AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 15 Juin - 20:47


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Tromper Sebastien n’était pas quelque chose qui m’était venu en tête, mais véritablement jamais ! Ce n’était de toute manière pas quelque chose de concevable à mes yeux de faire ça à quelqu’un que j’aimais, parce que oui même si Sebastien et moi avions un moment très difficile en ce moment, l’absence de sexe n’aidant en rien, ce n’était pas une raison pour moi de tout arrêter avec lui et/ou d’aller voir ailleurs. Je trouvais cela horrible de faire ça à quelqu’un, ne serait-ce que parce que j’imaginais la douleur que je ressentirais moi-même si Seb me trompait un jour et que je ne me voyais pas faire mal à une personne de cette manière. Sans compter que c’était vraiment quelque chose de dur à faire, dans le sens ou je ne savais même pas si je serais capable de supporter la culpabilité. Les péchés pouvaient être rachetés certes, mais tout de même. Enfin, ce n’était pas ça qui m’empêchait pourtant de draguer Julian, mais c’était quelque chose d’étrange, j’arrivais vraiment à garder mes bonnes intentions quand il s’agissait de lui, comme si mon cerveau se déconnectait et c’était quelque chose d’assez grave, assez pour me faire fauter un jour? J’espérais que non, à défaut d’en être certaine.

Je lui avais quand même dit que dans mes fantasmes, il était génial, mais cela ne semblait pas le suffire, non monsieur voulait être le meilleur hein ? Mieux que son fils ? sans aucun doute, c’était un truc d’égo d’homme ça, je connaissais le truc. A ses mots, je concédais que j’avais été un peu radine en compliments, après tout il ne pas savoir dans quel était je me retrouvais le matin au réveil ! Totalement excitée et parfois même en sueur dans le rêve avait été intense. « C’est vrai, je suis radine. Tu étais donc un amant génial, au point que j’en redemande presque toutes les nuits. » Bon, en même temps étais-je vraiment censé lui préciser ça ? Fallait pas oublier que j’étais encore bien alcoolisée, au point de plus trop savoir ce que j’étais en train de dire. Il n’allait pas se plaindre au moins hein. Arrivés devant l’immeuble, je le taquinais doucement sur le fait qu’il me surprotège mais apparemment il n’aimait pas cela du tout et il fut un peu brusque en me disant de me taire. Je haussais les épaules en descendant du véhicule avant d’arriver devant mon immeuble. Le voyant toujours un peu vexé à sa deuxième réponse, j’affichais une petite mine désolée, franchement je n’étais pas du genre à me moquer méchamment, et ce qu’il faisait pour moi était vraiment très gentil. Si tout à l’heure ce fut lui qui me courra après pour me rattraper et s’excuser, à ce moment ce fut moi qui fit la même chose. Je lui courrais derrière, l’attrapant par le bras pour le faire s’arrêter et retourner vers moi, pressant son bras avec douceur quand même. « Non allez pars pas, s’il te plait je voulais pas que tu te vexes. Je plaisantais juste mais c’est gentil ce que tu fais. » Soufflais je sincèrement, posant ma deuxième main sur la sienne en affichant un petit sourire. « Tu me pardonnes ? » soufflais je en prenant une petite mine innocente, et me rapprochant de lui, un peu dangereusement sans doute. « Je pourrais pas rêver de toi cette nuit si tu me boudes. » Plaisantais je une nouvelle fois, sans réaliser sous l’effet de l’alcool ce que je venais de dire.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 15 Juin - 21:19

we are such stuff
as dream are made on

Ce n'était pas que j'étais du genre à me vanter à tout va et à me penser nettement supérieur à la moyenne. Mais pour sûr, j'adorais les compliments. Et je pensais bien que cela était parfaitement légitime. Tout le monde aimait recevoir des compliments, non ? En tout cas c'était mon cas ! Alors je fus évidemment ravi quand la jolie blonde fini par consentir à me dire que j'étais un amant formidable et tout le tralala. Bon d'accord, je l'étais dans ses fantasmes seulement. Puisqu'en réalité, elle n'avait jamais testé. Détail qui me frustrait bien assez comme ça, soit dit en passant. Mais je faisais avec pour le moment. « Voilà qui est mieux ! » Répondis-je sur un ton faussement vantard. Avant que l'on ne se mette en route pour rentrer chacun chez nous. Il fallait encore que je la ramène. Et vu l'état dans lequel elle se trouvait actuellement, il était préférable que je m'assure qu'elle rentrait bien chez elle en un seul morceau. Elle pouvait très bien rencontrer un type louche dans les couloirs de son immeuble et elle ne serait aucunement en état de se défendre vu comme elle était ivre. Et je me sentirais responsable si une chose pareille arrivait.

Je venais donc de quitter à mon tour la voiture et m'arrêter devant elle, quand elle pivota pour me faire face. Apparemment, le fait que je veuille m'assurer que tout était ok, méritait moquerie pour elle. Je ne faisais pas ça pour jouer le héro ou je ne sais quelle autre connerie de ce genre. Mais bien pour avoir l'esprit léger et être rassuré. Pourtant, je n'avais plus vraiment l'envie d'agir comme ça, vu qu'elle se payait plus ma gueule qu'autre chose. Eh bien tant pis pour elle. Elle venait de piquer ma fierté. Et je n'aimais pas ça du tout. Raison pour laquelle je l'envoyai chier avant de me tirer. tant pis pour elle. Je ne l'entendis pas partir à ma suite. Mais je sentis bien sa main sur mon bras et me figeai net, l'observant à travers mes paupières plissées. Difficile de ne pas lui pardonner quand elle prenait cette moue de gamine. Mais je fis quand même un pas en arrière quand elle se rapprocha. Qu'elle soit une gamine et moi vexé, ne changeait rien au fait que j'avais une furieuse envie de la prendre contre une voiture là. J'eus un bien faible sourire à sa remarque. Soit. C'était ... Amusant ? ouais sans doute. En tout cas ça se voulait ainsi. Je soupirai et fis encore un pas en arrière. « Faut vraiment qu'tu trouves un moyen d'secouer Seb, avant que tu ne te rabattes sur son vieux. » Commentai-je avec ironie. Avant de me détourner et aller rouvrir la porte de l'immeuble. « Allez, rentre chez toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 15 Juin - 23:02


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
N’importe qui au courant de notre lien et qui verrait la façon qu’on avait de se parler se dirait sans aucun doute que nous étions totalement irrespectueux envers mon conjoint, c’était absolument certain. C’était sans doute un peu malsain même de faire ça et pourtant étrangement, je n’arrivais pas à voir le mal dans ce que nous faisions, c’était tellement facile de plaisanter avec Julian sur un sujet pourtant délicat, que je ne prenais même pas conscience de la forme de gravité de nos propos. Et pourtant sans doute que si quelqu’un me racontait qu’une fille draguait ouvertement son beau-père, sans doute serais-je choquée. Pourtant je continuais, sans vraiment tenter de me raisonner, de toute manière cela serait bien stupide de mettre maintenant un frein à nos discussions étant donné que nous en avions déjà bien trop dit. Tout de même, le complimenter sur les exploits sexuels qu’il effectuait dans mes rêves c’était… Vraiment bien trop fort ! Et pourtant, je continuais en riant, après tout rêver ce n’était pas tromper non ? Et puis parler non plus ! Et le complimenter encore moins, je n’étais donc pas en tord, même si une petite voix -celle de ma conscience ?- semblait s’offusquer. Seulement le problème c’était que dès que j’avais les yeux bleus de Julian sur moi, cette petite voix semblait s’étouffer et incapable de me parvenir aux oreilles, ce qui m’arrangeait bien au final.

Une fois en dehors de la voiture, je me sentais déjà mieux, il fallait l’avouer, dans certains virages ma tête avait sévèrement tourné, et j’en étais même arrivée à point de laisser mon regard dériver sur des parties intimes -mais couvertes !- de son anatomie alors que c’était véritablement déplacé. C’était sa faute aussi, il m’avait totalement émoustillé à me parler de sexe toute la soirée ! Moi qui était totalement en manque, cela ne m’aidait pas du tout, au contraire il ne faisait que de mettre le feu aux poudres ! C’était comme mettre une bouteille d’alcool devant le nez d’un alcoolique et de lui dire de ne pas y toucher, tout simplement impossible ! En plus, ce n’était pas comme si j’avais le beau-père le plus moche du monde, bien au contraire ! Julian était terriblement sexy, à sa manière, sans doute son côté mâle devait réveiller la femelle qui était en moi, ou quelque chose dans le genre. Ou bien était-ce simplement l’alcool qui me retirait toutes mes inhibitions au point que je commençais sincèrement à avoir du mal à me trouver proche de lui sans avoir envie d’être totalement contre son corps.Mais voilà, je l’avais bêtement refroidi en me moquant un peu de lui, pourtant à mes yeux je ne me trouvais pas méchante, mais lui avait été vexé. Ni une, ni deux j’étais partie m’excuser, m’en voulant véritablement de l’avoir mis dans un état pareil surtout qu’en plus, c’était adorable ce qu’il faisait. A ma dernière remarque -un peu osée, c’était vrai- je le voyais afficher un sourire et savais que j’avais réussi à lui faire changer d’avis, sauf que ce fut sa réponse qui réveilla quelque chose d’étrange en moi. Plus précisément au niveau de mon ventre, où j’avais l’impression que quelque chose remuait d’une manière bien plaisante. Je haussais lentement les épaules avant de lui faire un petit clin d’oeil amusé, alors qu’au fond de moi, quelque chose me poussait à me coller à lui, comme une envie furieuse que je parvenais -pour l’instant- à retenir. « Pourtant il paraît que son père est un sacré coup au lit, peut-être même mieux que lui » Murmurais-je d’une voix bien plus sensuelle que je ne pensais sortir. Mais ce fut à cet instant qu’il se détourna de moi, me forçant ainsi plus ou moins à le suivre en direction de ma porte d’immeuble. « Oui, tu as raison, en tout cas ce fut une excellente soirée, même si tu as gagné le pari et qu’en effet, je ne suis pas totalement sobre. » Plaisantais je en riant doucement. « Dommage, tu n’avais pas prévu de gage si je perdais » Lui fis-je remarquer en haussant un sourcil avant de me glisser entre lui et la porte -un peu maladroitement- ne pouvant empêcher le fait que mon corps ne frôle le sien, contact au combien électrisant qui me fit frissonner de la tête aux pieds. « Bonne nuit Julian » murmurais je plus bas maintenant qu’il était plus proche avant d’aller déposer un baiser sur sa joue, certes nous n’étions pas proches d’habitude, mais quand même, ce soir changeait quelque chose non ? Et puis je ne lui avais pas sauté dessus, c’était déjà bien hein !

