AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 GRAHAM + i just need to go far away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: GRAHAM + i just need to go far away    Lun 5 Mai - 17:17




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
" Maddox, calme-toi s'il te plaît, ce n'est pas ce que je voulais dire." Zoella soupira et se recula. Son mari avait les traits tirés, déformés par la colère. Il donna un violent coup de poing dans le mur de la cuisine, juste à côté d'elle avant de se détourner. Elle se laissa choir contre le mur, des larmes coulant le long de ses joues. Elle entendit la porte claquer et soupira, il avait quitté la maison. Elle ne put s'empêcher de penser que c'était mieux ainsi. Il reviendrait lorsqu'il serait calmé, comme d'habitude. Depuis son retour il y a quelques jours, les choses étaient plus que tendues. Ils devaient apprendre à vivre de nouveau ensemble et c'était loin d'être évident. Les années avaient passé, les avaient éloignés l'un de l'autre et ils avaient du mal à être à l'aise l'un devant l'autre. Lorsqu'elle lui avait dit qu'elle lui avait préparé du poulet à la sauce cacahuètes, et qu'il lui avait balancé qu'il était allergique depuis toujours, elle était sortie de ses gonds. Elle lui avait balancé d'aller manger ailleurs puisque de toute façon, tout ce qu'elle faisait n'allait pas. Elle faisait tout de travers et elle était sur le point d'exploser. Elle sentait le drame venir si elle ne faisait rien.

Elle finit par se relever et s'empara de son téléphone portable. Elle se contenta d'un simple SMS. Rendez-vous à Cardiff, dans notre parc, au même endroit que d'habitude. S'il te plaît, j'ai vraiment besoin de te voir. Elle l'envoya, espérant qu'il viendrait. Même s'il ne venait pas, elle irait. Elle avait besoin de quitter la maison, de partir un peu, pour quelques heures, souffler un peu. Elle laissa un mot à son mari disant qu'elle était partie faire du shopping avec une amie sans préciser ni où, ni quand elle rentrerait. Elle enfila son trench par dessus son slim noir et un petit chemisier en soie couleur saphir et prit sa voiture. Elle roula, la musique en bruit de fond pour éviter de penser au reste, au gâchis que sa vie était en train de devenir. Maddox était de retour, elle aurait du être ravie. Oui, elle l'était. Mais, elle ne l'aimait plus ou du moins, elle ne savait plus comment l'aimer. Elle ne le reconnaissait plus. Et puis, il y avait un autre homme. Graham. Celui qu'elle appelait à l'aide, celui qu'elle attendait à Cardiff. Elle avait désespérément besoin de lui.

Lorsqu'elle pénétra dans le petit parc, elle traîna un peu, profitant du peu de soleil qui brillait sur cette ville qu'elle trouvait trop grise, mis à part ce grand parc qu'ils avaient découvert avec Graham il y a quelques mois. Ils avaient souvent depuis fait des balades et ils s'étaient trouvé un endroit, près d'un ruisseau, un petit kiosque avec un banc. Au calme, loin du monde. De toute façon, il n'y avait pas grand monde. L'après-midi venait tout juste de commencer et le soleil ne brillait pas assez pour donner envie aux familles ou aux jeunes couples de se balader. Il n'y avait que quelques sportifs courageux. Elle trouva leur banc et s'y installa. Elle n'avait plus qu'à attendre...
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Mar 6 Mai - 18:24




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Les derniers jours qui venaient de s’écouler avaient résolument été fades aux yeux de Graham. Encore sonné par le retour inespéré de cet homme, qui s’était trouvé son ami, il avait du mal à se faire à cette idée. C’était comme si en l’espace de quelques jours, il avait fait un bond dans le temps, à cette époque où il s’était rapproché d’Anarchy, sans même en prendre conscience. Il avait été après tout touché par l’histoire de cet homme et de son épouse, la mauvaise passe qu’ils traversaient et ce besoin vital que cet homme avait de fuir la réalité. Un comportement qu’il n’avait pu que comprendre, l’ayant lui-même ressenti et expérimenté. L’armée était l’endroit idéal pour fuir ses fantômes, ses tristesses et ses peines. Il connaissait également les risques d’un tel engagement tant il était à l’époque en train de payer fort, le prix de son absence. Il avait essayé d’aider ce couple, que la tristesse et la douceur semblait détruire. Quelle ironie du sort de s’être retrouver attiré et obnubilé par la femme de ce dernier. Une femme qui avait besoin de son mari, qui lui avait renvoyé si cruellement l’image qu’avait pu être son ex-épouse à l’époque où elle avait eu le plus besoin. Il s’était retrouvé inconsciemment et cruellement dans la peau de cet homme de trop, dans cet homme amoureux d’une femme qui ne pouvait résolument pas être la sienne.

Il était tombé si aisément amoureux d’elle, charmé et résolument envouter par la fragilité et la douceur de cette femme, qui se trouvait tant délaissé par un mari, rongé par la tristesse et incapable de gérer tout de front. Il avait résisté tant bien que mal à son désir, à cet amour qu’il lui portait. Trois longues années où il s’était contenté d’être un ami avant de toucher du bout des doigts, ce doux bonheur qu’elle soit à lui. A croire que le destin aimait lui jouait des tours et le plongeait dans un tel état de tourments. Cela faisait plusieurs jours qu’il était de retour et les échos qu’il avait de ses anciens collègues ne le rassuraient nullement sur l’état psychologique de son ami, du moins s’il pouvait encore l’appeler ainsi. Le message qu’il avait reçu de Zoella, ne venait nullement amoindrir ses tourments à ce propos et il ne lui avait fallu que quelques secondes pour attraper sa veste en lançant à son assistante. « J’ai une urgence, je reviens dans quelques heures. Occupes-toi de mon père, s’il te plait. Je te revaudrai ça bien entendu. » Il lui avait lancé un clin d’œil amical, il avait essayé de se montrer taquin mais, il était évident qu’il était quelque peu préoccupé en ce moment.

Il quitta aussitôt la boutique qu’il tenait pour son père au centre de la ville, s’engouffrant dans sa voiture pour rejoindre le point de rendez-vous que Zoella, lui avait donné. Il était inquiet et la musique aussi calme pouvait-elle ne vint nullement amoindrir la teneur de ses pensées. Il roula vite mais prudemment, concentré sur sa conduite jusqu’à reconnaitre l’entrée de ce parc qu’ils avaient tant parcouru ensemble. Il se gara rapidement, s’extirpant tout aussi vite de sa voiture pour retrouver les sentiers de ce lieu en direction d’un endroit particulier, le leur. Il avança rapidement, le pas pressant, à la fois angoissé mais heureux, ravi de la revoir, de pouvoir la détailler sans qu’on ne puisse lui reprocher quoi que ce soit. Il arriva bien vite près du kiosque, à la fois soulagé et bienheureux de l’y trouver. Elle semblait d’humeur morose mais aucunes larmes ne semblaient perler de ses yeux. Pourtant, lorsqu’il vint s’avancer vers elle, le souffle légèrement court. Il vint s’avancer jusqu’à l’entrée du kiosque, le cœur légèrement battant dans son poitrine tant il avait envie de la prendre dans ses bras, l’embrasser mais, sa raison l’en empêchai. Pourtant, il en mourrait littéralement de désir. Il vint se mordre l’intérieur de la joue en venant prononcé son prénom, prenant place à ses côtés pour glisser sa main contre la chair de la sienne. Un geste tendre et timide, imperceptible aux yeux des personnes errants autour d’eux.

« Je suis ravi de te voir, Zoella… » Murmura-t-il en plongeant ses prunelles bleu océans dans celles si enivrantes de l’élue de son cœur. « J’avais envie de te voir également…. » Il laissa son souffle se terminer dans une grande inspiration pour avouer simplement. « Je m’inquiète pour toi, pour nous… Ces derniers jours ont été une torture en vue des échos que j’ai reçus d’anciens camarades… » Il ne vint rien ajouter, incapable d’aborder le sujet de leur vie commune, ayant peur des réponses qu’il pouvait obtenir. Il laissa glisser son regard sur leurs mains, ses doigts caressant délicatement ceux de la femme qu’il aimait. Une femme qui ne lui appartenait toujours pas malgré l’espoir qu’il avait eu. Le destin aimait résolument se jouer de lui…

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Mer 7 Mai - 5:43




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

Les minutes passaient et rien ne venait. Elle craignait que Graham ne vienne pas. Après tout, ils avaient dit qu'ils devaient s'éloigner l'un de l'autre, et elle n'avait tenu que quelques jours. Quelques misérables jours qui lui avaient paru une éternité. C'en était presque pathétique. Elle aimait Graham, il l'aimait, il le lui avait dit, et ils ne pouvaient s'aimer. Ca la rendait dingue. Mais elle ne pouvait trahir son mari, elle ne pouvait se résoudre à lui dire qu'elle avait fini par tomber amoureuse d'un autre homme, et encore moins de Graham, son ami, son confident. Comment aurait-il réagi ? Il était différent, agressif par moment, soucieux à d'autres. Elle ne voulait l'abandonner, ça avait été son mari pendant de nombreuses années, ils s'étaient aimés, ils avaient eu un enfant ensemble. Pourtant, si elle écoutait son coeur au fond d'elle, elle n'avait qu'une envie, rejoindre Graham et reconstruire sa vie avec lui, peut-être même faire un enfant. Elle n'avait jamais pu se résoudre à abandonner l'idée d'être mère, mais l'échec de son couple, puis l'engagement d'Anarchy à l'armée, tout ça avait brisé ses projets.

Perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas, ne vit pas l'élu de son coeur arriver avant qu'il ne prononce son prénom, avec douceur. Elle releva les yeux et l'aperçut, devant elle. Un sourire illumina son visage aux traits tirés, pâle. Elle savait qu'elle avait l'air épuisée, triste. Elle ne s'en cachait même pas. Il s'installa à côté d'elle et laissa glisser sa main près de la sienne. Un geste anodin pour les passants, mais qui avait une forte signification pour elle. Elle fut tentée de glisser sa main à l'intérieur de la sienne pour ressentir sa chaleur, sa présence, mais elle n'en fit rien. « Je suis ravi de te voir, Zoella… » Leurs regards s'accrochèrent et son coeur s'accéléra. Elle aussi, elle était heureuse de le voir. Elle esquissa un mince sourire et hocha la tête, incapable d'échapper à son regard. Il était beau et un instant, elle contempla les traits de son visage comme pour les graver en elle. « J’avais envie de te voir également…. » " Moi aussi ... J'ai essayé de résister Gram, mais ... Tu me manques tellement, c'est horrible." Elle soupira doucement et haussa les épaules. Elle savait qu'ils ne devraient pas être là, mais après tout, peu importait. Elle était heureuse d'être près de lui, sereine d'avoir pu quitter le domicile conjugal, ne serait-ce que pour quelques heures. « Je m’inquiète pour toi, pour nous… Ces derniers jours ont été une torture en vue des échos que j’ai reçus d’anciens camarades… » Elle baissa la tête, comme pour échapper à son regard interrogateur. Elle savait de quoi il parlait, sans aucun doute. Les collègues d'Anarchy avaient bien vu qu'il n'était plus lui-même et un avait même surpris un accès de colère du militaire contre sa femme. Rien de bien méchant, mais il avait haussé le ton, très fort, pour une broutille. C'était un de ses collègues qui était intervenu pour l'emmener ailleurs. " C'est pour ça que je suis là. L'ambiance à la maison est ... tendue. Anarchy est imprévisible. Il a des accès de colère parfois, et d'un coup, il s'adoucit, il est l'homme que j'ai connu. Mais .. " Elle n'y arrivait pas, elle n'arrivait pas à être l'épouse aimante qu'elle aurait du être. " C'est dur Graham. Je ne sais pas combien de temps je vais tenir ainsi, je ne sais pas ... Je devrais être heureuse, hein ? Retrouver mon mari après toutes ces années, qu'il soit vivant, c'est juste un miracle. Mais, je n'y arrive pas." Elle souffla doucement sur cette conclusion. Elle savait que Graham comprenait, il la connaissait si bien. Elle laissa sa main se rapprocher encore de la sienne, laissant les doigts de Graham la caresser doucement. Elle n'avait qu'une envie, qu'il la prenne dans ses bras, qu'il l'embrasse. Comme avant.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Mer 7 Mai - 16:41




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
C’était résolument étrange de la rencontrer dans de telles conditions. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas ressenti cet interdit qui semblait s’être initié entre leurs deux êtres. Durant des années, il avait lutté à l’appel de ce regard, de ses lèvres. Un interdit auquel il ne devait gouter, tel Adam devant cette pomme dans la bible chrétienne, mais face auquel il n’avait pu résister. Une tentation si profonde qu’il devait payer désormais la conséquence de ces actes, en subissant cette terrible tourmente qui l’étreignait cruellement. Zoella se tenait là, à ses côtés et pourtant il ne pouvait l’enlacer, l’embrasser comme il le voudrait car cet anneau, cet anneau qu’elle avait fini par quitter, se trouvait de nouveau à son annulaire. Il était outrageant et à la fois si naturel à ses yeux, comme si ce dernier n’aurait jamais du quitter cette main qu’il avait orné durant tant d’années.

Pourtant, il n’avait pu résister à venir à elle, en connaissance de cause, de la tristesse qui ne pouvait que l’envahir de se tenir là, sans pour autant avoir envers elle, les gestes qu’il désirait. Il la dévorait donc de son regard profond, détaillant les traits de ce visage qui se trouvait marqué par une expression si minée. Il n’aimait pas ses traits et la signification à laquelle ils étaient rattachés. Cela l’inquiétait, le tourmentait même s’il n’osait prononcer ces paroles ouvertement. Il la sommait délicatement à parler, s’exprimer pour faire taire cette angoisse de grandir. Il avait envie qu’elle le rassure, même si en fin de compte cela ne pourrait que lui faire craindre le pire pour eux deux, leur relation. Elle lui avoua qu’elle avait eu envie de le voir également, qu’elle avait essayé de résister mais il lui manquait tellement. « Toi aussi… » Souffla-t-il faiblement en signe de réponse tandis qu’elle venait faire de même, résolument perdue. Ils savaient tous les deux qu’ils ne devaient pas être là, que c’était d’autant plus cruel de se voir alors qu’Anarchy était de retour. Cela ne pouvait que raviver leur douleur, la déchirure qui prônait dans son cœur depuis qu’il avait quitté cette main au sein de l’aéroport.

Il ne pu cacher plus longtemps son inquiétude à son propos, les paroles résolument étranges de ses anciens compagnons ne pouvant empêcher le contraire. Zoella vint baiser la tête comme pour échapper à son regard. Un geste qui ne put qu’intensifier son angoisse alors qu’il la fixait plus soucieux que jamais. Il ne voulait pas songer au pire mais, ne pouvait non plus d’y songer. Il sentait son cœur battre promptement dans ses vaines, son souffle se faisant plus difficile. Elle lui avoua que c’était pour cela qu’elle était là. Elle lui annonça que l’ambiance au sein de leur maison, cette maison qu’elle avait été sur le point de quitter était tendue. Anarchy se trouvait imprévisible et il avait parfois des accès de colère. Pourtant, d’un coup, il redevenait l’homme qu’elle avait connu mais c’était dur. Elle était perdue, incapable de savoir combien de temps, elle allait tenir ainsi. Elle ne savait pas, pourtant, elle aurait du être heureuse de retrouver son mari après toutes ces années. C’était juste un miracle qu’il soit vivant mais elle n’y parvenait pas. Elle souffla doucement à cette conclusion alors qu’il la regardait avec douceur et fébrilité.

Il comprenait ces tourments, ne pouvait que le faire tant il avait apprit de ses erreurs. Inconsciemment, il s’efforçait de se dégager de cet amour qu’il lui portait pour observer la situation d’un point de vue externe. C’était difficile mais, il se rendait compte qu’Anarchy avait seulement besoin de reprendre ses marques, de se refaire à une vie normale. Le subis qu’il avait vécu était telle qu’il était évident qu’un suivi psychologique ne pouvait qu’être mis en place. Il laissa ses doigts caresser la main de Zoella avec douceur, laissant ses prunelles détailler le délicieux manège que s’échangeaient leurs phalanges. Il avait envie de la prendre dans ses bras, de l’embrasser mais, il n’en fit rien. Cela était encore plus pénible à ses yeux de le faire, tout en sachant qu’il ne pourrait qu’être insatisfait de la voir retourner auprès de son mari. Il vint inspirer profondément, se mordant la lèvre pour murmurait simplement.

« Il arrive parfois que ce qui semble évident, ne l’est pas, Zoe. Anarchy et toi avaient suivis des chemins bien différents depuis votre dernière rencontre. Vous avez vécu tant d’épreuves éprouvantes avec votre lot de douleurs. Tu le pensais mort… on le pensait tous. » Il laissa une courte pause ponctuée ses paroles alors qu’il songeait expressément aux mots qu’il souhaitait prononcer. « Tu a du faire ton deuil, tu étais même sur le point de le faire, de tracer un trait sur votre relation, votre amour… » Elle avait même fini par s’enticher de lui. Lui, qui avait sagement attendu qu’elle soit en mesure de passer à autre chose, reprendre sa vie en main pour se déclarer. Au final, il se trouvait encore plus pris au piège dans ces discours intègres et pourtant si dignes de sens. Il se pinça la lèvre pour contenir son émotion, retenir également les mots qu’il pensait intérieurement, du moins que son cœur criait pour exprimer ceux de sa raison. « Anarchy a besoin de toi. Tu es sans doute celle qui l’a fait tenir, celle en qui il voyait un futur possible. Il est encore bouleversé par ce changement brutal, ce retour à la réalité et il a besoin de toi, de ta douceur. Même si tu ne l’aimes plus, il est important que tu l’aides du mieux que tu le peux. » Il inspira profondément avant de relever son regard vers le sien pour murmurer. « Ça me tue de dire ça, Zoe. J’ai tant attendu que tu traces un trait sur ton passé pour tenter ma chance. Devoir revenir en arrière est cruel et tuant mais, Anarchy est mon ami. Et ce dont il a le plus besoin aujourd’hui, c’est que tu le soutiennes, que tu sois là pour lui. » Il vint glisser sa main dans celle de sa belle pour la prendre contre sa paume, la serer discrètement alors qu’il ajoutait simplement « Je t’attendrai Zoe. Tant que j’ai la certitude que c’est moi que tu veux réellement. Je peux être patient, cela ne me dérange pas, tant que toi, tu sais réellement, ce que tu désires pour toi, ton avenir. »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Jeu 8 Mai - 7:28




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

La présence de Graham suffisait à apaiser la blonde, et le sentir près d'elle à cet instant suffisait à rendre son coeur un peu moins lourd. En quelques années, le jeune homme avait pris une place dans son coeur, dans sa vie, et elle était incapable de vivre sans lui, elle le savait. La douceur de Graham, sa patience, son humour, tout chez lui avait su la séduire et peu à peu, elle était tombée amoureuse du brun. Au début, elle n'avait pas voulu assumer ses sentiments. C'était délicat, Anarchy était toujours porté disparu et il pouvait revenir à tout moment, et en plus, elle s'en voulait. Graham était l'un de ses meilleurs amis, c'était horrible de lui faire ça. Puis quand son mari avait été déclaré mort, elle avait fait son deuil, difficilement, doucement, et elle s'était enfin accordée le droit au bonheur, à l'amour dans les bras du brun. Tout le monde lui disait qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, ça crevait les yeux. Tamsin, surtout, lui répétait sans arrêt qu'elle pouvait bien vivre une belle histoire d'amour, elle avait le droit d'être heureuse et de vivre après Anarchy. En plus, leur couple ne tenait plus à rien quand il était parti. S'il ne s'était pas engagé, ils seraient sans doute divorcés. Et quand ses lèvres avaient rencontrées celles de Graham pour la première fois, elle avait su qu'elle faisait le bon choix, qu'elle prenait la bonne décision en s'autorisant enfin à aimer. Malheureusement, leur bonheur avait été de courte durée. Une semaine après, Anarchy était de retour et les deux avaient pris la décision de s'éloigner l'un de l'autre pour permettre au mari de Zoe de reprendre sa place, sa vie.

