AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 don't matter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nell Heatley
avatar
les présents
vos messages : 324
Date d'inscription : 12/05/2014

MessageSujet: don't matter   Mar 20 Mai - 3:52

I can fuck or I can fight it don't matter to me


Pour un peu, j'aurais chialer. Il n'y a pas grand chose dans ce bas monde que je chéris réellement, outre le fait d'avoir toujours un paquet de clopes en poche et celui de conduire une bagnole dotée de freins, de quatre roues et d'un réservoir d'essence qui ne fuit pas. Quand, finalement, on te fait prendre conscience qu'à chaque fois que tu poses tes putain de fesses dans cette caisse, c'est un ticket pour prendre le chemin des Enfers. En clair, elle tombe si sérieusement en lambeaux des suites de l'accrochage de la dernière semaine qu'elle porte préjudice à tout être vivant croisant son chemin sur sa route. En clair, on me la balance à la casse si je ne tente rien. Après un excès de rare concernant le nombre de billets à investir sur mon foutu moyen de locomotion, j'en conviens que malgré les quelques travaux faits par Rhett afin de rendre le danger plus supportable pour ne pas gruger les économies sont vaines. Avec mon boulot, aucunement envie de me coltiner les bus comme si j'avais pas encore la majorité et encore moins devoir endurer les railleries grotesques de chauffeurs de taxi qui tâtent le terrain à savoir si parfois ils ont la moindre chance d'avoir un allez simple entre mes cuisses. Non, vraiment, j'ai besoin de cette bagnole, j'en ai si foutrement besoin que je débarque au garage en déposant un nombre subséquent de billets sur le comptoir « S'il y a moyen de réparer mon bébé avec cette quantité de thunes, je vous le confie » que je lâche de façon fortuite, interrompant la conversation entre deux hommes qui se trouvaient un peu plus loin derrière. Si l'un décroche un regard plutôt hostile, le second sourit en s'approchant. Je piétine sur place, je rêve de m'allumer une cigarette pour tenter de noyer ce moment anxiogène au possible dans un nuage de fumée. Après quelques minutes, un air dubitatif et un clin d'oeil complice, je comprends qu'il y a quelque chose à faire. J'suis à deux doigts de me pencher par-dessus le bureau qui me sépare pour plaquer mes lèvres contre les siennes qu'il me désigne le mec au visage fermé et l'air austère « C'est avec Gerrish qu'il faudra voir. C'est le gars auquel on attribue les cas désespérés comme celui d'ta bagnole, petite ». Je détourne la tête pour le dévisager un temps, de la tête aux pieds, avant qu'il ne disparaisse derrière sans mot dire « C'est clairement pas celui qui semble le plus sympathique en tout cas ». Il ricane doucement, encaisse les billets et me fait signe d'aller céder les clés de mon bébé à cet emmerdeur qui se croit être en mesure d'être suffisant. Je les lui balance, dédaigneuse « Use de tes doigts de fée sur ma bagnole, Gerrish, après je réviserai peut-être mon jugement sur le fait que t'a tout d'un connard austère à première vue ».

Ça ne s'était pas améliorer avec les jours, et le travail s'avéra plus compliqué que prévu. Des tas de pièces manquantes à commander, de nouvelles surprises, il semblerait que ce soit déjà miraculeux qu'elle fonctionne encore avant que je ne la leur confie. Je tiens l'information d'un autre employé, je m'évertue sciemment à éviter de contracter la moindre entrevue avec le préposé à la réparation de mon véhicule. Il fait une chaleur monstrueuse, l'humidité est intenable, et mon degré d'irascibilité atteint présentement des sommets. Pourtant, un message sur mon répondeur m'amène à me déplacer, bon gré, mal gré, jusqu'au garage. Pas de quoi améliorer mon humeur loin d'être transcendante, faudra sortir d'autres billets. Le radiateur, enfin, un truc dans le moteur a claqué alors qu'il le démarrait. C'est ce que je comprends, en tout cas, avant de soupirer bruyamment. Stoïque, j'aimerais dénoter de l'amusement de me condamner à traîner plus longtemps dans le coin et d'y investir plus. Faisant fi des convenances, je m'allume une cigarette alors qu'on est face à face, cet enfoiré et sa gueule dépourvue d'émotions et moi « Je paie pour qu'on la répare, pas pour qu'on la bousille davantage ». Je voudrais rire et pleurer à la fois « À la limite, c'est à se demander si vous prenez pas votre pied à chaque fois qu'on a une discussion amicale tous les deux ». Je secoue la tête, exhalant mon poison avant de tâter l'idée de reprendre mon calme « Ça veut dire combien de temps et de foutus billets, ce petit contretemps? Vous m'faites perdre du temps, de l'argent et de la patience. De tout ça, pourtant, j'en ai pas des tas, comprenez? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessageSujet: Re: don't matter   Ven 23 Mai - 2:46