AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I can't handle this (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: I can't handle this (pv)   Mer 14 Mai - 13:03

I can't handle this

Je ne me sentais pas très bien depuis un certain temps et cela ne se limitait pas qu'à une banale question relative à ma condition physique, oh que non, vous voyez depuis que j'ai eu cette défaillance alors que je me rendais chez moi et que ma séduisante voisine se soit occupée de moi je dois admettre que je suis ravagé par ce fort sentiment de honte qui n'a de cesse que de me dévorer des profondeurs de mon être. Je ne savais plus trop ce que je devais faire, d'un côté je désirais lui témoigner toute ma reconnaissance pour ce qu'elle avait fait pour moi mais d'un autre côté je tentais de l'éviter puisque je m'en voulais d'avoir été si froid et distant à son endroit auparavant, Rien n'est jamais simple dans la vie mais néanmoins j'allais devoir trouver une façon de régler cette situation car je n'allais plus tenir bien longtemps d'autant plus que le stress combiné à mon état de santé, plus que précaire, ne pouvait que constituer un cocktail des plus nocifs.

Plus j'y réfléchissais, plus je tentais d'y voir clair, moins je semblais être en mesure de m'y retrouver il faut dire que par moment je ressentais un fort sentiment de honte en vertu de mon attitude. Ce matin je m'étais levé tôt afin de me rendre à Cardiff afin d'aller y rencontrer mon médecin et après y avoir subit quelques examens je repris la route histoire de revenir à Cearphilly. Plutôt que de me rendre chez moi je m'arrêtai au café afin d'y prendre le déjeuner … je n'avais pas la force de cuisiner.

Arrivé à destination je me garai et puis poussant la porte je souris à cette personne qui se trouvait derrière le comptoir et je me dirigeai vers une table afin de m'y installer. Dans l'attente que l'on vienne s'occuper de moi je pris mon portable et je répondis aux quelques messages que j'avais reçu et puis je finis par commander ce que je désirais manger. Me sentant seul je regardai quelque peu autour de moi histoire de voir si j'allais tomber sur un visage familier et puis haussant les épaules, signe évident de dépit, je soupirai afin de poser de nouveau mon regard sur mon téléphone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Ven 16 Mai - 16:01


I can't handle this


La journée de la veille avait été assez difficile pour la jolie Lorena. Tellement qu'elle a décidé de se lever aux aurores ce matin pour aller courir une bonne heure sans interruption. Elle avait ensuite enchainé avec un entrainement de boxe qui lui aura été très bénéfique. La jeune femme a tellement cogné contre son coach qu'elle ne se souvient plus vraiment de la raison de sa colère. Un ras le bol certainement général, un manque de repère depuis qu'elle a quitté Tijuana. Quoi qu'il en soit elle se sentait beaucoup mieux à présent. Tellement mieux qu'elle se décida à aller faire quelques achats. Lorena n'est pas du genre à faire du shopping tous les jours de la semaine, mais là elle avait envie de s'acheter de nouvelles tenues et de prendre soin d'elle. Depuis qu'elle est en ville elle n'a d'yeux que pour son travail et pour un certain prisonnier qui hante toutes ses pensées. Elle a beau être à Caerphilly depuis plus d'un an, elle n'a pas encore beaucoup d'amis dans le coin, peu de personnes avec qui discuter et à qui se confier. Elle avait bien tenté une approche auprès de son voisin mais lui n'avait pas l'air de vouloir la connaitre. Il était froid, distant et même assez sec avec elle. Encore un de ces bourgeois de la grande ville qui a décidé de venir habiter au calme mais qui ne souhaite pas faire de rencontres. Lorena avait fini par abandonner, jusqu'à ce qu'elle le voit s'écrouler au sol un de ces soirs. C'est elle qui est venue à son secours et elle se sent encore concernée par la situation. Elle n'aime pas savoir que l'un de ses voisins a des problèmes de santé si important.

Mais revenons à la jolie mexicaine et à son envie de shopping soudaine. Elle se rendit dans les plus jolies boutiques de la ville et se laissa aller à quelques folies. Des robes, des chemisiers, bref des trucs de filles. Elle se rendit ensuite dans un salon de coiffure pour en ressortir quelques heures plus tard avec une nouvelle coiffure, une manucure toute fraiche et une faim de loup des plus intense. Elle erra alors quelques minutes dans les rues de la ville avant de tomber sur un café. Il y avait quelques personnes mais pas de quoi stopper la jeune femme. Elle prit place à une table et commanda une omelette complète ainsi qu'un jus de fruits. La serveuse lui adressa un sourire qu'elle lui rendit immédiatement puis elle se pencha sur son téléphone. Deux appels manqués, certainement le directeur de la prison qui veut la faire revenir pour qu'elle examine un patient. Mais cela lui semble bien monotone maintenant que Caerwyn a été relâché. Elle n'a plus vraiment la même motivation à aller au travail depuis quelques jours. Finalement Lorena leva la tête de son I-Phone et laissa son regard se poser sur les clients du café. C'est alors qu'une silhouette connue se dessina sous ses yeux. Un petit sourire aux lèvres, elle se leva de sa table et se dirigea vers cette fameuse connaissance. "Bonjour, cette place est libre ? "
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Sam 17 Mai - 13:02

I can't handle this

Je n'ai jamais prétendu être l'homme parfait je sais pertinemment que je ne projette pas toujours une image pouvant m'être des plus favorable. Et vous savez quoi? Je l'assume entièrement. Pas que je veuille me justifier, loin de là, de toute façon je ne dois rien personne. Tout ce que je peux dire afin de tenter d'apaiser le ressenti que je peux évoquer chez mes semblable c'est que je n'ai rien contre qui que ce soit et que tout ce que je désire est de mener une vie pénarde , une existence sans la moindre histoire, bien que je sois conscient qu'il soit difficile de passer inaperçu lorsque votre statut social vous impose un rythme de vie tout aussi trépidant que flamboyant. Alors si jamais un jour vous en veniez à me demander si je ressentais le moindre regret, quel qu'il puisse être, relativement au fait que certaines personnes puisse en être à se voir froisser par mon attitude de toute évidence je vous répondrai par l'affirmative car après tout poser la question c'est en quelque sorte tenter d'y répondre.

Étant une personne plutôt renfermée sur elle-même, je n'étais pas porté à vouloir rencontrer les gens, non pas parce que j'étais quelqu'un de sauvage et d’asocial mais plutôt parce que je craignais que l'on finisse par s'attacher à moi et que j'en vienne à devenir un poids. Déjà qu'avec ma maladie je vivais avec cette épée de Damoclès qui menaçait de s'abattre sur moi, d'un moment à l'autre, savoir que mon sombre et sinistre destin pourrait plonger une personne de mon entourage dans la plus profonde et insoutenable des tristesse ne pouvait que m'inciter à me montrer distant … ne serait-ce que pour les protéger contre eux-même.

Absorbé par mes pensées j'avais décidé de sortir de chez moi afin d'aller manger un morceau cela ne pouvait que me faire du bien et me permettre momentanément de me changer les idées … du moins c'est ce que je tentais de bien vouloir me faire croire. Arrivé au café je m'installai à une table et je plaçai ma commande avant de porter mon attention sur l'écran de mon téléphone portable, il y avait plusieurs emails qui nécessitaient que je m'en occupe … dans certains cas la situation était même sur le point de devenir critique. Ayant fini par régler ce qui me semblait urgent je donnai des instructions pour ce qui me le semblait moins et je finis par ranger mon appareil.

Songeur je fermai les yeux un instant et puis je fis un faible sourire au serveur lorsqu'il m'apporta ce que j'avais commandé et c'est alors que j'entendis le doux écho d'une voix plus que familière m'interpellant. Levant les yeux en direction de mon interlocutrice je reconnus la belle Lorena et je me levai afin de déposer sur sa joue un baiser se voulant tout aussi tendre qu'amical. Et bien elle est prise par une séduisante mexicaine. Bien sur je me doutais qu'elle avait comprise que je parlais d'elle mais néanmoins je l'invitai à s'installer avant de faire de même.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Sam 17 Mai - 21:19