C'était dur, et Zoe avait beaucoup de mal, vraiment. Elle souffrait d'être loin de l'homme qu'elle aimait, elle avait du mal à reprendre son rôle d'épouse, de femme aimante avec Anarchy. Comment lui faire croire qu'elle était toujours la même Zoella après toutes ces années ? Les disputes s'enchaînaient et c'est une dispute de trop qui avait conduit la jeune femme dans ce parc où elle avait l'habitude de se promener avec le brun il y a encore quelques mois. Elle lui avait demandé de la rejoindre et il était venu, s'installant à ses côtés sur le banc, sa main près de la sienne. Et ça lui suffisait. Elle n'avait pas besoin de plus, du moins pour l'instant. Elle se confia à lui sur ce qui venait de se passer avec Anarchy, son comportement et elle soupira en disant qu'elle ne savait plus comment faire, comment agir. La jeune femme était perdue, et elle avait besoin de l'aide de Graham. Il l'écouta attentivement et lui répondit avec douceur : « Il arrive parfois que ce qui semble évident, ne l’est pas, Zoe. Anarchy et toi avaient suivis des chemins bien différents depuis votre dernière rencontre. Vous avez vécu tant d’épreuves éprouvantes avec votre lot de douleurs. Tu le pensais mort… on le pensait tous. » Elle baissa la tête et hocha doucement la tête. C'était vrai. Voir revenir son mari qu'elle pensait mort avait été difficile. Elle avait eu du mal à faire son deuil, mais devoir réapprendre à vivre avec lui était presque plus dur. « Tu a du faire ton deuil, tu étais même sur le point de le faire, de tracer un trait sur votre relation, votre amour… » Clairement. La jeune femme avait fini par tourner la page sur sa relation passée. Bien sûr, elle pensait encore à lui et elle n'oubliait pas toutes ces années passées à ses côtés. Ils avaient été heureux, c'était la mort de leur enfant qui avait précipité leur couple dans un gouffre sans fin. Et quand il était parti, faire la guerre, elle avait appris à vivre sans lui et à redevenir une femme qui avait envie de plaire, de vivre. Et elle s'était rapprochée de Graham. Elle releva la tête et son regard se posa sur le jeune homme : " Oui, j'avais fini par aller de l'avant. Après toutes ces années .. Je m'autorisais le droit d'aimer de nouveau, d'être heureuse, sans lui. Et là ... Tout est chamboulé, remis en question. Je dois maintenant retourner en arrière et réapprendre à vivre avec mon mari." Elle soupira avant de conclure : " Et je crois que c'est le plus dur." Graham hocha la tête, il comprenait ce qu'elle ressentait, c'était évident. Elle savait que la situation était loin d'être facile pour lui, et pourtant, il était là à l'écouter parler de son mari, à la conseiller, la soutenir. C'était ce qu'elle aimait chez lui, c'était un homme bon, qui pensait aux autres avant de penser à lui, et les paroles qui suivirent ne firent que la convaincre davantage : « Anarchy a besoin de toi. Tu es sans doute celle qui l’a fait tenir, celle en qui il voyait un futur possible. Il est encore bouleversé par ce changement brutal, ce retour à la réalité et il a besoin de toi, de ta douceur. Même si tu ne l’aimes plus, il est important que tu l’aides du mieux que tu le peux. » Il avait raison, même si ça la tuait. Elle devait rester fidèle à son mari, redevenir une femme aimante, sa femme. Elle devait l'aider à surmonter tout ça, à retrouver sa place ici, à redevenir l'homme qu'ils avaient connus. Graham soupira avant de poser son regard sur elle et de rajouter : « Ça me tue de dire ça, Zoe. J’ai tant attendu que tu traces un trait sur ton passé pour tenter ma chance. Devoir revenir en arrière est cruel et tuant mais, Anarchy est mon ami. Et ce dont il a le plus besoin aujourd’hui, c’est que tu le soutiennes, que tu sois là pour lui. » Sa main se glissa alors dans celle de la blonde, discrètement, et elle ferma les yeux, retenant une larme. Ce simple contact la tuait, parce qu'elle savait qu'elle n'aurait rien de plus. Elle hocha alors la tête et rouvrit les yeux pour le regarder : " Je sais que tu as raison Gram, je dois être là pour lui, je dois l'aider à se remettre de ce qu'il a vécu, à retrouver goût à la vie, et je suis la seule qui peut faire ça. Il n'a plus grand monde à part moi et je n'ai pas le droit de l'abandonner. Même si je ne l'aime plus, même si j'ai envie d'être avec toi. Je dois juste être patiente et rester avec lui pour l'instant. Le temps qu'il guérisse." Et elle savait que ça prendrait du temps. Il était meurtri, physiquement, psychologiquement. Elle n'imaginait même pas ce qu'il avait ressenti, ce qu'il avait vécu là-bas. Il n'en parlait pas, pas encore. « Je t’attendrai Zoe. Tant que j’ai la certitude que c’est moi que tu veux réellement. Je peux être patient, cela ne me dérange pas, tant que toi, tu sais réellement, ce que tu désires pour toi, ton avenir. » Elle sourit à l'homme qu'elle aimait et hocha doucement la tête : " C'est toi que je veux Gram. Je n'ai aucun doute là-dessus, ça fait longtemps que je le sais et je n'ai pas voulu l'admettre plus tôt. Mais je veux être avec toi, je vois mon avenir avec toi. Je veux faire ... un enfant avec toi." Elle se mordit la lèvre, gênée. Ils n'en avaient jamais parlé. Après tout, leur histoire avait été coupée en plein vol et ils n'avaient pas pu faire de plans sur la comète. Mais elle le ressentait tellement, elle voulait une vie avec lui. C'était indéniable. Elle ne pouvait lutter contre ce qu'elle ressentait. " Et je te promets que je ferais tout pour qu'on puisse être ensemble un jour, je ne laisserai personne nous séparer. Je refuse de te perdre, Graham." Savoir qu'il serait patient la rassurait, elle avait craint qu'il ne tente de l'oublier par tous les moyens, pensant leur histoire condamnée.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Ven 9 Mai - 10:48




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Il arrivait parfois que les chemins se séparent. Il était le mieux placé pour en parler tant il avait vécu la même épreuve avec Coleen. Aussi fort avait pu être leur amour, les chemins qu’ils avaient empruntés les avaient inexorablement éloigné l’un de l’autre. Il en avait pris conscience que tardivement lorsque cette évidence s’était présentée à ses yeux. Une évidence cruelle et déchirante qui n’avait pu que meurtrir son cœur et son âme. Il s’était senti trahi, abandonné par celle en qui, il avait placé toute sa confiance, tout son amour. L’amour, un sentiment bien trop complexe et enivrant, qui pouvait rendre fou un homme comme le rendre totalement désespéré. Il avait vécu les deux facettes de ce sentiment, en avait souffert lorsque cette femme avait préféré l’abandonner pour un autre. Il pouvait donc entrevoir la situation complexe dans laquelle se trouvait Zoella. Une situation délicate dans laquelle elle devait faire un choix. Un choix dur et complexe mais auquel elle devait se tenir.

Il savait son cœur sien. Il pouvait entrevoir dans son regard, cette vive affection qu’elle lui portait comme le souhait brulant de venir se perdre dans ses bras. Ils s’étaient tant tournés autour avant de sauter ce difficile pas en se déclarant. Pourtant, aujourd’hui, la distance entre leurs deux cœurs, leurs deux êtres devait être maintenus, par écart à Anarchy. Cet homme qui se trouvait être le mari de sa belle, son ami à lui. Celui dont il s’était senti le plus proche à son arrivé en ville. Celui qu’il avait désirait aider pour qu’il soit en mesure de recoller les morceaux avec sa femme, qu’il aimait en dépit de cette cruelle épreuve qu’ils traversaient. Indirectement, il avait trahi son ami en s’entichant de sa femme et en la courtisant. Il payait dans une certaine mesure, les conséquences de ses actes. Il devait vivre avec cette déchirure en acceptant de laisser cette femme retourner auprès de son époux.

Pourtant, il ne tirait pas un trait sur leur relation, leur amour. Il la laissait retourner auprès de son ami car il avait besoin d’elle, d’un repère, celui qui l’avait fait tenir. Il ne pouvait lui arracher cette lumière qui avait son point de repère, d’espoir pour ne pas se laisser dévorer par la folie. Il était évident qu’il allait falloir du temps pour qu’il se fasse de nouveau à sa vie. Une vie réelle, bien loin de cette pièce où il avait du être enfermé durant tant d’années. Sept ans, sept longues années où on l’avait cru mort… Il pouvait faire ce sacrifice. C’était la moindre des choses qu’il pouvait faire, étant donné les circonstances. Cependant, il comptait garder Zoella pour lui, à la fin. Il attendrait sa belle, tant qu’il aurait la certitude que c’était lui qu’elle désirait. Il pouvait entrevoir son trouble, le comprendre tant il vivait le même dans un sens. Revenir en arrière était pénible et difficile, presque tuant. Elle avait du mal à se faire à l’idée.

Elle comprenait néanmoins qu’Anarchy avait besoin d’elle, qu’elle devait être là pour lui. Elle devait l’aider à retrouver goût à la vie et elle savait qu’elle était la seule à pouvoir le faire. Il n’avait plus grand monde à par elle et elle savait qu’elle n’avait pas le droit de l’abandonner. Elle devait juste apprendre à être patiente et rester auprès de lui, jusqu’à qu’il aille mieux. Aussi cruel pouvait être ses mots à ses yeux, il les écouta avec silence. Il ne pouvait qu’adhérer à ses propos, ayant été celui qui les avaient initiés. Elle vint lui sourire, un de ceux qu’il aimait tant apercevoir sur son visage et face auquel il pouvait passer des heures à la contempler. Elle vint le rassurer sur leur histoire. C’était lui qu’elle voulait, elle n’avait aucun doute à ce sujet. Cela faisait longtemps qu’elle le savait mais elle n’avait pas voulu l’admettre plus tôt. Elle voyait sa vie avec lui, son avenir également en tant que mère. Cette nouvelle le transperça alors qu’il la détaillait avec émotion. Elle voulait un enfant avec lui, cette pensée ne pouvait que le rendre fébrile malgré qu’elle puisse être précoce en vue de leur histoire. Il le voulait tout autant, peut être pas immédiatement mais, il était évident qu’il voyait son futur en tant que de nouveau père. Certes, il avait déjà Philip, ce petit bout de chou qu’il voyait que rarement en vue de la distance qu’il y avait entre eux deux, mais, l’idée était tentante, plaisante.