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Lun 16 Juin - 18:07

we are such stuff
as dream are made on

J'avais quand même beaucoup de mal à suivre la jeune femme. Elle était bien trop étrange et incompréhensible pour moi, je ne pouvais pas dire le contraire. J'avais quand même une très nette préférence pour les gens qui étaient faciles à comprendre et à déchiffrer, je ne pouvais le nier. Sans doute parce que je n'étais pas du genre à me prendre à la tête à comprendre qui que ce soit. C'était beaucoup trop ennuyeux et demandait bien trop de réflexion selon moi. Ce que je ne pouvais tout simplement pas accepter, pour sûr. Pas que je n'étais pas du genre à réfléchir ou quoi, tout de même ... Mais parce que ça ne m'intéressait tout simplement pas. Pas la peine de chercher midi à quatorze heures, c'était aussi simple que ça ! J'étais donc bien décidé, maintenant, à ne plus faire l'effort de vouloir comprendre Amy. Elle se foutait de ma gueule. Et autant dire qu'avec une fierté comme la mienne, ce n'était tout simplement pas acceptable. Je fis donc demi tour sans aucune once d'hésitation. Sauf qu'elle me rattrapa comme moi même je l'avais fais avec elle, un peu plus tôt dans la soirée. Et bien vite, je la rappelai à l'ordre vis à vis de son comportement à mon encontre, de façon détournée. Beaucoup trop provocante. Je n'allais pas pouvoir me contenir, sérieusement !

« Sauf que ça, tu ne le sauras très certainement jamais ! » Lui fis-je remarquer avec un haussement de sourcils, avant de me détourner d'elle pour filer rapidement en direction de son immeuble. De là, je pris le soin de lui ouvrir la porte, avant de lui dire de rentrer chez elle. Il le fallait. Et le plus tôt serait le mieux ! Avant que je ne perde les pédales et la raison, et ne la plaque contre le mur du couloir, pour la prendre comme je rêvais de la prendre depuis beaucoup trop longtemps à mon goût. C'était tout simplement intenable. « Parce que tu n'aurais pas pu le relever. » Lui répondis-je avec un coup d'oeil entendu, en direction de son corps. Je ne serais sans doute pas allé jusqu'à lui demander un truc sexuel non plus. Mais je pouvais bien le lui faire croire après tout. Surtout que c'était bien mon genre d'agir de la sorte et de demander des trucs pareils à une nana qui me plaisait autant qu'elle, elle me plaisait. Je me figeai vivement quand, en passant devant moi, son corps frôla le mien. Bon, non, il ne fit pas que le frôler. Elle tenait à peine debout et sa poitrine se colla un peu trop vivement à mon torse. Je ne parvins même pas à répondre à son bonne nuit, me contentant d'un vague grognement en guise de réponse, regard rivé sur sa bouche sans même en être conscient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Lun 16 Juin - 19:48


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
J’avais parfaitement conscience des différences flagrantes qu’il y avait entre mon beau-père et moi et je savais également que beaucoup d’entre elles ne pourraient sans doute jamais être compatibles. Comme par exemple le fait qu’il avait tendance à être beaucoup trop franc en toutes circonstances alors que je préférais parfois garder le silence pour ne pas embarrasser quelqu’un. J’ignorais ce que lui pensais de toutes ces différences et surtout, si il parviendrait jamais à véritablement accepter mon caractère, ma personnalité. Il ne me semblait pas vraiment être du genre patient ou à trop chercher à se préoccuper de ce qui ne le concernait pas pour tenter de me déchiffrer, même si pour ma part je pouvais passer pas mal de temps à essayer de comprendre son caractère de cochon. Au final, je l’aimais bien, plus même je l’appréciais beaucoup, et quand je commençais à fantasmer sur lui je l’adorais carrément, mais ça je préférais le garder pour moi, il en savait déjà bien trop. Ce fut pour cela qu’à peine je m’étais rendue compte que je l’avais vexé assez fort, j’avais couru derrière lui pour le rattraper. J’avais souvent tendance à oublier que lui aussi pouvait se vexer, même si il avait l’apparence du type qui pouvait tout encaisser et se moquer de ce qu’on pouvait lui dire, je voyais bien que certaines choses le touchaient tout de même et au fond j’aimais ça, ça le rendait humain.

C’était amusant de le voir me reprendre à l’ordre quand je commençais à aller trop loin, enfin plus précisément c’était très drôle de voir que nous échangions nos rôles pendant quelques secondes : c’était moi qui le poussait un peu à bout et lui qui venait me faire des remontrances et me dire que je devais me calmer. Au fond j’avais bien trop bu pour prendre quoique ce soit au sérieux ce soir, mise à part une seule chose : cette attraction étrange qui d’habitude restait plutôt calme en moi alors que ce soit, avec les quelques verres que j’avais descendu, elle se faisait beaucoup plus présente, presque au point de prendre le contrôle de mes mouvements. Je restais tout de même maîtresse de mes actes, mais j’ignorais pour combien de temps. « Tu apprendras que j’honore toujours mes promesses pourtant. » Murmurais je en lui faisant un petit clin d’oeil provocateur, ayant bien compris son sous-entendu mais voulant à mon tour, rentrer dans son petit jeu. Je ne mentais pas en plus, si véritablement nous avions parié un baiser j’aurais tenu le pari, même si c’était certain que dès le départ à cette idée je lui aurais demandé de changer de gage, bien sûr. Enfin, si on l’avait fais pendant que j’étais sobre, parce que maintenant dans mon état j’étais pratiquement certaine que j’aurais suivi le délire. Au moment de lui faire la bise et de passer la porte, je me retrouvais pratiquement collée à lui, sans vraiment que je n’ai vu la chose venir. C’était pas ma faute ! Bourrée, je n’avais plus vraiment la moindre notion des proportions à vrai dire. Je fus prise d’une étrange chaleur et d’un long frisson qui parcourut tout mon échine à ce simple contact et restais un instant figée sur place, tiraillée par une étrange envie qui se faisait véritablement plus forte. Je suivais des yeux son propre regard, remarquant bien ce qu’il regardait et à ce simple constat je ne pu m’empêcher de me mordre la lèvre inférieure. Bon Dieu c’était pas vrai, j’avais une envie folle de… Mais je ne devais pas, je ne devais pas ! Et pourtant, je sentais déjà mon corps se coller un peu plus contre le sien sans vraiment que je ne parvienne à contrôler quoique ce soit, pas même mes mains qui allèrent se poser sur ses hanches, quelques millième de seconde avant que, ayant définitivement perdu toute raison je plaquais mes lèvres aux siennes.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Mer 18 Juin - 20:27

we are such stuff
as dream are made on

Amy était vraiment complètement ivre. Je n'étais pas aveugle. Ca se voyait comme le nez en plein milieu de la face. Il lui avait suffit de quelques petits verres à peine, pour finir dans cet état dingue. Elle était tellement faible bon sang ! Ou c'était moi qui tenais un peu trop bien l'alcool. Ca aussi ce n'était pas impossible du tout. J'avais passé pas mal de temps dans les bars. Et puis si j'en tenais un, ce n'était pas pour rien après tout. C'était bien parce que je m'y connaissais tout de même un minimum. Bon, sacrément en réalité, soit. Surtout en comparaison de la jeune femme qui était déjà bien gaie après le premier verre. Mais qui maintenant, semblait avoir du mal à se raisonner et à marcher droit. Elle me faisait un rentre dedans incroyable. Et je n'étais même pas certain qu'elle soit consciente de cela. C'était même fort probable que non, vu qu'elle ne s'était pas du tout rendue compte du fait qu'elle savait parfaitement jouer le rôle de la séductrice. Elle avait eut l'air tellement surprise quand je lui avais fais cette remarque. Ce qui m'avait surprit moi même en retour.

Ce qui était surprenant également, c'était son comportement actuel. Oh pas vraiment le fait qu'elle s'était excusée après avoir eut des paroles pour le moins blessantes. Non, ce n'était pas ça le pire dans tout ça. C'était sa façon d'être maintenant. Quand elle passa devant moi et que son corps frôla le mien. Je me figeai franchement et réalisai à quel point elle pouvait être proche de moi. A tel point, que je pouvais parfaitement voir la forme et couleur rosâtre de sa bouche. Une bouche qui m'appelait tout entier. Je crevais d'envie de l'embrasser. Et pourtant, je parvenais encore une fois à prendre sur moi et à ne surtout pas me rapprocher d'elle d'aucune façon que ce soit. Je me contentais de la regarder fixement, attendant qu'elle passe. Mais ce ne fut pas du tout ce qu'elle fit. sans doute poussée par l'alcool qui circulait dans son sang et lui faisait oublier toute prudence, elle glissa ses mains sur mes hanches. Et dans la seconde, sa bouche se colla à la mienne. Je n'eus pas le moindre mouvement de recul, pas même minime. Au lieu de ça, je lui répondis de façon instantanée, possédant bien vite sa bouche de ma langue. Et sans cesser de l'embrasser, je la fis pivoter pour la coller au mur et presser mon corps contre le sien. Comportement interdit et dangereux. Mais je ne pouvais tout simplement pas faire autrement. C'était un besoin presque vital, que de l'embrasser comme ça. De l'embrasser tout court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Jeu 19 Juin - 14:07


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Si on me le demandait, je reconnaitrais honnêtement que je n’étais plus du tout sobre. Je n’en étais pas au point de ne plus réussir à marcher seule -bien que j’avouais sans doute être un peu en zigzag- mais quand même, je sentais bien l’alcool me tourner la tête. En même temps, c’était la première fois que je buvais autant, parfois certes lors de certains repas de famille il m’arrivait de boire du vin, mais jamais des boissons plus fortes que ça et encore moins trois verres presque d’une traite comme je l’avais fait. Et en même tempes, j’avais voulu jouer à ce petit jeu avec Julian alors que lui même tenait un bar et avait plus d’expérience dans ce domaine que moi. Au fond, c’était stupide et perdu d’avance, presque même comme si c’était ce que j’avais cherché. Non, je ne voulais pas me ridiculiser devant lui, loin de là, mais juste lui montrer que moi aussi je pouvais être marrante parfois ! Bon certes, il avait passé plus de temps à me dire que j’étais une jeune fille ennuyeuse mais il avait bien pu remarquer quand même dans ma façon de lui répondre que je savais quand même parfois relâcher un peu la pression, du moins je l’espérais vraiment. Enfin, une chose était sûre, il en avait au moins appris énormément sur ce que je pouvais penser de lui et surtout sur la façon dont je pensais à lui, généralement la nuit en plein dans mes rêves. Bon sang, je n’arrivais toujours pas à croire que j’avais osé lui avouer ce détail très embarrassant ! C’était mon beau-père tout de même ! Enfin, ce soir j’avais l’impression que toutes mes inhibitions étaient soudainement tombées avec ces trois verres et surtout, cette incroyable attraction que je pouvais ressentir pour Julian, sans doute dû au fait que c’était la première fois que nous passions autant de temps ensemble.