I can't handle this


Lorena est du genre très sociable. A vrai dire elle rattrapa son manque affectif de cette façon. Petite elle ne pouvait pas parler à grand monde à cause de la réputation de ses frères. Tout le monde avait peur de la famille Mandez et aucune petite fille de son âge n'avait le droit de la fréquenter. Autant dire qu'elle n'avait pas beaucoup d'amis mis à part son ours en peluche qu'elle garde encore dans une malle chez elle. C'est la raison pour laquelle elle essaye de se faire un maximum de relation depuis qu'elle est arrivée à Caerphilly. Elle aime le contact humain, pouvoir discuter de tout et de rien avec des gens qui partagent les mêmes passions qu'elle. C'est ce qui lui a le plus manqué pendant toutes ces années. C'est également pour cela qu'elle aime son métier d'infirmière. Le contact avec les patients, leur famille et ses collègues. Bon d'accord en prison elle n'a plus trop de contact avec les patients, elle se contente de les soigner et de les renvoyer en cellule mais quand même, au moins elle voit du monde. L'avantage d'être sociable et d'être une femme c'est que les gens ont plus de faciliter à lui parler, que ce soit les femmes ou les hommes. Lorena se moque de ceux qui disent que l'amitié hommes-femmes n'existe pas, elle y croit et c'est le principal. C'est d'ailleurs ce genre de relation qu'elle recherche auprès de Nolan, même si elle ne sait pas vraiment comment les choses vont tourner. Elle l'apprécie et ils s'entendent plutôt bien, finalement ils ont plus de points communs qu'ils peuvent le penser. C'est pour cela qu'elle n'a pas hésité à l'interpeler dans ce café. Après tout quitte à être seul autant l'être à deux non ? Pour son plus grand bonheur le jeune homme accepta sa compagnie, plaisantant même sur l'entrée en matière de la jeune femme. " Oh je suis sure que cette charmante jeune femme ne verra aucun inconvénient à ce que j'emprunte sa place. " lui répondit-elle, sourire aux lèvres. Elle apprécia également le fait qu'il l'embrasse sur la joue, un geste qu'elle n'a pas vraiment connue étant plus jeune. Chez elle, à Tijuana, les hommes ne s'embarrassaient pas de ces petits gestes. Le principal était de se montrer au bras d'une belle jeune femme, qu'importe qu'elle soit heureuse ou non. Au moins Nolan se montre charmant, un bon point pour lui et surtout une attitude bien différente de celle qu'il montre d'habitude.

Lorena prit donc place en face de son ami et fit un signe à la serveuse qui lui apportait son plat à son ancienne place. La pauvre semblait complètement perdue et cherchait sa cliente un peu partout dans le café. Lorsqu'elle eut son assiette en face d'elle, Lorena reposa son attention sur le beau jeune homme en face d'elle. C'était l'occasion d'apprendre à mieux se connaître, de discuter un peu plus que lors de leurs dernières rencontres. Malgré l'ambiance amicale qui règne entre eux, la jolie mexicaine ne savait pas trop par où commencer. Elle n'est pas encore habituée à passer du temps avec un membre du sexe opposé et même si elle est très sociable cela ne l'empêche pas d'être parfois timide ou gênée. Elle se racla la gorge et décida de reprendre la conversation sur le même ton qu'elle avait commencée. " Alors dis-moi, qu'est-ce qu'un beau jeune homme fait assis tout seul à une table ? Moi qui étais sure que tu avais une horde de mannequins à ta poursuite ... " Elle lui adressa un énième sourire, pour lui montrer qu'elle n'était pas vraiment sérieuse. A vrai dire un peu quand même. Ce genre d'homme à tendance à attirer les convoitises et les désirs des femmes. L’appât du gain ou simplement le fait de se montrer aux côtés d'un beau et riche jeune homme, tellement de situations qui poussent ces femmes à courtiser les plus beaux hommes du coin. D'autant plus que le jeune homme n'est pas n'importe qui, plusieurs femmes tueraient pour se retrouver à la place de Lorena. Elle le sait et elle n'en est pas peu fière, à vrai dire elle est plutôt heureuse d'avoir le privilège de côtoyer cet homme. "Mais je me demandais, tu vas vraiment manger tout ça ?" Elle pointa son assiette à l'aide de sa fourchette et n'attendis même pas sa réponse. Elle piqua une morceau du plat de Nolan pour le goûter. Son sourire malicieux sur les lèvres témoignait principalement de l'envie de s'amuser de la jeune femme. Elle avait envie de se lâcher pour une fois, de ne pas forcément faire attention à tous ses faits et gestes. Espérons que Nolan ne le prenne pas mal ou pire, qu'il ne la prenne pas pour une folle tout droit sortie d'un hôpital psychiatrique.  
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Dim 18 Mai - 20:11

I can't handle this

Je ne pus que lui sourire lorsqu'elle finit par prendre place sur ce siège situé en face du mien, cela me faisait toujours plaisir de la revoir et puis il faut dire que notre relation avait changé du tout au tout lorsque je fus foudroyé par ce malaise devant la porte de mon appartement. Sans que je ne puisse en déterminer la raison je sentais qu'au contact de Lorena je devenais quelqu'un de différent … de nature froide, renfermée et réservée je semblais vouloir m'ouvrir aux autres, bien que le tout n'était pas sans me sembler difficile, et je semblais retrouver peu à peu cette foi en l'humanité que j'avais pourtant perdu au fil des ans.

Voir la serveuse chercher dans tout les sens, alors qu'elle semblait se demander ou diable pouvait bien être rendue sa cliente, ne pouvait que me faire sourire et mon sourire s'élargit d'autant plus lorsque j'entendis la question de la belle mexicaine. Et bien c'est tout simplement l'envie d'un peu de répit, loin de toute cette effervescence, d'ailleurs c'est une des recommandation de mon médecin. Et toi? Qu'est-ce qu'une jeune femme aussi ravissante que toi peut bien faire seule dans un tel endroit? Les mecs de Cearphilly sont-ils tous assez cons pour passer à côté d'une jeune femme aussi adorable que toi? Je laissai mon regard se noyer dans le sien. Tu veux que je t'en ramène un à grands coups de pieds au cul? J'éclatai de rire sur ces mots et puis je revins plus sérieux lorsqu'elle reprit la parole. T'as vu ça? Quelle injustice! C'est moi le patron, je signe les chèques et les grognasses n'en ont que pour le directeur artistique et le photographe. Je fis semblant de rouler les yeux. Elles ignorent que les mecs en questions sont gays. Je me trouvais marrant sur le coup et puis de toute façon avec mes soucis de santé je n'avais pas trop la tête à la drague et aux plans culs. Étais-je conscients du fait qu'un homme dans ma position, riche et possédant un certain pouvoir, pouvait exercer une certaine fascination auprès de quelques représentantes de la gente féminine? Tout à fait, il faut dire que je baigne dans ce milieu depuis si longtemps que j'ai finis par apprendre à détecter les opportunistes mais aujourd'hui la question ne se posaient plus puisque j'avais fais en sorte de me dégager de tout ce qui aurait pu être de nature à me retrouver dans ce genre de situation … bien sur il est arrivé par moment qu'une mannequin déçue de se voir dire non tente de me faire du charme afin de m'inciter à remettre en cause le jugement de mon directeur artistique mais ce dernier jouissait de ma confiance pleine et entière alors ces jeunes femmes n'avaient rien à y gagner.

Je lui souris lorsqu'elle me demanda si je comptais manger tout le contenu qui se trouvait dans mon assiette. Tu vois je commande toujours un peu plus que je ne le devrais car, j'en ignore la raison, je tombe toujours sur un pique assiette qui se tape l'incruste à ma table. Bien sur ce n'était rien de méchant, c'était de l'humour après tout. Tu vois même toi tu arrives pas à résister à l'envie de planter ta fourchette dans mon assiette. Je rigolai un bon coup et puis je pris mon verre d'eau afin de le porter à mes lèvres avalant du même coup un de mes nombreux cachets.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Jeu 22 Mai - 20:32


I can't handle this


La jeune femme a l'habitude de passer du temps avec des hommes depuis sa plus tendre enfance. Quand on n'a que des frères autour de soi c'est difficile de ne pas se sentir en sécurité. Ils ont souvent ramené leurs copains à la maison et Lorena a souvent était le centre d'intérêt de ces soit disant amis. Elle a grandit avec eux, à joué au football avec eux et c'est battu avec certains d'entre eux. Maintenant elle travaille dans une prison pour homme où elle y est infirmière. Autant dire qu'elle a toujours vécu entourée d'hommes. Cela explique aussi sa façon d'être avec eux. Elle s'entend très bien et très vite avec les hommes, elle n'a pas honte de passer du temps avec eux sans s'intéresser à ce que les autres peuvent penser. Elle croit en l'amitié entre hommes et femmes et rien ne lui fera penser le contraire. C'est peut-être aussi pour cela qu'elle se sent bien quand elle est avec Nolan. Les débuts ont été difficiles mais maintenant elle peut se vanter de passer de bons moments avec lui. Même si à chaque fois elle est étonnée de le voir seul, sans aucune petite amie à son bras. Elle connait sa maladie mais ne comprend pas pourquoi il n'essaye pas de profiter de la vie. Et comme à son habitude elle ne va pas se priver de lui en faire la réflexion. " Ton médecin te recommande le repos certes, mais je ne pense pas qu'il veuille te voir seul dans un coin tous les midis." Malheureusement pour elle sa première question se retourna contre elle et Nolan ne se priva pas de lui faire remarqué qu'elle aussi été seule. " Oh tu sais vous les hommes vous êtes tous les mêmes, vous passez votre temps à nous regarder de haut en bas mais quand il faut venir nous aborder y a plus personne ... Je vais finir par croire que je fait peur aux hommes !" Elle roula des yeux, le sourire aux lèvres. Elle savait que non, bien au contraire, mais elle est tellement difficile en matière d'homme qu'elle ne peut pas se vanter d'avoir un tableau de chasse très fourni. Elle se mit finalement à rire à la remarque de son ami en ce qui concerne sa vie amoureuse, elle savait qu'il serait capable de lui en trouver un dans les minutes qui suivent. " Non je te remercie, je ne voudrais pas qu'il soit traumatisé dès les premières secondes ... Et puis je suis en bonne compagnie aujourd'hui, pourquoi chercher autre chose ? " C'est vrai après tout, pourquoi chercher un autre homme alors qu'elle est avec Nolan ? Elle s'indigna ensuite sur le fait de ne pas voir de mannequins aux bras de son ami et ce dernier ne se fit pas prier pour lui répondre. Lorena en rigola une nouvelle fois, il avait une manière de tourner ses phrases qui était assez amusante. " Faut croire que tu ne leur fait pas des chèques assez gros ... C'est payé combien un mannequin ?" dit-elle en souriant. Elle baissa ensuite ses yeux sur ses mains avant de les reposer dans ceux du jeune homme. " Non mais sérieusement Nolan, je ne te vois jamais avec des filles pourquoi ?"