« J’en suis heureux Zoe. » Vint-il simplement murmurer dans un doux sourire alors qu’il continuait à caresser sa douce main avec dévotion. « J’ai confiance en toi. J’attendrai donc. Le temps qu’Anarchy aille mieux, qu’il puisse faire face à cette réalité. Cela ne va pas être facile pour lui. Je suis le mieux placé pour le savoir. J’ai vécu cette situation… J’ai été à la place d’Anarchy et j’espère être en mesure de le préparer à cette nouvelle. » Il vint inspirer profondément, se souvenant ô combien, il lui avait été difficile d’accepter la cruauté de la chose. Il respira simplement en reportant son attention sur sa belle, pour la détailler avec attention et douceur. Naturellement, son autre menotte vint se glisser contre la joue de cette dernière pour venir dégager son doux visage alors qu’il murmurait. « Il faut juste tâcher d’être prudent durant quelques temps. Anarchy est encore sous le choc et doit chercher ses repères. Il doit être instable. Il faut faire en sorte d’être le plus compréhensif avec lui pour quelques temps. Comment va-t-il ? » Demanda-t-il doucement alors qu’il éloignait déjà sa main de sa joue. Il voyait une personne au loin s’approcher de l’endroit où il se trouvait et il préférait éviter les mauvaises rumeurs autant que possible.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Ven 9 Mai - 17:50




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

Zoella était heureuse que Graham l'ait rejointe, ça signifiait beaucoup pour elle. Il avait pris le risque de la revoir, de la retrouver car il la savait malheureuse et qu'il voulait être à ses côtés comme il l'avait si bien fait ces dernières années. L'avoir à côté d'elle sur ce banc suffisait à ramener en elle un peu de joie de vivre, d'espoir. L'espoir qu'un jour, ils se retrouveraient, ils s'aimeraient au grand jour. Pour l'instant, elle savait qu'elle se devait d'être une épouse modèle, de veiller sur son mari et de l'aider à se remettre de ce qu'il avait vécu, et Graham approuvait son choix, la poussait même à faire ça. Pourtant, elle imaginait aisément que ce n'était pas facile pour lui, pousser la femme qu'il aimait dans les bras de son ami, lui demander de jouer l'épouse parfaite pendant un moment. Elle lui avoua qu'elle avait du mal à jouer ce rôle, à redevenir la Zoe qu'il avait connu parce que les sentiments qu'elle avait pour lui avaient disparu, elle ne savait plus qui était son mari et c'était difficile de sourire devant lui, de prétendre que tout allait bien alors qu'intérieurement elle hurlait. Anarchy était parfois un amour, il semblait doux, heureux d'être à ses côtés et parfois, il était aigri, furieux et sa colère se dirigeait contre elle. Elle assistait en simple spectatrice à tout ça, et elle tentait de tenir le coup. Parce qu'elle l'avait promis au jeune homme. Et d'ailleurs, elle lui redit de nouveau, qu'elle ferait tout pour être à la hauteur, pour soutenir son mari.

Et lorsqu'il lui dit qu'il l'attendrait, son visage s'illumina, elle avait besoin d'entendre ses mots. Comme il avait besoin lui d'être sûr que c'était bien lui qu'elle voulait, ce qu'elle lui confirma par une déclaration d'amour, simple, mais sincère. Les mots sortaient spontanément et elle lui avoua même avoir envie de fonder une famille avec lui. Bien sûr, c'était prématuré, ils n'avaient même jamais pu s'aimer au grand jour, alors parler enfants et mariages, c'était un peu tôt, mais elle en rêvait. Elle rêvait qu'un jour ils pourraient s'aimer aux yeux de tous et que Graham ferait d'elle sa femme, la mère de ses enfants. Le jeune homme avait déjà un enfant d'un précédent mariage, elle le savait mais il n'en parlait que très peu. Le sujet était toujours délicat à aborder et elle n'en parlait finalement que peu avec lui. « J’en suis heureux Zoe. » Sa main continuait de serrer la sienne, et ses doigts caressaient doucement sa paume. Ils se sourirent et restèrent ainsi un moment, les yeux dans les yeux, savourant ce moment. Il n'y avait rien de plus beau au monde et elle le savait, son coeur lui appartenait. « J’ai confiance en toi. J’attendrai donc. Le temps qu’Anarchy aille mieux, qu’il puisse faire face à cette réalité. Cela ne va pas être facile pour lui. Je suis le mieux placé pour le savoir. J’ai vécu cette situation… J’ai été à la place d’Anarchy et j’espère être en mesure de le préparer à cette nouvelle. » Elle grimaça, le peu que Graham avait parlé de sa femme, elle avait compris que sa carrière de militaire avait précipité le divorce. Absent, en mission, Graham était que trop peu présent et sa femme avait fini par le tromper. Lorsqu'il était revenu, le brun n'avait plus sa place et ils avaient divorce, laissant au militaire un goût amère dans la bouche. Elle savait que ce souvenir le hantait, elle le voyait dans son regard, dans les traits de son visage, soudain tirés, las. " Et je ferais tout pour qu'il accepte, pour qu'il comprenne. Je sais que ça sera difficile pour lui mais ... Il comprendra. Anarchy est un homme bon, il a un grand coeur et je sais que même s'il souffrira, il acceptera de me voir aimer un autre homme. Même toi. " Bien entendu, il faudrait du temps. Des mois, un an, peut-être plus avant qu'il se sente mieux, avant qu'il n'accepte mais les deux s'aimaient et ils étaient prêts à attendre. Zoella était prête à se battre pour Graham et elle ferait donc de son mieux pour aider son mari à se remettre. " Je sais que c'est dur pour toi Graham, et je te remercie pour ta patience. Je ne te l'ai jamais dit mais tu as agi comme un homme merveilleux. Peu d'hommes se seraient sacrifié comme tu l'as fait. Je sais ce que ça te coûte de me voir retourner aux côtés de mon mari, et pour ça, je vois à quel point tu es un homme bon, un ami loyal, et je ne peux que t'aimer davantage pour tout ça." Il caressa alors doucement sa joue et elle lui sourit avec douceur, tendresse. Le contact de sa main contre sa peau provoquait en elle quelques frissons et elle ferma un instant les yeux.

« Il faut juste tâcher d’être prudent durant quelques temps. Anarchy est encore sous le choc et doit chercher ses repères. Il doit être instable. Il faut faire en sorte d’être le plus compréhensif avec lui pour quelques temps. Comment va-t-il ? » Il dégagea sa main alors que des passants approchaient d'eux, et elle s'écarta doucement de lui. Ils s'étaient rapprochés inconsciemment l'un de l'autre. Elle soupira doucement et haussa les épaules : " Il va mal, il souffre beaucoup. Il se réveille chaque nuit, il fait des cauchemars, c'est horrible, j'en ai mal pour lui." Du coup, ses nuits à elle aussi étaient courtes, lassantes, elle était épuisée et elle en venait même parfois à gagner le sofa du salon pour s'y réfugier et dormir quelques heures. " Les médicaments qu'il prend sont forts et il a des pertes de mémoire, des troubles du comportement. Il peut être doux comme un agneau avant de s'énerver brutalement. C'est assez ... troublant. Parfois, il me fait peur. Mais j'essaie de tenir pour lui. Il dit que je suis celle qui l'a fait tenir debout quand il était ... là-bas." Elle baissa la voix en prononçant ses derniers mots comme si elle craignait qu'un malheur arrive. Anarchy avait tenté de lui parler, de lui raconter mais à chaque fois, des crises d'angoisse l'empêchait d'aller au bout. Il avait du tellement souffrir. " Je n'ose même pas imaginer ce qu'il a pu subir. Heureusement que tu n'es plus là-dedans, je n'aurais pas supporté Graham." De nouveau, elle laissa sa main glisser vers la sienne pour effleurer ses doigts, discrètement.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Dim 11 Mai - 11:12




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Il était heureux de l’aveu qui venait de fouler les lèvres si délicates de sa belle Zoella. Il était amoureux d’elle depuis tant d’années, qu’il était évident qu’il avait prévu de faire sa vie à ses côtés. Sinon, pourquoi serait-il resté si patiemment à ses côtés durant tant d’années ? Il avait veillé sur elle avec dévotion et amitié. Il s’était cantonné à cette place d’ami pour la soutenir et être là lorsqu’elle s’était sentie acculée par la tristesse, la détresse d’avoir perdu son ami. En homme digne et intègre, il avait attendu de longues années avant de tenter sa chance. Sept longues années passées à ses côtés afin de lui donner les moyens de continuer d’avancer, de tracer un trait sur son passé et de se construire un nouvel avenir, auprès d’un autre. Bien entendu, il avait cherché à faire parti de ce futur, le contraire aurait été résolument déconcertant. Il la voulait depuis tant d’années, comment aurait-il pu la laisser à un être, tout en sachant qu’il pourrait la rendre heureuse, qu’il l’avait fait rire et réveillé la femme qui était en elle, grâce à ses attentions et paroles ?

Pourtant, aujourd’hui, en dépit de tout ce bel avenir qui s’était tracé sous ses yeux lorsque ses lèvres avaient frôlé les siennes pour la toute première fois, en sept ans d’amitié, il faisait machine arrière. Par amitié et égard pour son ami détruit par ses années de captivité, il la laissait retourner auprès de cet homme, son premier amour. Le risque qu’il prenait à cet instant était énorme, dangereux. Il ne pouvait nier être effrayé par cette idée. Il allait devoir accepter de la voir jouer l’épouse modèle auprès d’Anarchy. Peut être même qu’elle finirait par reprendre goût à l’être auprès de cet ami, qui était son ami. Rien ne pouvait le certifier que ce ne serait pas le cas, que cette magnifique femme ne finirait pas par retourner auprès de son époux initial. Il voulait néanmoins lui faire confiance. Il attendrait donc le temps qu’il faut. Les paroles qu’elle venait de lui tendre, lui donnait de sérieuses raisons de continuer d’espérer, qu’elle finisse par occuper cette place, qui se trouvait à ses côtés. Il fallait laisser du temps au temps, donner les moyens à Anarchy de se refaire à sa nouvelle vie et comprendre que sa femme, celle qu’il avait laissé derrière lui, avait changé, avancé durant son absence, cette mort mentale qu’on lui avait imposé. Graham n’était pas à l’aise dans sa position actuelle, ne l’avait nullement été depuis qu’il s’était rendu compte qu’il était tombé sous le charme de la femme d’un ami. Il y avait une certaine fatalité même. Du moins, il fallait le croire. A défaut de pouvoir revenir en arrière et ne pas tomber amoureux de Zoella, il voulait au moins être en mesure de préparer Anarchy à cette idée. C’était le moins qu’il pouvait faire afin d’expier ce malaise qui l’avait toujours habité depuis que cet amour s’était imposé à ses yeux.

Zoella vint appuyer ces dires. Elle ferait tout pour qu’il accepte, comprenne leur relation. Cela sera difficile pour lui mais il finira par comprendre. Anarchy était un homme bon, au grand cœur et que quand bien même souffrira-t-il de cela, il acceptera de la voir aimer un autre homme, même lui. Il n’était pas aussi sur que la belle à ce sujet. Il était le mieux placé pour comprendre ce qui pouvait ressentir, un mari abandonné. Le mari actuel de Coleen avait également été un ami, un de ceux qu’il s’était fait au lycée et qui avait suivi le même diplôme que son ex-épouse. Depuis, ce jour, il n’avait de cesse de se questionner à son sujet. Avait-il été sincère avec lui ou avait-il toujours eu le désir de lui volé Coleen. Voler. C’était résolument le terme pour expliquer ce qu’il s’était passé. Il avait merdé également mais, s’il n’avait pas été là, sans doute que leur couple aurait pu s’en sortir. Il y avait cru durant de très longs mois, années. Cela lui laissait malheureusement un gout amer qu’il ne parvenait à effacer.

