AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (pv) but i am a good girl ft. cadell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

MessageSujet: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Mer 28 Mai - 14:37


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

La vibration continue de son portable lui fit ouvrir les yeux. Elle aurait dû le fermer complètement. Il n'y avait qu'une seule personne apte à la réveiller à une heure aussi matinale. Il était quelle heure justement? La demoiselle tendit le bras pour attraper son téléphone qui traînait sur le coin de son bureau. Quatre heures du matin. C'était surement une blague. La demoiselle plissa les yeux pendant quelques secondes, tentant de se faire à la lumière blanche qui lui faisait mal aux yeux. Cadell. Qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir? Ça faisait quelques semaines qu'elle le fréquentait. Enfin. Qu'elle le côtoyait. Parce qu'il ne se passait strictement rien entre eux. Il était loin de savoir ce qu'elle pouvait avoir sur la conscience depuis deux ans et ce n'est pas le genre d'homme à qui elle avait envie de se confier. Il était un coureur de jupon. Un séducteur et elle connaissait parfaitement ce genre de comportement. Des hommes, elle en avait vu pas mal pendant ses années de débauches à Londres. Maintenant, elle se contentait de solitude, sauf qu'elle avait récidivé. Avec Ian. Ce qui était surement la pire chose à faire. Lui qui hantait son esprit depuis deux ans. Lui dont elle tentait de se détacher. Un soupir passa entre ses lèvres alors qu'elle entreprit de lire la multitude de messages qui ornait l'écran de son portable. Des propos largement incompréhensibles. Il ne semblait pas dans un état des plus doux. La demoiselle n'avait nullement envie de le laisser dans cet état. D'une certaine façon, il était un des seuls qu'elle voyait dans sa vie, qu'elle voyait plus d'une fois par semaine.

Elle se leva de son lit, attrapa sa paire de lunettes qui traînait sur son comptoir, parce qu'elle n'avait franchement pas envie d'enfiler ses verres de contact. Ses doigts attachèrent rapidement sa longue crinière blonde en une queue de cheval et elle enfila la première chose qui lui tomba sous la main. C'est à dire rien de réellement gracieux. Alexis n'en avait rien à faire de ce dont elle avait l'air, il était quatre heures du matin et elle venait de se faire sortir de son sommeil. Elle sortit de son appartement pour se rendre à sa voiture. La seule chose vraiment luxueuse qu'elle arrivait à sa payé. Entre les cours et les multiples boulots qu'elle faisait, la demoiselle arrivait à gagner un peu d'argent. La demoiselle prit son portable pour l'appeler. Il ne semblait pas en train bon état. « T'es où dis-moi et soit précis, j'ai pas envie de faire le tour de la ville.» La demoiselle n'avait pas envie de passer des heures à chercher, surtout qu'elle était largement fatiguée et qu'elle savait qu'elle n'allait surement pas retrouver le confort de son lit rapidement. Il lui expliqua. Elle rangea son portable pour arriver quelques minutes plus tard au lieu de rencontre. Elle gara sa voiture pour sortir et s'approcher de Cadell, laissant son regard l'observer pendant quelques secondes. « Hey. Ça va?» Elle posa ses mains contre ses bras pour l'aider à se tenir correctement, question qu'elle puisse planter son regard dans le sien. « Je sais pas ce que tu as pris, mais je t'interdis de vomir dans ma voiture.» Elle l'attrapa par le bras pour l'attirer avec elle.« Viens.»

La demoiselle le guida vers sa voiture pour le faire entrer du côté passager et elle reprit sa place au volant pour se remettre en route. « Je vais t'amener chez moi.» C'est bien la première fois qu'elle le faisait, avec lui ou qui que ce soit d'autre. En temps normal, elle ne faisait jamais entrer personne chez elle, parce qu'elle n'aimait pas que qui que ce soit entre dans son intimité, dans son monde. Qu'importe. Elle n'avait pas envie de passer le reste de la nuit chez lui alors cette option lui semblait plutôt logique. Le chemin ne fut pas long, parce qu'elle savait parfaitement comment s'y rendre. Une fois arrivée devant son appartement, elle se dirigea vers lui une fois de plus pour l'aider. Ils allaient devoir escalader quelques escaliers, alors elle préférait lui donner un coup de main pour ne pas qu'il les redescende d'une façon plutôt dramatique. « T'as pris quoi au juste Cadell?» Elle ne le comprenait pas. Elle ne comprenait ce qui pouvait l'amuser à se défoncer de la sorte, à se saouler et se retrouver complètement incohérent comme il l'était en ce moment. La demoiselle entreprit de monter les escaliers et quelques minutes plus tard il se retrouvèrent dans son appartement. C'était en ordre. Rien ne trainait. C'était sobre, mais très classique. Pas mal d'instruments de musique trônaient un peu partout dans les pièces. Alexis posa son regard sur lui. Elle se sentait comme une mère en ce moment. Elle attrapa son visage entre ses doigts pour le regarder. Il avait les pupilles complètement dilatées. Si seulement elle avait été tendre, douce,  mais ce n'était pourtant pas le cas.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Jeu 29 Mai - 20:13


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?

3h AM. Je sentis une main m’agripper. Mais cette main fut bizarre sur mon bras, comme si l’on m’attrapait tout en entier. Je crois que quelqu’un était fâché contre moi, mais je n’étais pas certain. L’effet était grandiose, je voyais tout d’une tout autre manière et plus rien autour de moi ne comptait. Je fus transporté jusqu’à la porte du bar, où tout le monde s’y trouvait. Je fus quand même capable de charmer quelques femmes avec un sourire, mais même si je les ramenais chez moi, je ne suis même pas sûr que je serais capable de coucher avec, tellement j’étais défoncé. Toute façon, elles ne manquent pas de choix, même si je sais que j’aurais été leur premier choix si elles avaient eu à choisir. Bref. Je marchais, droit devant moi. Jusqu’à ce que je sente une pression sur mon épaule. Je me retournais avec difficulté, parce que les perceptions n’étaient plus les mêmes, ainsi que mon équilibre. Mes cinq sens étaient perturbés. J’eus peine à entendre ce que la demoiselle avait à me dire, mais je lui confiai toutefois quelques mots.  « J’te donne un 7.5. » ça, c’était ce que je disais à mes potes. Enfin, ce ne sont pas mes potes. Ce sont mes potes de beuverie. Lorsque je sors, on se met dans un coin, et on s’amuse à donner des notes aux demoiselles. Mais le truc, c’est que nous ne devions pas le dire à la nana, histoire qu’elle ne se sente pas trop supérieur ou pire, rabaissée.  Peu importe. Elle avait l’air à ne pas comprendre et de toute façon, je ne comprenais pas beaucoup de choses non plus.

Je m’installais dans une demeure très près du bar. Je m’étais étendu dans l’herbe afin d’admirer les étoiles. L’effet de l’herbe sur ma peau me donnait une très belle sensation, d’extase. Je restais là quelques temps, à ne pas bouger, qu’à regarder le ciel. La vue m’était complètement embrouillée, j’avais peine à voir si le ciel n’était que la noirceur, qu’une couverture qui était au dessus de ma tête. Je n’entendais plus rien. Que le silence. Puis, quelque chose obstruait ma vue. Je clignais quelques fois mes yeux pour essayer de voir mieux, puis je vis une tête. Une femme. La même que j’avais charmée tout-à-l ‘heure. Faut dire que je l’intriguais pas mal. « Ça va ? Allo ? Tu veux que j’appelle l’ambulance ? » juste le mot ambulance me donnait la nausée. Je me levais et me retrouvais assis, pendant que la demoiselle reculait de quelques pas. Je me disais qu’il fallait que j’aie l’air normal pour qu’elle se casse. « Meuf, les ambulances, c’est pour les faibles. » je crois que j’ai été normal. Ça, je le pensais vraiment. Je déteste les hôpitaux. Je déteste cet endroit par dessus tout, et pour rien au monde j’y retournerai. « Dégage. » elle n’avait pas l’air de comprendre, alors j’y ai été de la manière forte. Elle s’est finalement éclipsée avec quelques ramonages que je n’ai pu comprendre. Toujours en position assise dans un terrain inconnu d’un logement, je pris mon cellulaire. J’étais en train de paniquer. Je voyais en fond d’écran une photo de mon ex et moi. Mon estomac s’est noué immédiatement. J’avais de la difficulté à respirer et tout ceci était à cause de la drogue. Les pires moment parce que le reste du temps, on se sent top du top. Je parvins à ouvrir un message, pour sélectionner Alexis en contact, et lui envoyer quelques messages en appel à l’aide. Je détestais qu’un inconnu se mette sur moi par pitié. Alexis elle au moins, je sais que ça la fait chier, donc ça me fait encore plus plaisir. Et j’adorerais sentir ses mains me toucher, surtout lorsque je suis sous l’effet du LSD ma foi. Je lui envoyais des messages d’aide sans trop faire attention aux fautes que je faisais, j’ai dû lui envoyer plein de conneries, mais je m’en foutais. Ce n’est que vers 4h, que j’ai reçu un appel de celle-ci. Elle me demandait où j’étais. « Alexis ? C’est toi ? Je suis, enfin… je sais pas trop où je suis. Je suis sur le gazon, je viens de sortir du bar euh… celui qui est genre près du Jazz Club. Le Jazz Club, non pas au Jazz Club… Enfin, trouve-moi. J’sais pas. » Elle avait une voix si douce et rassurante et toutes les émotions négatives que je venais de ressentir étaient passées. J’avais peur de faire, encore une fois, une crise de panique. Badtrip.