Finalement les serveuses leur apportèrent leur plats et Lorena ne résista pas à l'appel de son estomac. Elle attaqua rapidement son plat avant de se laisser tenter par celui de son ami. Elle laissa sa fourchette se jeter dans l'assiette du jeune homme avant de lui demander s'il comptait tout manger. " Je vais te donner un petit conseil, tu devrais commander des trucs immangeables ou bien gras, comme ça nous, les pique assiette on n'aurait pas envie de manger ce que tu commande ... " Elle se mit à rire une énième fois, n'étant absolument pas sérieuse. " Ou alors tu ne dis rien et tu me laisse manger dans ton assiette sans te plaindre, c'est le prix à payer quand on m'a dans son réseau d'amis et puis ... C'est pas bon pour ce que tu as ... " Elle le menaça avec sa fourchette comme pour lui dire qu'il allait fait une grande erreur mais son sourire planté sur son visage montré bien son amusement. Elle ne savait pas être sérieuse avec lui, même quand elle tentait de le protéger et de lui faire comprendre qu'il ne devrait vivre en fonction de sa maladie. " Huuuuuuuum ... c'est super bon ton truc ! On échange ?" Encore une fois elle plaisantait, mais allez savoir peut-être qu'il se laissera avoir ?
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Sam 24 Mai - 17:48

I can't handle this

Difficile de comprendre une personne tant et aussi longtemps que tu n'as pas marché quelques kilomètres dans ses souliers … cette phrase, bien que surfaite, pouvait facilement expliquer le fait que je voyais les choses sous un angle différent que pouvait le faire la belle brune mais c'était là la beauté de la vie. Je voyais bien qu'elle voulait me faire ouvrir les yeux afin de me pousser à m'ouvrir davantage aux gens mais d'une certaine façon ma vie telle que je la menais mon convenait parfaitement je ne voyais pas de raisons pour laquelle je pourrais être tenté d'y changer quoi que ce soit. Mon médecin n'a rien à y voir , c'est par choix que je côtoie la solitude. Je m'arrêtai afin de ne pas trop m'étendre après tout je n'étais pas venu ici pour subir un interrogatoire.

Le constat qu'elle vit sur la gente masculine ne me plaisait pas , mais là absolument pas, j'étais d'avis qu'il était aussi faux que déplacer de mettre tout les hommes dans le même panier. Tu sais il ne faut pas généraliser et conclure hâtivement que tout les hommes sont issus du même moule. Il est vrai que certains hommes sont plus introvertis et qu'ils observent une certaines retenues mais il y en a d'autres qui sont extravertis à l'extrême et qui ne manquent pas d'audace lorsque vient le temps d'approcher une femme.  Je lui fit un léger sourire. Et puis sache que je ne t'ai pas détailler de la tête aux pieds … faut dire qu'il m'était difficile de la faire assis sur une chaise le nez dans mon assiette. Non t'en fais pas ce n'est pas que tu fais peur aux hommes c'est plutôt que les choses ont tellement évolués en matière de rapports hommes-femmes … certaines femmes apprécient encore la galanterie et le romantisme alors que d'autres détestent ça … il devient donc difficile pour un homme d'aborder une femme ne sachant plus trop si ses intentions seront – oui ou non bien interprétées. Je pris une gorgée de mon breuvage. Putain ça ferait tout un article de fond, je vais noter ça quelque part. Évidemment vu mon côté plutôt rigolo je n'hésitai pas à lui proposer d'aller lui ramener un mec par la peau des fesses et sa réplique, je dois bien l'avouer, s'était avérée plutôt charmante. Oh tu essaierais de me faire rougir et tu ne t'y prendrais pas autrement.

Et puis la conversation prit une toute nouvelle tournure, une tangente que je n'avais nullement vu venir, alors qu'elle se mit à me parler de mes rapports avec les femmes notamment en faisant allusion aux mannequins. Tu devrais en parler à mon comptable il est loin d'être de ton avis. À mon avis les mannequins gagnent trop cher. Je ne pus m'empêcher de rire et puis elle creusa un peu plus alors qu'elle poussa davantage avec ses allusions. Et bien c'est une question complexe que tu me poses là. Je crois que d'une certaine façon le célibat me convient et que je suis confortable avec cette situation … certaines personnes ressentent l'ardent besoin de partager leur vie avec une autre personne quant à moi je n'en fais pas une question de vie ou de mort la solitude est bien loin de me déranger.

La serveuse finit par déposer nos plats respectifs sur la table et c'est alors que se permis de me livrer un petit conseil. J'en prends bonne note alors. Bien sur j'avais dis le tout avec humour, après tout il fallait savoir prendre les choses du bon côté sinon la vie allait finir par nous bouffer tout rond.  Là faut pas prendre tes rêves pour la réalité je ne vais pas te laisser me dévaliser sans rien dire. Je lui souris amusé. En plus t'es pas mon médecin traitant et heureusement d'ailleurs je suis persuadé que tu serais capable de me dresser une longue liste de trucs interdits mais me connaissant je brûlerais ta liste.  Mon sourire espiègle ne pouvait que confirmer que je rigolais mais ça c'était tout moi … j'aimais jouer le pince sans rire. Oh que non tu ne vas pas me taxer mon plat, moi ton truc plein de crudité j'en veux pas. J'aime bien flirter avec le danger. Un peu comme si je voulais la défier j'avalai quelques frites avant de planter mes dents dans mon sandwich au poulet extra mayonnaise.  Et puis je détournai le regard vers le client de la table de gauche alors qu'il venait de se faire servir un gigantesque cheeseburger double garni de bacon … le truc dégoulinait de graisse et je tournai mon regard vers Lorena . Putain il va éclater le gros tas à ma gauche . Il se magasine un double pontage ou quoi? Si moi je trichais occasionnellement lui il exagérait grave mais bon c'était sa vie ce qu'il en faisait ne me regardait pas.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Ven 30 Mai - 22:25