Et le pire était en train de se produire, enfin le pire, cela dépendait de quel point de vue, bien entendu, car c’était très agréable. Je n’avais tout simplement pas réussi à retenir mon envie d’embrasser Julian une fois que je m’étais retrouvée trop près de lui, un peu comme si c’était sa bouche qui m’avait hypnotisée et fait pencher mes lèvres sur les siennes. Une chose était sûre, c’était très mal ! Moi qui avait commencé par presque douter de la fidélité de mon petit ami, voilà maintenant que je sautais sur la première occasion pour embrasser son père ! Mais là, étrangement, j’étais bien loin de me préoccuper de la morale ou de ce qui était bien ou pas, non, j’étais juste en train d’embrasser Julian et de profiter de chaque secondes. Si je devais le comparer à son fils, je dirais qu’il était bien plus fougueux que lui et cela me plaisait, énormément, c’était terriblement excitant. Tout comme cette manière qu’il avait eut de me plaquer contre le mur de mon immeuble et de se presser contre moi. De cette manière, je pouvais sentir tout son corps entier contre moi, pour la première fois et à cette instant je n’avais qu’une envie, le coller encore plus contre moi, ce que je fit en plaquant mes mains au bas de son dos de façon à coller son bassin au mien. Intérieurement, j’étais totalement en feu, et même si nous ne faisions que nous embrasser j’étais déjà à bout de souffle, tant c’était intense. Sans plus penser à rien, je laissais ma main glisser dans ses cheveux, pressant un peu plus ses lèvres contre les siennes avec envie, totalement incapable de m’arrêter. Bon Dieu, c’était bon, terriblement bon..

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Ven 20 Juin - 18:45

we are such stuff
as dream are made on

Décidément, j'étais en train de découvrir Amy, qui n'était autre que ma belle fille, sous un tout nouveau jour. Je ne m'attendais pas à la voir se lâcher à ce point. Mais je ne pouvais pas nier que je trouvais ça très amusant. Surtout de la voir aussi différente de ce à quoi elle m'avait habitué depuis le temps. Enfin ... Ca ne faisait quand même pas si longtemps que ça que l'on se connaissait tous les deux. Mais tout de même bien assez pour que j'ai pu me rendre compte du fait qu'elle était une sainte ni-touche qui ne semblait pas savoir beaucoup rire ni s'amuser. Il avait quand même fallut qu'elle boive quelques verres d'alcool, pour se lâcher à ce point. Bon soit, vraiment très peu d'alcool. parce que contrairement à moi, elle ne tenait pas bien du tout cela. C'était un constat pas franchement difficile à faire d'ailleurs. Et je ne pouvais nier que ça m'amusait énormément. Enfin sauf quand elle se faisait beaucoup trop séductrice à mon goût. Ca avait le don de me rendre complètement dingue. Et je n'étais pas franchement certain que cela soit une bonne idée. En tout cas, pour sûr, ça ne m'aidait pas à réfléchir rationnellement et à me tenir sagement loin d'elle.

Bon finalement, je n'allais pas pouvoir tenir loin d'elle bien longtemps. Enfin c'était de sa faute aussi. Quelle idée de flanquer ainsi son corps tout contre le mien? Comme si lutter contre l'attirance que j'éprouvais pour elle, n'était pas assez compliqué comme ça, il fallait qu'elle en rajoute une couche en me frôlant de la sorte. Difficile, pour ne pas dire impossible, de garder les idées claires ! Et évidemment, ce fut bien pire encore, quand elle vint carrément coller sa bouche à la mienne et glisser ses mains sur mes hanches. Je ne tardai pas à la plaquer contre un mur pour l'embrasser de plus bel, appréciant grandement de la sentir aussi réceptive. A aucun moment je ne parvins à détacher nos bouches l'une de l'autre. A vrai dire, plus ça allait et plus je me collais à elle. A tel point, que mon bassin rencontra fermement le sien. Et je fus bien inconscient de mes légers mouvements, tandis que j'allais et venais contre elle, exerçant une friction qui ne tarda pas à faire réagir mon corps de façon virulente. Je n'étais aucunement gêné par la dureté située plus au sud, trop occupé que j'étais à l'embrasser et à profiter de ce fougueux baiser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Ven 20 Juin - 23:46


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Oscar Wilde l’avait dis, la meilleure façon de résister à la tentation c’était d’y céder. Oui mais ce que l’on ne disait pas généralement c’était qu’après il s’en était bien mordu les doigts et avait reconnu que c’était une belle erreur. Mais lui, lui il n’avait pas Julian en face de lui qui était extrêmement attirant ! Entre le début de la soirée qui avait été plutôt calme malgré l’accident de mon t-shirt, l’attraction que je pouvais ressentir pour mon beau-père était montée à une vitesse incroyable ! A croire que le fait de se croiser seulement au boulot et de ne pas passer trop de temps ensemble m’avait protégé de ça jusqu’à ce que finalement, après quelques heures et quelques verres ensemble, elle soit beaucoup trop forte pour que je puisse y résister. Et si je ne doutais pas au vu de sa réaction que le fait de l’avoir frôlé l’avait lui aussi assez chamboulé, pour ma part c’était un véritable feu d’artifice qui s’était déclenché dans mon corps. Un feu sans doute bien trop longtemps contenu et qui se déversait à présent en moi avec une force incroyable. Et même avec toute la bonne volonté du monde je n’avais pas été capable de me retenir de l’embrasser, cela avait été beaucoup plus fort que moi, que ma religion, que mes principes moraux et même plus fort que cette petite voix qui me répétait en boucle que j’allais amèrement regretter ce moment d’égarement.

Mais voilà, avant les regrets, je profitais, et bon Dieu j’avais l’impression que c’était une véritable renaissance que d’être embrassée de la sorte par Julian. Il n’y avait rien de doux, tout était au contraire plus sauvage, que ce soit sa manière de me plaquer au mur que celle qu’il avait de dévorer mes lèvres, c’était totalement différent que la façon qu’avait de faire son fils, mais c’était tellement plaisant ! Au point que, au lieu de me raisonner et de le repousser pour filer dans mon appartement, je ne faisais que de répondre de plus belle avec une fougue dont je fus la première surprise. Au contact de son bassin contre le mien je lâchais un soupir de surprise en sentant le bas de son ventre totalement réveillé, et si cela aurait du m’effrayer normalement et me faire réaliser tout l’ampleur que prenait ce baiser, ce ne fut pourtant que le contraire. Tout mon être était grisé de sentir le corps de Julian réagir de cette manière au point que, au lieu de rester sages, mes mains allèrent se glisser sous sa chemise pour caresser son torse avec envie, une envie totalement irrépressible qui prenait tout le contrôle de mon être sans que je ne puisse rien faire du tout. nous étions en pleine rue, en bas de chez moi, n’importe lequel de mes voisins rentrant un peu trop tard auraient très bien pu nous prendre sur le fait, me reconnaitre et voir que l’homme avec moi n’était pas Sebastien et pourtant je n’étais pas du tout capable de tout arrêter, au contraire je poussais la file au point de laisser l’une de mes des jambes glisser sans aucune difficulté le long des siennes pour aller s’accrocher autour de ses hanches et ainsi le forcer à se coller encore plus contre moi. Non, ce qu’il se passait plus au sud était bien loin de me dégouter, au contraire je l’incitais à continuer cette friction entre nous qui commençait sérieusement à me faire perdre la têt et qui enflammait mon corps bien trop rapidement pour que je puisse réfléchir une seule seconde à ce que j’étais en train de faire.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Lun 23 Juin - 18:51

we are such stuff
as dream are made on

Qui aurait pu imaginer qu'un simple frôlement entre deux corps, pour allumer un tel brasier ? Eh bien pas moi en tout cas, pour sûr ! J'étais même à mille lieux de pouvoir imaginer une chose pareille possible. Et pourtant, au vu de mon âge, on pouvait quand même dire que j'en avais vu et vécu des choses. Surtout sur le plan sexuel. Je ne pensais pas avoir grand chose à apprendre à ce sujet là. C'était en tout cas ce que je pensais jusqu'à ce que nous nous retrouvions tous les deux à nous embrasser comme deux véritables affamés, à se dévorer la bouche et explorer celle de l'autre, de notre langue. Ce n'était pas qu'un simple petit désir. C'était tellement puissant, tellement violent même. je ne voulais plus que ça s'arrête. J'aurais aimé pouvoir l'embrasser de cette façon, encore longtemps. Que notre désir continue de grandir jusqu'au moment où il laisserait place à un plaisir sans nom. Parce que vu comme un simple baiser était bon, je n'avais aucun doute au sujet du fait que ce serait sacrément le pied si on allait jusqu'à coucher ensemble. Et en cet instant, tandis que nos bouches continuaient de se taquiner l'une l'autre, je pensais inconsciemment que c'était bien ce qui risquait d'arriver.