Lorsque je vis une tête blonde, je me suis levé. Les blondes me font cet effet, je dois dire. Je crois que c’était Alexis. J’ai senti ses mains se poser sur mes bras, l’équilibre à plat. J’entendis quelques mots mais je reconnu le « je t’interdis de vomir dans ma voiture », qui me fit rire comme un fou. C’était tout elle. Je me dirigeais vers le côté passager de sa voiture et j’accotais directement ma tête contre la fenêtre, afin que je n’aie pas à supporter le poids de ma tête, qui devenait de plus en plus lourde. Je regardais les étoiles défiler et bon sang, on dirait un jeu de PAC MAN. Nous nous rendîmes donc à son appartement. Enfin, je crois, puisqu’elle détenait les clés et m’a aidé à monter jusqu’en haut. Je sentais de la sueur me couler sur le front, mais je ne sais pas si ce n’était qu’une hallucination ou un ressenti. Je m’essuyai quand même le front avec le bout de ma manche courte lorsque nous étions rendu à l’intérieur. C’était son appartement, parce qu’il ne ressemblait pas au mien. La pièce entière tournait autour de moi, mais je pus apercevoir quelques instruments de musique. Une pièce qui me met dans mon élément. La tête me tournait, je n’entendais plus rien, jusqu’à ce qu’u bruit vienne déranger ce silence. « T'as pris quoi au juste Cadell? » Je me retournais vers elle. Elle s’approchait et agrippait mon visage pour  regarder le fond de mon âme.  Encore une fois, son toucher me fit un petit frisson, sensible, et pour un instant, je ne sentis plus mon effet de la drogue. Il n’existait que elle. Mais je ne me faisais que des idées. Je regardais au sol, la défiant, puis m’éloignant. J’avais repéré une chaise près de moi et m’y installai. J’avais l’impression que la pièce rapetissait de plus en plus. « Du LSD, on s’en fout non ? » dis-je en laissant échapper un rire. J’entendais soudainement des voix dans ma tête. Pas des voix, mais une chanson enfantin. Une télévision était ouverte, et ça me tapait sur les nerfs. « J’sais pas pour toi, mais tu devrais éteindre cette télévision. » je jetais un œil vers la télévision. Elle était noire, et ne semblait pas ouverte. Mais je savais qu’il venait de quelque part. Ce son. Je jetais à nouveau un œil en sa direction. « Tu veux dormir avec moi ce soir ? » dis-je en laissant tomber ma tête sur le dossier de la chaise. Je savais qu’elle en avait envie, de toute façon. Je me sentais bien, mais je savais que le contraire pouvait m'arriver à n'importe quel moment.

           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Jeu 29 Mai - 22:58


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

C'était la première fois qu'il mettait les pieds dans son appartement, mais vu l'heure, elle n'avait pas envie de chercher plus longtemps. Elle avait déjà eu du mal à trouver Cadell, hors de question qu'elle se dirige dans les rues alors qu'il peinait à expliquer correctement. La demoiselle ferma la porte pour s'approcher de lui. Elle savait. Elle savait qu'il prenait de la drogue, qu'il abusait des bonnes choses de la vie, ce qu'elle ne faisait plus, ce qu'elle ne faisait pas parce que la demoiselle n'aimait pas perdre le contrôle. Elle l'avait fait pendant deux ans. Deux longues années. Maintenant, elle reprenait sa vie en main, elle n'avait plus envie de se perdre. Il y avait que Ian à même de la rendre instable, de la faire tomber. Un fantôme de son passé. Cet homme dont elle avait gâché la vie. À chaque fois qu'elle se trouvait devant lui, elle ne savait plus comment se sentir, comme s'y prendre. Avec Cadell, elle se prenait un peu moins la tête. Elle se contentait de ne pas lui faire confiance, parce qu'elle voyait qu'il était un homme à femmes, qu'il aimait accumuler les conquêtes. Il faisait partie de sa vie depuis quelques semaines, quelque mois et elle ne faisait que le repousser. Alexis avait un passé largement houleux, des marques dont la demoiselle ne pouvait se défaire. Les hommes. Elle ne les appréciaient pas réellement. Pendant ses deux années à Londres, elle avait perdu sa virginité avec un pervers et ouvert les cuisses pour de l'argent. Maintenant, elle peinait à avoir des contacts, des corps à corps. Ian la faisait tomber. Encore. Cadell. Elle se méfait. Elle ne pouvait pas faire autrement. Il était pourtant celui qu'elle voyait le plus souvent.  

La blonde attrapa son visage entre ses doigts pendant quelques secondes, observant ses yeux. La drogue, elle en avait consommé pas mal par le passé, mais elle se contentait de ne pas en parler. Elle le lâcha aussi rapidement qu'elle s'était approchée, lui laissant le loisir de se poser là où il avait envie. Cadell semblait vraiment dans un autre monde. Elle. Elle était complètement crevée, elle n'avait rien de charmant. La demoiselle ne portait que ses lunettes quand elle était en solitaire, mais à quatre heures du matin, elle n'avait pas envie de se faire une beauté. « T'aurais pas un peu abusé par hasard?» Elle le quitta quelques secondes pour se diriger vers la cuisine et revenir avec un verre d'eau. Il avait surement mélangé l'alcool et la drogue. La demoiselle lui tendit le verre, restant sceptique sur les prochains mots qu'il vint lui glisser. Il n'y avait aucun bruit chez elle. La demoiselle ne répondit pas à la question qu'il venait de lui poser. Dormir avec un homme. Dormir avec lui? Il y avait tellement de choses qui l'empêchaient d'avancer. Il était complètement mou, ses muscles ne semblaient pas avoir envie de réagir, il avait l'air de crever de chaud. Cadell serait surement mieux étendu dans un lit, mais elle préférait lui faire prendre une douche question de faire dissiper un peu les effets. Si elle le laissait comme ça, il n'allait pas bien dormir. De multiples odeurs lui collaient à la peau.

Alexis s'approcha de lui une fois de lui, l'incitant à se lever sans lui demande la permission. Elle s'en foutait. Elle n'allait pas le laisser sur la chaise et retourner dormir, elle n'en avait pas envie. « Je pense que tu devrais prendre une douche, parce que franchement, tu sens l'abus d'alcool, de drogue et de je sais pas quel parfum des femmes que t'ont approché ce soir.» Il semblait ne pas avoir envie de faire quoi que ce soit, mais elle ne se gênait pas pour le forcer à se rendre dans la salle de bain. Une fois dans la salle de bain, elle ouvrit le rideau pour le faire se poser sur le rebord de la baignoire. La demoiselle ouvrit la lumière avant de se retourner vers lui. « Ca te fera du bien, après il faudra que tu trouves le moyen de dormir, parce que je bosse demain et que je vais pas passer la nuit à m'occuper de toi.» Ça, c'est s'il était capable de retirer ses vêtements. Elle n'allait quand même pas tout faire pour lui. L'idée de devoir l'aider à retirer ses vêtements ne lui était pas parvenue en tête, elle avait simplement fait ce qu'elle pensait le mieux et à cette pensée, elle sentit la gêne la prendre de part en part. Parce qu'Alexis n'était pas le genre de femme charmeuse, sociable à parler à tout le monde. Elle était plutôt largement timide, réservée et aimait faire sa vie sans demander quoi que ce soit aux autres. La demoiselle se mordit la lèvre pendant quelques seconds, signes d'une certaine nervosité et elle posa son regard sur lui. « Tu vas t'en sortir ou je dois appeler une nounou pour s'occuper de toi?» C'était une connerie, juste pour qu'il réalise qu'elle ne pouvait pas tout faire pour lui. La demoiselle détacha ses cheveux, ça commençait à lui donner un sacré mal de crâne.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Ven 30 Mai - 4:00


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?