Patience telle était la maitresse de la vertu. Il devait se plier à cette dernière, supporter les tourments qu’elle engendrait également. Zoella l’aimait encore plus pour cela et cela lui suffisait, du moins pour le moment. Il était donc venu caresser doucement sa joue, inconsciemment et également parce qu’il avait besoin de la toucher, la frôler de cette façon. Un geste bien trop court alors qu’il venait prendre des nouvelles de son ami. Il devait également aller à sa rencontre de nouveau, par amitié et également pour savoir ce qu’il ressentait. Anarchy s’était ouvert à lui et peut être qu’il pourrait être en mesure de continuer à comprendre ce qu’il ressentait également ? Il allait mal d’après Zoella. Il se réveilla chaque nuit à cause des cauchemars. C’était horrible pour elle, elle en avait mal pour lui.

Il prenait également des médicaments très forts et à cause de cela, il avait des pertes de mémoire, des troubles du comportement. Il pouvait être doux avant de s’énerver brutalement. C’était assez troublant. Il lui faisait peur mais elle essayait de tenir pour lui car elle était celle qu’il l’avait fait tenir quand il se trouvait là-bas. Il y avait rien d’étonnant à tout cela. Elle était sa femme et il l’aimait lors de son départ, même s’il se trouvait très maladroit, perdu. Elle avait du être le seul élément qui l’avait empêché de devenir fou, perdre tout espoir. C’était souvent une technique très utilisée par les ravisseurs. Rendre fou ses prisonniers pour les tuer psychologiquement. C’était un art même en matière de guerre. Il n’osait imaginer ce qu’il avait pu traverser, il ne préférait pas. Il avait évité cette souffrance même lorsqu’il était sur le terrain. Fort heureusement, l’armée était de l’histoire ancienne et il se faisait à sa nouvelle vie de dirigeant d’une librairie qu’il avait ouvert pour son père, afin de lui donner des moyens de reprendre sa vie en main. C’était une lutte de tous les jours mais, il ne s’en plaignait pas. Il parvenait à retrouver son père, celui qui l’avait tant passionné dans son enfance.

« Je vois… » Souffla-t-il dans un murmure alors qu’il venait de nouveau caresser tendrement les phalanges de son amie. « Cela ne doit pas être simple pour toi, de gérer une bombe à retardement. » Il fit une pause pour remonter son regard vers le sien, inquiet. « Si les médicaments sont trop fort et ont un tel effet. Il faut qu’il retourne consulter. Les doses ne sont pas comme il faudrait qu’elle le soit. Ce n’est pas étrange. C’est même fréquent en maladie psychiatrique. Il a vécu un lourd traumatisme et il faudra du temps pour que ça aille mieux. Ces signes ne sont pas à prendre à la légère, Zoe… » En gros, il lui demandait d’appeler son médecin pour son mari. Peut être que ce dernier n’avait pas le courage de le faire, en voulant croire qu’il pouvait gérer tout cela facilement. « Il le faut pour sa sécurité et la tienne… » Il avait murmuré cela en venant serrer plus fermement sa main en l’observant, le regard profond et intense. Il n’aimait pas l’idée de la savoir auprès d’un mari instable et perdu. Il espérait qu’il ne lui ferait rien de mal mais, les absences qu’elle mentionnait, ne lui disait rien qui vaille. Il fallait qu’il consulte, de nouveau. Il ne fallait pas laisser trainer, tout simplement.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Lun 12 Mai - 5:15




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

La jeune femme se sentait plus sereine quand Graham était à ses côtés, il avait ce pouvoir sur elle, cet effet apaisant et elle aimait plus que tout être avec lui. Elle avait réappris à être femme avec lui, à apprécier séduire, à aimer sentir son regard posé sur elle, sur ses courbes vaporeuses. Elle avait réappris à rire, à ses blagues, à ses paroles, à tout ce qu'il pouvait dire. Elle avait réappris à faire confiance, à ouvrir son coeur par sa douceur, ses attentions. Graham, elle l'avait dans la peau, c'était un fait et c'était horrible de se dire qu'elle ne pouvait pas être avec lui. Ils s'aimaient, c'était une évidence, ils s'aimaient atrocement mais pour l'instant, ils n'avaient pas le droit d'être ensemble, pas le droit de s'aimer. C'était comme ça, et pas autrement. Elle en souffrait mais ils s'étaient promis de faire passer Anarchy avant le reste. Son mari, l'ami de Graham avait besoin d'eux, sans eux, que lui restait-il ? Qui lui restait-il ? Pas grand-monde. Alors, ils avaient renoncé l'un à l'autre, après un seul petit baiser frustrant. Mais aujourd'hui, la jeune femme ne regrettait pas ce baiser et elle était plutôt contente qu'il n'y ait eu qu'un baiser. Si ils avaient commencé une relation ensemble, ils ne se seraient aimés que davantage et leur sacrifice n'aurait été que plus difficile à supporter.

Pour autant, ils s'étaient promis de s'attendre, de se retrouver, un jour, quand la situation leur permettrait, et la jeune femme renouvela sa promesse, lui avouant qu'elle ne voyait l'avenir qu'avec lui. Elle avait envie de construire avec lui. Elle se voyait de nouveau mère, peut-être épouse. Bien sûr, c'était tôt pour faire tous ses projets, mais c'était sa manière à elle de s'accrocher ,de garder espoir qu'un jour, ils seraient ensemble. Elle voulait le croire. Elle se battrait pour ça. Elle lui parla alors un peu d'Anarchy, de ses crises, des médicaments qu'il prenait. Elle lui avoua avoir un peu peur de ses colères, lui confiant que parfois il était doux, adorable, comme avant, comme l'Anarchy du début mais que parfois, il lui faisait peur. Vraiment. Graham soupira doucement et une ride d'anxiété barra son front un instant. « Je vois… » Il caressa doucement les doigts de la jeune femme comme pour lui montrer qu'il était là avant de continuer : « Cela ne doit pas être simple pour toi, de gérer une bombe à retardement. » Zoe haussa les épaules et se mordit les lèvres en secouant la tête. Non, c'était loin d'être simple, d'être évident. Elle tentait de ne jamais dire un mot plus haut que l'autre, elle faisait toujours attention à ce qu'elle allait dire, mais c'était pas toujours le cas. Parfois, elle explosait, à défaut d'imploser. " Non, j'ai du mal. Aujourd'hui, j'avais besoin de souffler. C'est pour ça que je suis venue ici, je ne m'imaginais pas rester une minute de plus dans cet appartement." Elle soupira et Graham accentua sa pression, serrant sa main dans la sienne. Sa chaleur lui fit du bien et elle lui sourit tandis qu'il parlait : « Si les médicaments sont trop fort et ont un tel effet. Il faut qu’il retourne consulter. Les doses ne sont pas comme il faudrait qu’elle le soit. Ce n’est pas étrange. C’est même fréquent en maladie psychiatrique. Il a vécu un lourd traumatisme et il faudra du temps pour que ça aille mieux. Ces signes ne sont pas à prendre à la légère, Zoe… » Elle baissa la tête, elle savait qu'il avait raison. Graham était bien placé pour parler de ça, il avait vécu l'armée, il avait connu des gens comme Anarchy, il savait ce que les missions pouvaient faire, et plus encore quand ça tournait mal. " Oui ... Tu as raison. Je sais que ce n'est pas normal, ses réactions, son sommeil trop agité. Je sais qu'il souffre, qu'il a mal, qu'il revit mentalement ce qu'il a vécu là-bas. Parfois, il crie la nuit, et je sais qu'il se repasse en boucle ce qu'il a pu vivre, inconsciemment. Ca me tue de le voir comme ça. J'aimerais tellement qu'il s'en sorte, qu'il puisse oublier, aller de l'avant. Je sais qu'il vient de revenir, qu'il faudra du temps ... Mais, c'est dur." Elle soupira avant d'ajouter fermement : " J'appelerais le médecin demain à la première heure. J'espère que Anarchy comprendra." Graham hocha doucement la tête : « Il le faut pour sa sécurité et la tienne… » Elle frissonna malgré elle, elle craignait parfois qu'il ne devienne dangereux. Pourtant, c'était Anarchy, son premier amour, son mari. Elle le connaissait par coeur. Mais aujourd'hui, elle ne savait plus vraiment qui il était, et ça, ça la terrifiait. " Je fais de mon mieux pour que tout se passe bien, tu sais. J'essaie vraiment. Mais j'ai peur de pas être à la hauteur. De pas m'y prendre correctement." Elle craignait parfois de s'emporter, de lui dire ses 4 vérités, de crier, ... Elle ne voulait pas le brusquer, loin de là. Elle voulait que tout se passe bien. C'était son seul désir.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Ven 23 Mai - 19:19




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Il était inquiet. C’était un fait contre lequel il ne pouvait point lutter. Ce sentiment lui taraudait le cœur et l’esprit, tant il tenait à cette femme dont il caressait si obligeamment les phalanges. Une femme, dont il était profondément épris, qu’il désirait sienne, mais qui demeurait si inaccessible encore à ce jour. Il n’aimait pas la savoir auprès d’un homme, qui pouvait à tout instant devenir violent, lever la main sur elle. Malgré l’amitié qu’il avait pour Anarchy, son âme ne pouvait l’imaginer, le concevoir et encore moins, l’accepter. Il était évidant que son ami avait besoin de reprendre ses esprits, de se faire à ce retour à la réalité. Ce qui ne devait pas être aisé. Cela devait lui demander beaucoup de forces et de courage. Il fallait qu’il rapprenne à vivre, à trouver un équilibre. Zoella était résolument la plus disposée à le remettre sur le droit chemin, lui rapprendre à vivre. Cela n’était pas simple, il le voyait, l’entrevoyait dans le discours de l’élue de son cœur qui, lui exprimait, qu’elle avait du mal. Elle avait besoin de souffler, de s’aérer la tête. Elle était venue ici dans cette ambition, avait demandé à le voir, car elle se sentait trop acculée au sein de cet appartement où elle avait aménagé il y a quelques mois. Il comprenait et c’est tout naturellement que sa main était venue serrer plus fermement et tendrement celle de sa belle.

Si les médicaments étaient trop forts, il fallait absolument qu’il retourne voir son médecin. Il s’agissait d’une étape obligatoire s’il désirait reprendre ses esprits dans les meilleures conditions. Ces absences n’étaient nullement rassurantes et pouvaient même se trouver dangereuses, autant pour son ami, que pour celle qui se trouvait à ses côtés. Il vint naturellement lui faire part de ses pensées. Il était le mieux placé pour entrevoir pleinement la situation dans laquelle, son ami se trouvait. Il avait tant vu de ses camarades être ainsi troublé après une période de captivité, en tant que prisonnier. Il fallait juste être patient, présent et à l’écoute. Cela allait prendre du temps, c’était indéniable, mais c’était inévitable s’ils souhaitaient donner les moyens à son ami de s’en sortir. Elle acceptait de suivre son conseil, lui promettant fermement qu’elle appellerait le médecin demain à la première heure, tout en espérant qu’Anarchy ne lui en tirerait pas rigueur. Il le fallait autant pour sa sécurité que la sienne. Elle faisait de son mieux pour que tout se passe bien. Elle essayait vraiment, mais elle avait peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas s’y prendre correctement. Cette crainte était légitime, humaine même.