Nos deux corps étaient tellement collés l'un à l'autre, qu'ils semblaient vraiment vouloir fusionner l'un dans l'autre pour ne faire qu'un, le plus vite et le plus puissamment possible. Parce que oui, c'était bien des ébats sauvages qui risquaient de lier nos deux corps, vu la passion insensée que nous mettions dans cet ardent baiser. Et plus ça allait, plus nos corps se collaient l'un à l'autre, de façon tout à fait naturelle. Je fini par flanquer complètement mon bassin contre le sien, pour lui faire pleinement ressentir toute l'étendue de mon désir et entrepris de légers mouvements de vas et vient, comme avec une incroyable hâte de ne faire qu'un avec elle. Et bientôt, elle enroula une jambe autour de mes chances. Ce qui colla davantage encore mon bassin contre le sien. Un grognement de pure envie m'échappa et mes mouvements s'intensifièrent. Tandis que, de leur côté, mes mains ne tardèrent pas à glisser le long de son corps pour empaumer ses fesses. Putain de fantasme que je faisais sur son postérieur, que je pouvais enfin tâter. Et je m'en donnais à coeur joie, malaxant ses fesses sans aucune hésitation. En poussant parfois dessus pour que son bassin cogne doucement contre le mien à intervalles régulières.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Mar 24 Juin - 12:27


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
C’était comme dans un rêve, ou plutôt comme dans l’un des fantasmes que je faisais parfois durant la nuit avec comme acteurs principaux Julian et moi-même. A peu de chose, c’était parfaitement le genre de rêve que je pouvais faire avec lui, sauf que là c’était bien réel. C’était même beaucoup plus fort que tout ce que j’avais pu imaginer dans ma tête, en comparaison, les sensations que je pouvais avoir dans tout le corps en cet instant dépassaient largement tout ce que j’avais pu imaginer. J’avais réellement du mal à croire qu’une telle chose soit possible, qu’autant de flammes pouvaient envahir mon corps, comme un diable qui s’amuserait à me rendre folle, c’était bien un comble pour moi. Le pire dans tout ça, c’était que ce n’était même pas lui qui avait fait le premier pas mais bien moi ! C’était moi qui l’avais fait, moi qui dix minutes encore prônais haut et fort les vertus de la fidélité dans un couple ! Là pour le coup je perdais toute ma crédibilité ! Sans aucun doute que si j’avais été parfaitement sobre jamais je n’aurais osé passer ce cap et me jeter pratiquement sur lui, jamais je n’aurais eut le courage nécessaire de le faire et sans doute ma raison l’aurait emporté sur mes envies, une fois de plus mais là c’était tout à fait différent et plus je l’embrassais, plus j’en voulais encore et toujours plus.

Ses baisers n’avaient rien à voir avec ceux de son fils - étrange constat tout de même à faire -, là où Sébastien était d’une douceur infinie, Julian lui était beaucoup plus sauvage et fougueux, en même temps il n’était sûrement pas du genre à être trop tendre ou doux. Ce qui aurait du m’effrayer d’ailleurs, moi qui n’avais jamais connu rien d’autre que la tendresse j’aurais du être quand même un peu effrayée par ça, mais non au contraire, j’étais de plus en plus excitée par sa manière presque bestiale de m’embrasser, sans compter ses mains qui malmenaient avec envie mes fesses. Mais il n’était pas le seul à se laisser aller à ses envies primitives, moi en grande fautive, j’avais moi aussi les mains baladeuses sur son torse, incapable de tenir mes mains sages autour de lui, c’était comme si j’étais possédée en fait ! Jamais je n’avais été envahie par de telles pulsions pour quelqu’un d’autre, c’était un peu comme si lorsque j’étais en face de lui, mon corps avait ce petit déclic qui changeait tout. Le pire dans tout cela était qu’à aucun moment je ne pensais à me décoller de lui et pourtant, quelque part dans ma tête je savais parfaitement ce qu’il risquait de se passer si jamais l’un de nous ne s’arrêtait pas, bien que pour ma part j’étais bien trop enivrée -aussi bien par lui que par l’alcool- pour avoir la force de me stopper dans mes gestes. Au contraire, ma jambe autour de sa hanche, je sentais de plus belle son membre parfaitement réveillé à chaque friction contre mon bas ventre ce qui à ce moment, se révélait être la chose la plus érotique du monde à mes yeux. Ce qui aurait pu me dégouter en général devenait en cet instant terriblement délicieux, au point que pour la première fois de ma vie, ma foi et ma raison étaient laissés de côté, comme une libération de moi-même qui ma foi, était divine. En le sentant presser ses mains sur mes fesses de manière à faire claquer mon bas ventre contre le sien, je ne pu empêcher un léger gémissement d’envie, peu après le sien qui m’avait fais frissonner de la tête au pied. Le fait de me sentir désirable alors que ça ne m’était pas vraiment arrivée depuis un bail était tout aussi excitant que ses mains sur moi et cela n’arrangeait en rien mes affaires. Au contraire, j’avais l’impression que les flammes dans mon ventre prenaient désormais tout mon corps, de mes pieds à ma tête. J’ignorais pourquoi, ni comment, mais Julian me rendait totalement folle de désir pour lui au point que je ne pensais même pas au fait que nous étions dehors, ni même que l’on pouvait nous voir, j’étais devenue comme totalement inconsciente, moi d’habitude si prudente et maîtresse de la situation. Il m’était totalement impossible de raisonner au point que bien loin de chercher à calmer les choses, l’une de mes mains glissa de son torse à beaucoup plus -trop ?- bas, allant caresser par-dessus son pantalon son membre bien éveillé. Par dessus seulement, sans doute comme un ancien vestige de ma pudeur, même si je sentais parfaitement que si ça continuait comme ça, j’allais bientôt oublier ce dernier petit reste de bon sens. Et en même temps, je n’y pouvais rien, tout ce qu’il faisait, du plus petit geste au baiser le plus fougueux, tout me mettait dans un état second, et au fond je savais que mon envie de lui était tellement forte que j’étais prête à fauter lourdement?

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Mar 24 Juin - 18:59

we are such stuff
as dream are made on

Pour sûr, je n'étais pas du genre à tourner mille ans autour du pot. J'avais une envie folle d'Amy et je le lui faisais bien comprendre en cet instant, avec toute la fougue et l'ardeur que je mettais dans ce baiser qui se voulait sans fin. Sans fin, parce que je ne souhaitais pas que ça s'arrête, tout simplement. Au contraire, je voulais ardemment que cela continue. Et que ça donne suite à une étreinte qui serait torride, pour être dans la continuité de la chose et ne rien perdre de toute cette folle passion. Et je ne doutais pas que de son côté, elle souhaitait exactement la même chose ! Il suffisait de voir avec quelle fougue elle répondait et se collait même toujours plus à moi. C'était très bien de la sorte. Je collais moi même davantage mon corps au sien, tandis que mon bassin allait et venait contre le sien. Je ne tardai pas à empaumer carrément ses fesses pour les tâter comme je rêvais de le faire depuis le tout premier jour. Elle avait un cul d'enfer ! Un corps d'enfer même, en réalité. Ne pas avoir envie d'elle était tout bonnement impossible. Je ne comprenais donc pas comment faisait son mec pour ne pas avoir envie d'elle ...

Plus les minutes passaient et plus je perdais les pédales. J'étais à deux doigts de lui arracher carrément ses fringues, pour la prendre contre le mur avec bestialité. Mais c'était tout bonnement impossible. Carrément impensable. Je devais me raisonner. Mais c'était dur. Dans tous les sens du terme d'ailleurs, si l'on mentionnait le fait que ma virilité l'était maintenant beaucoup, collé justement à son bas ventre et n'ayant de cesse de s'y frotter. J'étais définitivement en train de perdre les pédales, alors même que ce n'était pas du tout autorisé. J'aurais du m'arrêter. Mais sa main qui se glissa justement plus bas pour me caresser par dessus mon pantalon, m'arracha un grognement d'envie pure et dure. Bordel. Il fallait que je la prenne et vite ! Et pourtant ... non ! Et non ! Elle était ivre morte et en manque depuis trop longtemps. C'était la seule véritable raison pour laquelle elle était tout juste en train de craquer, je n'en doutais pas un seul instant. Oh je voulais bien croire qu'elle me désirait déjà avant. Mais j'étais certain du fait que sans alcool dans le sang, elle n'aurait pas craqué de cette façon. Raison pour laquelle, assez brutalement et sans hésitation apparente, je me reculai, détachant complètement mon corps du sien. « Faut q'tu rentres chez toi... » Soupirai-je en détournant le regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Mar 24 Juin - 19:50


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Etais-je véritablement en train de faire ça ? Etais-je véritablement en train d’embrasser sauvagement Julian en étant contre le mur de mon propre immeuble, et le laissais-je réellement toucher d’une façon bien plus qu’indécente ? Pire que ça, est-ce qu’au fond, je ne sentais pas une sorte de plaisir incroyable à ça ? Si, totalement, je plaidais coupable pour ça. Je ne voulais qu’une chose, que ça continue encore et encore, j’étais moi même incapable de stopper quoique ce soit parce qu’au fond, je n’en avais égoïstement aucune envie. Je voulais simplement continuer de sentir sa bouche dévorer la mienne et ses mains caresser et presser mes fesses avec force et envie. D’ailleurs je lui faisais parfaitement comprendre en glissant ma main jusqu’à son pantalon pour caresser par dessus le vêtement son membre déjà dur et bon sang, je n’avais absolument aucune honte à ça ! Absolument aucune gêne, je faisais juste ce dont j’avais envie, après tout lui ne me demandait pas la permission pour me toucher. J’étais réellement dans un état que je n’avais…Jamais connu ? C’était sûr ! Julian débordait de sex-appeal et je n’étais même pas certaine qu’il se rendait compte de ce pouvoir d’attraction qu’il pouvait avoir ! Réalisait-il simplement qu’il avait tout du mâle attirant ? De la tentation suprême même ! Si il l’ignorait, pour ma part je le ressentais à travers chaque centimètre de ma peau désormais brûlante. Chaque centimètre effleuré par ses doigts s’embrasait à une vitesse folle.