Honoré, quand même, de devoir entré pour la toute première fois dans son appartement, même si mes esprits étaient largement dérangés pour m’apercevoir que évidemment, c’était l’appartement de Alexis. Je sentais que j’entrais finalement dans son monde. Était-elle devenue une amie ? Elle vient me chercher près d’un bar à quatre heures du matin, on aurait surement pensé qu’elle était ma petite copine. Personne ne fait ça de nos jours. C’est pour ça que depuis quelques temps, je vis ma vie à ma façon, je ne dépends de personne. Ça complique trop la chose et ça m’empêche de faire des choses que je veux réellement faire. La peur de décevoir… voir d’être déçu.

Elle me demandait si j’avais un peu abusé. Pour moi, abuser n’était pas dans mon vocabulaire. Je vivais ma vie à fond peu importe les conséquences que cela amenait. Jeune, autant en profiter. « Si j’avais… réellement abusé, je serais à l’hôpital en ce moment. » car oui, les hôpitaux m’horripilent, mais quand c’est une question de vie ou de mort, on m’y oblige. De toute façon, je suis tellement dans les vapes que j’ai même pas la force de m’y objecter.  Suite à ma réponse, je la vis se diriger vers la cuisine. Tel un homme, je ne pus m’empêcher d’admirer sa silhouette, bien qu’elle semblait encore un peu floue à cause du LSD. Pour ressentir de tels effets, peut-être en ais-je trop ingéré, parce que je hais les badtrip. Mais, en fin de compte, si ça a valu une nuit avec Alexis, ça en vaut la peine. C’est comme ça, j’essaie de voir le positif après tout. Je sentais mes muscles me lâcher, et lorsque je faisais un mouvement par l’avant, je faisais plutôt un mouvement par l’arrière. Et le pire dans tout ça, c’est que je me disais toujours qu’il fallait que j’aie l’air normal, mais avec Alexis, c’était différent. Je pouvais réellement être moi-même. Et ça me rassurait. Surtout lorsque je n’étais pas a jeun. Elle savait comment prendre soin d’un homme, et je savais qu’au fond d’elle, elle voulait quelqu’un. Même si ce n’est pas moi, ce sera quelqu’un d’autre. Bref. J’la mettrai dans mon lit un jour ou l’autre, je l’aurai. La solitaire blonde inaccessible. Et quand j’y pense, ça me donne vraiment une motivation.  J’étais en train de déshydrater directement sur cette chaise, jusqu’à ce que j’observe Alexis venir me porter un verre d’eau. Qu’est-ce que j’avais dit. Je pris le verre d’eau et en avala le contenu d’un trait. Dans ces moments-là, on ne pouvait pas vraiment savoir si l’on avait soif. Mais j’étais au courant que, enfin, surtout pour les drogues dures, il fallait s’hydrater. Plus de questions pour ceux qui se promènent dans un bar à une heure du matin l’air complètement déjanté avec une bouteille d’eau dans les mains. Le genre de mec que je suis quoi. Elle ne répondit donc pas à ma remarque et à ma question. J’entendais toujours cette télévision ouverte, mais impossible de réaliser réellement d’où ça venait. Et ça me tapait encore plus sur les nerfs chaque fois que j’y pensais.

Alexis s’approchait tout d’un coup vers moi, je laissais le verre d’eau sur le comptoir situé à proximité, et je me laissais guider par elle, peu importe où elle m’emmenait. Sans questions. « Tu m’emmènes au lit c’est ça ? J’étais bien sur cette chaise… » dis-je en essayant de retourner vers l’arrière, mais elle semblait vraiment déterminée à m’emmener ailleurs. Elle affirmait alors qu’il était temps que je prenne une douche. WOAW. Une douche. En sa compagnie ? Si, bien sûr, yes. Elle fit part de mon odeur qui semblait désagréable. Jamais remarqué. Si elle le disait, c’est que ça devait être vrai. Une fois arrivé dans la salle de bain en dégringolant sur le rebord des murs afin de m’y rendre, équilibre à plat, je m’essuyais le visage avec le bas de mon chandail à nouveau. C’est une impression, j’avais chaud. Mais il ne faisait pas si chaud dans son appartement. Sinon, elle m’en aurait fait part. Je m’asseyais contre le rebord de la baignoire, et la fixait. Elle était quand même charmante, si on la regardait de plus près. Dans son état naturel. J’avais l’habitude de la voir toute bien maquillée, parfaite, sans lunettes… et là, j’avais l’impression d’assister à son monde tout entier. Son appartement, son elle au naturel. Avec la lumière, je la voyais encore plus, et ça me fit sourire. Par la suite, elle affirma donc qu’elle ne pouvait s’occuper de moi. Foutaise. Si elle est venue à 4h du matin me chercher au beau milieu de nul part, c’est qu’en quelque part, je lui plais. Ces femmes pleines d’orgueils. « Arrête, je suis sûr que ça te plait… j’ai des cours demain. » à cette pensée, je serrais les dents. J’essayais le plus possible de ne pas consommer de drogues quand j’avais des cours le lendemain, parce que les effets pouvaient durer longtemps et que ça altérait ma conscience. Mais j’étais déjà saoul lorsque j’avais ingéré la drogue, donc… mauvaise foi dirait Sartre. La situation me faisait rire en dedans de moi, mais parfois je n’arrivais pas à sortir ce rire. J’étais incapable de prendre un bain, au risque de me noyer dedans dans les pires des cas. Alexis devait donc m’aider à le prendre. Comme c’est mignon. Elle me demanda donc si je pouvais m’en sortir, je lui fis signe que oui, j’en étais capable. Je me levais, en m’aidant avec le rebord de la baignoire. Je voyais encore plus flou et lorsque je bougeais trop, la tête me tournait encore plus. « Tu vois, je suis capable. C’est juste un bain… non ? J’suis pas obligé d’enlever mes vêtements… à moins que tu le veules absolument. » Je lui fis signe de venir proche de moi. Elle se détacha les cheveux. Bon sang. Elle était encore plus belle. Elle faisait exprès, j’en étais sûr. Possible qu’il se passe des choses dans cette salle de bain. « Viens avec moi. Ce sera un bain collectif. Ça pourra être marrant. » dis-je en me penchant vers les deux champelures pour commencer à verser l’eau. J’enlevais cependant mes bas, parce que les bas, ça se trempe pas dans de l’eau. « Rien de sexuel. Que deux êtres humains dans un bain, des gens normaux. » je rentrais lentement dans le bain pour me rendre compte que l’eau était vraiment tiède comme je le voulais. Enfin, je crois qu’elle était tiède. C’était mon ressenti. Je m’agenouillais pour ensuite jeter un œil vers Alexis, pour lui tendre la main. Avec du mal, par contre. J'étais encore debout mais le fait de m'étendre et de regarder le plafond pendant des heures me tentait énormément. « Mais viens. Si tu veux te déshabiller, c’est comme tu le sens. » dis-je avec un sourire en coin. Elle était plutôt du genre réservé, je savais qu’elle n’allait pas le faire. Mais je trouvais quand même drôle de la défier de la sorte.
           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Ven 30 Mai - 12:38