« Tu es humaine, Zoella… »
Murmura-t-il doucement avant de prendre une pause pour poursuivre « Tu as tes limites et cette situation est toute aussi complexe autant pour lui… que pour toi. Vous devez rapprendre à vivre ensemble, ce n’est pas simple. Tu as le droit de craquer, d’avoir besoin de respirer parfois… Je serai là. Pour toi ! » Vint-il délicatement murmurer dans une voix douce et tendre tandis qu’il portait cette main contre ses lèvres pour l’embrasser avec dévotion. Son regard se fit profond et passionné alors qu’il la détaillait avec tendresse. « Quoi qu’il advienne, tu pourras compter sur moi. Alors n’hésites pas à m’appeler lorsque tu ressens le besoin de parler… te changer les idées quelques heures… » Il laissa trainer sa phrase quelques secondes avant de poursuivre doucement « Je ne veux pas que tu supportes cela toute seule, Zoe… Je veux pouvoir te rassurer, te conseiller et t’aider. J’irai le voir dans quelques jours, le temps qu’il se refasse à sa nouvelle vie. Je suis son ami… beaucoup de points communs nous rapprochait avant… peut-être que je pourrais également le soutenir et l’appréhender à accepter ce lien, qui nous lie… »

Il vint naturellement lui sourire doucement alors qu’il faisait glisser de nouveau leurs mains jointes contre sa cuisse, à l’abri des regards indiscrets, murmurant doucement. « Tu ne seras pas seule dans cette épreuve, je ne te laisserai pas tomber. Je serai là pour toi ! »


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Sam 24 Mai - 0:20




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

Appeler Graham était devenue presque une obligation. Elle avait besoin de lui, c'était atroce à quel point elle avait besoin de sa présence. Ses paroles, sa douceur, rien que sa main qui caressait la sienne suffisait à la rendre plus heureuse. Elle se sentait déjà plus sereine, plus légère, et elle ne regrettait pas d'avoir fui à Cardiff pour quelques heures et de l'avoir appelé à l'aide. Pourtant, elle s'était promis de rester aussi loin que possible de lui. Après tout, elle savait qu'elle lui imposait une situation difficile, elle était retournée près de son mari pour l'aider et l'avait laissé lui dans l'arrière-plan. Bien entendu, Graham avait approuvé sa décision, et même l'avait aidé à faire ce choix Sans lui, elle ne sait pas si elle aurait été capable de retourner près d'Anarchy. La vie commune était difficile. A l'hôpital, elle avait cru que les choses seraient simples. Anarchy semblait tourmenté, mais heureux d'être là, heureux de la retrouver surtout et elle avait réellement cru que ça irait à peu près. Mais le jeune homme était taciturne, tourmenté, agressif, renfermé. Ils se disputaient beaucoup, du moins elle le laissait s'énerver et tentait elle de garder son calme. Même si c'était parfois difficile. Aujourd'hui, elle avait craqué, elle était sortie de ses gonds et Anarchy avait quitté l'appartement, et elle avait fait de même, préférant être seule, loin de lui, au moins quelques heures. Graham l'avait rejoint et elle put ainsi se confier à lui.

Jamais, elle n'avait trouvé oreille aussi attentive que le jeune homme dont elle s'était éprise. C'était sans doute ce qui l'avait fait tomber amoureuse. Sa douceur, son attention, son humour aussi. Graham avait toutes les qualités qu'elle pouvait rechercher chez un homme et il lui apportait beaucoup. Les dernières années de son mariage avaient été difficiles et son couple ne tenait plus qu'à un fil lorsque Anarchy avait été envoyé en mission. Graham avait veillé sur elle, avait essuyé ses larmes, souvent, l'avait aidée à consolider, réaliser ses rêves. C'était grâce à lui qu'elle avait ouvert sa librairie, qu'elle avait trouvé la force de le faire. Il lui avait aussi donné l'envie de redevenir une femme, de plaire, de se sentir désirable. Et le charme du jeune homme avait fait le reste. Ils étaient tombés amoureux et Anarchy était rentré de mission. On le croyait mort et il revenait d'entre les morts, après une expérience terrible. Bien entendu, Zoella avait tout de suite promis qu'elle s'occuperait de son mari. Après tout, ils avaient vécu plein de choses et elle se refusait à le laisser ainsi. Mais c'était difficile, et c'est ce qu'elle avoua au brun. Il soupira et hocha doucement la tête : « Tu es humaine, Zoella… » Elle soupira doucement et haussa les épaules. Ces derniers temps, elle avait l'impression plutôt d'être une martienne. Compliqué, ce qu'elle ressentait. Elle avait l'impression de tout faire de travers, de ne plus se sentir à sa place près de son mari, d'être différente. « Tu as tes limites et cette situation est toute aussi complexe autant pour lui… que pour toi. Vous devez rapprendre à vivre ensemble, ce n’est pas simple. Tu as le droit de craquer, d’avoir besoin de respirer parfois… Je serai là. Pour toi ! » Un sourire vint éclairer le visage de la blonde. Elle était pâle, ses traits étaient tirés et les cernes venaient abîmer son joli visage, lui donnant quelques années de plus. Graham déposa un baiser sur sa main et elle se laissa faire, laissant un instant sa tête frôler les épaules du brun. " Merci Graham, je ne sais pas ce que je ferai sans toi. Tu m'aides tellement, et rien que de savoir que tu es près de moi me rend plus forte. Je sais que j'ai mes limites et aujourd'hui ... Je crois que j'ai craqué, j'avais besoin de partir, de m'isoler, d'être loin de lui. Comme tu dis, nous devons réapprendre à vivre ensemble avec Anarchy. Il a vécu seul pendant des années, enfermé dans une prison, et moi ... J'avais déjà l'impression d'être seule avant même son départ." Elle soupira doucement et haussa les épaules : " Mais je vais tenir, je vais essayer d'être plus forte." Elle sourit et caressa un instant le visage du brun, elle mourrait d'envie de l'embrasser, de se blottir dans ses bras. Elle n'avait envie que de ça et elle ne pouvait pas. Elle devait se contenter de ce chaste baiser, de cette proximité tentante. Mais elle patienterait, elle attendrait. « Quoi qu’il advienne, tu pourras compter sur moi. Alors n’hésites pas à m’appeler lorsque tu ressens le besoin de parler… te changer les idées quelques heures… » Il marqua une courte pause avant de continuer : « Je ne veux pas que tu supportes cela toute seule, Zoe… Je veux pouvoir te rassurer, te conseiller et t’aider. J’irai le voir dans quelques jours, le temps qu’il se refasse à sa nouvelle vie. Je suis son ami… beaucoup de points communs nous rapprochait avant… peut-être que je pourrais également le soutenir et l’appréhender à accepter ce lien, qui nous lie… » Zoe hocha doucement la tête, c'était une bonne idée. Puis au moins, elle pourrait en profiter pour sortir un peu, passer du temps avec Nora. Sa meilleure amie savait comment la faire rire. Puis, Anarchy avait besoin d'un ami, elle le ressentait. Il n'était pas toujours lui-même avec elle, il n'osait pas tout dire. Peut-être que parler à Graham l'aiderait. " Je veux bien Graham, Anarchy t'as toujours considéré comme un modèle, il t'apprécie énormément et je pense que ça lui fera du bien de pouvoir compter sur toi. Je n'en doute pas. Et je t'avoue que ça me soulagerait aussi. De savoir que tu es là, que je peux moi aussi m'appuyer sur toi. J'ai vraiment besoin de toi Graham, je sais que toute seule, je n'y arriverais pas." Elle souffla doucement et apprécia la main du jeune homme qui de nouveau prenait la sienne discrètement. Elle sourit et il lâcha à voix basse : « Tu ne seras pas seule dans cette épreuve, je ne te laisserai pas tomber. Je serai là pour toi ! » Elle mourrait d'envie de l'embrasser, juste pour le remercier, juste pour lui prouver à quel point elle l'aimait. Graham avait les mots qu'il fallait, les mots qu'elle avait besoin d'entendre. " Je n'hésiterai pas Graham, je sais que tu seras là pour moi, je n'ai aucun doute là-dessus. Tu es présent depuis tant d'années déjà. Je te remercie pour tout ce que tu fais pour moi, pour ce que tu m'apportes. Je sais que ta présence sera précieuse pour moi." Elle caressa doucement la main de l'homme qu'elle aimait.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Ven 13 Juin - 21:14




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Un sourire. Un seul sourire de la jeune femme parvenait à apaiser quelque peu son inquiétude, vis-à-vis des traits tirés de cette dernière. Une angoisse tout à fait légitime de la part de l’élue de son cœur, qui traversait une situation ô complexe. Il imaginait à peine ce qu’elle était en train d’endurer. Il ne préférait nullement avoir plus de détails à ce sujet tant cette pensée ébranlait son âme. Il n’aimait pas cela, mais se trouvait impuissant. Il se contentait d’être là, à défaut de pouvoir faire plus. Il la laissa donc s’appuyer sur son épaule, sa tête délicatement poser contre ses biceps. Elle le remercia de nouveau, lui rappelant qu’elle ne saurait pas ce qu’elle ferait sans lui. Il l’aidait tellement et rien que le fait de savoir qu’il était près d’elle ne la rendait que d’autant plus forte. Des paroles ô douces qui ne pouvaient que le ravir, heureux de lui être d’une quelconque aide en dépit de son inaction physique. Il se trouvait piégé, entre deux pensées diamétralement opposées en s’efforçant de faire de son mieux pour faire ce qui semblait le mieux, en vue de la situation.

Elle lui fit part de ses états d’âme, lui signifiant qu’il avait raison sur toute la ligne et qu’il fallait qu’elle et Anarchy se réhabituent à vivre ensemble. Pourtant, elle avait déjà l’impression d’être seule avant même son départ. Une réalité qu’il n’avait pu que comprendre et dont il avait souhaité alarmer son ami en dépit des curieux sentiments, qui s’étaient accaparé son cœur vis-à-vis de la belle femme de son ami. Il la sentit hausser des épaules en soupirant doucement. Elle allait tenir, elle allait essayer d’être plus forte. Il espérait que ça finirait par aller mieux parce qu’il désirait que son ami se porte mieux et finisse par contre que le cœur de Zoella n’était plus à lui. Il espérait qu’il l’accepterait et qu’enfin, Zoella et lui puissent enfin vivre leur amour au grand jour. Il sentit les phalanges de sa belle se choir sur son visage, le caressant avec douceur.