Mais brusquement, un violent changement de température eut lieu quand sans que je ne comprenne encore pourquoi, Julian s’était reculé de moi, comme soudainement frappé par la raison. J’étais presque étonnée de le voir réussir à reculer aussi facilement, non pas par vanité non, c’était juste que moi… J’aurais pas été une seule seconde capable de m’éloigner de lui et d’ailleurs la première idée que j’eus durant les secondes ayant suivi son geste ce fut de le plaquer à mon tour contre le mur et de ne pas lui laisser d’autre choix que de reprendre notre baiser. Sauf que voilà, ce furent ces mots qui m’arrêtèrent et furent le déclencheur de ma reprise de conscience. « Quoi ? «  Que je rentre chez moi ? En cet instant c’était tout sauf ce que je voulais ! Passer d’un baiser torride à… Rien, et aller se coucher dans un état de frustration extrême, c’était vraiment tout sauf ce que je souhaitais. Pourtant il avait raison, petit à petit je commençais à réaliser la gravité de mon acte. J’avais littéralement sauté sur mon beau-père sans aucune vergogne et sans même réfléchir aux conséquences de mes actes, alors que ce n’était pas du tout mon genre. L’alcool? oui, c’était en grande partie le responsable de tout ça, enfin c’était plutôt ce qui m’avait permis d’oublier quelques minutes mes bons principes pour me laisser aller, mais l’envie de lui elle était bien là depuis pas mal de temps déjà, en veilleuse mais là quand même. A vrai dire, je n’étais pas véritablement en état de réfléchir, j’étais plutôt encore sous le choc de ce que je venais de faire, maintenant que je le réalisais. « Oui…Je… Mon dieu oui je dois rentrer.. » Soufflais je une nouvelle fois avec les joues rouges, sentant la gêne monter en moi presque aussi rapidement que la chaleur du désir que pouvais me provoquer Julian. Oui, j’avais encore le corps en feu face à lui, même loin de moi, mais le courage que j’avais eut auparavant semblait disparaître brusquement, sans compter que je me doutais bien que si il m’avait repoussé, c’est que lui non plus ne voulait pas franchir cette ligne, je n’allais pas non plus le forcer ! Je passais une main dans mes cheveux, nerveusement avant de reculer pour passer la porte de mon immeuble, cela n’allait rien changer à ce qui venait de se passer mais je préférais m’éloigner pour éviter davantage de bêtises.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Jeu 26 Juin - 20:37

we are such stuff
as dream are made on

Je n'étais même pas certain de me rappeler de qui avait bien pu sauter sur l'autre. mais pour sûr, l'un de nous deux l'avait fait et bien fait ! A tel point, qu'il était désormais très difficile pour nous de nous détacher l'un de l'autre tant notre échange était fougueux et ardent. J'avais beau avoir connu bon nombre de femmes en presque vingt ans de vie sexuelle active, je ne pensais pas avoir déjà connu un tel déferlement de sensations et un tel brasier qui me prenait aux tripes. C'était plus que plaisant. C'était sacrément parfait. Et je n'avais aucune foutue envie que tout cela cesse. J'avais plutôt envie de la sentir plus près de moi encore. Nos deux corps nus l'un contre l'autre. Mais surtout moi en elle, allant et venant encore et encore entre ses reins qui m'accueilleraient sans aucune once d'hésitation j'en étais certain. Oui mais voilà. Je n'étais que trop conscient, aussi, du fait qu'elle était ivre morte. Et que si je cédais à son appel silencieux mais puissant en même temps, ce serait plus profiter d'elle qu'autre chose. Et puis elle risquait de tout oublier dès le lendemain matin. Ce qui risquait de sacrément me frustrer !

Et puis merde, je n'avais pas le droit de faire ça à Seb ! Je me l'interdisais ! Et c'était alors que sa main se faisait aventureuse sur mon entre jambe durcie, que je retombai peu à peu sur terre et me détachai d'elle pour lui ordonner de rentrer chez elle. Il le fallait avant qu'il ne soit trop tard et que nous ne fassions une connerie. Pour une fois que je serais la voix de la sagesse ! Evidemment, elle eut beaucoup de mal à retomber sur terre et sembla sacrément surprise de mon détachement soudain. Tandis qu'elle réalisait peu à peu ce que nous avions été sur le point de faire, j'évitais sacrément de la regarder. Plus par crainte de craquer et lui sauter dessus, que par honte ou gêne. Pas mon genre ça. Contrairement à elle qui, j'en étais certain, devait être bien rouge pivoine en cet instant. Ce ne fut qu'en l'entendant tourner les talons et s'éloigner, que je daignai enfin relever la tête pour la voir disparaître plus loin. Je soupirai et trouvai enfin la force de me détourner et m'éloigner à mon tour. Je regagnai ma voiture bien rapidement, et filai en direction de mon appartement sans faire de détour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Jeu 26 Juin - 23:32


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Si ce que nous faisions était incroyablement délicieux, c’était également totalement interdit, non pas par la loi, mais tout simplement par ma propre morale et celle de ma religion. Pourtant, j’ignorais si ce baiser mettait Julian dans le même état que moi mais pour ma part, j’avais l’impression qu’un véritable volcan était entré en éruption dans mon corps ! C’était puissant, fulgurante et étonnement addictif dès les premières secondes, j’ignorais si c’était simplement la nouveauté, le fait de goûter à un homme différent du mien qui décuplait tout ce que je ressentais ou si c’était parce que c’était Julian que j’embrassais, mais en tout cas c’était presque perturbant. Si l’un de nous devait réagir, ce ne serait pas moi car il me semblait totalement impossible pour moi de décoller mon corps du sien, comme s’il était collé à lui. Ce fut lui qui, bien plus courageux que moi avait trouvé la force de briser notre étreinte, faisant monter en moi une frustration qui, si je n’étais pas un minimum civilisée, me ferait taper violemment du pied et crier comme une enfant pas contente. Je n’avais jamais ressenti une telle frustration de ma vie, elle était presque aussi puissante que le volcan en moi ! Julian avait eut raison, nous aurions pu aller beaucoup trop loin, nous avions même déjà été trop loin mais j’étais incapable encore d’éteindre en moi cette voix qui appelait son corps. Je reculais alors, réalisant petit à petit ce que je venais de faire, je lui avais littéralement sauté dessus comme une groupie ! Moi qui ne me laissais jamais submergée par les envies de mon corps, je lui avais sauté à la bouche comme une adolescente prépubère tiraillée par ses hormones. Ce fut sans un mot de plus que presque en même temps chacun tourna le dos à l’autre, de toute manière, il n’y avait absolument rien à dire ! J’étais déjà assaillie par la honte et les remords de ce que j’avais fait à Sebastien et pourtant même si la confession était un pas vers le pardon, je savais que cet aveu-là devait rester pour son bien et pour celui de sa relation nouvelle avec son père.

Je courrais presque jusqu’à mon appartement, entrant et refermant la porte presque comme si j’étais poursuivie par un tueur fou. Le dos plaqué contre la porte de mon appartement, je restais un moment comme ça, passant mes mains sur mon visage puis dans mes cheveux pour tenter de me reprendre, ne remarquant pas fout de suite que la lumière était allumée. Seb ne dormait donc pas ? M’avait-il attendu ? Le pauvre ! Je poussais un long soupir remplis de culpabilité, s’il m’avait attendu ce soir peut-être même s’était-il inquiété pour moi alors que j’étais en train de.. Mon Dieu ! Bien trop occupée à me répéter mentalement quelle honteuse pécheresse j’étais, je mis plusieurs longues secondes à remarquer les bruits sourds de gémissements qui semblaient provenir de la chambre. Je fronçais les sourcils tout en m’avançant à pas normaux dans leurs directions, soupirant doucement en me disant que Seb avait du mettre un peu trop fort la télé qui à cette heure-ci passait beaucoup plus de films érotiques qu’autre chose. Ce fut pour ça que, arrivée devant la pièce déjà baignée de lumière je restais un long moment figée et incapable de parler tandis que devant moi, l’hypothèse que Julian avait évoquée sur l’infidélité probable de son fils m’était parfaitement démontrée. En face de moi, une fille aux cheveux bruns semblait prendre son pied à cheval sur Sebastien qui, face à moi ne mit pas longtemps à réaliser que j’étais là. Sans réfléchir je reculais déjà alors que ce dernier sautait hors du lit en enfilant son boxer pour me rattraper. « Amy attends … je peux expliquer ! » Je me contentais simplement de reculer, sentant mon estomac se contracter furieusement et ma gorge se serrer au point que je me demandais si je n’allais pas finir étouffée. « C’est difficile entre nous avec les fausses couches et… » A vrai dire, j’écoutais à peine le flot de paroles qui sortaient de sa bouche, comme si j’étais ailleurs, en vérité j’avais l’impression que quelqu’un m’écrasait le coeur avec force alors que Seb continuait de se justifier. « Amy ça fait des mois qu’on ne se touche plus, tu ne pensais tout de même pas que … » Ce fut à ces mots précisément que j’haussais les sourcils d’effarement et d’étonnement à la fois. Et que, sans prévenir je courrais en direction de la sortie, ignorant totalement où j’allais, voulant juste partir très loin.  J’entendais Seb m’appeler plusieurs fois du couloir mais courrais et dévalais les escaliers à une vitesse folle avant de courir de plus belles dans les rues. Je courrais sans réfléchir alors que les images ce l’horreur que je venais de voir défilaient devant mes yeux. Ce ne fut qu’au moment où je me retrouvais devant sa porte que je me rendais compte que mon corps m’avait amené devant chez Julian et qu’à présent, je sonnais à sa porte avant de  tambouriner plusieurs fois dessus. Je n’avais à aucun moment songé au fait qu’il pourrait m’envoyer valser en me trouvant là à taper chez lui comme une furie, le visage débordant de larmes, à vrai dire que j’y pensais pas, j’étais bien trop envahie par la tristesse pour cela. 