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

Ils n'avaient rien de commun. Cadell était tellement différent d'elle. Lui. À même se s'amuser, de se laisser perdre dans des vices qu'elle connaissait trop bien. Elle l'étudiante parfaite, en apparence, qui se contentait d'agir en solitaire et de décrocher des parfaites notes pendant ses cours. C'est ce qu'elle était, mais il n'avait aucune idée des secrets de la jeune femme, du passé qu'elle gardait pour elle sans la moindre envie d'en parler, de le confier. Elle voulait qu'il soit en forme pour la journée du lendemain, c'est pour cette raison qu'elle avait décidé de lui venir en aide et surement parce qu'elle n'était pas le genre de femme à le laisser se débrouiller seule alors qu'il n'avait clairement pas le contrôle sur ses pensées, sur son corps. Alexis était plutôt du genre réservé alors qu'il était clairement extraverti. Elle n'abusait pas de la drogue, faisant de moins en moins la fête, elle était dégoutée de perdre le contrôle, ça lui faisait particulièrement peur. Perdre le contrôle pendant deux ans lui avait semblé une éternité, elle refusait maintenant de le faire quelques instants. La demoiselle s'empara de lui, malgré le fait qu'il voulait rester assis, malgré le fait qu'il avait seulement envie de s'étendre, elle savait qu'elle dormirait mieux s'il avait pris une douche. Alexis avait déjà consommé de la drogue, elle savait ce que ça faisait. Maintenant ce n'était plus le cas, mais c'est difficile d'oublier ce genre de moment. La demoiselle n'avait jamais vu Cadell dans cet état. C'était bien la première fois qu'elle le voyait aussi incapable de tenir debout. Mauvaise idée de consommer après une multitude de verres. « Que ça me plait? J'ai déjà eu meilleure soirée.» Elle sourit, le laissant se mouvoir seul près de la baignoire. D'une certaine façon, elle avait peur qu'il finisse par s'écrouler quelque part, qu'il se cogne la tête ou qu'il s'endorme dans le bain. Ce qui n'avait franchement pas le don de la rassurer.

La demoiselle lâcha un rire en le voyant faire, il faisait vraiment n'importe quoi. « J'avais pas l'intention de rester avec toi dans la salle de bain.» Elle leva les yeux au ciel un court moment avant de faire quelques pas pour s'approcher de Cadell. Elle manquait cruellement de sommeil depuis quelque temps, mais il avait le don de la tenir éveillée pour le moment. « J'ai pas vraiment besoin de prendre un bain.» Aucune idée de ce qu'il tentait de faire à ce moment même autre que de s'amuser un peu avec elle. Alexis n'aimait pas être un défi, le genre de femme à mettre dans son lit, elle n'avait nullement envie de faire partie de ses conquêtes. Les hommes. Elle avait tendance à les mépriser, mais elle devait apprécier Cadell pour s'occuper de lui. Il entra dans la baignoire, elle se posa sur le rebord du bain. Elle n'allait pas entrer avec lui, c'était simplement hors de question. « Les gens normaux ne prennent pas des bains tout habillés à quatre heures du matin Cadell.» Elle se pencha un peu pour passer sa main sous le jet d'eau, question qu'il ne s'ébouillante pas. Il n'avait pas une très bonne perception des choses à ce moment précis. Alexis posa son regard sur lui une fois de plus, sur cette main tendue. Elle le poussa doucement pour qu'il se retrouver dans le fond de bain. « Je t'ai déjà dit non, arrête de me demander.» Puisqu'il était encore habillé, elle ne voyait pas l'utilité de quitter la salle de bain et elle n'avait pas envie d'un cadavre noyé dans le fond de sa baignoire. « J'ai l'impression d'être ta mère là, après t'auras pas de vêtements pour demain. Je pense pas que c'était l'idée du siècle.» Un rire passa entre ses lèvres. La baignoire se remplissait progressivement et elle vint tremper sa main dans l'eau pour venir la passer sur le visage de Cadell. Alexis était ainsi. Sans arrière-pensée. Ce qu'elle faisait à ce moment précis n'était que dans le but de lui venir en aide. Elle n'était pas une séductrice. Elle se contentait d'être simplement elle. Douce. Gentille. Discrète. Réservée. Il la faisait sortir de sa zone de confort depuis qu'il était dans sa vie. La jeune femme passa de l'eau sur le visage de Cadell, caressant sa joue sans se rendre compte de son geste, de la douceur. « La prochaine fois, je pense que je vais te laisser pourrir sur le gazon pendant le reste de la nuit.» La blonde afficha un sourire, retirant simplement sa main après avoir passé de l'eau sur son visage. Il avait chaud alors l'eau était à parfaite température. La drogue mettait les gens dans des états pas possibles. Elle se souvenait parfaitement des soirées qu'elle avait passé, complètement perdue, incapable de penser et d'agir correctement. Il était hors de question qu'elle retombe dans ce genre de connerie. La demoiselle se pencha pour fermer l'eau, elle était déjà bien présente et elle avait pas envie que ça déborde. Hors de question de faire le ménage à cette heure de la nuit. « Tu devrais faire attention, ça pourrait mal finir.» C'était impossible de qualifier leur relation, mais il n'était plus un étranger pour elle. Encore moins maintenant. Elle se releva, laissant son regard se poser sur lui pendant quelques instants.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Ven 30 Mai - 14:00


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?


Le fait qu’elle était différente de moi me rassurait. Après tout, il en faut des gens comme elle pour le bien être de ce monde. Oh, je n’arrive pas à croire ce que je viens de dire. Je vais seulement me reprendre en disant qu’il faut également des fous comme moi afin de rendre la vie d’autrui un plaisir naturel. C’est pas tous les ours qu’on voit les gens profiter réellement de ce que la vie nous réserve, puisqu’on s’en tient trop au futur qui nous approche. Et ça nous fait peur. Donc on se limite de faire des choses dans l’unique but de ne pas vivre dans le regret par la suite. Fuck it.

Même si l’occasion n’était clairement pas bien choisie, je pouvais peut-être finalement en apprendre plus sur elle. Même si entrer dans son appartement était déjà un grand pas vers l’avant, et que l’effet de la drogue sur mon cerveau ne faisait qu’altérer ma conscience… bon, finalement, l’occasion n’était vraiment pas bien choisie. Elle déclara donc qu’elle n’avait pas l’intention de rester avec moi dans la salle de bain, et je fis une petite mine triste afin de l’agacer. Je commençais à m’essuyer les yeux afin de ne pas lui trop faire peur, puisque je sais qu’à de nombreuses reprises, j’ai tellement été détaché de la réalité que je courais dans la rue en pensant que les dinosaures s’étaient ressuscités. Bref. Je ne voudrais quand même pas que Alexis abandonne mon cas, même si elle est au courant que je suis difficile à comprendre par moments. Elle m’adore quand même. Elle rejeta à de nombreuses reprises ma proposition de venir me rejoindre dans le bain, mais je n’étais pas déçu, je ne m’étais pas fait d’attentes et savais pertinemment qu’elle n’allait pas venir. Son visage par contre quand je lui ai demandé valait mille dollars. Elle me poussa légèrement dans le fond du bain et l’effet instantané que ça m’a fait, je n’entendais plus rien. Le plafond, je le voyais en triple.  Avec une lueur de rose, je croyais à ce moment précis que la lumière de sa salle de bain était rose. Je regardais le plafond, tout simplement. Jusqu’à ce que je fus capable d’entendre qu’elle croyait être ma mère, et que je n’allais plus avoir de vêtements sec pour le lendemain. Je tournais la tête vers elle quelques instants, pour ensuite la retourner après avoir dite ma phrase. « Tu n’auras qu’à me faire emprunter… tes vêtements. Je serai charmant avec une petite robe et des talons hauts. » dis-je en lâcha un petit rire. Le plafond était formidable à ce moment précis. Vraiment, il faisait bien son travail. Jusqu’à ce que je sente la paume de la main de Alex sur ma joue. Elle étai tellement douce que j’eus le réflexe de tourner les yeux vers celle-ci afin de la contempler dans les yeux. J’aimais les femmes sûr d’elles. Celles qui étaient prêtes à te défier du regard, celles qui te regardaient du fond de notre âme. C’est à ce moment précis que je m’étais dit, même avec ma conscience altéré, que si elle était si à l’aise dans ce qu’elle faisait pour moi, enfin… je veux dire, pour s’occuper d’un mec qui n’a pas tout ses esprits, eh bien, peut-être a-t-elle déjà tombé dans ce péché qu’est prendre de la drogue. Je voyais dans ses yeux quelque chose d’intriguant, de mystérieux. Quelque chose de différent des autres femmes. Les autres femmes s’ouvrent à n’importe qui, autant les cuisses que leur âme tout entier. Je me demandais bien ce qui pouvait expliquer ce comportement. Je vis ses lèvres bouger pour parler, mais impossible d’entendre ce qu’elle venait de dire. Je crois même qu’elle n’a même pas eu le temps de finir sa phrase que je lâchais un « Quoi ? » tout sec mais honnête. Je passais ma main dans mes cheveux, avec difficulté certes, mais assez pour les mouiller. À cet instant précis, je ne savais pas que ça allait mouiller mes cheveux mais que je m’en suis rendu compte, un petit rire s’est échappé de ma bouche. Mais ça faisait drôlement du bien. J’avais de moins en moins chaud, limite froid. Elle me dicta de faire attention et c’est exactement ce que je faisais, enfin je crois. Je laissais quelques instants de silence afin rassurer le contrôle que j’avais sur moi-même. Puis, je tournais la tête vers Alexis, qui me regardait à nouveau. Peu importe ce qu’elle pensait de moi, je finissais toujours par avoir ce que je voulais. Mais sa petite bouille devenait de plus en plus belle chaque jour, et le temps passait. Je me relevais la taille lentement et m’accoudait sur le rebord de la baignoire tout en continuant de la regarder. « Si… tu vois j’avais pensé… enfin… t’es déjà tombé dans la drogue ? T’étais comme moi avant non ? » je pouvais le voir dans ses yeux. Sa manière de fonctionner. Elle est aussi indépendante que je le suis. C’est surement venu de quelque chose. Le temps. Les expériences vécues. Personne ne m’aide comme elle le fait. Avec le temps, j’ai compris comment la société marchait. Et je ne me fais plus d’attentes envers eux. Trop de déception.