I can't handle this


Lorena n’aime pas savoir Nolan seul la plupart du temps. Non pas parce qu’elle s’inquiète plus que ça de sa vie sociale –quoi que- mais surtout parce qu’elle s’inquiète pour sa santé. Au moins s’il refait un malaise et qu’il est en compagnie de quelqu’un cette personne pourra appeler les secours. Mais s’il est seul qui sait ce que le sort lui réserve. Elle l’avait déjà vu s’effondrer devant elle et cette vision n’est pas des plus rassurantes. Elle voudrait tellement le savoir en bonne compagnie au moins pour être certaine qu’il va bien. Mais au lieu de ça elle le retrouve seul assit à une table dans un café de la ville. La belle mexicaine ne se gêna pas pour le lui faire remarquer mais il avait réponse à tout, elle n’arrive pas à le faire taire, à lui clouer le bec. Sur ce coup là elle décida de rendre les armes, de ne pas répondre. Après tout s’il préfère être seul elle ne peut pas le forcer. Il est majeur après tout, et elle n’est pas sa mère même si parfois elle se comporte comme tel. Vint ensuite le moment de discuter de son célibat, du fait qu’elle n’ait toujours pas de petit ami à ses côtés. Ah le sujet tabou, celui qui la met tellement mal à l’aise. Lorena n’a jamais vraiment eu de chance dans ses relations amoureuses, elle a eu quelques copains mais jamais rien de bien sérieux. Et le seul homme qui lui fait totalement perdre la tête est un ancien détenu accusé de meurtre avec qui elle a faillit coucher quand il était encore en prison. Pas de quoi se vanter n’est-ce pas ? Elle préféré faire un constat global sur les hommes et leur façon déplacée de reluquer les femmes. On en voit souvent accoudés au comptoir avec leurs potes à commenter le physique des femmes avec des qualificatifs vulgaires et mal venus. Une attitude que la belle brune n’apprécie pas, un peu de galanterie n’a jamais tué personne après tout. Mais sa remarque ne sembla pas plaire à son ami qui commença immédiatement à se défendre. Sa tirade fit légèrement sourire la brunette, amusée de voir qu’il se sentait visé. « Mais je ne parlais pas forcément de toi tu sais … Oui mais les hommes avec trop d’audace cachent forcément quelque chose si tu veux mon avis. Certains parlent trop et ne font rien et d’autre ne parlent pas et pourtant ont de quoi se vanter. Il existe bien une juste mesure non ? » Elle se mit à rire, c’est vrai qu’elle n’a jamais eu la chance de se faire draguer par un homme qui ne se vante pas ou qui ne passe pas son temps à lui faire des compliments inutiles. Lorena n’a pas besoin de cela. Elle veut seulement un homme honnête avec elle, un homme qui sait la faire rire et qui n’a pas besoin de vanter ses mérites pour être intéressant. Nolan se lança ensuite dans le sujet de la galanterie et du romantisme, un sujet qui intéresse fortement la mexicaine, peu habituée à être traitée de la sorte. « On est tellement complexes nous les femmes … des fois je vous plains quand même, ça ne doit pas être facile pour vous tous les jours ! » lui dit-elle en plaisantant. C’était pourtant totalement vrai. « Hey ! Dans ce cas n’oublie pas de mentionner le nom de la superbe jeune femme qui t’a inspiré cet article ! » Elle rigolait, elle se moquait totalement de voir son nom dans un article, mais elle aimait le taquiner, le provoquer. C’est d’ailleurs ce qu’elle fit par la suite en le complimentant, expliquant qu’elle n’avait pas de raison de chercher un autre homme aujourd’hui vu qu’elle est avec lui. « Je suis très douée pour ça … » La vantardise, un défaut qu’elle ne possède pas en temps normal mais qu’elle aime bien laisser ressortir quand elle a envie de plaisanter.

Lorena envisagea ensuite le fait de devenir mannequin ? Elle le pourrait, elle a le physique pour. Elle devait le faire quand elle était plus jeune mais sa mère ne l’a jamais laissé partir. Maintenant elle serait certainement trop vieille face à toutes ces gamines de seize ans qui posent déjà pour de grands magazines. « Oh mais les comptables ils font surtout en sorte qu’il reste assez d’argent à la fin du mois pour pouvoir percevoir leur propre salaire … » Elle leva les yeux au ciel, un sourire amusé au coin des lèvres. Elle n’avait nullement confiance en ces personnes, mais à vrai dire elle n’en connait aucun. Avec ses revenus, pas besoin de comptable. « Tu sais que j’aurai du être mannequin ? Enfin j’aurai du essayer du moins … Je me demande comment je serais maintenant, si j’avais suivi cette voie … » Son timbre de voix se fit plus bas, elle semblait rêveuse. C’est vrai qu’elle n’aurait peut-être pas vécu toutes ces galères si elle avait quitté le Mexique quand elle en avait eu l’occasion. Puis elle relança une nouvelle fois le sujet des femmes, bien déterminée à comprendre pourquoi il ne profite pas de la situation. Après tout beaucoup d’hommes dans son cas le n’hésiteraient pas à en profiter. « Mais il n’y a pas des fois où tu as envie de rentrer du travail et de trouver quelqu’un chez toi qui a déjà préparé le dîner et qui t’attend ? Quelqu’un à qui raconter ta journée par exemple ? » La jeune femme n’est pas du genre à vouloir se caser à tout prix mais elle sait qu’elle n’envisage pas sa vie sans un mari qu’elle aimera vraiment et pourquoi pas des enfants.

Finalement leurs plats arrivèrent à destination et ils commencèrent à déjeuner tout en continuant de discuter de tout et de rien. Lorena se laissa tenter par le plat de Nolan, un plat loin d’être diététique mais qui a l’air tellement appétissant. La demoiselle lui demanda d’échanger leurs assiettes mais ce fut un échec complet. Visiblement le beau jeune homme n’est pas un fidèle partisan du régime méditerranéen, un régime qu’il devrait pourtant suivre à la lettre pour éviter les complications. « Si j’étais ton médecin traitant il y a longtemps que je t’aurai attaché quelque part pour te forcer à m’écouter ! Je sais que tu finirais par craquer, je peux être très persuasive quand je veux … » Elle regarda ensuite son assiette et attaqua ses légumes vapeurs pendant que son ami mordait à pleine dents dans son sandwich. « Comment tu peux avaler ça ? C’est plein de mayonnaise … » Lorena sait se faire plaisir il ne faut pas croire. Il lui arrive de faire des extras, de manger des hamburgers et des pizzas comme tout le monde, mais quand elle peut manger sain elle n’hésite pas à le faire pour préserver sa santé, tout le contraire de Nolan visiblement. Puis il fit une réflexion concernant leur voisin de table et sa commande. La mexicaine tourna discrètement la tête pour regarder le plat qu’il avait commandé et en perdit sa fourchette. Cette dernière tomba bruyamment dans son assiette, l’éclaboussant de sauce par la même occasion. Elle eut un mouvement de recul avant d’attraper une assiette pour essuyer la tâche. Elle regarda Nolan par la même occasion, ne pouvant s’empêcher de rire de sa maladresse. « Tu vois ça c’est de ta faute, à dire des conneries je fais n’importe quoi ! » Elle se rapprocha de nouveau de la tête et cette fois parla d’une voix un peu plus basse. « Quand je vous regarde lui et toi … je me dis que finalement j’ai de la chance de t’avoir toi comme voisin et pas lui. J’aurai eu trop peur qu’il m’avale toute crue ! » Elle plaisantait, ce n’est pas bien de se moquer des personnes obèses et elle ne fait pas partie de ces personnes qui jugent les autres uniquement sur leur physique. Mais c’était tellement tentant comme réplique, il suffit de regarder cet homme avaler son hamburger en seulement deux bouchées.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Dim 1 Juin - 6:15

I can't handle this

Évidemment je me doutais que pour bien des gens de mon entourage il était difficile de comprendre mon désir d'être seul mais pour moi c'était simple, je me refusais tout simplement de devenir une source de tracas pour qui que ce soit … je m'étais toujours promis de ne pas devenir un poids pour qui que ce soit et de toute façon j'étais trop indépendant pour accepter qu'une personne passe son temps à s'enquérir de mon état … après tout si j'avais pris mes distances d'avec mes parents ce n'était pas pour accorder à une autre personne le droit de régenter ma vie selon son bon vouloir. Et puis lentement la discussion changea de sujet afin d'en aborder un qui me semblait bien plus intéressant soit le ressentit de la belle brune auprès du comportement de la gente masculine à l'endroit des femmes … ce qu'elle dit ne fût pas sans me faire sourire. En effet trop de gens, hommes et femmes, sont porté à adopter un comportement qui les emmène à se comporter d'une manière que je n'hésiterais pas à qualifier d'excessive uniquement afin d'éviter que l'on puisse s'apercevoir qu'ils sont vulnérable pourtant par moment la vulnérabilité peut avoir ce petit je ne sais quoi qui s'avère de nature à plaire … mais encore là il faut éviter la démesure comme tu le disais si bien. D'une certaine façon je voyais le tout de la même façon il pouvait être plaisant de se faire bercer de compliments mais encore faut-il qu'ils soient juste et que la personne qui nous les tienne ne tombe pas dans la démesure car après tout trop de compliments et de flatteries ne peut que se retourner contre celui ou celle qui en fait usage.  Le romantisme, la galanterie, autant de sujets qui me plaisaient et qui malheureusement semblaient être en voie de se perdre de nos jours mais pourtant j'étais d'avis qu'ils étaient toujours autant d'actualité. Bien sur il ne fallait pas en abuser, comme toute chose d'ailleurs, mais quelle femme n'apprécie pas qu'un homme lui ouvre la porte ou lui tire un siège afin de l'aider à s’asseoir ce n'est pas une question de drague mais bien de civisme mais bon c'est connu même cette valeur semble être en voie d'extinction de nos jours. Tu sais moi je ne me plains pas, certains mecs ne sont pas mieux, faut simplement observer et s'adapter à la personnalité de la personne face à nous … c'est une simple question de psychologie après tout mais bon ça exige de réfléchir et de faire fonctionner ses neurones ce qui hélas est trop demander pour certaines personnes.  Bien sur j'avais dis le tout avec humour, le cynisme était un trait de caractère que je maniais plutôt bien. Promis je te citerai … en petits caractères mais tu y seras citée néanmoins. J'aimais bien sa compagnie et puis elle savait me faire rire ce qui n'était pas donné à tout le monde. Tu t'y prends à merveille d'ailleurs.