Une caresse qu’il apprécia, tournant son visage vers le sien pour plonger son regard dans celui si envoutant de la femme qu’il aimait. Il mourrait d’envie de l’embrasser, tout autant qu’elle ne pouvait le vouloir. Il pouvait clairement lire dans ces prunelles que cette ambition était commune, mais ils n’en firent rien. À la place, il lui promit d’être toujours là pour elle, quoiqu’il advienne et qu’il voulait l’aider, la soutenir dans cette épreuve. Il lui fit également la promesse d’aller voir son ami pour tenter de l’aider également à se refaire à une vie normale, loin de cet enfer qu’il avait vécu. Ils étaient très proches à l’époque, il espérait être de nouveau, un ami sur lequel il pourrait s’appuyer, même s’il était fort à parier qu’Anarchy ne se ferait pas facilement à l’idée qu’il avait perdu la femme de sa vie. Pourrait-il lui pardonner d’avoir cru à sa mort et d’avoir tenu sept ans avant d’initier la moindre action de séduction ? Serait-il en mesure de comprendre qu’il avait attendu qu’elle ait tourné la page sur leur vie, leur histoire avant de se lancer à la conquête de son cœur ? Tant de questions auxquelles il ne pouvait répondre. Seul le temps saurait lui donner raison ou tors.

Quoi qu’il en soit, Zoella sembla bien accueillir sa proposition, lui avouant qu’elle voulait bien qu’il se rapproche d’Anarchy, car il l’avait toujours considéré comme un modèle, un ami. Elle pensait que ça lui ferait du bien de pouvoir compter sur lui et que cela la soulagerait également. Le simple fait de savoir qu’il serait là, qu’elle pourrait s’appuyer sur lui, elle en avait besoin, car elle ne pouvait y parvenir seule.

Il vint naturellement lui serrer la main avec douceur pour lui donner du courage, qu’elle se sente en sécurité. Elle ne serait pas seule dans cette épreuve, il serait là, il lui en faisait la promesse. Elle n’hésiterait pas à le contacter, elle savait qu’il serait là, elle n’avait aucun doute à ce sujet. Après tout, cela faisait tant d’années qu’il était présent pour elle. Elle le remerciait pour tout ce qu’il faisait pour elle, pour ce qu’il lui apporter, car sa présence serait toujours précieuse pour lui. Des mots qui ne purent que le fit sourire délicatement tandis qu’il la regardait caresser sa main de ces douces phalanges délicates. Il ne dit mot, ne sachant que répondre aux mots de sa belle. Que pouvait-il rajouter de plus à ces paroles si bienveillantes et emplies d’amour muet qu’ils s’étaient échangées depuis le début de leur rencontre en ses lieux. Il vint jouer délicatement avec ses doigts avant de murmurer simplement dans un ton doux :

« Si tu as besoin d’un peu de calme, nous pouvons rester là, Zoella. Je resterai à tes côtés pour te donner une épaule solide sur laquelle te reposer. Tu sembles résolument épuisée. Nous pouvons aller ailleurs, si tu veux un peu plus d’intimités pour te reposer. Même si c’est un endroit reculé vis-à-vis de la ville, tu ne pourras peut-être pas te reposer convenablement. » Il fit une pause en se mordillant délicatement la lèvre avant de murmurer. « Enfin, peut-être dois-tu déjà retourner en ville, rejoindre Anarchy… »

Il laissa sa phrase en suspens, se sentant légèrement frustré par cette idée malgré lui. Il lui était difficile de la partager alors qu’il l’avait contre lui, tout contre son torse presque. Il avait envie de l’enserrer, qu’elle puisse se reposer, mais peut-être devait-elle déjà partir, pour ne pas rendre son absence suspecte. Cette idée lui déplaisait, mais semblait cohérente. C’est pour cette raison qu’il se contenta de lui sourire avec douceur tout en camouflant cette légère frustration qui s’installait dans ses entrailles. Il vint simplement caresser ses doigts, attendant tout simplement sa réponse, tout en espérant qu’elle pourrait rester à ses côtés, du moins encore quelques minutes, voir heures.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Rumour has it
avatar
pnj
vos messages : 151
Date d'inscription : 18/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Sam 14 Juin - 10:58

La poche qui buzz, le bruit de l'alarme pour les messages qui sonne et deux amants qui essayent de se la jouer incognito.


Zoella:
 

      CREDIT > CHAUSSETTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://commehier.forum-canada.com
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Lun 16 Juin - 5:17




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

La jeune femme savourait ce moment partagé avec Graham. Il lui faisait du bien, c'était une évidence. Elle s'était privée de lui depuis le retour de son mari et même si le jeune homme lui manquait, elle tenait bon. Elle savait qu'il voulait qu'elle aide Anarchy à reprendre goût à la vie, à se remettre en selle. Et elle n'envisageait de toute façon pas de laisser son mari comme ça. Même si les choses étaient difficiles entre eux, il avait besoin d'elle et elle serait là pour lui. Zoella était comme ça, de nature douce et généreuse, à penser toujours à autrui. Sa meilleure amie lui avait conseillé de quitter Anarchy pour vivre son histoire d'amour avec Graham. Mais elle ne l'avait pas fait, elle avait préféré écouter Graham et rester avec Anarchy le temps de l'aider, le temps qu'il se remette. Quand il irait mieux, elle verrait pour le quitter. Mais, elle savait que ça prendrait du temps, et elle avait peur de craquer. C'est ce qu'elle confia à l'homme qu'elle aimait qui lui tenait doucement la main, caressant avec douceur ses phalanges rougies par le vent qui soufflait doucement. Elle savourait chaque moment en sa compagnie et ses mots réparateurs, ses conseils rassurants. Elle pouvait sentir son inquiétude lorsqu'elle lui parla de tout : sa douleur à elle, sa difficulté à revivre avec cet homme qui était son mari, les crises de colère de ce dernier, leurs disputes. Il la regarda et souffla doucement : « Si tu as besoin d’un peu de calme, nous pouvons rester là, Zoella. Je resterai à tes côtés pour te donner une épaule solide sur laquelle te reposer. Tu sembles résolument épuisée. Nous pouvons aller ailleurs, si tu veux un peu plus d’intimités pour te reposer. Même si c’est un endroit reculé vis-à-vis de la ville, tu ne pourras peut-être pas te reposer convenablement. » Elle aimerait tellement, oui. C'était exactement ce dont elle avait besoin. Des moments auprès de lui, pour se reposer, pour se sentir revivre, heureuse, légère. Voilà ce qu'elle désirait. " Oui, je ... J'aimerais beaucoup mais ... " La même pensée sembla les traversa puisqu'il la coupa avec douceur : « Enfin, peut-être dois-tu déjà retourner en ville, rejoindre Anarchy… » Elle soupira de nouveau et hocha doucement la tête. Elle lui avait laissé un mot lui disant qu'elle sortait un peu, pas qu'elle ne reviendrait pas avant le lendemain, ou cette nuit. " Oui, je crois que ça serait une mauvaise idée de le laisser seul trop longtemps. Mais peut-être que cette semaine, on pourrait se réserver une journée pour nous deux. Cela nous ferait du bien." Elle esquissa un mince sourire et posa sa main sur le genou de brun. Elle resta un instant silencieuse, savourant ce moment, lorsque la sonnerie de son téléphone la fit sursauter. Elle retrouva sa main, laissant le genou de Graham et s'empara de son téléphone. Un sms d'un numéro masqué. Son visage se figea en parcourant les quelques mots. Oh qu'est-ce que c'est dur l'amour ma petite zozo! A ton avis, il dirait quoi ton cher et tendre mari si un jour, il apprenait l'existence de Graham dans ta vie? Elle grimaça et tendit le téléphone à Graham : " Regarde." Elle baissa le regard et s'écarta doucement du brun. Qui pouvait être cette personne ? Qui pouvait lui envoyer un sms de la sorte ? Y avait-il quelqu'un qui les observait ? Là, tout près ? Elle souffla, voilà qui n'allait pas arranger la situation.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Lun 16 Juin - 21:13




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Si ça tenait qu’à lui, il aurait pu passer encore de nombreuses heures à ses côtés à profiter du bonheur que sa présence pouvait lui procurait. Il avait tant passé d’années à se languir de pouvoir un jour la serrer dans ses bras, qu’il avait résolument du mal à se faire à l’idée qu’il ne le pouvait toujours pas. Il avait eu une lueur d’espoir, qui s’était vite évanouie et la jeune femme se trouvait aussi inaccessible qu’auparavant, du moins en public. Il se trouvait naturellement frustré par cela, d’autant plus qu’il ne pouvait nullement agir autrement qu’en tant qu’ami. Un ami dont elle allait devoir s’éloigner d’ici peu pour rejoindre cet époux qui avait resurgi au moment le plus crucial de leur relation.

Tout comme lui, elle aurait beaucoup aimé rester avec lui dans un coin isolé mais, tout comme lui-même le supposait, elle devait retourner auprès de son mari. Elle pensait que ça serait une mauvaise idée de le laisser seul trop longtemps. Une annonce qui ne pouvait qu’être déplaisante quand bien même la comprenait-il. Il ne dit mot, continuant d’écouter sa belle qui lui proposait de réfléchir ensemble pour convenir d’une journée dans la semaine où ils pourraient être tous les deux. Cela pourrait leur faire du bien. Cette idée le fit sourire faiblement tout comme la jeune femme qui venait de poser délicatement sa main sur son genou.

« Cela pourrait être une bonne idée, j’en meurs d’envie. Ça pourrait te faire du bien, même si c’est seulement paresser sur une plage pour que tu puisses reprendre quelques forces. Ça pourrait te faire énormément de bien, de te sentir en sécurité, juste quelques heures. »

Il avait murmuré cela avec douceur alors qu’il entendait le portable de sa belle sonner. Peut être était-ce Anarchy, qui les rappelait à l’ordre ? Cela ne serait nullement surprenant, puisque ça faisait bien une demi-heure qu’ils se trouvaient là à discuter ensemble. Il la laissa donc prendre possession de son téléphone. Il s’agissait d’un SMS à ce qu’il cru percevoir et le contenu semblait résolument mettre mal à l’aise Zoella. Un fait qui ne pu que l’alarmer avec qu’elle lui tendait le téléphone. Le contenu était résolument étrange et inquiétant. Il sentait Zoella s’éloigner de lui doucement pour adopter une position plus conventionnelle. Qui avait bien pu envoyer un tel message ? Il scruta le message attentivement, prenant conscience des moindres mots de cette menace déguisée. Qui pouvait bien leur vouloir du mal, ainsi ? Il fronça les sourcils, irrité et particulièrement mal à l’aise. Il inspira profondément avant de soupirer, plus anxieux encore qu’il ne l’était déjà.