           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Dim 1 Juin - 12:54


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

Elle savait par coeur les effets de multiple drogue dont elle avait abusé par le passé. Elle savait ce que ça faisait de perdre le contrôle, de se sentir autre part et parfois un peu trop. Il lui faisait penser à elle dans ses moments d'égarement, dans cette vie qui ne lui ressemblait plus vraiment. Son passé. C'est quelque chose dont elle n'aimait pas parler, que ce soit à lui ou quelqu'un d'autre. Quelque chose qu'elle tentait d'enfouir au plus profond d'elle. Ça avait changé tellement de choses. La demoiselle savait comment réagir, elle ne se laissait pas prendre au jeu face au comportement de Cadell et c'était loin de lui faire peur. Alexis était loin d'être le genre de femme à s'emporter, pas depuis qu'elle avait repris le contrôle sur sa vie. La drogue n'avait plus réellement de secret pour elle. Tellement de fois ça avait été son exutoire afin d'être capable d'ouvrir les cuisses aux hommes à même de la dégoûter. Un sourire passa sur ses lèvres alors qu'elle se posa sur le rebord de la baignoire. La demoiselle n'aurait pas pu laisser Cadell dans cet état, parce qu'elle savait que ça n'avait rien de saint, que ça n'avait rien de normal ou de bien. « J'avoue que tu serais pas mal avec une jolie robe.» Alexis secoua la tête, laissant sa main passer dans l'eau pour en mettre sur son visage. Ca faisait considérablement baisser la chaleur de son corps et aussi ralentir sn rythme cardiaque, ce qui allait surement le calmer. C'est exactement ce qu'elle voulait en le faisant venir ici et qu'il se sentir mieux. Une fois dans le lit, il n'aurait pas cette odeur de fin de soirée lui collant à la peau. Cadell tourna son visage afin de poser son regard dans celui de son amie. Elle ne manqua pas de le soutenir. Elle était réservée oui, mais elle n'avait pas du mal à dire le fond de ses pensées, à soutenir un regard. La demoiselle était largement différente en solo que quand elle se trouvait entourée de gens. Elle n'aimait pas les foules. Elle n'aimait pas les regards des autres sur sa personne. Elle laissa se l'eau couler sut son visage encore quelques instants, caressant lentement ses joues. Il avait l'air perdu, dans un autre monde et l'effet n'allait pas se dissiper de si tôt. Il fallait qu'il se sente mieux, qu'il se sente à l'aise, c'était surement la meilleure chose à faire.

Sa vie, elle n'en parlait que très rarement. Il n'y avait que quelques personnes qui savaient pour son histoire, cette voie qu'elle avait empruntée pendant quelque temps. Ian. Parce qu'elle avait brisé sa vie, parce qu'il y avait ce quelque chose entre eux à même de les rendre fous. Lucàs. Elle avait eu une aventure avec lui et c'était étrange de le revoir ici, alors qu'elle tentait de se faire une nouvelle vie. Cadell. Il faisait partie de sa nouvelle vie. Il n'avait pas d'attache avec ce passé qu'elle tentait de cacher à ceux qui l'entouraient maintenant. C'est pour cette raison que son visage se ferma pendant quelques secondes. C'est parce qu'elle état à l'aise. C'est parce qu'elle savait comment réagir. Alexis ne savait pas mentir, elle ne voulait plus mentir. C'est quelque chose qu'elle tentait d'extraire de sa vie, de sa nouvelle vie. La demoiselle se mordit la lèvre pendant quelques secondes, ne quittant pas son regard. « Pourquoi est-ce que tu me demandes ça?» Elle ne pensait pas qu'il pouvait deviner, qu'il pouvait savoir, mais ça avait une certaine logique. Ce calme. Cette façon qu'elle avait d'agir avec lui, de savoir largement ce qu'elle devait faire. Il y avait une explication logique et il était encore assez lucide pour savoir que ça avait un lien avec son passé. Elle se referma un peu, sans la vouloir, parce que c'était un sujet sensible, un sujet dont elle n'avait pas vraiment envie de parler.

La jeune femme se leva du rebord de la baignoire pour ouvrir le miroir de sa salle de bain et sortir un paquet de cachet pour le mal de tête. Il avait des cours demain. Il allait surement avoir un mal de tête prenant et les prendre maintenant allait lui donner un coup de main. Elle jeta un regard à son visage dans la glace. Parler de ça ne lui faisait pas plaisir et Alexis allait surement éviter le sujet. C'était la chose la plus facile à faire. La demoiselle se retourna afin de s'approcher vers lui, laissant les cachets sur le rebord du lavabo. Elle attrapa une serviette qui traînait dans l'armoire de la salle de bain. La jeune femme posa la serviette de la salle de bain pas trop loin et elle revient prendre place sur le bord de la baignoire. « Je vais laver tes vêtements tout à l'heure question que tu ne sois pas coincé à mettre une de mes robes demain. Puis je pense que si tu prenais deux cachets, ça éviterait un mal de tête sérieux à ton réveil.» Un sourire se posa sur ses lèvres alors qu'elle reposa son regard sur lui. C'était une étrange soirée.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Jeu 5 Juin - 1:14


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?


Depuis mes déceptions précédentes je peux m’avouer indépendant. C’est vrai. Mais être dépendant m’a permis de faire des choses que jamais j’aurais faites par le passé, donc je n’aurais jamais profité de la vie comme je le fais en ce moment. On dit qu’on apprend de nos erreurs, eh bien c’est clair que je ne peux absolument pas dire quelque chose qui irait à l’encontre de ce proverbe et d’ailleurs, c’est ce qui fait l’homme que je suis devenu aujourd’hui. Celui qui teste toutes sortes de substances afin de sentir des sensations qui me font planer un maximum, celui qui jette les femmes comme des mouchoirs pour leur faire sentir ce que j’ai ressenti lorsque j’ai vu mon ex petite amie dans les bras d’un autre. Certes.