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Sam 28 Juin - 23:39

we are such stuff
as dream are made on

On n'aurait jamais du déraper. Jamais. J'ignorais complètement ce qui nous avait prit. Je savais seulement qu'on venait de s'embrasser comme deux terribles affamés, au pied de son immeuble même. Je ne savais vraiment pas comment on avait fait pour en arriver là. C'était terrible tout de même, que d'avoir été si peu capables de se contenir. Disons que c'était la faute à l'alcool ... C'était préférable que de reconnaître que nous n'étions que deux faibles. Enfin le fait que je sois celui qui s'était reculé, me rassurait tout de même un peu sur le fait que je n'étais pas non plus si faible que ça. Que j'avais encore quelques réserves et capacités à me contenir. Même devant une nana aussi bandante que l'était Amy, pour dire clairement les choses ... Enfin quand même. Quand je fus chez moi j'eus bien du mal à la chasser de mes pensées. Non, en vérité, je n'y parvins pas. Et non, je ne fis pas ce que j'avais menacé de faire. A savoir, me branler comme un véritable obsédé incapable de penser à autre chose. Toutefois, ça ne m'empêcha pas de sacrément penser à elle et même regretter de ne pas être allé jusqu'au bout des choses ...

Incapable de m'endormir, je finis par m'installer devant la télévision et zapper les chaînes les unes après les autres, en boucle. Déprimant. Incroyablement ... Déprimant ! Mais je ne voyais pas que faire d'autre finalement. Je finis par somnoler quelque peu, télécommande en main. Et ce fut en sursaut que je fus tiré de ma semi-inconscience, quand on tambourina frénétiquement à ma porte. Je me levai et me dépêchai d'atteindre la porte d'entrée. Je vérifiai par le judas l'identité de la personne. Et en voyant Amy dans un piteux état, j'ouvris la porte à la volée. « Amy ... ? » Tentai-je maladroitement, pas sûr du tout de savoir ce que j'étais supposé faire. Je n'étais pas habitué à me trouver dans des situations pareilles. pas habitué à réconforter qui que ce soit. Je fuyais plutôt les femmes en larme. Je lui avais même déjà fais le coup une fois. Mais pas ce coup là. Au lieu de ça, je l'attrapai par le bras pour la faire rentrer et fermai la porte derrière elle. Avant de tenter maladroitement de la prendre dans mes bras, en des gestes hésitants. Je devais avoir l'air tellement con bordel ! « Qu'est-ce qu'il s'est passé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Sam 28 Juin - 23:57


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Ce n’était qu’un cauchemar n’est-ce pas ? Je ne venais pas réellement de trouver mon compagnon en train de forniquer avec une autre dans notre lit ? Dans NOTRE lit ! Celui que nous partagions depuis désormais neuf ans ! Cette vision avait totalement déchiré ce qui restait désormais de mon coeur, d’ailleurs en vérité il n’en restait pas grand chose. Je n’avais jamais ressenti au court de ma vie une sentiment si puissant de trahison, mêlé en plus à un sentiment d’impuissance totale qui me rendait dingue. Car au fond, c’est ce que j’étais, totalement impuissante face à la scène qui s’était jouée devant moi, mise à part restée choquée je n’avais rien pu faire d’autre. Hurler ? Même pas, j’en avais eut le souffle coupé tant j’avais une confiance -aveugle) en Sébastien. Au point que même quand Julian m’avait parlé du fait qu’il pouvait être infidèle, c’était la première fois que j’avais pensé à une telle éventualité, en neuf ans, c’était dire à quel point je pouvais avoir confiance en lui. De nombreuses années j’avais été persuadée même qu’il serait un jour mon mari et le père de mes enfants, presque comme un chemin tout tracé mais désormais, l’image venait de se briser en mille morceaux en l’espace de quelques secondes. Tout s’expliquait désormais certes mais l’avenir me semblait encore plus incertain désormais. En fait je n’en voyais pas pour l’instant, j’ignorais ce que l’on faisait dans ce cas là, sans doute quitter la personne, oui mais pour aller où ? J’avais quitté famille et amis pour me retrouver avec lui et l’aider à renouer des liens avec son père, ce n’était pas comme si j’avais un appartement de rechange pour les coups durs, j’étais même carrément à la rue. Rentrer et supporter de vivre avec lui le temps de trouver quelque chose ? Inutile d’y penser, je n’en avais certainement pas la force.

En attendant je me retrouvais comme une pauvre épave à tambouriner avec une force incroyable pour mes petits bras à la porte de mon beau-père. Le baiser que j’avais échangé avec lui ? En vérité je n’y pensais même pas, j’étais tellement obnubilée parce qu’il venait de se passer que ça m’était totalement égal ! J’avais agi sans réfléchir et ce fut ici que mes pas m’avaient porté. Au fond, il était un peu le seul à qui je pouvais parler de ça étant donné qu’il était l’unique personne à connaître les détails de notre relation et de ses problèmes. La porte ouverte, je restais un instant tremblante en l’entendant prononcer mon nom, non pas de peur, simplement parce que j’étais à bout, de tout. « Je suis désolée de te déranger… » Soufflais je en partant dans une nouvelle crise de larmes alors que ses bras entouraient mon corps. A vrai dire, s’il n’avait pas fais ça je pense que j’aurais fini par me jeter dans ses bras pour pleurer un bon coup. En plus de tout ça, je m’en voulais de le déranger, alors qu’il devait être en train de dormir, le pauvre. J’avais à peine entendu la porte claquer bien trop occupée à tenter de reprendre assez de souffle pour réussir à formuler une phrase.Je devais sans doute ressembler à ces enfants qui pleurent tellement fort qu’ils sont incapables de faire une phrase correcte sans reprendre cinquante fois leur souffle. « Sébastien… Il était pas seul quand je suis rentré… » Ce fut les lèvres tremblantes que je lui lâchais l’information. « Ce n’était visiblement pas la première fois… » C’était en le disant à voix haute que je réalisais ce que je venais de dire. C’était évident, la dernière phrase de Seb avait parfaitement laissé entendre que ce n’était pas sa première infidélité. "Je ne savais pas où aller..."

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 29 Juin - 0:11

we are such stuff
as dream are made on

Choqué par les larmes d'Amy, je demeurai interdit pendant un bon moment, à me demander ce que j'étais censé faire. Pour sûr, je ne pouvais pas la laisser sur le pas de la porte. Heureusement, ma conscience m'empêcha de repenser à notre baiser. La voir dans cet état parvenait à accaparer toute mon attention et à taire la voix perverse en moi. Et même quand elle fut dans mes bras, je ne pensais qu'à sa tristesse apparente. S'était-elle sévèrement prise la tête avant Seb ? A propos du fait qu'elle était rentrée tard ? Est-ce qu'à cause de l'alcool qu'elle avait dans le sang, elle lui en avait trop dit ? Au point de mentionner notre dérapage ? C'était là ce qui était en train de m'inquiéter. Mais elle commença à m'apporter une explication qui me cloua sur place. Quel crétin. C'était moi qui avais porté la poisse en émettant une idée aussi stupide ! J'espérais avoir tort tout en songeant que ça n'aurait rien de bizarre. Un type qui ne baise pas pendant des mois et des mois, c'est quand même suspect ! « D'accord ... d'accord ... » Soufflai-je, bien incapable de trouver les bonnes paroles à dire pour la rassurer et la calmer. D'un côté, il n'y avait rien à dire pour la rassurer. Elle l'avait vu de ses propres yeux. Ce n'était pas un mensonge ou une idée paranoïaque ou quoi ...

« Tu as bien fais de venir. » Remarquai-je doucement, songeant que c'était toujours mieux que d'aller traîner dans je ne savais quel coin de la ville ou même à l'hôtel. Ici, au moins, elle était en sécurité. Même si je craignais que Seb n'ait l'idée de passer vérifier. M'enfin même dans ce cas là, je ne le laisserais pas lui faire davantage de mal encore. Je n'osais imaginer la douleur que ce devait être de trouver la personne qu'on aimait, avec quelqu'un d'autre dans son lit. Et en pleine action, certainement. En tout cas, j'étais là et tenterais d'au moins lui faire penser à autre chose. La dérider un peu. La consoler. Fin bref j'en savais rien moi en fait. J'y connaissais tellement rien ! « Enfin j'suis pas doué pour ces choses là ... Mais si t'as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas. » Marmonnai-je, toujours aussi maladroit, en faisant un pas en arrière. « Tiens, installe-toi sur le canapé. Tu veux boire quelque chose ? Manger ? » Demandai-je ensuite, en lui désignant le canapé. Enfin je m'y rendis quand même avant elle pour y remettre de l'ordre. replacer correctement les coussins qui s'étaient faits la malle et retirer le plaid pour le poser sur le dossier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 29 Juin - 0:43


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
J’avais l’impression que tout un monde venait de s’écrouler, en vérité c’était un idéal de vie qui venait de s’effondrer. Celui de Sebastien et moi, vivant une longue et paisible vie. Je ne l’avais jamais considéré comme un homme capable d’aller voir ailleurs, sans doute parce qu’à mes yeux quand on aimait quelqu’un on souhaitait simplement le chérir et le protéger à jamais et non pas le trahir pour du sexe. Ce n’était pas en plus comme si c’était moi qui avait causé cette inactivité sexuelle ! Enfin si, en ayant enchaîné les fausses couches qui au final sonnaient plus à mes oreilles comme un signe que Sebastien n’était pas le bon pour moi. Mais quand même ! Ce n’était pas uniquement parce que j’avais été incapable de lui faire un enfant que tout était parti en vrille, si ? Apparemment. Dans les bras de Julian, je me laissais totalement aller, sachant pourtant que cela devait le déstabiliser fortement, lui qui avait du mal à consoler quelqu’un. Ses bras pour ma part, savaient très bien le faire et ça me suffisait. Je restais là, tremblante au creux de ses bras protecteurs, hochant simplement la tête de haut en bas en l’entendant me dire que j’avais bien fait de venir chez lui. Je n’avais eut aucune autre idée d’endroit où aller, Julian avait semblé une évidence et pourtant si l’on y réfléchissait bien, c’était peut-être pas une très bonne idée de l’inclure dans l’histoire alors qu’il était quand même le père de Sebastien… C’était le mettre dans une position gênante entre sa belle-fille et son fils avec qui il arrivait à nouer certains liens. « J’ai pas supporté de rester une seconde de plus ...» Avouais je en grimaçant rien qu’en revoyant cette brune qui avait pris ma place dans mon propre lit.