Sa réflexion sur les comptables n'était pas sans me faire sourire après tout elle n'avait pas tort. En effet les comptables sont aussi voraces qu'une horde de vautours mais malheureusement il est impossible de s'en passer puisque les banques , les investisseurs et les actionnaires exigent des états financiers dûment signés et vérifiés par ce genre d'experts et cette expertise est hors de prix. Je roulai les yeux pendant un moment, je ne parvenais pas à croire que je venais de justifier leur présence au sein de l'économie et puis je lui souris lorsqu'elle me parla du fait qu'elle avait failli faire carrière dans le mannequinat et je pouvais aisément sentir une forme de regret. Ça personne ne le sait mais personnellement je suis persuadé que tu aurais été excellente tu vois je m'y connais tout de même puisque je dirige un magasine et crois moi bien des filles qui font carrière dans ce métier ne possèdent pas la moindre parcelle de ce fort charisme qui t'habite. Je ne dis pas ça parce que nous sommes amis … c'est l'avis du professionnel que je suis. Je fis mine de réfléchir et j'eus une idée qui je l'espérais allait lui plaire. Tu sais qu'une fois par année mon magasine permet à une jeune femme n'ayant jamais fait de mannequinat professionnel de poser dans un numéro spécial? Et si cette année tu posais dans ce numéro? Je ne te demande pas de me dire oui maintenant, fait moi simplement le plaisir d'accepter d'y réfléchir. J'avais bien envie de lui permettre de vivre son rêve, ne serait ce que l'espace d'une journée, et puis la conversation revint sur ma vie affective … de toute évidence cela semblait l'intéresser. Je te mentirais si je te disais que par moment je n'en ressentais pas le besoin mais bon j'aime bien aussi ma liberté … j'aime bien savoir que je peux faire ce que je veux sans courir le risque de décevoir qui que ce soit. Vaut mieux être seul que d'être mal accompagné tel était ma devise.

Nos repas étant maintenant servi je ne pus que rigoler à ce qu'elle me disait lorsqu'elle me raconta ce qu'elle ferait si elle était mon médecin traitant. Dans un tel cas je changerais de médecin. Je ne doute pas que tu sois persuasive mais je n'ai jamais obéi à qui que ce soit, ce n'est pas maintenant que je vais m'y mettre.  Bien sur j'avais dit le tout sans la moindre méchanceté il suffisait de voir ce sourire sur mes lèvres pour s'en persuader et puis c'est alors qu'elle me demanda comment je pouvais faire pour manger un truc aussi gras. En fait c'est tout simple j'ouvre grand ma mâchoire et je mords à pleine dents dans le sandwich le reste se fait tout seul. D'une certaine façon elle avait raison mais bon je savais que tôt ou tard j'allais y passer je préférais vivre ma vie intensément sans faire le moindre compromis, évidemment je me doutais que les gens ne comprendraient pas mes motivations mais ça ce n'était pas mon problème. Je ne pus que réprimer un fou rire lorsque je la vis s'éclabousser de sauce après ma remarquer sur notre voisin. Ça c'est la loi numéro un selon Morris : '' Si tu n'as personne à blâmer c'est de ta faute alors trouves vite un bouc émissaire.''  Sa remarque sur le gros était vraiment trop marrante, je mis mes mains devant mes yeux. Arrête je vais avoir cette image en tête et c'est insupportable. Je lui fis un clin d'oeil avant de reprendre. Finalement le destin t'a bien servie en faisant en sorte que je sois ton voisin dans tout les cas moi je lui en suis reconnaissant. Ça c'était digne de moi, je commençais avec une taquinerie mais je finissais par une conclusion se voulant tout aussi sérieuse que charmante.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Mer 4 Juin - 20:59


I can't handle this


Des personnes au comportement excessifs elle en connait Lorena, c'est même son quotidien. Quand elle était au Mexique tout le monde réagissait de manière excessive pour la moindre petite chose. Ses frères se battaient pour une simple parole de travers, des hommes se sont fait tuer pour un simple geste mal interprété ... la beauté de l'intelligence humaine. En prison c'est encore bien pire. Les hommes se battent pour un rien, ils essayent de se faire passer pour les plus durs alors qu'en réalité ils sont morts de peur à longueur de journée. Et ne parlons pas des gros pervers avec leurs gestes et leurs phrases déplacées. Lorena est tous les jours ou presque confrontés à ces personnes. Elle écouta attentivement la tirade de son ami, c'est ce qu'elle aime chez lui. Ils peuvent partir d'un sujet banal pour en arriver à une réflexion bien plus approfondie et bien plus intéressante. "Je suis d'accord avec toi, une personne vulnérable est, selon moi, bien plus intéressante qu'une personne qui fait semblant de n'avoir aucune faille. Personne n'est parfait, on a tous fait des erreurs et on a tous des faiblesses, je ne vois pas l'intérêt de les cacher ... "  Lorena aime l'honnêteté, elle préfère les gens qui sont francs, qui savent où sont leurs faiblesses et qui ne les cachent pas. Elle n'est pas du genre à apprécier les gros lourds qui pensent qu'en faisant de constants compliments à une fille ils cacheront leur manque de discussion. Et ce genre d'hommes existe, il y en a même un peu trop au goût de la mexicaine. Mais il est vrai que les femmes ne sont pas toujours mieux, même si c'est dans un autre registre. Elles ne savent pas ce qu'elles veulent, elles changent constamment d'envie. C'est un constat fait par la jeune femme car elle-même est assez complexe quand elle s'y met. " C'est trop demandé pour beaucoup TROP de personnes tu veux dire. C'est à se demander si certains réfléchissent vraiment dans leur vie. " La belle brune prit un air blasé et roula des yeux après sa phrase tout en gardant son sourire sur les lèvres. " En petits caractères ? Tu n'as pas honte d'oser dire ce genre de truc à une femme ? " Elle prit un air indigné et laissa une mine boudeuse prendre place sur son visage. Elle en faisait exprès bien entendu et d'ailleurs elle ne garda pas cette mine très longtemps. Son sourire revint presque automatiquement à sa place, elle ne sait pas faire semblant avec ses amis. Elle sait cacher ses sentiments au monde extérieur mais pas à ses proches.

Ils en vinrent ensuite à parler des comptables, allez savoir comment ils en sont arrivés là. En tout cas Lorena était bien contente de voir qu'elle n'est pas la seule à partager cet avis. Mais comme dans toutes les grandes entreprises il est nécessaire d'en avoir au moins un ou deux. " Ah c'est un monde que je ne connais pas, le jour où j'aurai besoin d'un comptable c'est que j'aurai gagné à la loterie ou que j'aurai épousé un riche homme d'affaire ... autant dire que ce n'est pas demain la veille ! " C'est sur que  ce n'est pas en s'entichant d'un ex taulard qu'elle va vivre dans le grand luxe. Mais après tout elle ne veut pas forcément de ce style de vie. Elle a toujours vécu dans la misère jusqu'à ce qu'elle décroche son premier emploi alors pour elle le grand luxe est déjà d'avoir un appartement comme celui dans lequel elle vit actuellement. Finalement la mexicaine se laissa aller à quelques confidences sur son passé, ses rêves de mannequinat qui ne virent jamais le jour. Elle aimerait tellement savoir ce qu'aurait été sa vie si les choses avaient tournés différemment. C'est alors que Nolan lui fit une proposition des plus inattendues, ainsi que des compliments qu'elle n'aurait même pas espéré avoir. Elle n'avait en aucun cas parlé de ses espoirs dans le but d'entendre ce genre de phrase mais cela fait toujours plaisir. Elle sentit le rouge lui monter aux joues et elle joua nerveusement avec ses cheveux. Elle était flattée et à la fois gênée de cette proposition.  "Je ... euh ... Tu peux dire que je suis douée pour faire rougir les gens mais tu t'en sors plutôt bien toi aussi ... " Elle baissa les yeux sur ses mains, jouant avec ses doigts pour tenter de se calmer. " C'est très gentil et très tentant comme proposition mais ... Tu crois pas que je suis trop vieille pour ça ? J'aurais l'air ridicule contrairement aux petites jeunes qui travaillent déjà dans ce milieu ... Je sais pas je ... " Elle baissa une nouvelle fois les yeux, mal à l'aise. " Je te promets que je vais y réfléchir, on en reparlera la prochaine fois qu'on se voit alors." Lorena ne voulait pas donner sa réponse trop tôt, ce n'est pas une décision qu'on prend à la légère et c'est encore moins un magazine que personne ne lira. Elle ne veut pas devenir la risée de toute la ville. Ils changèrent finalement de sujet pour s'intéresser un peu plus à la vie privée de Nolan. Lorena tomba de haut quand elle entendit la réponse du jeune homme à ce sujet. " Décevoir quelqu'un ? Pourquoi et surtout comment est-ce que tu pourrais décevoir quelqu'un ? T'es un homme génial, adorable et super attachant je ne vois pas comment tu pourrais décevoir qui que ce soit ... "