J’appréciais le geste de Alexis, mais je ne savais pas si elle faisait ça par pitié ou si elle le faisait uniquement pour coucher avec moi. La deuxième possibilité me semblait juste à mes yeux, mais le jeu n’était pas gagné. Elle était comme moi. Indépendante. Sauf qu’elle n’était pas comme les autres femmes faciles, celles qui se laissent tenter par le désir que les hommes ressentent envers elles. Ces filles-là, j’en ai rencontré pleins. Alors qu’elle se tenait sur le rebord de la baignoire, je contemplais les environs qui me semblaient de moins en moins tourner autour de moi. Enfin, je voyais normalement. Du moins, presque. Ce que j’aimais d’elle, c’est qu’elle pouvait soutenir un regard. Elle était timide, je le savais. Mais sentir son regard se tenir contre le mien me prouvait qu’elle détenait quand même une certaine confiance en moi. Je ne voulais pas non plus lui faire peur. Plus j’étais à l’aise, moins je sentais les effets de la drogue. Il ne fallait simplement pas que j’y pense. Je le sais, ce n’est pas la première fois que je suis dans cet état. Préférer cet endroit à la pelouse de chez une inconnue est inévitable, et je suis heureux qu’Alexis ait pu venir me chercher. Dans tous les cas, je vais m’en souvenir. Elle témoigna même le fait que je pouvais être magnifique dans une de ses robes. Juste m’imaginer dans une robe m’a fait rire aux éclats.

Je savais tout de même, à l’instant même où j’avais posé cette question, que je venais de réinstaurer ce mur invisible qui nous séparait. Et d’un coup, je m’en voulu. Je m’en voulus de m’être infiltré dans ce tunnel qui menait vers le passé de la jeune femme. Parce que je sais que si elle m’avait posé des questions sur mon passé, je m serais surement énervé. Alors pourquoi l’ais-je fais ? Demandez à mon cerveau quasi-fonctionnel sous l’effet de drogues dures. D’habitude, je ne m’intéresse pas à l’histoire des gens. Parce que, qu’on le veuille ou non, on traine tous quelque chose que l’on ne veut pas qui se produise à nouveau. Je soutenais quand même son regard, puis, sentant qu’elle ne voulait en parler, je brisais ce long moment de regards soutenus. Je n’étais plus à l’aise moi-même, d’en parler, alors que je savais que ça pouvait la vexer que je lui pose des questions comme ça sur sa vie. Ou peut-être me faisais-je des idées.  Ça aurait totalement été mon genre, surtout dans l’état dans lequel j’étais. « Rien, rien… désolé. C’est… » je baissais la tête et passa ma main dans mes cheveux afin de les repeigner. Je regardais du coin de l’œil la demoiselle qui s’était déjà relevé du rebord. « Le LSD. Il me fait penser toutes sortes de choses. Si tu savais… tout à l’heure dans l’automobile, je crois que j’ai vu une licorne. Mais je voulais pas te le dire, tu avais l’air concentrée sur la route... » je le regardais se diriger vers le miroir, pour prendre quelques cachets. Sur le coup, je me suis dit, tiens, elle voulait me droguer encore plus. Puis en y réfléchissant plus sur la personne qu’elle était, je me suis dis que c’était des cachets d’aspirine probablement, pour supprimer les effets non désirés du lendemain de veille. Elle vint au rebord de la baignoire à nouveau en plaçant une serviette de bain non loin d’elle, puis moi, je la regardais faire tout simplement. Je savais que j’avais créé un froid, et ça me rendait fou à l’intérieur. « Oui, bon… je dois avouer qu’il me faudrait un peu plus au niveau de la poitrine pour remplir tout ça. » dis-je en touchant mes pectoraux à travers mon t-shirt trempé.

Du coup, je me suis rendu compte de la situation dans laquelle nous étions. J’étais dans la baignoire, bain rempli, mes vêtements toujours enfilés, j’étais tout trempé et je n’avais pas de vêtements pour mes cours de quelques heures plus tard. Je me levais tranquillement, et ma vue semblait s’accentuer à nouveau. C’est lorsque je bougeais qu’elle empirait. Je m’aidais du mur derrière moi pour me relever, jusqu’à ce que je sois complètement droit pour enfiler un pied en dehors du bain. En faisant attention bien évidemment, pour ne pas accrocher Alex. Je me dirigeais vers la serviette de bain et m’essuyais le visage avec. J’essuyais aussi de me tenir sur le tapis afin de ne pas mouiller son plancher, mais je m’appuyais quand même contre le mur afin de ne pas tomber par terre. « Je… peux me rendre chez moi. J’appellerai un taxi, enfin, j’sais pas trop si je me souviens de mon adresse… » dis-je en prenant les cachets dans mes mains. « Tu sais, au début je croyais que tu m’offrais de l’ecstasy. Truc dément je te dis. Mais t’es pas comme ça, toi. » dis-je en lui offrant un de mes plus beaux sourires. Je devais tout de même être reconnaissant envers elle. Et je pouvais réellement être moi-même.

           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Mar 10 Juin - 3:34


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

Cadell était pratiquement une des seules personnes à s'être immiscé dans sa vie de la sorte. Surtout depuis son retour au Pays de Galles. La demoiselle n'aimait pas s'ouvrir. Parce qu'elle avait peur, parce qu'elle ne voulait pas en dire plus sur elle. Son passé, elle en avait honte et elle se voyait mal parler de fait qu'elle était escorte pendant pratiquement deux ans. Ce n'est pas quelque chose dont elle était fière. Entendre ce commentaire ne faisait que le refermer sur elle-même, parce que ça voulait dire qu'elle en montrait trop à Cadell. Ça voulait dire qu'elle le laissait trop entrer dans sa vie, au point qu'il était capable de deviner des détails qu'elle tentait d'exclure. Hors de question qu'elle lui crache la vérité, même si au fond ce doute était largement fondé. Elle ne pouvait pas savoir sans avoir vécu ce qu'il était en train de vivre. Si elle n'avait jamais pris de drogue, ça aurait été quelqu'un de son entourage, pour qu'elle puisse réagir de la sorte. C'était pourtant le cas. La demoiselle était tombée dans les vices de cette poudre, des cachets à même de la faire rêver. Le manque se faisait parfois sentir, mais elle arrivait à le repousser, à ne plus y penser. Elle se leva quelques instants, s'activant. Il était hors de question qu'elle passe le reste de sa soirée dans cette salle de bain, la situation devenait de plus en plus étrange. La phrase de Cadell eut le don de lui arracher un sourire. Il faut dire qu'il savait bien reprendre la situation en main. Elle voulait le croire, même si une parcelle d'elle se doutait qu'il n'allait pas oublier aussi facilement qu'il reprenait un certain contrôle. « Tu as bien fait, je n'aurais pas aimé avoir un accident à cause d'une licorne.» La demoiselle secoua doucement la tête, lui laissa prendre les cachets qu'elle tenait encore et se leva pour reposer son regard sur lui. Il fallait qu'elle s'occupe de ses vêtements. Hors de question qu'elle le laisse partir le lendemain sans rien à se mettre sur le dos.

Elle ne manquait aucun mouvement, parce qu'elle savait à quel point ça n'avait rien de facile quand le décor ne faisait que bouger, que se perdre dans des couleurs aveuglantes et démentes. Son regard l'observait alors qu'il peinait à sortir de la baignoire, laissant ses mains se poser sur les murs question de tenir son équilibre. Une fois la serviette entre ses mains, la demoiselle s'approcha un peu de lui, le poussant doucement pour qu'il se retrouve contre le mur. Ce n'est pas dans l'intention d'abuser de son corps qu'elle agissait de la sorte, mais pour lui donner un coup de main. Elle ne se rendait pas compte qu'elle était en train de créer une proximité déroutante entre eux. Qu'importe. « C'est bon Cadell, tu peux dormir ici. J'ai une deuxième chambre de toute façon et je ne vais pas te laisser prendre un taxi pour que tu finisses n'importe où sauf chez toi.» Elle lui tendit un verre d'eau pour qu'il prenne les cachets et une fois cela fait, elle le reposa contre le rebord du lavabo. « J'ai pas envie que tu sois encore plus défoncé que ça.» Un rire passa entre ses lèvres alors qu'elle fit un pas de plus pour attraper le bas de son chandail mouillé, ça lui collait à la peau et ça n'avait rien de facile à retirer. « Bouge pas.» Alexis venait de réduire la distance entre eux, de se rapprocher bien plus qu'elle ne le voulait réellement. La blonde laissa ses doigts parcourir le chandail complètement trempé pour finir par lui retirer, laissant simplement le bout de tissu tomber sur le rebord de la baignoire. Alexis allait dire autre chose, mais en reposant son regard dans le fond du sien, elle venait de se rendre compte qu'elle était en train de lui retirer ses vêtements, pratiquement à quelques centimètres de lui. Son souffle se coupa un instant, elle laissa ses yeux se perdre dans les siens, cette tension s'intensifier sans qu'elle ne puisse y faire quoi que ce soit. Ce n'était pas le bon moment pour se perdre entre d'autres bras, son esprit était largement embrouillé par Ian, elle n'avait pas envie d'empirer les choses. « Je.» Elle déglutit doucement, tentant de reprendre le contrôle sur les sensations qui la traversait, sur la situation. « Tu devrais être capable de retirer le reste, je vais m'en occuper une fois faite. Je dois avoir quelque chose qui traîne pour toi quelque part.» Pas qu'elle gardait les vêtements de ses anciennes conquêtes, mais elle avait quelques bouts de tissu qui appartenait à sa part, elle les avait subtilisés par inadvertance.