Il vint donc naturellement lui rendre son téléphone, quelque peu troublé alors qu’il venait simplement murmurer.

« Ce n’est qu’un SMS, mais il est important que nous restions vigilant, du moins tant que nous n’aurons pas pu en parler à Anarchy. Je préfère que ça soit moi qui lui annonce qu’il ne l’apprenne grâce à un message d’un parfait inconnu… »

Il souffla faiblement en venant se masser la nuque alors qu’il ajoutait simplement en venant frôler rapidement les phalanges de sa belle avec douceur.

« On ferait mieux de se séparer… Du moins pour aujourd’hui. Je passerai demain à l’appartement pour rencontrer Anarchy. Je ne veux pas prendre le risque qu’on devienne les proies d’un parfait inconnu sournois et malveillant. Je t’appelle demain, d’accord ? »

Son regard se fit doux bien que sérieux. Il n’était pas à l’aise à cause de ce SMS et il était évident que ce dernier avait refroidi leur ambition de se revoir, du moins pour le moment, par plus de sécurité, tout simplement…

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Zoella Dawson
avatar
les conditionnels
vos messages : 323
Date d'inscription : 30/04/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Mar 24 Juin - 8:22




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella

Retrouver Graham lui faisait un bien fou, elle ne s'imaginait plus sans lui et devoir vivre loin de lui, cacher ses sentiments devenait chaque jour un peu plus difficile. C'est sans doute pour ça qu'elle lui avait demandé de venir la rejoindre, ici, dans cet endroit qui leur appartenait un peu et leur permettait de se retrouver en tête à tête pour la première fois depuis le retour d'Anarchy. La jeune femme tentait de faire de son mieux pour que son mari se sente à l'aise mais les choses étaient loin d'être évidentes. Alors, lorsque Graham lui proposa de se voir un peu plus, de se retrouver seuls plus souvent, elle accepta bien sûr avec joie et lui proposa de se fixer un rendez-vous dans la semaine. Ils pourraient ainsi se retrouver, partager quelques moments tous les deux, chose que la jeune femme avait réellement besoin. Graham sourit, un vrai sourire, et son visage s'illumina comme à chaque fois qu'il souriait. Elle adorait son visage, ses traits fins et elle se retint de le caresser, se contentant de sourire aussi. « Cela pourrait être une bonne idée, j’en meurs d’envie. Ça pourrait te faire du bien, même si c’est seulement paresser sur une plage pour que tu puisses reprendre quelques forces. Ça pourrait te faire énormément de bien, de te sentir en sécurité, juste quelques heures. » Elle hocha doucement la tête et allait répondre lorsque son téléphone la coupa. Elle lui fit un petit signe pour qu'il patiente et lut le SMS. Ses traits se figèrent en constatant que c'était un SMS anonyme, une sorte de menace sous jacente. Le visage pâle, elle tendit le téléphone à l'homme qu'elle aimait. Elle vit le visage de Graham s'affaisser, lui aussi semblait quelque peu troublé par ce message qui les rappelait à l'ordre. Quelqu'un savait pour eux deux et semblait prêt à dévoiler la vérité à Anarchy. Chose que ni l'un, ni l'autre ne voulait puisqu'ils s'étaient promis de faire ça bien. Elle s'éloigna doucement du brun tandis qu'il lui rendait son téléphone en murmurant : « Ce n’est qu’un SMS, mais il est important que nous restions vigilant, du moins tant que nous n’aurons pas pu en parler à Anarchy. Je préfère que ça soit moi qui lui annonce qu’il ne l’apprenne grâce à un message d’un parfait inconnu… » Elle hocha la tête et frissonna doucement. Ce message l'inquiétait, elle se demandait qui pouvait bien faire ça. Peu de gens étaient au courant de l'histoire qu'elle vivait avec cet homme. " Tu as raison, nous devons être prudents. Quelqu'un doit me surveiller, nous surveiller et se tenir prêt à tout balancer à Anarchy. Et dans son état, ça serait un désastre ... Il faut qu'on ... s'éloigne l'un de l'autre." Elle grimaça et buta sur ses derniers mots. Le dire lui brisait le coeur. Elle n'avait qu'une envie, rester près de lui, et une fois de plus, quelque chose venait les séparer. La main de Graham frôla doucement la sienne tandis qu'il hochait la tête, ajoutant : « On ferait mieux de se séparer… Du moins pour aujourd’hui. Je passerai demain à l’appartement pour rencontrer Anarchy. Je ne veux pas prendre le risque qu’on devienne les proies d’un parfait inconnu sournois et malveillant. Je t’appelle demain, d’accord ? » Une fois de plus, elle hocha la tête et tenta d'esquisser un sourire. " Anarchy sera heureux de te voir, et moi plus encore." Elle frôla sa main, s'attarda quelques instants avant de se lever. " J'attends ton appel alors. Je ... Graham, il va falloir qu'on en parle à Anarchy. Pas tout de suite, il n'est pas prêt mais ... Bientôt. Je ne veux pas être séparée de toi encore et encore." Cette idée la torturait. Impossible de rester loin de lui.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Graham Livingston
avatar
les conditionnels
vos messages : 179
Date d'inscription : 01/05/2014

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    Mer 25 Juin - 15:23




i just need to go far away
Ft. Graham & Zoella
 
Ce n’était qu’un SMS, il n’y avait pas de quoi s’alarmer même si le contenu de ce dernier n’était nullement anodin. Il ne savait pas qui pouvait s’amuser à envoyer un tel SMS à Zoella, mais il était évident que cette personne ne leur voulait pas du bien. Au travers cette menace peut-être anodine, il y voyait les blessures que cela pourraient provoquer à Anarchy, s’il l’apprenait par quelqu’un d’autre. Une idée qui lui déplaisait, tout comme la situation dans laquelle il se trouvait impliqué. C’était complexe. Cette situation le rendait particulièrement mal à l’aise. Parfois, il se demandait s’il ne devait pas lâcher prise, laisser Zoella retourner auprès de l’homme, qu’elle avait aimé, qui l’avait aimé et dont la disparition d’un fils perdu l’avait tant éloigné d’elle. Il n’avait de cesse de se torturer avec cela, réfléchissant, sans jamais s’arrêter sur une décision. Il l’avait trop dans la peau. Cette femme au regard si doux et bienveillant, qui s’était si facilement accaparée son cœur sans qu’il ne puisse s’en empêcher. Une femme qu’il ne voulait pas quitter, la laisser rejoindre son époux, car il détestait l’idée qu’elle puisse de nouveau s’éloigner de lui.

Pourtant, il devait la laisser partir. Une fois de plus, il devait accepter de la voir s’éloigner de lui pour retrouver un autre homme, son ami, qui avait besoin de sa femme et de lui. La jeune femme adhérer à ses propos bien qu’il était évident, que cette séparation n’était nullement au goût d’eux deux. Il s’efforça de répondre à son sourire, difficilement tant il prenait conscience qu’elle partirait sous peu. Il l’écouta attentivement, silencieux, observant les doigts de la jeune femme qui s’attardaient sur sa main. Il aimait ce contact, bien que léger, trop léger même à son goût. Il ne pouvait espérer mieux en vu de la situation. Il s’en contentait donc. Il la laissa se lever, la regardant faire dans un faible sourire qui trahissait promptement ses pensées secrètes. Elle attendait son appel. Elle hésita un instant, le fixant intensément pour ajouter qu’ils allaient devoir parler à Anarchy. Pas tout de suite, il n’était pas prêt mais… bientôt. Très bientôt pensa-t-il même si cela ne relevait pas de son ressort. Il fallait qu’ils soient très vigilent avec Anarchy et ils devraient le ménager. Un tel traumatisme avait dû laisser de profondes séquelles, qu’il devait découvrir pour pouvoir mesure l’impact qu’ils pouvaient avoir sur sa personne. C’était si complexe. Lui non plus ne voulait pas être séparée de Zoella, il avait tant attendu qu’elle soit prête à tourner la page, d’avoir sa chance avec elle.

Il inspira profondément comme pour tenter d’amoindrir cette frustration qui l’acculait depuis quelques jours désormais. Il vint lui sourire simplement, murmurant.

« Moi non plus, Zoella… On trouvera une solution. Je te le promets. »

Il sourit doucement, le regard un peu triste alors qu’il venait se lever pour la raccompagner à sa voiture. Les sentiers étaient pratiquement déserts et la plupart des personnes semblaient occupées par leur activité. Ils passèrent derrière un ombrage pour emprunter un nouveau sentier, seuls. Il n’y avait pas âme qui vive à l’horizon autour d’eux. Il en mourrait tellement d’envie depuis qu’il l’avait vu tout à l’heure. C’est donc tendrement que sa main vint s’accaparer de celle de sa belle. Au travers de ce geste, il l’intima à se tourner vers lui, se rapprocher de lui. Dans un geste expert et mesuré, son autre main vint se nicher délicatement contre la nuque de la jeune femme pour lui voler un baiser. Un contact qui électrisait sa chair, enflammé délicatement les battements de son cœur, comme si cette simple caresse éveillait son être à la vie. Il l’embrassa tendrement, tout en effleurant délicatement ses lèvres des siennes. Il la sentait sensible à son action et elle vint même y répondre un instant. Un moment de folie de sa part, qu’il ne regrettait pas même s’il pouvait être dangereux. Sa conscience le fit abandonner les lèvres de la jeune homme, le souffle court. Ce même état second que lors de leur premier baiser. Il la fixait, le regard profond et doux, un peu perdu tant elle avait un effet envoutant sur lui. Il déglutit difficilement, murmurant délicatement.

« Je ne pouvais pas te laisser partir sans avoir fait ça. J’en mourrais d’envie depuis le début. »

Il se pinça la lèvre, s’éloignant d’elle pour tenter de reprendre une position plus naturelle de celle qui devait être la sienne : celle d’un ami du mari de Zoella. Il l’accompagna donc jusqu’à sa voiture, lui promettant de nouveau de l’appeler dans les jours qu’il vienne afin de rencontrer Anarchy. Le cœur lourd, il la vit donc quitter les lieux après un dernier regard qui ne pouvait cacher la nature de leur relation. Il ferait tout ce qu’il peut pour la récupérer, car elle était désormais celle qu’il aimait et il ne voulait pas encore perdre une personne qui lui était chère.

-- FIN --


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sinseonghan-jolyu.bbfr.net
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: GRAHAM + i just need to go far away    

Revenir en haut Aller en bas
 

GRAHAM + i just need to go far away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Janice Graham
» Graham Greene
» Martha Graham
» Larry GRAHAM - Live au Bataclan - 17 AVRIL 2010
» Graham Nash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Corbeille :: Les rps-