Leurs repas arrivèrent enfin sur leur table et la discussion continua bon train. Ils ne cessaient de plaisanter et de rire l'un avec l'autre. La santé du jeune homme revint sur le tapis et Lorena lui expliqua ce qu'elle ferait si elle était son médecin. Il répliqua une nouvelle fois et la jeune femme acquiesça sans pour autant relancer le débat. Elle en avait assez dit, arrêtons de parler des sujets qui fâchent. Elle ne put cependant s'empêcher de rire lors de sa réponse sur le sandwich, celle là elle ne s'y attendait pas. Sur le coup elle se redressa sur sa chaise et frappa amicalement Nolan. "T'es bête ! " Il l'avait bien eu sur ce coup là il faut le reconnaître. Puis elle s'éclaboussa en laissant tomber sa fourchette, la vision de cet homme en train de manger son hamburger lui restera à jamais dans la tête. Elle tenta une plaisanterie qui eu son effet puisque le jeune homme en sembla choqué. "Oh que oui j'ai eu de la chance, j'en suis reconnaissante aussi. Finalement les débuts ont été difficiles mais je trouve qu'on s'en sort plutôt bien non ? "


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Ven 6 Juin - 21:00

I can't handle this

Le sens de la rhétorique dont faisait preuve mon amie n'était pas sans m'amuser, le plus triste dans toute cette histoire était qu'elle avait raison, trop de gens semblaient se complaire à se vautrer dans le mensonge alors qu'ils niaient à tort leurs faiblesses afin de se bercer d'illusion en caressant cette idée, plus que saugrenue, de posséder une prétendue force qui de toute évidence leur faisait défaut … pourtant ils étaient dans l'erreur car il fallait posséder toute une force de caractère pour reconnaître ses lacunes et les assumer. Enfin peut-être un jour finiront-ils par grandir et quitter Neverland mais rien n'est moins sur. Réfléchir demande un effort d'introspection, un examen de conscience, et ce genre d'exercice ne peut qu'en effrayer plus d'un malheureusement. Je lui souris tout en faisant mine de réfléchir à ce qu'elle venait de me dire. Absolument … pas, j'aurais plutôt honte de te dire le contraire après tout je n'aime pas mentir. Certes par moment la vérité peut s'avérer blessante, voire même brutale, mais crois-moi vaut mieux être confronté à la plus impitoyable des vérité qu'à un mensonge aussi réconfortant soit-il. La belle brune possédait un sourire des plus contagieux, il m'était impossible de ne pas y répondre de la même façon.

Le sujet de notre discussion changea du tout au tout alors que nous en vinrent à discuter des comptables et de leur place en ce bas monde au nom des impératifs financiers, d'une certaine façon je ne les appréciais pas outre mesure – un peu comme mon amie – mais j'en étais venu à me faire à l'idée qu'ils constituaient tout simplement un mal nécessaire. Nul ne sait de ce dont demain sera fait. Bien sur je ne voulais pas la contredire, simplement la folle envie de la taquiner. Et puis je l'écoutai attentivement lorsqu'elle se laissa aller à se confier à moi m'entretenant relativement à ses rêves qu'elles n'avaient pas su réaliser et l'espace d'un moment j'eus cette folle idée de lui permettre de les vivres ne serait-ce que l'espace d'une journée. T'as vu ça? Je m'en tire comme un chef tu veux dire? J'avais préféré jouer la carte de l'auto dérision et puis je revins un peu plus sérieux. Je voyais qu'elle était nerveuse, peut-être avais-je été trop loin avec ma proposition, voulant la rassurer je posai ma main amicalement contre la sienne. Non t'en fais pas tu n'es pas trop vieille. Prends des filles comme Heidi Klum, Alessandra Ambrosio, Gisèle Budchen et Tyra Banks … elles sont toutes âgées de plus de 30 ans et pourtant elles sont encore très prisées dans le milieu. Après tout la beauté est intemporelle, elle n'a pas d'âge, je serais vraiment le dernier des superficiel si je réservais mes pages uniquement aux gamines … par respect pour ma clientèle je tente de représenter les différents groupes d'âge. Je comprenais qu'elle ne veuille pas me donner une réponse dès maintenant, il était normal qu'elle désire y réfléchir. Ça me va parfaitement. Je comprenais son désir de réfléchir après tout il est vrai que ma proposition pouvait éventuellement avoir un impact sur sa vie. Ensuite Lorena décida qu'il fallait parler à nouveau de mon célibat sujet qui n'était pas sans me rendre mal à l'aise. Et bien tu vois je ne suis pas le plus grand adepte du terme compromis , d'ailleurs je mène ma vie comme je l'entends, et vu mon état je ne supporterais pas de devenir un boulet qu'une personne devrait avoir à supporter c'est pourquoi je préfère faire cavalier seul.

Mon gag sur le sandwich, qui se voulait une réponse teintée d'humour à sa question, n'avait pas raté sa cible je m'en fie à sa réponse. En effet ça m'arrive par moment. Je n'avais pas la présomption d'aspirer à la perfection … je laissais ce délire aux prétentieux qui se plaisaient à mitonner à ce sujet. Lorsqu'elle plaisanta sur gras double, à notre droite, je fis mine d'être outré mais ce n'était qu'une mimique afin de rigoler et puis je revins au naturel lui souriant lorsqu'elle parla de l'évolution de notre amitié. Effectivement , comme quoi il ne faut jamais se fier à la première impression elle ne peut que s'avérer fort trompeuse. On s'en sort effectivement à merveille, mieux que lui avec son prochain double pontage. Lui dis-je en désignant subtilement notre voisin avant de poser à nouveau mon regard sur mon amie.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Dim 15 Juin - 20:41


I can't handle this


Etre à l'origine d'une discussion intéressante qui peut en plus devenir un sujet dans un grand magazine est toujours glorifiant et Lorena n'en est pas peu fière. C'est donc tout naturellement qu'elle a demandé à avoir son nom de citer. Bien évidemment elle le disait sur le ton de la plaisanterie, ce n'est pas son genre de s'afficher de la sorte. Elle préfère rester dans l'ombre, ne pas faire de vagues. Mais cela ne l'empêche pas de plaisanter de la situation, prenant un air outré quand il lui annonça qu'il le mettrait en tout petit. Bien entendu elle s'en moquait, mais elle aime tellement le taquiner. Sa réponse la laissa dubitative. Elle se plongea quelques secondes dans ses pensées, laissant alors un blanc dans la conversation. Elle se rappela une scène qui s'est passé il y a encore peu de temps, lorsqu'elle était au travail et que Caerwyn s'était montré d'une part très entreprenant et de l'autre plutôt blessant. Finalement elle reposa la yeux sur son interlocuteur mais son sourire avait disparu. Elle apprécie franchement le fait que Nolan soit honnête mais selon elle les choses ne sont pas toujours soit blanches soit noires. "La vérité est peut-être toujours bonne à dire mais pas toujours à entendre, enfin tout dépend du contexte... Il y a des vérités qui font aller de l'avant mais d'autres qui ont tendance à te freiner, à te blesser sans aucune raison valable ... " Bien sur elle pensait à des choses en particulier mais elle ne voulait pas en parler d'elle-même, elle ne veut en aucun cas ennuyer le jeune homme avec ses histoires, encore moins ses histoires de cœur car ce n'est pas pour cela qu'elle s'est invité à sa table.

Les deux amis arrivèrent ensuite à discuter des rêves de mannequinat de Lorena. A vrai dire quelle petite fille des quartiers pauvres et au physique avantageux n'a pas rêvé de devenir top-modèle et de voyager dans le monde ? Finalement elle est devenue infirmière, un métier bien différent mais qui lui plait tout autant. Nolan réussi à la faire rougir avec tous ses compliments, si bien que la mexicaine ne savait plus vraiment où se mettre. Elle ne se gêna pas pour autant pour le lui faire remarquer, comme il l'avait fait avec elle un peu plus tôt. "Je dois bien avouer que tu maitrises ton sujet, tu n'as rien à m'envier. Tu sais quoi ? On devrait créer une affaire ensembles et donner des cours qu'est-ce que tu en penses ? " Une fois de plus son sourire illumina son visage et traduisit sa plaisanterie. Elle ne croyait en aucun cas à ce projet mais on voit tellement de choses improbables maintenant que pourquoi pas ? Finalement la conversation repris son court, elle concernait toujours le mannequinat mais portait maintenant sur l'âge de la jeune femme. Elle se trouve trop vieille pour ce métier mais il est vrai que son ami a plutôt de bons arguments pour la convaincre. Elle retrouva immédiatement le sourire et reposa son regard sur lui. " Tu sais quoi ? Je trouve que tu as de très bons arguments ! Je comprends pourquoi c'est toi le grand patron. Je pense que je vais peut-être me laisser tenter mais ... Je sais pas j'ai peur d'être ridicule. Si jamais j'accepte, je dis bien si, y a possibilité de faire des essais avant ? Comme ça si ça ne me convient pas tu pourras toujours trouver quelqu'un d'autre, je ne voudrais pas te faire perdre ton temps. " Penser aux autres avant elle, c'est une des qualités de la jeune femme, ou un défaut tout dépend du point de vue. Heureusement pour la mexicaine la conversation se reporta sur le célibat du jeune homme. Il lui expliqua ses raisons, ce qui troubla la brunette. Elle sentit son cœur s'arrêter, se sentant mal pour Nolan. La façon dont il voit les choses est juste et compréhensible mais c'est assez déroutant. "Un boulet ? Je ne suis pas sure qu'une personne normalement constituée te verrait comme un boulet, surtout une femme amoureuse. Enfin après je peux comprendre ton point de vue mais je trouve cela dommage que tu n'aies personne avec qui partager tout ce qui t'arrive, bon ou mauvais. " Dans tous les cas elle sera là.