Elle se recula aussi rapidement qu'elle avait pu s'approcher, quittant la salle de bain en oubliant cet instinct protecteur qu'elle avait pour lui depuis le début de la soirée. Alexis se dirigea vers sa chambre pour attraper un pantalon vaste, qui ressemblait à quelque chose de sport ou confrtable et un t-shirt blanc avant de se remettre en marche vers la salle de bain. Le rouge ornait encore ses joues. La gêne possédait chacun de ses mouvements maintenant. Depuis le début, elle ne pensait pas aux conséquences de ses actes, c'était plutôt dans le but de lui donner un coup de main qu'elle agissait de la sorte. « Cadell? Je peux entrer? » Elle n'avait pas envie d'ouvrir la porte et qu'il soit complètement nu devant elle, ça aurait le don de rendre la situation encore plus embarrassante. « J'ai de quoi te vêtir le temps que tu arrives à dormir.» Sa voix était un peu plus faible, plus douce, parce qu'elle était encore gênée par ce qu'elle venait de faire. « Je vais prendre tes vêtements pour les laver.» Comme ça il aurait de quoi s'habiller demain.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Mar 17 Juin - 19:18


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?


Rentrer dans son monde était quelque chose de particulier, bien que le faire en étant ajun aurait été un peu plus fascinant, et surement fait dans un tout autre contexte. Cela ne risquerait de ne pas arriver souvent, puisque j’étais sous l’effet de la drogue le trois-quarts du temps. Le temps restant, je pense à encore me droguer. Parce que c’est comme ça, la vie sans drogues n’est pas envisageable pour moi. C’est vivre la vie telle qu’elle est, mais qu’est-ce qu’elle nous donne réellement ? Des parties de douleur à en devenir dépressif.

J’avais tout de même bien fait en lançant cette anecdote sur la licorne. Je savais, même sous l’effet de la LSD, que j’avais commencé à parler d’un sujet sur lequel elle ne voulait pas nécessairement s’étaler. Ça arrive, et je la comprends. Je ne parle jamais de mon passé, à moins que la personne me soit spéciale. De toute façon, mes amis d’enfance sont au courant. Et je me suis éloigné d’eux pour ne pas qu’ils me rappellent toute sortes de choses. Je m’étais donc levé, avec difficulté certes, pour me rendre à ce comptoir. Je ne réalisais pas à ce moment que je pouvais mettre de l’eau un peu partout à cause de mes vêtements et d’ailleurs, je m’en fichais. J’avais de la difficulté à marcher de toute façon. Je sentis les mains d’Alexis se poser sur mon corps pour légèrement me plaquer sur le mur, afin que je reste en place. C’était tout naturel pour elle, de m’aider, mais à ce moment précis, je sentais que les choses changeaient. La distance qui nous reliait devenait de moins en moins longue, et je ne sais pas si elle le faisait exprès ou bien si ce n’était que par pure gentillesse. J’espérais tout de même que ce ne fût pas par pitié. Je vomis la pitié. « Cool, merci. » Une deuxième chambre. Rien que ça. J’aurais préféré qu’elle n’en ait qu’une seule, le temps que je détruise ce divan-lit qu’elle détient probablement pour dormir dans le même lit qu’elle. Puisque je sais que cela va arriver un jour. Persévérance. Je lui rendis son sourire lorsqu’elle me tendit le verre d’eau puis je sentis  ses mains se promener sur mon corps. Je crois qu’elle essayait d’enlever mon t-shirt, eh ben… ma technique de drague commençait littéralement à marcher. Nous étions plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre et ça avait le don de me rendre tout souriant. Cette proximité me plaisait mais je ne savais pas si elle y prenait plaisir. Je la dévorais des yeux alors qu’elle se tenait en face de moi. Regards soutenus, je sentis une espèce de tension sexuelle ou peu importe ce que cela signifiait, mais rares sont les fois où une femme soutient mon regard comme elle elle le fait. C’est de la confiance, mélangé avec de la bonne estime de soi. Je levais ma main gauche lentement pour la poser sur sa joue, pour la caresser jusqu’au creux de son cou, mais cette tension ne dura pas longtemps lorsque la gêne s’empara d’elle, et elle partit de la pièce en affirmant qu’elle avait surement du linge de rechange pour moi. Ouf. Peut-être avais-je été trop rapide dans mes mouvements. J’en sais rien. Mais ce sentiment réconfortant qui n’a duré que quelques secondes était suffisant atténuer les effets encore présents du LSD.

Je m’étais dit qu’il fallait que j’y aille doucement. J’aurais très bien pu demandé à une fille de me ramener chez elle mais j’aurais eu peur de justement lui faire peur avec mon état actuel. C’est pourquoi je m’étais tourné vers Alexis, qui ne risque pas de me juger. Je commençais donc à m’appuyer contre le mur à l’aide d’une de mes mains pour rendre l’autre utile qu’à enlever ma paire de pantalon toute mouillée. Chose difficile parce que ça me collait sur la peau. Mais j’y arrivais tout de même, avec un peu de patience. Pantalons enlevés, je les laissais sur le rebord de la baignoire. Puis, les boxers restants. Bon. Je savais que je ne pouvais pas les garder, donc je n’allais probablement pas pouvoir en porter. Mais je devais faire avec. J’entendis donc la voix d’Alexis qui me demandait si elle pouvait entrer. Avec mes boxers, je me suis dit que ça n’allait pas la déranger, alors je me suis dirigé vers la porte et je l’ai ouverte de suite. Je reculais de quelques pas et la contemplais en tenant la porte d’une main. « D’accord, merci bien, comme tu peux le constater ben… il me reste les sous-vêtements. Je te rejoindrai plus tard pour te les donner. » dis-je avec un mini sourire au coin de la bouche. J’avais senti qu’elle n’était plus aussi à l’aise qu’elle l’était, et il fallait que je rétablisse la situation. Je pris donc les vêtements et fermais la porte lentement. Je lâchais un gros soupir de soulagement, tout ça, la proximité, cette chance, je l’avais perdu. Au pire, ça viendra naturellement. Une autre fois. La semaine prochaine, voir l’an prochain, si je n’ai toujours pas perdu espoir d’ici là. Je retire donc ma paire de boxer pour enfiler les vêtements que Alexis m’avait filés, ils m’allaient parfaitement et c’est tant mieux. Je pris la serviette que j’avais utilisé un peu plus tôt pour essuyer ce qui restait d’encore mouiller, surtout mes pieds, puis pris mes vêtements encore mouillés. Je les tordais un peu afin qu’ils ne perdent pas de leur eau sur le plancher et me dirigeais vers la laveuse, où Alexis allait probablement être. « Tiens. » Je lui tendis les vêtements d’un léger sourire. « Je sais que je suis peut-être encore trop défoncé pour me rendre compte de la situation mais… je veux quand même te remercier. Pour… cette nuit. Ça fait plaisir et puis… voilà. Je suis content d’être avec toi en ce moment. » Je voyais quand même que nous avions brisé une des barrières qui nous séparaient, de qui nous étions. Mais je ne savais tellement pas où cela allait nous mener.  