Je tentais de reprendre une certaine contenance, ce qui donnait en gros que j’essuyais mes yeux avant de me sentir repartir dans une nouvelle vague de larmes, que je contenais comme je pouvais, mais du coup je réessayais mes yeux une nouvelle fois et les sentais déjà rougir. Heureusement que je ne me maquillais pratiquement jamais, sinon ça aurait été un carnage. Prenant place sur le canapé, je regardais Julian, pensant un instant que je devais ressembler à un pauvre chien battu et abandonné sur une autoroute. Je devais faire pitié, en plus d’avoir trahi ma confiance, Seb m’avait ôté toute dignité. J’avais abandonné ses bras réconfortants pour son canapé confortable, bien que je préférais les premiers tout de même. « M..merci. » Murmurais je approximativement en essuyant une nouvelle fois mes yeux. « Juste un verre d’eau… s’il te plaît » Je me sentais totalement déshydratée, en même temps entre l’alcool que j’avais bu et les larmes que j’avais versées, je ne devais plus avoir grand chose d’eau en moi. J’avais l’espace d’un instant songé à lui demander un whisky, voir même la bouteille pour me passer cette sale soirée sauf que je savais que ce n’était pas une bonne idée. L’alcool n’était la solution à rien, et il était hors de question de tomber dans ce vice, ce soir avait été une simple exception. « J’ignore totalement quoi faire…. » avouais je en passant mes mains sur mon visage. « Tu veux bien rester près de moi ? Je me sens mieux… » Sa présence avait quelque chose de sécurisant, c’était étrange. Je me sentais déjà un peu plus forte, comme s’il me transférait de son caractère. « Elle ne me ressemblait même pas… » lâchais je alors sans préciser que je parlais de la fille trouvée dans mon lit, bien que cela pouvait se comprendre. Ou alors peut-être qu’à force de sortir des phrases en l’air j’avais paumé Julian, en même temps je n’étais pas sûre d’être cohérente. Bon Dieu, cette femme ne me ressemblait même pas ! Pas un seul point commun ! Rien ! C’était comme si tout à coup j’étais devenue le style de femme qui rebutait totalement Sebastien, au point de me tromper avec mon opposé physique. Je perdais la boule là, c’était certain, mes raisonnements n’avaient plus rien de logique.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Dim 29 Juin - 9:42

we are such stuff
as dream are made on

Je n'osais même pas imaginer ce à quoi elle avait bien pu assister exactement. Sans doute qu'elle l'avait vu en pleine action. Et autant dire que là je ne doutais pas un seul instant de son traumatisme. Il y avait de quoi en chambouler plus d'un ! Mais plus encore une femme amoureuse ! Parce que depuis le temps, je ne doutais pas qu'elle l'était toujours autant. Et qu'elle voyait en Seb son futur époux et le futur père de ses enfants. Si ce n'était pas le cas, elle ne serait plus avec lui depuis le temps. Surtout en sachant que ce n'était plus si beau et parfait que ça entre eux, depuis ses deux fausse couche. Malgré tout, j'aurais préféré m'être totalement trompé en ce qui concernait le fait qu'il la trompait probablement. J'aurais préféré croire qu'il était trop amoureux d'elle pour lui faire une chose pareille. N'empêche que maintenant que je savais que c'était bel et bien le cas finalement, j'en arrivais tout de même à regretter de ne pas avoir été jusqu'au bout des choses avec Amy. Enfin de toute façon il n'était plus question de nous maintenant. Mais d'eux deux. Et j'étais prêt à veiller sur la jeune femme pour m'assurer qu'elle n'allait pas trop mal.

Raison pour laquelle je ne me fis pas prier pour aller lui récupérer une bouteille d'eau et un verre, que je vins déposer sur la table basse devant elle. Je remplis le verre et le lui tendis. Je ne doutais pas qu'entre l'alcool et les larmes, elle devait avoir besoin de boire beaucoup. Je hochai la tête à sa requête et vins m'asseoir sur le canapé. Non loin d'elle mais pas trop non plus. Je posai mes coudes sur mes cuisses en tournant la tête vers elle. « Pour l'instant tu ne fais rien. Tu as besoin d'un peu de temps pour réfléchir. N'agis pas sur un coup de tête ... » Lui remarquai-je calmement. Je n'étais pas contre l'idée de l'héberger un jour ou deux si c'était ce dont elle avait besoin. Heureusement pour elle, j'avais une chambre d'amis, qui servait également de bibliothèque et de bureau. Aucun de nous deux n'allait donc avoir à se briser le dos sur le canapé. Je grimaçai un peu quand elle me fit remarquer qu'elle ne lui ressemblait pas. « Penser de cette façon ne t'aideras pas tu sais ... » Lui fis-je remarquer avec un froncement de sourcils.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Lun 30 Juin - 20:03


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Ma tête était un immense ramassis de questions sans réponses. Pourquoi ? Pourquoi avec une fille si différente que moi ? Et pourquoi dans notre lit ? S’en voulait-il ou bien était-ce quelque chose qu’il comptait de toute manière m’annoncer ? La façon qu’il avait eut de me répondre m’avait fais comprendre que ce n’était pas la première fois que cette femme devait se retrouver dans ce genre de position avec lui. Je l’avais parfaitement comprise car même si j’étais blonde et prude je n’étais pas totalement stupide. Les faits étaient là, il me trompait depuis un bon bout de temps maintenant -sans doute depuis l’arrêt de notre propre vie sexuelle- et qui sait, peut-être comptait-il me quitter au final et attendait simplement le bon moment. Une chose était certaine, si la tristesse semblait se calmer ce n’était pas pour que je redevienne sereine, au contraire c’était pour se transformer en une colère que je sentais monter petit à petit en moi. Après tout, il m’avait véritablement prise pour une idiote. « Julian je sais que c’est ton fils et je ne veux pas chercher à te monter contre lui mais… Ce qu’il m’a fait est impardonnable. Je sais que je devrais chercher la force de le pardonner mais je ne peux pas. Je ne peux pas… Et ça c’est tout réfléchit » Etais-je en train de sonner moi-même la fin totale de ma relation avec Sebastien ?

Mes valeurs étaient basées sur la loyauté et la fidélité, j’avais été élevée par ces principes et je ne pouvais pas concevoir de vivre avec quelqu’un qui ne me respectait pas en allant me tromper à gauche à droite. En plus avec une nana qui ne me ressemblait pas du tout, comme si le style que j’étais ne lui allai pas du tout. C’était à en devenir folle au final. « Je sais, mais c’est sans doute le genre d’idées stupides qui vont me passer par la tête durant les prochains jours… » Murmurais je en baissant les yeux, le remerciant de m’avoir apporté un verre d’eau que je terminais presque d’une traite. Avant de me retourner vers Julian, l’observant un petit instant. Bien sûr je n’oubliais pas du tout ce qui s’était passé entre nous une heure plus tôt. « En même temps, Sebastien n’est pas le seul à blâmer pour ce soir… » Murmurais je plus pour moi que pour Julian, à vrai dire je ne pensais pas vraiment parler à voix-haute, c’était plus une pensée qui m’avait échappé et pourtant c’était vrai. Il n’avait pas été le seul à être infidèle ce soir là et ce n’était pas parce qu’il avait couché avec une autre et que je l’avais découvert que mon acte à moi n’était pas tout aussi mal. J’avais trompé aussi, pour certains à un degré beaucoup moins élevé que Seb, mais pour moi c’était équivalent, la confiance avait été trahie. J’avais encore les larmes aux yeux sans pour autant me remettre à pleurer, bien que plusieurs fois l’envie me venait brusquement et je tentais de la retenir, ne voulant pas non plus paraître comme une pleurnicharde aux yeux de Julian. « Merci d’avoir ouvert la porte pour m’entendre chouriner… » Soufflais je en retournant mon regard vers lui et afficher un petit sourire, le premier.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Lun 30 Juin - 20:18

we are such stuff
as dream are made on

Être victime d'adultère, c'était une chose bien horrible pour n'importe qui. Mais surtout pour une personne qui croyait en l'amour éternel, la fidélité pour la vie et tout le tintouin. Une personne croyante et pratiquante, comme l'était Amy, par exemple. Ainsi, je ne doutais pas un seul instant que tout cela devait être très dur pour elle. Et j'ignorais si elle allait s'en remettre ou non. Enfin pour le moment, elle était quand même en train de m'annoncer d'une façon plus ou moins claire, qu'elle ne pouvait pardonner cet écart de conduite à Seb. Ce que je pouvais tout à fait comprendre, malheureusement. Enfin d'un côté, je ne comprenais pas grand chose en l'amour et en ce besoin de trouver la bonne personne et fonder une famille avec. Mais soit, je respectais quand même ceux qui avaient une telle vision de la vie et de l'amour ! « C'est encore frais dans ton esprit. Tu changeras sans doute d'avis si vous en discutez ensemble... » Tentai-je de la raisonner pour qu'elle ne fasse rien de façon trop hâtive tout de même. Je ne doutais pas qu'elle pourrait bien le regretter tôt ou tard. Surtout parce qu'elle n'était pas du tout le genre de personne à agir sur un coup de tête comme ça ! Même blessée !