Après l'épisode du double cheeseburger avalé en trente secondes par leur voisin de table, Lorena finit par avouer que son amitié avec lui lui plaisait. Ils ont eu du mal à briser la glace, elle l'a trouvé prétentieux au premier abord, bien loin du monde où elle a vécu et pourtant ils sont maintenant dans ce restaurant à partager un repas ensemble. Elle n'y aurait pas crû si on le lui avait dit il y a de cela quelques mois. "Je crois que tout le monde s'en sort mieux que lui !" répondit-elle en plaisantant. Elle avala ensuite une bouchée de son plat pour éviter qu'il ne refroidisse un peu plus encore. "Tu sais quoi ? On devrait se faire ça plus souvent. Je pense qu'on pourrait bien s'amuser tous les deux. Y a des clubs pas mal en ville l'air de rien, et ça te ferait du bien de décompresser un peu après le travail. Quand je vois à quel point tu travailles je suis épuisée pour toi." Elle lui sourit de nouveau avant de replonger sa fourchette dans sa nourriture.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Mar 17 Juin - 19:41

I can't handle this

Cette discussion que nous avions sur la vérité était plus qu'intéressante et deux philosophie semblaient vouloir s'opposer d'un côté il y avait la mienne voulant qu'il valait mieux dire la vérité, même si elle devait heurter quelques fiertés, alors que mon amie prétendait qu'il y avait de ces vérités qu'il valait mieux taire … d'une certaine façon les deux visions de la question se valaient et il ne m'appartenait pas de juger laquelle était la meilleure puisque de toute façon c'est avant tout une question de perspective. C'est avant tout une question de juste mesure, il faut savoir tourner la chose afin d'éviter de heurter certaines sensibilité … il faut savoir nuancer la forme et l'enrobage sans dénaturer le message à véhiculer. Je lui souris amicalement. Mais bon j'admets que la plupart des gens sont trop émotifs et que souvent les mots utilisés finissent par dépasser le cadre de leur pensée et je m'inclus dans le lot. Effectivement bien que je tentais d'apporter une attention particulière à la formulation de mes propos, j'avais une réputation à maintenir après tout, je savais néanmoins que je n'étais pas parfait et j'étais loin d'aspirer à ce genre de prétentions.

De cette discussion à caractère hautement philosophique relativement aux vertus de la vérité nous passâmes aux rêves de jeunesse brisés de mon amie … elle finit par m'avouer qu'elle aurait aimé faire carrière dans le mannequinat et mon œil avisé ne pouvait que constater qu'elle en avait le potentiel. Rien de plus normal après tout je gravite dans ce monde depuis que je suis tout petit, je savais à peine articuler deux syllabes que déjà je croisais des mannequins. Je lui souris lorsqu'elle me fit cette proposition, j'avais bien envie de la prendre au mot. Tu sais quoi? Trouvons une idée réaliste avec un bon potentiel de rendement … pouvant se rentabiliser à moyen terme et je suis prêt à structurer le plan d'affaire. Après l'avoir prise au mot nous parlâmes de nouveau du mannequinat. Tu ne seras jamais ridicule puisque tu as le potentiel d'une diva qui sommeille en toi mais néanmoins, si jamais tu acceptes, je compte te traiter comme je traite les mannequins professionnels. Avec moi aucune photo n'est publiée sans l'autorisation express des gens concernés... donc chaque photos te concernant seront soumises à ton approbation jamais je ne publierai le moindre cliché qui serait susceptible de te déplaire. Je tentai de me montrer rassurant. Je suis persuadé d'une chose jamais je ne perdrai mon temps lorsque tu es concernée. Une de mes grande spécialité étant de mettre les gens à l'aise j'étais heureux d'avoir réussi, d'une certaine façon, à dissiper ses craintes et nous passâmes ensuite à un autre sujet. Je me doutais bien qu'elle ne partagerait pas mon cynisme et mon fatalisme lorsque j'évoquais les raisons justifiant mon célibat mais c'était ma façon de voir la vie depuis si longtemps que je ne me voyais pas la changer maintenant. Tu sais on finit par s'y faire et moi le fait d'être seul ne me pèse plus depuis un bon moment déjà. D'une certaine façon je crois que ce sont les gens au sein de mon entourage qui y voyait un problème mais bon je préférais ne pas m'aventurer sur cette voie.

Je finis par lui lancer un large sourire lorsqu'elle me dit que tout le monde semblait mieux s'en tirer que monsieur gras double … c'était l'évidence, il était inutile de le nier. En effet mais ce n'est pas difficile de faire mieux que lui. Je pris une autre bouchée de mon repas tout en portant attention à ce qu'elle me dit et je lui souris avant de reprendre la parole. Tu as bien raison. Pourquoi se refuser ce plaisir après tout? En effet il y a de très bon clubs par ici et puis Cardiff n'est pas trop loin non plus. Je lui fis un sourire en coin lorsqu'elle me dit que je travaillais trop. Tu sais c'est le lot de tout patron, il faut constamment passer derrière les autres afin de s'assurer que tout est fait dans les règles de l'art … si je ne le faisais pas je crains que je perdrais le contrôle de la situation et les ventes du magasine finiraient pas chuter dramatiquement. Lui adressant un regard , tout aussi amical que complice, je pris une gorgée de ma boisson afin de faire passer ma dernière bouchée.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorena Mandez
avatar
les imparfaits
vos messages : 274
Date d'inscription : 04/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Ven 27 Juin - 17:33


I can't handle this


C'était assez dur pour Lorena de se replonger dans ses souvenirs douloureux. Elle avait été trop de fois confrontée à la vérité, une vérité qu'on lui avait appris sans ménagement. La maladie de sa mère, le décès de son frère puis de son père, la peine d'emprisonnement de son deuxième frère. Trop de choses à encaisser en très peu d'années. Et personnes n'avait mis les formes avec elle. On lui avait toujours tout dit de façon très franche et honnête, sans ménagement et sans pincettes. Même lorsqu'elle était une enfant. Il y a pourtant des vérités qu'on préférerait ne pas entendre, ou pas sous cette forme. Mais finalement elle n'avait pas été la plus à plaindre, enfin c'est ce qu'elle aime se dire. Contrairement à Nolan elle n'a pas d'épée de Damoclès au dessus de la tête, elle est encore libre de vivre sa vie comme elle l'entend sans se soucier de se réveiller ou non le lendemain. Sans se soucier de faire souffrir les autres autour d'elle. "Disons seulement que certains ont l'art et la manière d'annoncer les choses là où d'autres sont plutôt adepte du côté bourrin ... " Elle sourit une nouvelle fois. " J'ai tendance à faire attention à ce que je dis pour ne pas blesser les gens qui m'entourent mais finalement est-ce que c'est vraiment pour eux ou simplement parce que je veux garder bonne conscience ? Quoi qu'il en soit, la vérité c'est bien quand c'est dit avec les formes ! Même si je pense que pour toi ça doit encore être différent, quand on est patron il faut se faire respecter j'imagine non ? " Elle s'amusait de cette situation, c'était toujours agréable de discuter avec lui. Ils vinrent finalement à parler du mannequinat et après lui avoir avoué ses rêves morts de petite fille Lorena fut plutôt amusé par ce que son ami pouvait lui dire. Depuis petit il côtoie des mannequins ? Il n'en fallait pas plus pour que la mexicaine se laisse aller à une petite plaisanterie. " Tu veux plutôt dire que tu regardais déjà sous les jupes des filles avant de savoir parler non ? J'imagine qu'à cet âge tu devait avoir une belle vue quand tu étais au sol ... " Elle roula des yeux d'un air amusé, quel gamin n'aurait pas été aux anges dans ce genre de situation. Et suite à l'idée qu'elle avait lancé un peu plus tôt Nolan se montra fort intéressé à l'idée de monter une affaire avec elle. Enfin c'est ce qu'elle pensait avoir comprit car pour elle les paroles du jeune homme ressemblait plus à du chinois. Elle ne se gêna pas pour le lui faire remarquer d'ailleurs. " Oula doucement ! Tu veux bien me répéter tout ça dans notre langue s'il te plait ? Tu sais je suis infirmière pas femme d'affaire alors les termes que tu emplois ... Bref j'ai rien compris tu peux répéter ? " Elle se mit à rire franchement, elle pense bien avoir compris les grandes lignes mais autant être sure après tout. Finalement elle commença à réfléchir à cette nouvelle proposition, c'était assez intéressant à vrai dire. " Je ... Je pensais changer de travail et ouvrir mon cabinet donc ... Je ne te serai pas d'un grand apport financier si jamais on trouve une idée rentable." Elle laissa son sourire illuminer de nouveau son visage, ils ont beau être voisins ils n'ont pas vraiment le même budget.