           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Sam 21 Juin - 18:52


And in your eyes I see ribbons of color. I see us inside of each other. I feel my unconscious merge with yours and I hear a voice say, "What's his is hers". I'm falling into you. This dream could come true and it feels so good falling into you. Cadell & Alexis

but i am a good girl

C'était en train de dégénérer et c'est pour cette raison que la demoiselle venait de quitter la salle de bain. Alexis était trop tactile et elle se rapprochait de lui sans s'en rendre compte, c'était seulement pour lui donner un coup de main. La demoiselle n'était pas le genre de femme séductrice à se perdre dans des jeux de corps à corps. Ce n'était plus elle. Une étrange soirée. Une étrange situation. Elle savait ce que la drogue faisait dans le système et parfois, elle sentait ce manque prenant la posséder, mais elle tentait de lutter. La demoiselle n'avait pas envie de se perdre à nouveau dans ses anciens vices. C'était une mauvaise idée. La porte s'ouvrit une fois de plus, il était en sous-vêtements. Foutue soirée. Elle avait tout d'étrange. Un soupir passa entre ses lèvres alors qu'elle fit tomber les vêtements au fond pour mettre la laveuse en marche. Elle se fichait complètement du fait qu'elle pouvait réveiller qui que ce soit, elle voulait qu'il puisse se vêtir demain pour ses cours. Enfin, elle ne savait pas ce qu'il avait réellement à faire. Les deux mains de la jeune femme se posèrent sur son visage qu'elle frotta vigoureusement. Elle n'avait rien consommé et se faire tirer de sa nuit de sommeil avait quelque chose de largement épuisant. La voix du jeune homme la fit sursauter et une fois ses vêtements en main, elle les laissa tomber au fond de la laveuse. Les yeux d'Alexis finirent par se reposer sur lui et un sourire passa sur ses lèvres. Elle ne voulait pas perdre pied. Elle ne voulait pas lui céder. Lui le coureur de jupon. Avec le temps, elle finissait par le connaître et elle ne voulait plus de ça. De joute physique et d'attirance. La demoiselle voulait simplement refaire sa vie.

Un léger sourire passa sur ses lèvres. Elle referma le couvercle de la machine à laver pour hausser simplement les épaules. Elle se voyait mal le laisser en pleine rue alors qu'il l'appelait pour lui demander de l'aide. Ca faisait un moment qu'il était entré dans sa vie, surtout au travail et c'est la première fois qu'ils se rapprochaient autant. La demoiselle mettait ça sur le dos de la fatigue et de la drogue qu'il avait encore clairement dans le sang. « C'est rien Cadell.» Elle baissa les yeux un moment avant de les reposer dans ceux de Cadell. « La prochaine fois faudrait que tu relaxes un peu sur la dose. Ça aurait peut-être mal fini si je ne m'étais pas réveillée.» Alexis finit par hausser simplement les épaules. Il fallait qu'elle remette la situation sur le droit chemin parce qu'elle avait dégénéré un moment plus tôt. Ce n'était pas elle. Enfin si. Elle voulait l'aider, mais elle la proximité avait fini par la troubler. Alexis passa une main rapidement dans ses cheveux avant de le contourner et de lui faire signe de la suivre. Elle prit le chemin du couloir et ouvrir une des portes par la même occasion. Une chambre. Simple. Vide. Pas la sienne. Juste une chambre de plus qui lui servait en même temps de bureau. « Je me doute que tu n'as pas envie de dormir maintenant, mais il va bien falloir que tu finisses par le faire à un moment ou un autre.» Elle laissa son dos se poser dans le cadre de la porte tout en détournant le regard u moment pour observer la pièce. « Bon. C'est pas très chaleureux, mais je pense que ca pourra faire l'affaire pour ce soir.»

La jeune femme sourit doucement. Elle n'invitait personne chez elle. Elle préférait rester seule. Depuis qu'elle reprenait le contrôle de sa vie, elle avait du mal à s'ouvrir et se laisser approcher par les gens. Il y avait plusieurs raisons qui la faisaient agir de la sorte. La peur de devoir parler. La peur que les autres apprennent un peu plus sur elle. Son passé était quelque chose dont elle avait honte. La jeune femme croisa doucement les bras contre sa poitrine en ne quittant pas Cadell des yeux. « Tu te sens mieux ou pas du tout?» C'est clair que les effets de la drogue ne s'étaient pas encore dissipés, mais elle espérait qu'il ne soit pas encore en train de divaguer sur tout et n'importe quoi. Elle savait ce que ça faisait. Elle savait que ce n'était pas toujours agréable, mais s'il se sentait mieux c'était déjà un petit pas vers l'avant. Dormir avec de la drogue dans le système n'avait rien d'agréable. Un sommeil léger. Cette sensation de vous réveiller au moins trois cents fois par minute.

(c) Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   Mar 5 Aoû - 13:40


   
cadell & alexis

             
(verlaine) ▽ Il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville, Quelle est cette langueur Qui pénètre mon cœur ?


Qu’avais-je donc fait de si mal pour rendre l’atmosphère encore plus bizarre qu’elle ne l’était ? Eh bien, peut-être que Alexis ne voulait tout simplement pas que j’entre trop rapidement dans son esprit. C’était déjà un grand pas vers l’avant qu’elle me laisse entrer dans sa maison, alors le fait qu’elle m’ait naturellement déshabiller afin de m’aider ne faisait que rendre les choses encore plus bizarres qu’elles ne l’étaient. Mais je n’allais pas abandonner.

Évidemment que je n’allais pas abandonner. J’étais là devant elle, torse nu, devant la laveuse à la remercier de m’avoir si chaleureusement recueilli dehors alors que j’étais en train de badtriper sur mon LSD.  « Oui, je sais. Ça fait partie de mes mauvaises habitudes, et tu le sais. » dis-je en soupirant légèrement. Puis, vint un sourire sur mon visage. « Mais ça fait des sacrées histoires à raconter. » je fis un petit rire enfantin à n’en presque plus ressentir les effets de la drogue. Sa présence me rassurait peut-être finalement. Mes amis « junkies » qui étaient autour de moi toute la soirée était de loin les gens les plus rassurants de la planète. Ils étaient là lorsque j’avais besoin de me changer les idées, mais qu’est-ce qu’on en dit de lorsque je ne me sens pas bien ? Ils ne sont pas présents. Je la suivais alors qu’elle se précipitait vers le couloir, je ne savais pas exactement où elle se dirigeait mais je la suivais. Pendant que je marchais jusqu’à cette pièce, j’observais les lieux. Chose que je n’avais pas faite en entrant dans sa demeure, puisque j’étais carrément trop défoncé. Il y avait des instruments de musique un peu partout, et ça, ça m’interpelait. Je n’avais pas beaucoup d’amis qui jouaient de la musique et ce n’était pas quelque chose de commun, mais comme je suis un grand joueur de guitare, je ne pus qu’être intrigué par rapport à la guitare qui se tenait dans le coin de la pièce. Arrivé à destination, elle ouvra la porte pour me présenter « l’autre » chambre. Merde. J’aime pas le mot « l’autre », on ne l’aime jamais. « Ouais, j’devrais. J’aurai probablement de la difficulté à dormir Alex… » dis-je en passant ma main dans mes cheveux encore un peu mouillés. Puis, je m’avançais tout doucement afin de me rendre vers le lit. La pièce avait le don de me rendre confus, voir dingue. Les couleurs me sautaient au visage, et plus j’avançais, plus mes jambes voulaient aller plus loin. C’est débile dit comme ça, mais rendu au lit, je m’y suis immédiatement étendu pour contempler le plafond. « Quoi ? » dis-je en entendu les derniers mots prononcés, « du tout », j’ai compris quelque chose du genre, mais j’avais bien entendu des voix dire ces choses dans ma tête. Je ne pouvais pas dormir, mais je ne pouvais également pas bousillé la nuit de sommeil d’Alexis. Je replaçais l’un des oreillers pour me replacer sur le dos. Je contemplais toujours le plafond. « Tu sais… t’es pas obligé de rester pour moi. J’suis une cause perdue de toute façon, je vais en reprendre demain, et tu ne seras probablement pas là pour moi de toute façon. Va dormir si tu veux, j’essaierai de dormir devant ce plafond inspirant. » je lâchais un léger soupir. J’aurais espéré qu’au fond de moi elle vienne s’étendre à mes côtés, qu’on se dise des histoires à m’en faire revenir à la réalité. L’espoir. L’art de rendre malade un individu.


           
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (pv) but i am a good girl ft. cadell   

Revenir en haut Aller en bas
 

(pv) but i am a good girl ft. cadell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miss A
» [VIDEO] Good Gone Girl - Cirque d'Hiver 11.06.09
» Cinnamon Girl
» Ain't Too Good (Against the Grain)
» Cherche accapella I'm a babie girl-Aqua

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-