Je soupirai doucement quand elle mentionna les pensées qui risquaient de demeurer parfaitement ancrées dans sa tête, pour les jours à venir. Ca c'était une certitude. Elle allait se demander pourquoi il ne la touchait plus elle, alors qu'elle était pourtant demandeuse, et qu'il avait fini par préférer aller voir ailleurs. Elle allait se demander ce qu'elle avait de mieux qu'elle ... Et ainsi de suite. Je grimaçai à sa remarque suivante. J'ignorais si c'était un rappel à l'ordre pour moi ou si c'était seulement la pensée qu'elle venait d'avoir et qui était adressée à elle même. « Amy, tu n'as pas trompé Sebastien. » Lui rappelai-je quand même, d'une voix tranchante. Dans l'affaire, c'était lui qui l'avait trompé. Elle, non. Soit, si je n'avais pas été assez fort pour tout arrêter, elle l'aurait peut-être fait. Mais dans le fond, on n'en savait rien. Elle aurait peut être fini par retomber sur terre avant qu'il ne soit trop tard ! « En fait, j'ai diminué le volume de mon sonotone. Comme ça je ne t'entends qu'à moitié ! » Lui répondis-je sur un ton faussement sérieux, en désignant l'une de mes oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Mar 1 Juil - 13:46


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Il s’agissait de neuf ans de ma vie qui venait d’exploser devant mes yeux et ce n’était pas rien. D’accord, j’en faisais peut-être beaucoup mais durant ces neuf ans j’avais été persuadée dur comme fer que d’ici peu, Sebastien serions mariés et que nous aurions une jolie famille.Car oui, même si lui semblait avoir perdu espoir d’avoir un enfant, pour ma part j’y croyais encore, jusqu’à l’heure dernière. Si entre nous tout n’était pas rose, j’avais quand même toujours eut l’espoir que les choses s’arrangent et que nous réussirions à retrouver la complicité que nous avions auparavant. C’était sans compter bien sûr que de son côté lui, avait déjà semblé avoir réglé la question avec une autre femme. Je ne l’avais pas cru capable de faire une chose pareille, lui ayant sans doute accordé à tord une trop grande confiance, mais s’il vivait avoir moi depuis autant de temps, je pouvais espérer que nous partagions les mêmes valeurs. A mes yeux, un retour en arrière était impossible pour le moment, quelque chose s’était brisé en moi à partir du moment où je l’avais vu avec une autre. Pire que tout, il n’avait même pas semblé regretter son geste et s’était contenté de me dire que j’aurais pu m’en douter. « Mais plus jamais je ne pourrais lui faire confiance. Toi même tu trouverais ça stupide de passer l’éponge. » Répondais-je en haussant un sourcil. J’étais du genre à pardonner, c’est vrai, beaucoup de choses d’ailleurs mais là je ne me sentais pas capable de refaire confiance à Sebastien, malgré nos neufs années ensemble.

Et voilà où j’en arrivais, à pleurer chez mon beau père qui avait sans doute bien mieux à faire. Surtout que ce qui s’était passé entre nous n’était pas anodin et que si il ne m’avait pas arrêté, sans doute aurais-je été moi aussi totalement infidèle. C’était même sûr, bien que l’humeur ne soit pas à la frivolité mon corps se rappelait parfaitement de l’effet que lui avait fais le sien quand nous nous étions embrassés. « Je l’aurais fait si tu ne m’avais pas arrêté… » Soupirais je presque comme un aveu. Enfin non, c’était carrément un aveu, et puis il n’était pas bête il avait bien du sentir que j’étais totalement incapable de m’arrêter. Julian avait bon coeur, je l’avais toujours su malgré ses airs d’homme bourru et il fallait l’avouer, sans lui je n’aurais absolument pas su ou aller ce soir et j’aurais fini complètement perdue. A sa remarque, je ne pu m’empêcher d’esquisser un mince sourire, c’est qu’il avait le chic quand même pour sortir les bonnes phrases et malgré ma tristesse, il savait me faire sourire. « Oh, ça explique pourquoi tu ne t’es pas encore endormi. » Répliquais je en haussant lentement les épaules. Je passais une main dans mes cheveux en poussant un léger soupir. « Est-ce que tu crois que je pourrais rester chez toi ce soir ? » Demandais je timidement, sachant bien qu’il pouvait très bien que j’abusais quand même mais à vrai dire, je ne me sentais pas la force de retourner à l’appartement ce soir.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Powell
avatar
les présents
vos messages : 249
Date d'inscription : 23/04/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Jeu 3 Juil - 20:21

we are such stuff
as dream are made on

Amy avait parfaitement raison sur le fait que je trouverais vraiment stupide qu'elle pardonne à Seb et passe à autre chose pour poursuivre leur adorable relation, comme si de rien n'était. Elle ne pouvait pas faire un truc pareil. Question de fierté quand même. Entre autres choses ! Et puis d'honneur, de valeur, de confiance brisée, d'amour bafoué ... Bref, tout le tralala quoi ! Pour autant, si elle décidait de lui pardonner, je ne ferais rien pour l'en empêcher. Même si j'étais certain que s'il l'avait fait une fois, il pourrait parfaitement recommencer. Mais ça ne me concernait pas forcément et n'avais rien à voir avec leur relation. « Il faudrait être stupide pour pardonner une personne capable d'aller voir ailleurs ... » Confirmai-je tout de même, puisqu'elle semblait vouloir connaître, indirectement ou non, mon avis sur la question. Soit, je pouvais bien le lui donner après tout. Ca ne m'engageait vraiment à rien après tout ! Et puis je ne doutais pas que sa décision concernant son petit ami de longue date, était déjà bel et bien prise. Et quoi que je fasse ou dise, je ne pensais pas qu'elle allait changer d'avis. Ce qui était une très bonne chose selon moi !

Bon par contre, l'idée qu'elle culpabilise parce qu'elle avait faillit -je dis bien faillit !- tromper son mec également, ne me plaisait pas du tout. Mais alors vraiment pas ! Parce que merde, c'était lui qui allait voir ailleurs. Lui qui la faisait tourner en bourrique depuis des lustres et la laissait complètement sur sa faim et frustrée sexuellement ! « Amy, je t'interdis de culpabiliser pour ça. Surtout vis à vis de lui ! Premièrement, il t'a trompé, toi non ! Deuxièmement, si tu as faillis en faire de même, c'est entièrement de ta faute. Alors à moins qu'en réalité ça ne soit toi qui refuse d'écarter les cuisses pour lui, je doute qu'il ait eut une bonne raison de te tromper dans un premier temps ! » Remarquai-je avec véhémence et en lui adressant même un regard sévère pour mettre plus de poids dans mes paroles. C'est que je pouvais être autoritaire quand je le voulais, tiens ! Finalement, je fis preuve d'autodérision, avec l'espoir de lui arracher un sourire même minime ! Je fus bien vite récompensé en ce sens d'ailleurs, pour mon plus grand plaisir. « Je pique un peu du nez là, je dois bien l'admettre. » Lâchai-je l'air de rien, malgré le fait que ma moue narquoise montrait bien que je plaisantais, encore une fois. « Evidemment ... J'ai une chambre d'amis. Viens. » Proposai-je en me levant et en prenant la direction de la chambre d'amis qui se trouvait être la pièce en face de ma chambre à moi, séparées par la pièce principale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://borntobeawalker.purforum.com/
Amy Donovan
avatar
les conditionnels
vos messages : 113
Date d'inscription : 25/05/2014

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   Jeu 3 Juil - 21:54


Julian & Amy
We are such stuff as dream are made on.
Je pouvait parfois sembler un peu naïve et tête en l’air, je n’étais pas pour autant stupide au point de pardonner l’infidélité. C’était quelque chose que je ne pouvais pas supporter, même si moi même j’avais failli fauter. J’avais été autant en colère contre moi que je ne pouvais l’être contre Sebastien quand je l’avais prit sur le fait, preuve que je détestais vraiment ça. Sans doute que si je l’avais trouvé endormi dans le lit, j’aurais passé de longs jours à me répéter sans cesse que je n’étais qu’une traînée, et à me culpabiliser sans cesse. Mais là, mon infidélité me passait au dessus de la têt,e pire encore j’étais presque contente de ne pas passer totalement pour le dindon de la farce… C’était horrible comme pensée, et je préférais pousser un long soupir pour tenter de penser à autre chose. « Et pourtant je t’assure que je l’ai véritablement aimé durant ces neufs années. » Comme si j’avais besoin de le préciser. J’avais été totalement amoureuse de Sebastien dès le début pratiquement, même si repenser à ces souvenirs maintenant me donnait un peu de mal, c’était des souvenirs amers pour l’instant, ternis par les images récentes que j’avais en tête.

En voyant Julian se montrer si ferme, je sursautais légèrement. Oh non pas que je n’avais pas l’habitude de m’entendre me crier dessus à tout bout de champs, car au boulot des fois il n’y allait pas de main morte ! C’était juste que là pour le coup, il m’avait cloué le bec. Il avait parfaitement raison je le savais et pourtant je n’étais pas du genre à rejeter mes erreurs sur le dos de quelqu’un d’autre. Je reconnaissais que j’avais fauté avec Julian en l’embrassant car à ce moment là j’ignorais que Sebastien en faisait de même. Sans doute même que mon geste aurait été encore pire, car ce n’était pas avec n’importe qui que je l’avais trompé mais avec son propre père ! Qu’il venait à peine de retrouver ! Et en plus de cela, j’étais en train de venir pleurer chez lui et montrer une part sombre de son fils qu’il ne devrait peut-être pas voir pour garder de bonnes relations avec lui. Bon dieu, je n’avais pas pensé à ça. Ce fut au regard sévère de mon beau père que je baissais alors les yeux, me sentant presque comme une enfant prise en faute. Je ne préférais même pas commencer à le contredire, car cela ne servait à rien, je savais qu’il avait raison. Pourtant, malgré tout ce foutoir il avait le chic pour me faire sourire. Sans doute un miracle vu mon état actuel ! « Oh, je sais que tu préfères quand je me contente d’être sexy et silencieuse, mais quand même » Et moi voilà même à plaisanter avec lui. Il n’avait pas pensé à ouvrir un cabinet pour aider les nanas trompées ? Non parce qu’il aurait du succès, c’était certain. Finalement, je préférais lui demander si je pouvais dormir ce soir cette nuit, tentant de ne pas trop me rappeler que ce soir il y avait eut deux façons pour moi de dormir chez lui : Nue, allongée dans son lit, ou comme maintenant, trompée et chagrinée. « Merci … » Murmurais je en le suivant alors, quand même un peu gênée mais soulagée de ne pas avoir à rentrer chez moi ce soir. « J’aurais du penser à prendre un pyjama… » Murmurais je en réfléchissant tout haut.

mocking jay.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot   

Revenir en haut Aller en bas
 

we are such stuff as dream are made on ~ Amy ~ hot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

 Sujets similaires

-
» tribo-tone home made
» [Scans fr 2007] Dream'up HS spécial ROCK
» Custom Made "Hi Def" Nouvel album sortie le 9 novembre
» Dream Theater > Le duel des membres !
» Dream Theater Vs. Pain Of Salvation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: le centre de la ville-