait ensuite éventuellement l’aider à rejoindre sa chambre avant d’elle-même regagner ses quartiers pour la nuit, ou discuter un peu si le cœur l’en disait…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   Mer 25 Juin - 20:49


don’t want to let you down

Le bel anglais prenait des risques. A la fois en rentrant complètement ivre chez lui et en oubliant son fils mais aussi en provoquant la jolie nounou. En temps normal il aime taquiner les femmes qui peuplent sa vie. C'est ce qu'il faisait avec sa femme, avec sa mère. Il a tendance à plaisanter avec elles, à les taquiner pour les faire sortir de leurs gonds. C'est ce qui l'amuse le plus, les faire râler pour mieux se réconcilier par la suite. Mais de là à appeler Belen maman c'était peut-être aller un peu trop loin. D'ailleurs elle ne se fit pas prier pour le remettre à sa place. « Maman ? Je serai votre mère, vous en auriez déjà reçu une pour vous aider à vous remettre les idées en place ! » Aïe, cette fois il avait vraiment l'impression  d'entendre sa mère. Le beau brun baissa timidement les yeux, impressionné par la réaction de la jeune femme. Il ne la connaissait pas aussi réactive, il ne l'avait jamais imaginé aussi menaçante même s'il sait pertinemment qu'elle n'en fera rien. Qui oserait lever la main sur un homme, surtout lorsqu'il s'agit de son patron ? Ce n'était tellement pas son genre. Il releva finalement la tête, un rire moqueur s'échappa de ses lèvres. Il savait qu'il ne devait pas répondre mais c'était plus fort que lui. Il avait envie de la taquiner elle aussi, certainement que l'alcool qui coule dans ses veines y est pour quelque chose. " Serait-ce des menaces mademoiselle Caulfield ? Mais allez-y venez, nous verrons bien si vous arrivez à m'atteindre ... " Il disait cela sur le ton de la plaisanterie, il illustra même ses propos en se mettant en position de combat, les poings devant le visage prêt à asséner un crochet du droit. Il semblait tellement ridicule en essayant de tenir debout. Finalement il baissa la garde et essaya de négocier son réveil du lendemain. Un réveil qui promettait de ne pas être une partie de plaisir à en croire les paroles de la jeune femme. Toutefois la façon dont elle lui répondit ne fit qu'amplifier les images que Lucàs avait déjà en tête. Il sentit le rouge lui monter aux joues en s'imaginant la demoiselle entrer dans sa chambre pour le réveiller. Ce serait bien la première fois qu'une femme entrerai dans sa chambre depuis qu'il est arrivé en ville. Luke laissa finalement un air malicieux se poser sur son visage, les images qu'il avait en tête ne se faisait que plus fortes. " Très amusant ? Dois-je en déduire que vous avez des idées derrière la tête ? " Il lui lança un regard fougueux, plein de sous-entendus sans pour autant perdre le sourire provocateur qu'il avait sur les lèvres. Même complètement ivre il était encore capable de faire des sous-entendus et de retourner la situation. Comme quoi il sait encore ce qu'il fait.