Finalement les deux amis repartirent sur le sujet du mannequinat et les inquiétudes de Lorena à l'idée de faire une séance photo. Encore une fois elle se trouva ravie de voir que Nolan connait parfaitement son sujet et qu'il était à même de comprendre ses appréhensions. Il enchaina encore les compliments et les joues de la mexicaine reprirent leur couleur rosées. Il savait trouver les mots adéquats et elle se laissa finalement tentée. " Traites-moi comme tes mannequins je n'y vois aucun inconvénient, bien au contraire. Et tu sais quoi ? Je crois qu'on va essayer, t'as réussi à me convaincre. Mais à une condition, je veux que tu sois là le jour de la séance et pas d'excuses bidons comme quoi tu es en réunion ou à l'autre bout de la planète d'accord ? Sinon je n'y arriverai jamais ... " Cela avait le mérite d'être clair. Après tout c'est lui qui lui propose et même si elle sait pertinemment qu'il n'a pas besoin d'elle Lorena sait qu'elle peut se permettre ce petit caprice. De toute façon c'est ça ou rien. Les discussions s'enchainèrent et finalement la brunette préféra laisser de côté le sujet de la solitude de son ami. Elle en avait assez dit pour le moment et son but n'est pas de se prendre la tête avec Nolan, ce serait bien trop dommage de tout gâcher pour un sujet aussi futile. Elle préféra au contraire lui proposer de se revoir mais cette fois en soirée histoire de profiter de ce que la ville et ses alentours peuvent offrir. Elle qui aime s'amuser et faire la fête en bonne compagnie elle ne peut pas demander mieux. Et avec Nolan elle sait qu'elle peut s'amuser en toute sécurité. Elle ne sera pas importunée par tous ces gros lourds qui viennent souvent draguer les jeunes femmes seules en soirée. "Oui il faut qu'on arrive à s'organiser ça, j'ai envie d'aller me défouler sur une piste de danse. Et j'aimerai bien te voir danser aussi, je n'arrive pas à t'imaginer mais je sens que ça peut être sympa. " Non elle ne se moquait pas, c'est simplement qu'il a l'air tellement carré, tellement propre sur soi et sérieux qu'elle n'arrive pas à l'imaginer en train de lâcher la pression. C'est d'ailleurs ce qu'elle lui fit remarquer par la suite, et il ne perdit pas de temps pour lui répondre. "Et tu ne peux pas embaucher une personne de confiance pour faire cela ? Une personne qui pourrait te soulager de certaines tâches pour que de temps en temps tu puisses souffler un peu ? " Ce serait tellement plus simple pour lui et cela lui permettrait de se reposer un peu ce qui n'est pas un luxe avec sa pathologie. Lorena avala quelques bouchées de plus de son plat et arriva enfin au bout. Son assiette vide elle se dit que ce ne serait pas mal de continuer sa journée shopping histoire d'éliminer les kilos superflus qu'elle va prendre avec le dessert. Mais seule ce n'est pas vraiment drôle, heureusement qu'il y a Nolan. " Dis moi tu fais quelque chose après ? J'ai besoin d'un avis masculin pour ce qui est de l'achat d'une nouvelle tenue ... Je sais bien que les hommes n'aiment pas faire les boutiques mais je sais que je peux compter sur toi pour être honnête ... "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nolan Morris
avatar
les conditionnels
vos messages : 143
Date d'inscription : 08/05/2014

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   Mar 1 Juil - 6:17

I can't handle this

Je lui souris lorsque je l'entendis me dire qu'elle était plutôt du genre choisir soigneusement chacun des mots qu'elle prononçait afin de s'assurer de ne pas froisser les gens, c'était louable comme attitude et je reconnaissais bien là cette grande gentillesse qui l'animait. Et puis je l'entendis me demander si la logique qu'elle m'expliquait s''appliquait à ma situation et le moins que l'on puisse dire était que ce genre de situation pouvait me sembler pour le moins inconfortable … il faut dire que le plus important est de savoir dire les choses telles qu'elles le sont tout en faisant montre de tact … ce qui n'était pas simple en soi. Je comprends ce que tu veux dire mais lorsque tu es dans une position d'autorité il est malheureusement impossible de faire l'unanimité, peu importe ce que tu diras ou fera finira par plaire à certains et déplaire à d'autres … à mes débuts je faisais comme toi, je tentais de mieux enrober les choses et rapidement j'ai réalisé que l'on se moquait de moi et que l'on ne me respectait pas et puisque avec mon état de santé le stress et la contrariété ne peut qu'aggraver ma situation j'en suis venu à apprendre à trouver une façon de dire les choses avec tact mais tout en me montrant clair … ainsi il n'y a plus d’ambiguïté possible. C'est le lot des organisations il est difficile d'apprendre à gérer les égos de tout le monde.

Sa réplique fut de nature à m'amuser car d'une certaine façon elle n'était pas loin de la vérité. Je dois bien l'admettre il est vrai qu'à un certain moment je me suis amusé à me rincer l’œil d'autant plus qu'en étant le fils de la grande patronne je n'étais pas sans m'attirer les faveurs de certaines jeunes femmes qui croyaient pouvoir en tirer un avantage.

Discutant ensuite de son envie de changer de voie , ainsi que de sa proposition de se lancer en affaire, je laissai l'homme d'affaires en moi s'exprimer et de toute évidence je m'étais aventuré trop loin du moins si je m'en fie à sa réaction. Bien sur. En gros ce que je dis c'est que si tu me proposes une idée qui est réaliste et facile à mettre en application, je pourrais en analyser l'éventuelle rentabilité, et si le tout me semble tenir la route je pourrais bien me laisser tenter. Je lui souris de nouveau. Ça te semble plus clair? J'écoutai ce qu'elle ajouta avant de reprendre la parole. Tu as une idée de ce que tu aimerais faire si jamais tu décidais de réorienter ta carrière? Tu sais il n'est pas toujours nécessaire d'allonger du fric au départ et puis si ton idée est bonne je serais ravi de t'apporter mon aide.

Discutant ensuite de son rêve de jeune fille et de la possibilité je n'en étais pas moins sans avoir remarqué une certaine réticence de sa part c'est d'ailleurs ce qui m'incita à lui expliquer comment je me comportais avec mes mannequins lui promettant le même traitement. J'accepte tes conditions de toute façon je ne manquerais pas ça pour rien au monde.

Lorena avait raison lorsqu'elle disait que j'en avais trop sur les épaules d'ailleurs sa proposition de prendre une pause et de nous offrir une soirée n'était pas sans me plaire, bien que je n'avais pas trop l'habitude de m'offrir du bon temps j'avais bien envie d'essayer d'autant plus si c'était en sa compagnie. Ça risque d'être plutôt catastrophique tu veux dire? Bien sur je m'étais permis de dire le tout avec humour, j'étais un bien mauvais danseur et je l'assumais parfaitement.

C'était vraiment gentil à elle de se soucier autant de mon bien être et je ne pus que lui adresser un léger sourire en coin lorsqu'elle finit par me demander si je n'avais pas songer à m'adjoindre des services d'une personne afin de me soulager de quelques responsabilités histoire de me permettre de souffler un brin. J'y ai déjà songé mais j'ai oublié cette idée, il faut dire que je suis un perfectionniste et que je ne me vois pas permettre à qui que ce soit de toucher le moindre de mes dossiers. Je n'ai jamais apprécié partager mes responsabilités , peut être par crainte de voir le pouvoir m'échapper, et puis je dois admettre que j'aime bien tout contrôler.

La demande qui allait suivre de la part de Lorena n'était pas m'intriguer mais au final je n'avais pas la force de la lui refuser, il faut dire que j'aimais bien passer du temps avec elle. Je n'ai rien de prévu. Tu pouvais pas mieux tomber après tout c'est moi qui sélectionne les fringues pour les modèles du magasine donc sans vouloir me vanter j'ai un bon œil pour ce genre de chose. Ne t'en fais pas je saurai me montrer honnête … je ne vais tout de même pas te laisser te procurer un truc qui ne te convient pas et qui ne saurait pas te mettre en valeur.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I can't handle this (pv)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I can't handle this (pv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: le centre de la ville :: café expresso-