Il se laissa ensuite tomber sur le canapé avec l'aide de Belen qui ne le quittait pas du regard. Elle a beau n'être que la nourrice de son fils, Lucàs la considère quand même comme une membre de la famille. Après tout elle partage leur vie depuis trois ans et James semble beaucoup l'apprécier. Heureusement qu'elle est là il faut l'admettre. Les choses évoluèrent rapidement. L'anglais commença à se trouver une excuse, c'est ce qu'il fait à chaque fois. Sauf que cette fois il se ravisa, se rendant compte qu'en réalité il n'a aucune raison valable d'avoir oublié son fils une fois encore. La belle brune ne fit que confirmer à chaque fois les remarques de son patron, confirmant que le petit James avait mal pris les choses. Finalement il baissa les yeux sur les tickets de cinéma et ne les releva pas, il sentit simplement les tissus du canapé se plier légèrement, témoignant alors que Belen avait prit place à côté de lui. Le beau brun tourna ensuite son regard vers elle, elle qui ne l'a pas lâché des yeux depuis qu'il est rentré à la maison. Elle le traita de crétin, même si elle l'avait dit de façon amusée. Lucàs voulait enchainer mais il n'en eut pas le temps car la jeune femme enchaina immédiatement. Il l'écouta attentivement et laissa un rire amusé s'échapper de sa bouche. Elle se justifiait tellement vite que sur le moment il eut l'impression d'être un patron tyrannique. Comme s'il était capable de la renvoyer pour cela. D'autant plus que ses paroles étaient censées et vraies. Il la laissa finir puis enchaina, ne voulant pas la laisser dans cette situation. Il est certes imbibé d'alcool mais il sait encore réfléchir. Par contre rien n'indique qu'il se rappellera de tout cela demain matin. " Écoutez Belen, je n'ai pas l'intention de vous renvoyer ou quoi que ce soit d'autre alors respirez un peu. Vous faites du très bon travail avec James et je ne vois aucune raison valable de vous virer. James m'en veut déjà assez comme cela, il ne me pardonnerai pas de vous mettre à la porte, et je ne me le pardonnerai pas non plus ... " Il marqua une courte pause pour se redresser et lui faire vraiment face. Il semblait avoir retrouvé une partie de son esprit, de quoi tenir une conversation un peu plus poussée. "Votre travail est de vous occuper de mon fils et j'estime que me reprocher mon attitude fait partie de vos tâches, principalement quand cela affecte James de cette façon. Vous savez depuis la mort de Caithleen j'ai beaucoup de mal à gérer ... " C'était la première fois qu'il mentionnait le nom de sa femme depuis trois ans. Trop de souvenirs, trop de souffrance à chaque fois qu'il évoque son nom. Il n'en parlait jamais, encore moins devant son fils pour ne pas l'attrister. James et elle étaient très proche et depuis sa mort Lucàs n'a jamais su combler le vide.

Il poussa un énième soupir, celui-ci plein de culpabilité. Il s'en voulait pour tellement de choses qu'il se rappela facilement la raison de son problème d'alcool. "Vous avez raison, il faut vraiment que je passe plus de temps avec lui ... Vous avez prévu quelque chose pour demain ? Je vous emmène en balade tous les deux. " Il semblait sur de lui et il savait déjà où les emmener. A Newport. Depuis le temps que James le supplie de l'emmener voir un match de rugby c'était le moment parfait. Si bien que Luke retrouva automatiquement le sourire. Il attrapa son téléphone portable et mis quelques secondes à trouver le numéro de sa secrétaire dans son répertoire. Si si il allait l'appeler à trois heures du matin ! Après tout c'est elle qu'il appelle quand il a besoin qu'on lui commande un taxi. Il tomba directement sur la messagerie et l'anglais lui laissa un message. " Laurie c'est Lucàs. Je ne viendrai pas travailler aujourd'hui alors annulez tous mes rendez-vous s'il vous plait. Je vous rappellerai plus tard" C'était clair, simple et précis. La jeune secrétaire avait l'habitude de toute façon. Finalement Lucàs reposa ses yeux dans ceux de Belen qui lui proposait de lui préparer quelque chose à boire. "Je veux bien un thé s'il vous plait Belen ... " Il la regarda se lever en direction de la cuisine et en profita pour se passer les mains sur le visage pour se ressaisir. Les effets de l'alcool se faisaient de plus en plus faible et Luke tenta de se lever. Il s'arrêta devant le miroir, se recoiffa rapidement et alla rejoindre la jeune femme dans la cuisine. Il poussa la porte doucement. "Je peux vous aider à prépa ... Désolé je ne voulais pas vous faire peur." lui dit-il en la voyant sursauter.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Don’t want to let you down (ft. Lucàs)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don’t want to let you down (ft. Lucàs)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» With such confusions don’t it make you wanna scream
» Say Say Say [Album Pipes Of Peace - Paul McCartney]
» Big Joe Williams : Don't Your Plums Look Mellow Hanging On Your Tree (1974)
» Peter Gabriel
» So don’t be messin’ around...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-